Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Chronique des fouilles médiévales...II. - Constructions et habitats e...II 1. – Opérations de terrainPuy-en-Velay (Le) (Haute-Loire). ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Puy-en-Velay (Le) (Haute-Loire). Logis des Clergeons

Responsable d’opération : Mélanie Chaillou
p. 230-231

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Construit dans le prolongement du bras nord du transept de la cathédrale du Puy-en-Velay et occupant l’aile orientale de son cloître, le logis des Clergeons est célèbre pour ses deux cheminées romanes. Érigé au-dessus de la salle capitulaire, le bâtiment sert au moins à partir du début du xvie s. à héberger les enfants de chœur de la maîtrise de la cathédrale – les « clerghons ». Occupé par les chanoines jusqu’à la Révolution, le logis est vendu comme bien national en 1791. Bien que l’état de ses façades suggère une restauration au xixe s., la -documentation courante n’en conserve pas la mémoire. Inclus dans le musée d’art religieux au début du xxe s., il fait l’objet de nouveaux aménagements en 1950 pour y installer le logement du sacristain. Il est définitivement désaffecté une dizaine d’années plus tard.

2Bien qu’aucune monographie consacrée exclusivement au logis des Clergeons n’existait jusqu’à ce jour, celui-ci avait déjà bénéficié de plusieurs campagnes de relevés par le SDAP et d’une prospection thématique réalisée par E. Vernin dans le cadre de sa thèse consacrée aux bâtiments canoniaux du groupe cathédral du Puy. La reprise récente d’un projet de restauration par M. Trubert (ACMH), a été l’occasion pour le SRA de demander une étude préalable d’une partie du premier étage du logis, confiée à la société Hadès. L’étude a consisté en des piquages dans les enduits récents, des sondages très localisés de 1 m2 environ dans les planchers de chaque pièce et un relevé orthophotographique des élévations intérieures du premier étage.

3L’analyse a mis en évidence sept phases de construction entre le xiie et le xxe s. Au SO, deux élévations primitives sont déjà postérieures au bras nord du transept, daté de la seconde moitié du xie s. L’édification du logis proprement dit est engagée en même temps que celle de la salle capitulaire, probablement dès le milieu du xiie s. Certaines incohérences des aménagements suggèrent toutefois que le programme initial a été modifié au fur et à mesure du chantier. La maison présentait alors un corps de logis unique, précédé à l’est d’un couloir fermé par une galerie en bois, installé sur un rez-de-chaussée pétrifié. Au NE, les pièces des deux étages étaient ornées de peintures : des griffons inscrits dans des médaillons et une scène de prise de ville faisant face à une partie d’échecs dans la pièce supérieure. Ces décors sont vraisemblablement contemporains de la construction romane, comme le suggère le plafond du premier étage, dont ils respectent les dispositions. Ce dernier a été daté par la dendrochronologie, en 1998, de la seconde moitié du xiie s. À l’extrémité sud, une vaste salle occupait toute la largeur du logis. Les vestiges de l’enduit peint de deux cavaliers affrontés conservé sous son niveau de comble ne doivent cependant remonter qu’au milieu du xiiie ou au début du xive s. La mise en relation du logis avec la cathédrale, par le percement d’une porte entre cette pièce et la tribune Saint-Michel, n’est probablement pas antérieure à cette période.

4Il semblerait que ce soit vers la même époque qu’un encorbellement fut lancé entre la galerie et le baptistère Saint-Jean voisin. Mais les constructeurs n’ont pas cherché à établir une communication entre les deux bâtiments, la porte obturée entre les deux espaces n’ayant sans doute été percée qu’à la fin de l’époque moderne. Toujours aux environs du xive s., la grande pièce sud du premier étage est retranchée de sa partie orientale, vraisemblablement laissée à ciel ouvert ou couverte d’un appentis. Les aménagements des phases postérieures sont assez marginaux et difficiles à dater : ils consistent essentiellement en l’installation de cloisons et de planchers, ainsi qu’en l’ouverture de portes.

5En définitive, l’étude du premier étage du logis des Clergeons révèle que ce bâtiment a été occupé presque continûment du milieu du xiie à la fin du xviiis. Certes, l’extrême parcimonie de l’éclairage et l’absence de moyens de circulation entre les pièces – exclusivement desservies par le couloir central du xiie au xive s. – n’entrent pas dans les canons habituels de la maison patricienne médiévale. Néanmoins, le confort et le luxe des aménagements intérieurs (cheminées, niches, latrines, évier, décors peints) indiquent que la demeure était réservée à son origine à un haut dignitaire du chapitre, auquel certains auteurs identifient le doyen. La transformation du logis en bâtiment de la maîtrise n’a pas totalement défiguré les dispositions anciennes qui demeurent encore compréhensibles et les piquages ont permis de confirmer que le logis est resté indépendant du baptistère jusqu’à la fin de l’époque moderne. Par ailleurs, la mise au jour de niveaux de circulation médiévaux (en particulier un dallage dans la pièce de la cheminée NO) et la découverte des vestiges d’un enduit peint moderne dans la pièce médiane, confirment le potentiel archéologique de cette demeure. Ces éléments invitent donc à une étude plus approfondie dans le cadre des restaurations à venir.

Le Puy-en-Velay, proposition de plan phasé du premier étage du logis des Clergeons.

Le Puy-en-Velay, proposition de plan phasé du premier étage du logis des Clergeons.

Topographie J. Ducreux et DAO de M. Chaillou [compléments extérieurs pris sur les fonds de plan du SDAP], Hadès, 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le Puy-en-Velay, proposition de plan phasé du premier étage du logis des Clergeons.
Crédits Topographie J. Ducreux et DAO de M. Chaillou [compléments extérieurs pris sur les fonds de plan du SDAP], Hadès, 2012.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Chaillou, « Puy-en-Velay (Le) (Haute-Loire). Logis des Clergeons »Archéologie médiévale, 43 | 2013, 230-231.

Référence électronique

Mélanie Chaillou, « Puy-en-Velay (Le) (Haute-Loire). Logis des Clergeons » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10041 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10041

Haut de page

Auteur

Mélanie Chaillou

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mélanie Chaillou

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search