Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Chronique des fouilles médiévales...II. - Constructions et habitats e...II 1. – Opérations de terrainToul (Meurthe-et-Moselle). Cloîtr...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Toul (Meurthe-et-Moselle). Cloître de l’ancienne cathédrale Saint-Étienne de Toul

Responsable d’opération : Cécile Travers
p. 239-240

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Un diagnostic mené par l’Inrap en 2010 préalablement à un projet d’assainissement du jardin du cloître de l’ancienne cathédrale de Toul avait mis au jour trois canalisations en pierre convergeant vers un ouvrage enterré d’une très belle facture architecturale. Ces structures hydrauliques participaient manifestement d’un ancien réseau d’assainissement permettant de gérer (et de stocker ?) les eaux de pluie rejetées par les gargouilles de la périphérie du cloître. Compte tenu de la très bonne conservation des maçonneries mises au jour, P.-Y. Caillault, l’architecte en chef en charge des travaux, a décidé d’orienter le projet vers une remise en service de l’ancien réseau. Le SRA, de son côté, nous confiait la surveillance des travaux, ce qui a permis de mener de front, le dégagement de la totalité du réseau, son étude archéologique, et la réalisation des terrassements et aménagements nécessaires à la réhabilitation du système. Lors de cette opération, neuf canalisations ont été mises au jour : huit en parfait état de conservation (hormis quelques dalles fracturées ou manquantes) et une conservée sur 1,50 m de long seulement, dont on peut se demander si elle a jamais été achevée. Ces canalisations souterraines rayonnent en étoile autour de l’ouvrage enterré. Celui-ci se situe au centre du cloître dans le sens O-E mais est légèrement décentré vers le sud dans le sens N-S. L’intérieur, voûté en arête et réalisé en bel appareillage de pierres de taille, fait environ 6 m de diamètre sur 3 m de hauteur. Huit arrivées d’eau situées sous la naissance de la voûte dans le prolongement des canalisations permettent à l’eau de pluie de s’y déverser. L’une de ces arrivées d’eau sert d’exutoire à deux canalisations. La clé de voûte, de forme annulaire, constitue l’ouverture sommitale de 0,60 m de diamètre par laquelle pouvait s’opérer le puisage de l’eau. Techniquement, ces canalisations sont constituées d’un conduit en calcaire surmonté d’une couverture de dalles grossièrement équarries et jointoyées avec un mortier de chaux de couleur jaune orangé, non hydraulique. Nous avons observé trois types de conduit : un type A, majoritaire (6 canalisations sur 9), formé à l’aide de dalles posées à plat surmontées de deux alignements de petites pierres dont la face constituant l’intérieur du conduit est lisse et soigneusement taillée ; un type B formé à l’aide de pierres de taille de forme parallélépipédiques creusées en cunette dans le sens de leur longueur ; et un type C formé d’une succession de rigoles demi-cylindriques en pierres, insérées dans un épais lit de mortier. Quel que soit le type de conduit, les dimensions du jour central sont constantes et font autour de 16 cm de large sur 8 cm de haut. Ces canalisations semblent toutes participer d’une même campagne de construction. Seule celle de l’angle NE a manifestement fait l’objet d’une restauration ancienne, localisée sur les deux derniers mètres de son parcours. Excepté la canalisation de l’angle NO qui s’appuie sur une ancienne maçonnerie faisant office de dallage de substitution, les embouchures de ces canalisations prennent naissance à la surface d’un dallage en pierres de plan vaguement semi-circulaire, maçonné avec le même mortier jaune orangé, et qui, probablement, constituait le fond des réceptacles enterrés dans lesquels était collectée l’eau provenant des gargouilles. Ces réceptacles ont disparu, tout comme les dispositifs annexes (éventuels pierres percées et caniveaux périphériques ?) qui participaient du guidage de l’eau vers les embouchures des canalisations. L’analyse archéologique a permis de comprendre que ces dispositifs, situés à fleur de sol, ont été détruits lors d’un décaissement du jardin opéré au plus tard au xixe s. Certains détails permettent de penser que ces canalisations étaient en fait des fourreaux dans lesquels passaient des conduites en plomb. L’utilisation d’un mortier non hydraulique et l’absence quasi systématique des dalles couvrant les embouchures – potentiellement arrachées lors de la récupération du plomb – plaident en faveur de cette hypothèse. Mais nous ne pouvons pas l’affirmer tant que nous ignorons si cet ouvrage enterré était censé assurer le rôle d’une citerne ou celui d’un puisard. Dans ce dernier cas, peu importait que les canalisations soient étanches. Le curage du fond de cet ouvrage étant programmé pour les semaines à venir, il sera bientôt possible d’éclairer cet aspect, indispensable à la bonne compréhension de l’ensemble du système. D’un point de vue strictement archéologique, aucune donnée ne permet de dater ce réseau. D’après Viollet-le-Duc, les systèmes d’évacuation des eaux pluviales par le biais de chéneaux en pierre reliés à des gargouilles se seraient généralisés au xiiie s., époque à laquelle ont justement débuté les travaux de construction du cloître de la cathédrale de Toul. Plusieurs structures maçonnées antérieures à la construction du cloître (reliquats de fondations de murs et petit puits ou puisard) ont par ailleurs été mises au jour dans les angles NE et NO du jardin ainsi que le long de la galerie sud du cloître. Certaines d’entre elles pourraient témoigner des édifices qui se sont succédé à cet endroit depuis le ive s., époque à laquelle la ville de Toul devient siège épiscopal et se dote de plusieurs églises, maintes fois reconstruites au cours des siècles. Mais les données archéologiques, trop partielles et lacunaires, ne permettent pas d’avancer plus avant dans l’interprétation de ces vestiges.

Toul, cloître de l’ancienne cathédrale Saint-Étienne.

Toul, cloître de l’ancienne cathédrale Saint-Étienne.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Toul, cloître de l’ancienne cathédrale Saint-Étienne.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10071/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Travers, « Toul (Meurthe-et-Moselle). Cloître de l’ancienne cathédrale Saint-Étienne de Toul »Archéologie médiévale, 43 | 2013, 239-240.

Référence électronique

Cécile Travers, « Toul (Meurthe-et-Moselle). Cloître de l’ancienne cathédrale Saint-Étienne de Toul » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10071 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10071

Haut de page

Auteur

Cécile Travers

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cécile Travers

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search