Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Saint-Just-Saint-Rambert (Loire). Rempart du prieuré, angle des rues d’Occiacum et de Simiane de Montchal

Responsable d’opération : Cécile Randon
p. 234-235

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Les vestiges de l’enceinte priorale se situent au cœur de la commune de Saint-Just-Saint-Rambert, au NO de Saint-Étienne. Saint-Rambert, réuni à Saint-Just-sur-Loire en 1973, est un bourg d’origine monastique dont le nom apparaît au xe s. L’enceinte monastique, ceinturée d’un fossé en eau, était jusqu’alors attribuée au xiiie s. Elle enserrait l’église priorale Saint-André, dont la construction du clocher-porche remonte au xie s., ainsi que l’ancienne église Saint-Jean-Baptiste et le prieuré.

2L’opération archéologique, concernant exclusivement le bâti, est venue compléter des données apportées par un diagnostic réalisé en 2011. Elle a eu pour objectif de documenter de façon exhaustive l’ensemble des élévations concernées par des travaux de construction de logements, une section du rempart située au NO de l’ensemble prioral. Une attention particulière devait être portée sur les reliquats d’une chaîne verticale ainsi que sur les aménagements défensifs initiaux et ultérieurs, et l’impact de l’habitat civil sur l’évolution du rempart devait être mesuré.

3Les éléments acquis sur le terrain concernant les vestiges de la chaîne verticale peuvent aller dans le sens d’une édification plus précoce que le xiiie s. Grâce à un sondage pratiqué dans la maçonnerie, il a pu être confirmé que cette chaîne formait un angle à 90° à partir duquel se développaient deux murs. Elle appartiendrait à une première enceinte, antérieure à celle que nous connaissons par les vestiges conservés et le parcellaire. En effet, la mise en œuvre très soignée de l’appareil, l’adoption de modules précis de hauteur opposée à des longueurs de blocs dont la dispersion des valeurs est plus prononcée, sont des caractéristiques attribuables au xiie s. Malheureusement, les rares vestiges de cette enceinte priorale primitive, simple clôture des bâtiments conventuels et des habitations de la familia, ne permettent aucunement d’en restituer le tracé. Si toutefois ce dernier était proche de celui que nous connaissons par les vestiges conservés, nous pouvons imaginer qu’il se trouvait à l’angle NO de l’enceinte, un bâtiment probablement de forme carrée ou rectangulaire pouvant s’apparenter à une tour.

4Entre la fin du xiiie et la première moitié du xive s., une importante restructuration du rempart décomposée en deux phases distinctes est effectuée. En effet, l’épaisseur des murs, leur orientation, et les décalages horizontaux dans l’alignement des logements de boulins le confirment. On peut supposer que cette enceinte priorale s’est établie en plusieurs étapes faute de moyens ou de matériaux. Il est possible aussi d’envisager que, lors de la première phase de reconstruction, l’enceinte primitive était encore partiellement en place mais en retrait : la seconde phase serait alors le résultat d’une volonté d’agrandissement de l’espace monastique par l’alignement des parements. Au cours de la première reconstruction, probablement contemporaine des fortifications effectuées fin xiiie ou début du xive s. sur le clocher-porche de l’église priorale, le plan carré du xiie s. disparaît au profit du plan semi-circulaire. La nouvelle construction forme alors avec les vestiges de la chaîne d’angle un bâtiment s’élevant sans doute plus haut que le reste de l’enceinte, et percé de deux ouvertures dont une au moins est de type défensif. La quasi-absence de réels aménagements défensifs sur cette portion de rempart pèse en faveur d’un rôle symbolique. Toutefois, la présence d’un fossé en eau va plutôt dans le sens d’une volonté de se protéger d’éventuelles bandes de routiers. D’autre part, l’enceinte urbaine mentionnée pour la première fois en 1376 et érigée dans le contexte de la guerre de Cent Ans n’existe probablement pas.

5À l’époque moderne, différents aménagements sont opérés, liés à l’installation d’une ou plusieurs habitations à l’intérieur du rempart. Ils indiquent un changement de statut de l’enceinte monastique. Une construction devait se développer sur l’extérieur du rempart, comblant ainsi le fossé. À l’intérieur de l’enceinte, il s’agit de maisons d’habitation dotées de plusieurs étages et pour lesquelles des baies ont été ouvertes dans le rempart. Le prieuré semble décliner au xviiie s. et il est vendu après la Révolution française. C’est probablement à cette même époque que l’enceinte monastique commence à être largement percée et détruite. Des bâtiments d’habitation vont se développer de part et d’autre du rempart. De larges percements sont réalisés dans des baies préexistantes afin de répondre aux mœurs et aux notions de confort de ces siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Randon, « Saint-Just-Saint-Rambert (Loire). Rempart du prieuré, angle des rues d’Occiacum et de Simiane de Montchal », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 234-235.

Référence électronique

Cécile Randon, « Saint-Just-Saint-Rambert (Loire). Rempart du prieuré, angle des rues d’Occiacum et de Simiane de Montchal » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10052

Haut de page

Responsable d’opération

Cécile Randon

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals