Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Tours (Indre-et-Loire). Marmoutier

Responsable d’opération : Élisabeth Lorans et Thomas Creissen
p. 240-242

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2006, les interventions portent principalement sur deux parties distinctes du site : d’une part, l’emprise de la dernière église abbatiale (zone 1), d’autre part, l’hôtellerie de l’abbaye dont le tiers occidental encore en élévation correspond à la zone 3 tandis que les deux autres tiers, détruits au début du xixe s., sont maintenant presque intégralement accessibles à la fouille (zone 4).

2En zone 1, la campagne 2012 a porté sur les trois églises abbatiales successives, observées sur une superficie de 280 m2 correspondant principalement à une partie de la nef centrale de chacune d’entre elles.

3La fouille des niveaux de construction de l’église gothique a été poursuivie, livrant de nouvelles informations sur l’organisation du chantier : édification du mur de chaînage des piles nord du vaisseau central ; construction de ce mur en au moins deux temps dans la superficie observée : d’abord à l’ouest directement sur le radier du sol de carreaux de l’église antérieure, puis à l’est dans une tranchée de fondation ouverte dont le fond était comblé de pierres liées au mortier ; aménagement, entre ces deux maçonneries, d’un accès de chantier ultérieurement bouché ; mise en place d’une rampe permettant le transport par les ouvriers des matériaux et exhaussement du niveau de circulation par l’apport de remblais déposés sur le dernier sol de l’église romane.

4Pour l’église romane, le démontage du sol de carreaux, dont la disposition varie entre vaisseau central et bas-côté nord, a mis au jour un premier sol de béton rose seulement dans la partie orientale de la superficie fouillée, qui était incorporée au chœur liturgique délimité par des murets de pierre établis dans les entrecolonnements. À l’ouest, le radier du sol de carreaux reposait directement sur un niveau de terre grisâtre traversé par des creusements divers, dont deux sépultures, tous arasés pour la mise en place du dernier niveau de sol. Sous ces niveaux contemporains de l’utilisation de l’édifice, ont été repérées les fondations du premier mur de façade, correspondant à une nef longue d’environ 23 m.

5Enfin, la connaissance de l’église antérieure a progressé par la mise au jour du mur de façade occidental et d’une pile supplémentaire de la nef, dont on sait désormais qu’elle comptait quatre travées de 3 m de large environ soit une longueur de 16 m entre la façade et la croisée du transept.

6En zone 4, qui correspond à l’ancienne hôtellerie (bâtiment 2) et à ses abords immédiats, la surface observée a été agrandie vers l’ouest de manière à fouiller la quasi-totalité de la partie du bâtiment qui fut détruite au début du xixe s.

7Dans les nouveaux secteurs occidentaux, des structures d’époque moderne ont été observées, en particulier des murets compartimentant l’espace de stockage qu’était le rez-de-chaussée du bâtiment et des latrines. Ces niveaux modernes, du fait d’un décaissement tardif, reposent directement sur les niveaux du haut Moyen Âge, dont la fouille n’a été qu’esquissée.

8Dans les anciens secteurs, à l’est d’un mur de refend N-S, les derniers niveaux de remblais déposés pour la construction du bâtiment 2 ont été fouillés. Sous ces niveaux, les couches du haut Moyen Âge, mal conservées (quelques centimètres par endroits), reposent sur une couche de tuffeau jaune, d’au moins 1 m d’épaisseur, dont la nature anthropique ou naturelle sera définie en 2013, quand ce dépôt sera fouillé.

9Sur le flanc nord des bâtiments, l’exploration du cimetière adjacent à l’hôtellerie a été poursuivie avec la découverte de douze nouvelles sépultures. Cette aire d’inhumation, qui accueillait des adultes des deux sexes et des immatures, peut être identifiée comme un cimetière de laïcs associé aux bâtiments successifs implantés immédiatement au sud et dont les tombes adoptent l’orientation.

10La succession des bâtiments qui se sont échelonnés du xe au xixe s. a été clarifiée. La fonction d’hôtellerie, attestée par la chronique des abbés à la fin du xiie s. a pu être celle des premières constructions et a cédé la place à la maison du Grand Prieur au plus tard au xviie s. mais peut-être dès le xve s. quand on passa de deux à trois niveaux et que de nouvelles ouvertures furent percées tant sur le mur pignon occidental que sur le mur gouttereau méridional. En outre, l’étude de la charpente posée au début du xixe s. sur la partie occidentale du bâtiment conservée en élévation a permis à Raphaël Avrilla de mettre en évidence la réutilisation de pièces provenant d’au moins cinq ensembles différents, qui ont été respectivement datés par dendrochronologie des années 1126-1152, 1175-1191, 1207-1217, 1327-1347 et 1395-1425. Il s’agit sans doute de bois prélevés, avec des degrés de certitude variables, sur d’autres bâtiments du monastère alors en cours de démolition. L’un des lots comprend de nombreuses pièces courbes, correspondant à une ferme de forme inédite composée de deux écharpes à double courbure (en forme de S) se croisant à mi-bois au-dessus d’un entrait retroussé tors. Ce tracé, qui apparaît sur un dessin de Villard de Honnecourt daté entre 1220 et 1230, renvoie à la charpente des grandes écuries, dessinée en 1809.

11Le programme de recherche lancé par le Laboratoire Archéologie et Territoires (LAT) en 2005 comporte aussi l’étude géomorphologique de l’emprise de l’ancien monastère et de ses abords immédiats longés au sud par la Loire. Les données accumulées jusqu’à présent (prospections géophysiques, carottages géologiques, coupes stratigraphiques à proximité du fleuve et datations OSL) ont permis à Eymeric Morin, géologue, d’appréhender la genèse et les transformations de l’île de Marmoutier, mentionnée dans les sources écrites médiévales et modernes, préalablement analysées par Hélène Choplin. L’ensemble des rapports rédigés depuis 2005 est désormais disponible sur HAL-CNRS.

Tours, Marmoutier.

Tours, Marmoutier.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Tours, Marmoutier.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10072/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Lorans et Thomas Creissen, « Tours (Indre-et-Loire). Marmoutier », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 240-242.

Référence électronique

Élisabeth Lorans, Thomas Creissen, « Tours (Indre-et-Loire). Marmoutier » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10072

Haut de page

Auteurs

Élisabeth Lorans

Articles du même auteur

Thomas Creissen

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Élisabeth Lorans

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Thomas Creissen

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals