Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Tarnac (Corrèze). Église Saint-Gilles-Saint-Georges

Responsable d’opération : Pierre Martin
p. 238-239

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Une étude préalable à la restauration de Saint-Gilles-Saint-Georges de Tarnac – étude du bâti (plan, élévation, charpente) et sondages à l’intérieur et à l’extérieur de l’église – a permis de déterminer trois phases d’occupation du site antérieures à la construction de l’église du xiie et à sa transformation à la fin du xve s.

2La première phase est matérialisée par une fosse s’apparentant à un silo, suggérant que le site a pu être primitivement le lieu d’une occupation rurale. La chronologie relative permet d’envisager une datation du haut Moyen Âge par analogie avec un phénomène déjà observé en Limousin, mais l’absence de mobilier ne permet pas de le confirmer. La seconde phase voit l’aménagement d’une maçonnerie dans le comblement du silo. La construction ne semblait pas se développer vers le SO : s’agissait-il d’un angle ou d’une base de support ? Les techniques de mise en œuvre n’apportent a priori aucun indice de datation mais l’orientation pourrait éventuellement être perpendiculaire à celle d’un mur repéré au SO. La troisième phase correspond à la construction d’un mur venant s’appuyer, à l’est, contre la maçonnerie implantée dans le comblement du silo. Malgré son alignement commun avec le mur gouttereau sud de la nef, ce mur présente des techniques de construction différentes de celles du xiie s. mais plutôt comparables à celles d’un mur arasé de même alignement découvert à l’ouest. S’agit-il d’un édifice religieux antérieur ou d’un bâtiment à vocation agricole ? La largeur du mur (0,80 m) permettrait d’envisager une élévation importante. De même, l’aménagement contre une structure antérieure évoque des cas étudiés en Limousin (Toulx, Brive). L’identification, en revanche, d’un niveau de sol scellant des creusements n’ayant livré aucun ossement pose plusieurs questions : faut-il envisager le développement du bâtiment présumé au sud de l’église actuelle ? Y a-t-il eu un transfert de la zone d’inhumation ?

3Les phases suivantes sont en rapport avec la construction de l’église au xiie s. L’édifice a été bâti en deux campagnes probablement assez rapprochées dans le temps, comme en témoigne le caractère homogène du parti architectural : tout d’abord le chevet, constitué par l’abside polygonale et la travée droite, ensuite la nef à vaisseau unique de trois travées. Ces données sont intéressantes dans la mesure où elles permettent de suivre la progression du chantier d’est en ouest : la présence hypothétique d’une église antérieure de même alignement – même parallèle – à l’ouest conduit à s’interroger sur les contraintes rencontrées par les constructeurs. Les remplois placés de part et d’autre du portail du collatéral nord à la fin du xve s. laissent présager qu’ils provenaient d’une des travées du mur gouttereau nord de l’église. La représentation de Pierre Arbert, dont le nom est mentionné à cinq reprises dans le cartulaire d’Uzerche entre 1096 et 1174, accompagné par saint Georges tendrait à confirmer la chronologie absolue de l’édifice et sa dédicace dès cette époque. On peut donc s’interroger sur l’ancienneté du vocable à Saint-Gilles qui est aujourd’hui associé à l’édifice. Quant à la zone d’inhumation identifiée au chevet de l’édifice, elle est au moins postérieure à la construction du xiie s. Même si le site a été largement perturbé, aucune sépulture ne semble avoir été recoupée par les maçonneries de l’abside polygonale dans la zone sondée. On rappellera cependant que la fondation de l’édifice n’a pas pu être atteinte en raison du niveau de la nappe phréatique mais, quoi qu’il en soit, tout porte à croire que le cimetière s’étendait sous l’actuelle place de l’église.

4Les dernières phases correspondent enfin à l’édification du collatéral nord de l’église et aux différentes transformations qui s’en suivirent. La construction semble homogène et a conservé la pente de la toiture sur le rampant du mur oriental mais également les sablières et les entraits du bas-côté, datés par dendrochronologie du premier tiers du xvie s. Les éléments architecturaux pourraient éventuellement faire remonter quelque peu cette fourchette chronologique dans le dernier quart du xve s. La construction du collatéral nord entraîna également l’exhaussement général des murs de la nef. En conséquence, l’ensemble de la charpente et de la couverture de l’église fut repris à cette époque et ces travaux furent peut-être accompagnés par une fortification partielle à l’ouest de l’édifice. Au milieu du xviiie s., l’ensemble des charpentes de l’église fut repris. Le poids de la nouvelle structure, probablement associé à une déstabilisation des murs gouttereaux après leur exhaussement et aggravé par un manque d’entretien, amena à plaquer deux contreforts très massifs sur sa face sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Martin, « Tarnac (Corrèze). Église Saint-Gilles-Saint-Georges », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 238-239.

Référence électronique

Pierre Martin, « Tarnac (Corrèze). Église Saint-Gilles-Saint-Georges » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10069

Haut de page

Auteur

Pierre Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre Martin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals