Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Senez (Alpes-de-Haute-Provence). Place de l’Église

Responsable d’opération : Mathias Dupuis, Adeline Barbe, Yann Dedonder et Jean-François Devos
p. 237

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Le village de Senez – situé dans la haute-vallée de l’Asse, en bordure de la route reliant Digne à Grasse – est connu pour avoir été le chef-lieu de la cité antique des Sentii puis pour avoir abrité, jusqu’à la Révolution française, le siège d’un évêché attesté dès 506. Le territoire du diocèse, qui absorbe à partir du vie s. les évêchés éphémères d’Enturamina (Thorame) et de Salinae (Castellane), s’étend alors sur une large partie des hautes vallées de l’Asse et du Verdon. La cathédrale actuelle, de style roman, a été entièrement reconstruite au cours des xiie-xiiie s. Le village n’avait jamais fait l’objet d’aucune investigation archéologique et la localisation de la cité antique, comme du groupe épiscopal paléochrétien, demeure inconnue à ce jour.

2Préalablement à des travaux de rénovation aux abords de la cathédrale, le diagnostic s’est concentré sur une zone localisée au sud du bâtiment actuel, à l’emplacement du boulodrome dont le niveau de circulation est surélevé d’environ 1,50 m par rapport au parvis de la cathédrale. Deux tranchées perpendiculaires ont été ouvertes, soit une superficie d’environ 80 m². Les vestiges apparaissent sous une couche de remblais de démolition et de dépôts alluvionnaires récents, dont l’épaisseur est généralement comprise entre 0,50 et 1,50 m. Il s’agit principalement de la partie méridionale d’un vaste bâtiment, localisé dans la moitié nord du sondage, ainsi que d’un ensemble de sépultures disposées au sud de cet édifice. Le bâtiment est composé de deux espaces distincts, qui s’étendent vers le nord, en direction de la cathédrale actuelle.

3L’espace 1 (longueur dans l’œuvre : 9,75 m minimum) est délimité au sud par un mur épais d’1 m, reconnu sur une longueur d’environ 10,50 m et respectant une orientation NO-SE à peu près parallèle à celle du gouttereau sud de la cathédrale actuelle. Cette maçonnerie est conservée sur au moins trois assises en élévation, formées par un appareillage régulier de moellons de grès bien équarris et liés au mortier. Au-devant de la façade occidentale de la cathédrale, le mur forme un retour à angle droit qui se prolonge vers le NO et qui délimite l’espace 1 à l’ouest. Côté est, un massif de maçonnerie rectangulaire, régulièrement chaîné au mur et doté de trois ressauts de fondation, se prolonge vers le sud sur une longueur de 2,50 m. La limite orientale du sondage n’a pas permis de déterminer sous quelle forme se poursuivaient ces maçonneries vers l’est.

4L’espace 2 (longueur dans l’œuvre : 4,30 m), accolé à la façade occidentale du bâtiment, est délimité au sud et à l’ouest par deux murs perpendiculaires (largeur moyenne : 0,65 m). La stratigraphie, ainsi que les différences de mise en œuvre avec les maçonneries délimitant l’espace 1, indiquent très clairement deux phases de construction successives, la partie occidentale étant la plus récente. Contre le mur méridional de l’espace 2, une imposante calade de blocs de grès qui se prolonge vers le sud pourrait correspondre à un niveau de circulation et de drainage.

5Les sondages profonds réalisés au sud du bâtiment ont permis de reconnaître plusieurs niveaux d’inhumation, antérieurs ou postérieurs à la construction du bâtiment. Au moins deux sépultures disposées le long du mur sud de l’espace 1 sont postérieures au bâtiment. Parmi celles-ci, une sépulture formée par un coffrage de pierre anthropomorphe contenait une inhumation en dépôt secondaire, accompagnée par un pégau entier, dont le type peut être rapproché de certains modèles de Notre-Dame-du-Bourg datés entre le xie et le xiiie s. D’autres sépultures, appartenant à des phases d’occupation plus anciennes, sont couvertes par les maçonneries ou par des niveaux de remblai qui leurs sont antérieurs. Il s’agit de simples coffres de lauzes ou de coffrages de dalles, trapézoïdaux ou rectangulaires, couverts par une ou plusieurs dalles de grès.

6De manière générale, la stratification – principalement formée de remblais mêlés à des dépôts alluvionnaires – est extrêmement importante sur l’ensemble de la zone diagnostiquée, parfois supérieure à 1 m sous les niveaux contemporains, soit plus de 2,50 m sous le niveau de sol actuel. Ni le substrat géologique, ni les niveaux stériles n’ont été atteints.

7Étant donnés la localisation et la nature de ces vestiges, il apparaît probable que le bâtiment mis au jour corresponde à la partie méridionale d’une cathédrale antérieure à l’édifice actuel. Lors de sa reconstruction, cette dernière aurait alors été réduite ou décalée au NE de l’édifice précédent. L’espace 1, délimité au sud par un mur gouttereau et à l’ouest par un mur de façade, pourrait alors correspondre à une nef et l’espace 2 pourrait s’apparenter à une avant-nef, ou du moins à un porche hors-œuvre accolé postérieurement au premier bâtiment. La maçonnerie en saillie observée à l’extrémité est du sondage pourrait être un dispositif d’entrée (porche) ou une extension méridionale de la nef (transept, bâtiment annexe ?). La datation précise de cet édifice reste impossible à établir en l’état actuel de nos connaissances. Un terminus ante quem aux alentours du xiie s. est toutefois donné par la construction de la cathédrale actuelle, ainsi que par la présence de la tombe à pégau. Ces indices laissent présumer que la construction du bâtiment remonterait au xie s. au plus tard, sans pouvoir exclure une date nettement plus ancienne. Cette découverte apporte un éclairage nouveau sur l’histoire de l’évêché de Senez, particulièrement mal documentée par l’archéologie. La présence d’un édifice antérieur à la cathédrale actuelle, ainsi que l’importante séquence funéraire reconnue aux abords de l’édifice indiquent une occupation ancienne du fond de vallée, malgré les contraintes induites par la gestion des cours d’eau torrentiels environnants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Dupuis, Adeline Barbe, Yann Dedonder et Jean-François Devos, « Senez (Alpes-de-Haute-Provence). Place de l’Église », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 237.

Référence électronique

Mathias Dupuis, Adeline Barbe, Yann Dedonder, Jean-François Devos, « Senez (Alpes-de-Haute-Provence). Place de l’Église » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10067

Haut de page

Auteurs

Mathias Dupuis

Articles du même auteur

Adeline Barbe

Articles du même auteur

Yann Dedonder

Articles du même auteur

Jean-François Devos

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Mathias Dupuis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Adeline Barbe

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Yann Dedonder

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Jean-François Devos

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals