Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Semoy (Loiret). Le Prieuré

Responsable d’opération : Diane Carron
p. 236-237

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Le projet de réalisation d’une ZAC de 11 ha dans le centre historique du bourg de Semoy avait donné lieu à une première phase de diagnostic en 2005 qui avait révélé quelques fosses et un bâtiment sur poteaux datables des xie-xive s., à une cinquantaine de mètres à l’est de l’église prieurale. La seconde phase menée par l’Inrap en février 2012 a confirmé l’existence d’une occupation à l’est de l’église. Celle-ci est caractérisée par au moins deux autres bâtiments sur poteaux, séparés par un large fossé implanté sur un axe E-O. Le bâtiment le plus septentrional pourrait dater des xiie-xiiie s. ; l’occupation de l’autre bâtiment semble plus récente et correspond aux xiiie-xive s. Le fossé lui-même repéré sur une cinquantaine de mètres, est large de plus de 4,50 m et profond de 2 m ; si son creusement n’es pas daté, son comblement intervient dans le courant des xiiie-xive s.

2Cette forte limite parcellaire a été maintenue par la suite au moyen de murettes apparues immédiatement au nord du fossé, dont l’une était encore lisible sur le cadastre napoléonien.

3Le grand fossé semble avoir fonctionné avec un autre fossé qui lui est perpendiculaire et qui se poursuit au moins sur une trentaine de mètres vers le sud délimitant à l’est l’église et le cimetière.

4Le cimetière a été repéré sur environ 140 m2 ; six tombes à inhumation et un amas d’ossements bien délimités ont livré un matériel céramique résiduel homogène des xiie-xiiie s. traduisant une dévolution assez courte dans le temps de cet espace qui semble réservé aux prieurs plutôt qu’aux paroissiens. Une fosse contenant de nombreux restes de vases à encens des xiie-xiiie s. a été trouvée dans l’espace du cimetière, elle peut correspondre à la nécessité d’ensevelir les vases liturgiques en terre consacrée.

5L’église elle-même a été largement agrandie au xviie s. par l’adjonction d’une nef et d’un autel paroissial ; l’ensemble a été restauré en 1899 par l’architecte Guillaume. Le clocher et le mur-gouttereau méridional de style roman sont apparus comme les vestiges en élévation les plus anciens, l’abside elle-même est plus récente que le clocher, elle a été exhaussée d’une quarantaine de centimètres.

6Il apparaît donc que l’église prieurale mentionnée au xiie s. et construite sur un alleu donné par le chevalier Aubert le Riche en 1080 à l’abbaye de La Sauve-Majeure (diocèse de Bordeaux) est une création ex nihilo. Tous les vestiges découverts sur ces parcelles datent du début du second Moyen Âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diane Carron, « Semoy (Loiret). Le Prieuré », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 236-237.

Référence électronique

Diane Carron, « Semoy (Loiret). Le Prieuré » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10066

Haut de page

Auteur

Diane Carron

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Diane Carron

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals