Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Le Castellet

Responsable d’opération : Daniel Mouton
p. 249-250

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1La dernière campagne de fouille de cette fortification a permis de mettre au jour la totalité des constructions, à l’exception de l’église mentionnée par les textes. La chronologie relative et absolue de cet établissement de taille modeste a pu être établie avec une assez bonne précision. La première mention date de 1226. Une écuelle attribuable à l’extrême fin du xiie s., trouvée dans une tranchée de construction de l’aula, place la création de ce château au plus tôt au tournant du xiiie s. Le plan d’ensemble, mis en œuvre dès l’origine, est presque carré (20 m sur 19 m) ; le tiers nord est constitué par l’aula (20 m sur 7 m). Un texte du début du xve s. désigne l’établissement comme bastida seu turris, si bien qu’on lui restitue au moins un étage sinon deux. Le rez-de-chaussée était une salle, sans doute aveugle, dotée de cinq arcs diaphragmes supportant un plancher. À l’étage, une salle d’apparat était décorée de gypseries représentant des blasons de familles de l’aristocratie locale et des scènes historiées où l’on voyait un dragon-chimère et une femme cueillant des figues. Les ouvertures comprenaient au moins deux petites fenêtres à barreaux et une baie géminée ornée d’une colonnette surmontée d’un petit chapiteau d’inspiration corinthienne.

2Dans la zone sud, le rempart entourait une cour dont la partie occidentale abritait une citerne, de près de 3 m de diamètre, qui recueillait l’eau des toits. La partie méridionale était occupée par un bâtiment artisanal, de 7,25 m sur 4,5 m, couvert de tuiles, servant d’atelier d’entretien et de réparation d’objets métalliques qui y ont été retrouvés en abondance. Au cours du xiiie ou au début du xive s., il a été prolongé de 5,75 m vers l’ouest jusqu’au rempart. L’agrandissement de la toiture a alors permis d’ajouter deux points d’alimentation à la citerne. Un autre bâtiment de 11 m sur 4 m s’appuyait contre la courtine orientale. L’absence de tuiles conduit à restituer une toiture de chaume ou de bardeaux. Son sol d’occupation n’a livré quasiment aucun mobilier. On l’interprète comme une écurie.

3À l’extérieur de l’enceinte, le four à pain était installé entre le rempart et le fossé, position qui lui permettait d’être protégé tout en évitant les risques d’incendie. Il se prolongeait au sud par un fournil de 4,6 m sur 4,1 m, couvert d’une simple toiture de tuiles posée sur deux poteaux et ancrée dans le rempart.

4En dehors d’une dizaine de tessons gris et d’une écuelle datables de la fin du xiie s., la céramique renvoie à l’extrême fin du xive s., ultime phase de l’occupation. La céramique culinaire provient du Var, tandis que la vaisselle de table est majoritairement d’origine espagnole et italienne. Le mobilier métallique est très abondant (1 349 fragments ou objets). On relève en particulier de nombreuses pièces d’armement : quatre types de cotte de maille, un pectoral d’armure, trois plaques de brigandine dont deux conservent des restes de tissu de lin, une broigne, des carreaux d’arbalète, une pointe d’épieu, deux dagues longues et deux coutelas. Cet équipement appartenait très certainement à la bande de routiers, qui, d’après les textes, a pillé la région entre 1383 et 1386 et s’est établie dans le château du Castellet avant de le quitter moyennant rançon. C’est alors que les habitants de Riez ont pillé le site afin de récupérer les matériaux dont ils avaient besoin pour achever de construire la muraille de leur ville.

5À environ 1 200 m au SO, le castrum primitif d’Allemagne-en-Provence fut abandonné dans la première moitié du xie s. pour se déplacer vers l’est au profit d’un site proche du village actuel libérant un territoire entre le nouveau centre de peuplement et le territoire de Riez dont la limite est située à 1 200 m à l’est du Castellet. Ce nouveau château fut établi par les Castellane, seigneurs d’Allemagne, sans doute dans le but de mettre en valeur ce terroir dans le contexte de croissance économique des xiie-xiiie s. Les calamités du xive s., famines, peste et guerre dépeuplèrent la Provence. Le château se trouva sans doute vacant et donna l’opportunité à la compagnie menée par Guillaume de Jargino, dit Chamisart, d’en faire son refuge. Ainsi, les étapes de l’occupation de ce site semblent illustrer le contexte socio-économique général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Mouton, « Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Le Castellet », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 249-250.

Référence électronique

Daniel Mouton, « Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Le Castellet » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 22 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10091

Haut de page

Auteur

Daniel Mouton

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Mouton

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals