Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Allinges (Haute-Savoie). Château-Neuf

Responsable d’opération : Évelyne Chauvin-Desfleurs
p. 250

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Dans la perspective de sauvegarde et de mise en valeur des deux châteaux d’Allinges suite à leur classement au titre des Monuments historiques en 2011, des travaux de restauration et une étude archéologique préventive ont été menés sur l’enceinte NE du plain château de Château-Neuf. Il s’agissait d’étudier les aménagements défensifs, d’identifier les modes de construction et les matériaux employés et de déterminer les différentes phases de construction de la courtine faisant face au front d’attaque de Château-Vieux.

2Château-Neuf se situe à l’extrémité SO d’une crête rocheuse de 714 m d’altitude dominant un plateau au bord du lac Léman près de Thonon-les-Bains. Sur cette crête d’environ 500 m de long sur 50 m de large s’étend Château-Neuf séparé de Château-Vieux, au NE, par une dépression de près de 150 m. L’organisation spatiale des deux châteaux a été contrainte par la topographie. Les sites sont structurés de manière quasi identique, en trois grandes zones : les bourgs en contrebas des pentes, les plains châteaux dans les parties intermédiaires et les cours hautes se faisant face en position dominante. De nombreux vestiges médiévaux sont conservés à Château-Neuf malgré son démantèlement en 1703 sur les ordres du duc de Savoie et les remaniements des années 1830-1840, liés à l’installation des missionnaires de Saint-François-de-Sales. La compréhension de ce site, qui n’avait fait l’objet d’aucune étude approfondie, est plus ardue que pour son rival. Dans la cour haute, la chapelle castrale dont la construction est attribuée, au moins, à la seconde moitié du xie s., est le bâtiment le mieux connu du château. La vaste plateforme attribuable au plain château ne laisse aujourd’hui percevoir que le tracé de l’enceinte castrale. Certaines courtines ne forment que des garde-corps, mais la courtine ayant fait l’objet de l’étude est conservée sur plus de 12 m de hauteur. Les réaménagements de murs de terrasse au xixe s. ont probablement contribué à la disparition des vestiges.

3La courtine NE, nommée « gros mur » dans les comptes de châtellenie, est encore marquée par les traces des conflits qui se sont déroulés entre 1268 et 1355, opposant les comtes de Savoie installés à Château-Neuf et les dauphins du Viennois établis à Château-Vieux. L’étude menée sur la courtine de Château-Neuf a mis en évidence trois grandes phases de rehaussements successifs. Le premier, conservé sur une hauteur de 3,40 m, était doté d’archères dont deux sont conservées ; édifié postérieurement à la construction de la chapelle du xie s., il est probablement datable du xiie ou du xiiie s. Le deuxième rehaussement a permis l’installation d’un chemin de ronde crénelé, il s’agit peut-être des travaux mentionnés en 1289-1290. Il atteint une hauteur de 10,40 m. La troisième surélévation est conservée sur 1,50 m et ne permet pas de connaître la hauteur complète du mur, qui était doublé d’un fossé aménagé dans le rocher et d’une palissade. Les mentions de travaux de rehaussement de la courtine de Château-Neuf (confirmés par les datations 14C obtenues sur le mur bouclier de Château-Vieux étudié en 2011) sont à mettre en parallèle avec l’évolution des machines de guerre, dont la présence est prouvée par les textes et par les boulets – qui peuvent atteindre 70 kg – retrouvés sur les deux sites. Les travaux de la seconde moitié du xiiie s. effectués sur les deux fronts d’attaque témoignent de la violence des affrontements entre les deux châteaux lors du conflit delphino-savoyard.

Allinges, Château-Neuf, phasage de l’élévation NE du mur d’enceinte.

Allinges, Château-Neuf, phasage de l’élévation NE du mur d’enceinte.

Relevé scanner et ortho-images O. Veissière – Patrimoine Numérique ; relevé et DAO E. Chauvin-Desfleurs – Hadès

Haut de page

Table des illustrations

Titre Allinges, Château-Neuf, phasage de l’élévation NE du mur d’enceinte.
Crédits Relevé scanner et ortho-images O. Veissière – Patrimoine Numérique ; relevé et DAO E. Chauvin-Desfleurs – Hadès
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10092/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 789k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Évelyne Chauvin-Desfleurs, « Allinges (Haute-Savoie). Château-Neuf », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 250.

Référence électronique

Évelyne Chauvin-Desfleurs, « Allinges (Haute-Savoie). Château-Neuf » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10092

Haut de page

Auteur

Évelyne Chauvin-Desfleurs

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Évelyne Chauvin-Desfleurs

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals