Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Chronique des fouilles médiévales...II. - Constructions et habitats e...II 3. – Projets collectifs de rec...Saint-Gilles (Gard). Ancienne abb...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 3. – Projets collectifs de recherche

Saint-Gilles (Gard). Ancienne abbaye Projet collectif de recherche « AEGIMAIOR »

Responsable d’opération : Andreas Hartmann-Virnich
p. 246-248

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Mis en place en 2012, le Projet collectif de recherche « AEGIMAIOR. L’ancienne abbaye de Saint-Gilles-du-Gard. Archéologie et histoire monumentale d’un site monastique majeur du midi de la France » prend la suite du programme de recherche franco-allemand « AEGIDIANA - L’abbaye de Saint-Gilles-du-Gard. Recherches archéologiques, d’archéologie du bâti et archivistiques sur l’histoire monumentale d’un chef d’œuvre oublié de l’art roman en France/Die Abtei Saint-Gilles-du-Gard. Bauforschung, Archäologie und archivalische Studien zur Baugeschichte eines vergessenen Hauptwerks der französischen Romanik ».

2La première année du PCR a vu l’achèvement de divers travaux réalisés dans le cadre du projet ANR-DFG, auxquels se sont ajoutés la prospection géoradar du site, un programme de relevés pierre-à-pierre et des recherches de master sur la sculpture architecturale erratique, l’épigraphie et l’analyse anthropologique des sépultures du cimetière claustral. En outre, la rédaction d’un recueil d’articles à paraître dans un fascicule monographique spécial du Bulletin monumental (3-2013), offre une synthèse des résultats des recherches menées entre 2009 et 2012, en attendant leur poursuite dans le cadre du programme actuel. La focale délibérément architecturale de la revue oriente le choix thématique des textes réunis qui se concentrent en particulier sur l’étude d’archéologie du bâti de l’église inférieure dans son rapport avec la genèse de l’espace claustral (A. Hartmann-Virnich, H. Hansen), sur le chantier de la façade occidentale (H. Hansen), et sur les traces du bâti reconnues dans des fouilles archéologiques de l’ancien espace claustral, précédé d’un compte-rendu des interventions antérieures depuis le xixe s. (A. Hartmann-Virnich, L. Buffat, L. Schneider, A. Legrand-Garnotel et A. Masbernat-Buffat avec la collaboration de H. Hansen et de C. Markiewicz). Une série d’articles de moindre envergure et de notices traitent des résultats des analyses des liants (B. Palazzo-Bertholon), de l’étude numismatique (J. Bénézet), des représentations de monnaies à la façade, et de l’étude du lapidaire issu des fouilles du cloître (A. Hartmann-Virnich, M.-P. Bonetti).

3Point majeur du programme de la première année du PCR, la prospection géoradar de la quasi-totalité du site abbatial à l’exception des zones inaccessibles ou encombrées a été réalisée en septembre 2012 par les sociétés Geocarta (M. Dabas, responsable) et SO.IN.G. (N. Ardito, A. Crespin) pour tester la pertinence de ce type d’analyse non destructive compte tenu de l’impossibilité matérielle d’investigations archéologiques à grande échelle, en particulier dans l’église inférieure, afin de repérer certaines structures maçonnées déjà dégagées au cours des années 1970, ou représentées sur les plans réalisés en 1791 à la veille de la vente des biens nationaux. Quinze zones d’une superficie totale de 1 670 m2 ont été prospectées sur deux niveaux de profondeur situés respectivement entre –0,5 et –1 m et entre –1 et –2 m sous le sol actuel, dans des conditions variables, désavantageuses dans la partie occidentale de la crypte en raison de l’humidité permanente du sous-sol. L’interprétation des résultats, paramétrée par la connaissance partielle du sous-sol sur l’emprise des fouilles anciennes et récentes, s’avère difficile, dans la mesure où les zones sensibles repérées ne font guère apparaître des structures linéaires identifiables. Dans l’aire claustrale, où l’épierrement total jusqu’aux fondations des anciens murs-bahut des arcades du cloître a été confirmé par les fouilles, la concentration des anomalies aux quatre angles pourrait relever soit de la présence résiduelle de maçonneries liées à la fondation des galeries, soit de la concentration de sépultures à coffrage, caractéristiques des débuts du cimetière dans le courant du xiie s. Les signalements dans la chapelle orientale, qui fut élevée en 1602-1603 sur l’emplacement de l’ancienne salle capitulaire détruite à cette occasion, pourraient correspondre aux fondations de supports engagés ou de murs de refend. Des anomalies linéaires autour de la tombe du saint dans la crypte posent la question de l’éventuelle présence de restes de la confession préromane dégagée en 1864 et aussitôt détruite, dont il ne reste aujourd’hui que des descriptions sommaires et contradictoires rédigées à l’occasion de la découverte. Si rien ne permet de confirmer l’emprise hypothétique d’une église antérieure sous la crypte de l’abbatiale actuelle, le prolongement vers le nord de l’ancienne aile orientale du cloître sous l’actuel collatéral sud de l’église inférieure, édifié sur l’emplacement de l’ancienne galerie nord du cloître d’après les conclusions de l’étude archéologique, pourrait correspondre à deux anomalies identifiées au sous-sol de la quatrième travée du bas-côté de l’église inférieure.

4La poursuite du programme de relevé (H. Hansen), qui porte en premier lieu sur le relevé pierre-à-pierre manuel détaillé de certaines élévations des anciens bâtiments claustraux, a privilégié dans un premier temps le mur oriental de l’ancienne salle capitulaire dont la construction hétérogène pose des problèmes d’interprétation particulièrement complexes. La découverte des traces d’un ancien passage voûté sans doute antérieur à la construction de l’abbatiale actuelle vient utilement alimenter une étude en cours sur la réorganisation des circulations à l’intérieur de l’ancien espace monastique.

5L’étude des liants (B. Palazzo-Bertholon) fait suite à une vaste campagne de prélèvements réalisée en 2011. Un choix d’échantillons pertinents permet pour l’essentiel de caractériser la particularité d’un liant exceptionnellement solide et résistant employé tant pour les parties hautes de la façade que pour le transept et le chevet de l’abbatiale, conservés dans un état fragmentaire suite aux destructions consécutives aux guerres de Religion, de confirmer la composition différente des mortiers utilisés dans l’église inférieure d’une part et dans la nef et l’escalier à vis du chevet d’autre part, et d’établir la dissemblance entre les liants du bâtiment claustral dont l’antériorité à l’abbatiale a été établie par la chronologie relative. Une étude dendrochronologique sérielle (F. Guibal) confirme le remplacement complet de la couverture de la nef centrale lors d’une campagne de travaux en 1839 attestée par les sources écrites.

6Réalisé dans le cadre d’un master d’Archéologie à l’Université d’Aix – AMU (M.-P. Bonetti, A. Hartmann-Virnich dir.) en collaboration avec la le musée municipal (V. Eggert, membre du PCR), le relevé, le catalogage numérique et l’étude de la sculpture erratique de l’abbatiale de Saint-Gilles à partir des fragments retrouvés au cours des fouilles de 2010, comprend les nombreux éléments sculptés déposés au musée et dans l’abbatiale dans le but d’en préciser l’origine par une approche comparative précise, fort d’une méthodologie qui s’appuie notamment sur le relevé numérique et manuel dont les principes et l’application sont au cœur du sujet de recherche. Seul un examen minutieux de la facture, du style, de l’épannelage, des traces d’outil de taille et des proportions des pièces est susceptible d’identifier les critères pertinents pour un rapprochement et classement des pièces, notamment des chapiteaux, fûts et bases de colonnettes attribués soit au cloître, soit au décor du chevet de l’église abbatiale, soit à d’autres édifices religieux disparus, soit encore à des baies géminées de maisons romanes détruites au cours des xixe et xxe s., dont le décor était tributaire du travail des ateliers ayant œuvré pour les constructions de l’abbaye, d’après le témoignage des vestiges encore en place.

7L’étude des monnaies issues de la fouille de l’aire claustrale (J. Bénézet), toutes postérieures au début du xie s. (à l’exception d’une monnaie antique résiduelle dans un des niveaux du haut Moyen Âge), révèle l’importance relative de la seconde moitié du xiie et du début du xiiie s., à côté d’une plus forte proportion de monnaies d’époque moderne. L’absence de monnaies du premier millénaire dans l’échantillon est à interpréter au regard des données archéologiques qui suggèrent que le cloître roman et son cimetière furent implantés dans une zone exempte de constructions monumentales d’envergure, mais occupée antérieurement par une aire d’ensilage qui atteste la proximité d’un habitat, dont l’appartenance au monastère est probable, mais incertaine. Il en va de même d’un niveau de constructions précarolingiennes, datées par le 14C, dont la facture solide et l’organisation régulière semblent refléter la qualité de vie de leurs occupants.

8Non moins significatif est le résultat d’un examen des monnaies représentées sur la frise sculptée de la célèbre façade occidentale de l’abbatiale romane : les quatre types de monnaies, identifiables grâce à l’extrême soin que les sculpteurs ont apporté aux détails du cycle de la Passion et de la Résurrection, appartiennent tous à la seconde moitié voire à la fin du xiie et au début du xiiie s., un argument de taille en faveur de la date tardive de l’abbatiale, en conformité avec la chronologie relative et le contexte stylistique. Ils offrent à leur tour un argument décisif contre l’hypothèse traditionnelle d’une date plus précoce, inspirée de l’inscription de la fondation de 1116 que les recherches récentes ont permis d’identifier comme un remploi, réutilisé avec d’autres matériaux provenant de la démolition de l’église précédente dans une des premières phases de la mise en œuvre de l’édifice actuel.

9Conduite dans le cadre d’une recherche de master 2 d’Anthropologie à l’Université de Montpellier (L. Schneider, T. Janin dir. avec la participation d’A. Legrand-Garnotel), une étude ostéologique complémentaire des ossements humains (C. Jallet-Pons) vérifie la possibilité de regroupements familiaux dans le cimetière claustral à différentes époques, en attendant des analyses ADN qui n’ont pu être programmées à ce jour pour des raisons budgétaires. Le choix des critères distinctifs porte sur des caractères discrets crâniens en tant que particularités génétiques permettant d’établir des liens de parenté entre les individus inhumés, en analysant leur répartition. Des recherches d’archives conduites en parallèle ont permis de relever des indices sur les élections de sépulture par certaines familles pour la dernière période du cimetière, au début du xvie s.

10Le programme se poursuit en 2013 dans les ailes est, sud et ouest de l’ancien espace claustral en vue d’une caractérisation plus précise des techniques de mise en œuvre et de la chronologie relative. À l’étude de la sculpture monumentale, susceptible de se poursuivre dans le cadre d’une thèse de doctorat, s’ajoute une recherche sur l’épigraphie, la glyptographie et les graffitis dans le cadre d’un master à l’Université d’Aix-AMU (A. S. Brun, codirection A. Hartmann-Virnich, C. Treffort), notamment pour porter un nouveau regard sur les inscriptions incorporées dans les parements extérieurs de l’église basse, et sur leur rapport chronologique avec l’édifice, mis en question par l’étude monumentale en cours. L’étude de l’église haute sera poursuivie parallèlement, en particulier dans les parties orientales dont le célèbre escalier à vis a fait l’objet d’un relevé 3D par corrélation épipolaire dense (CED) dans le cadre d’un master à l’Université d’Aix-Amu (M. Seguin, dir. A. Hartmann-Virnich). Les deux campagnes de sondages dans le cloître et à l’emplacement de l’ancienne salle capitulaire, prévues en 2013 et 2014 au titre du PCR, seront conduites en 2014 et en 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andreas Hartmann-Virnich, « Saint-Gilles (Gard). Ancienne abbaye Projet collectif de recherche « AEGIMAIOR » »Archéologie médiévale, 43 | 2013, 246-248.

Référence électronique

Andreas Hartmann-Virnich, « Saint-Gilles (Gard). Ancienne abbaye Projet collectif de recherche « AEGIMAIOR » » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 09 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10085 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10085

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search