Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Boves (Somme). Complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dame »

Responsable d’opération : Philippe Racinet
p. 255-256

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Sur la plateforme de la grande motte (quart SO), la fouille à l’emplacement du donjon du xiie s. a permis de préciser les phases d’occupation anciennes et d’apporter un nouvel éclairage sur les étapes de la construction de la motte.

2À l’ouest, une occupation dense est marquée par de nombreux sols et des recharges successives, correspondant à un bâtiment sur sablières établi en bordure de motte. Le point d’orgue en est une cheminée construite en pierres, de forme rectangulaire, réutilisée en four avec aménagement d’une structure semi-circulaire en dôme, toujours en pierre. Ces deux séquences se retrouvent dans l’organisation des sols. La première, celle de la cheminée, est marquée par une succession de terres battues comportant de nombreux ossements animaux, ce qui révèle une fonction résidentielle ou domestique. La seconde, celle du four, correspond à des sols contenant des scories de fer et de verre, ce qui permet d’attribuer une fonction artisanale au bâtiment correspondant. Cette nouvelle fonction est contemporaine de l’installation du rempart de terre et de bois (2nde moitié xe s.) sur lequel vient s’adosser le bâtiment, certainement réaménagé à cette occasion. Les sols de la première séquence (1re moitié xe s.) viennent sceller des trous de pieu et de poteau, qui pourraient correspondre aux aménagements constructifs de la plateforme de la motte (fin ixe-début xe s.).

3Au centre, sous les occupations les plus anciennes (xe s.) et sous les remblais sur lesquels ces dernières sont implantées, un sol en terre battue perturbé contenait de la céramique, des ossements animaux, des éléments de tabletterie et une fibule discoïde (ixe s.). Ce sol était scellé par les remblais de nivellement de la plateforme qui, dans cette zone, sont structurés par au moins deux radiers horizontaux de craie damée. Dans l’attente du dégagement complet de ce sol, deux hypothèses peuvent être formulées. La première consiste à y voir un niveau de chantier établi sur le dernier radier damé de construction avant le nivellement de la plateforme. Mais la relative abondance, la richesse et la diversité du mobilier retrouvé ne cadrent pas avec la vie d’ouvriers sur un chantier. La seconde obligerait à admettre une occupation primitive (ixe s. ?) sur une butte mal stabilisée. Un tassement du corps de motte aurait entraîné l’abandon provisoire de cette résidence puis la restructuration de la plateforme. Toutefois, le fait qu’aucune occupation de ce genre n’ait été découverte lors de la fouille des autres secteurs rend cette hypothèse également fragile.

4Le talus oriental surplombant le grand fossé sud a été étudié à travers deux sondages : l’un dans la partie relativement étroite (à l’est) et l’autre au niveau de la langue de terre triangulaire de jonction (à l’ouest).

5À l’est, le talus a une emprise de 25 m pour une hauteur de 7 m environ par rapport au niveau moyen de la basse cour. Il est constitué d’un gros œuvre avec blocs calcaires cristallisés par de grands poteaux de bois verticaux. Le versant nord, intérieur, a été ensuite construit, depuis la base, avec un litage alternant cailloutis et sable sur une épaisseur de près de 2 m. Ce versant présente deux traces parallèles de palissade et quelques trous de pieu, qui pourraient signifier l’existence d’une défense du côté interne du rempart. Il est recouvert d’une épaisse couche noire, de type végétal, qui constitue la pelouse du rempart. Le mobilier retrouvé lors de la fouille fine de cette couche couvre au moins les xiie-xviie s. La pelouse et la partie sommitale du versant lité ont été arasées pour mettre en place l’enceinte de pierre à partir du milieu du xiie s. Si la présence de cette enceinte, évoquée par les textes, n’a été qu’aperçue, il est intéressant de constater la similitude des modes de construction de la motte et du talus de terre.

6À l’ouest, au pied de la tour maîtresse SE (fin xive s.), la fouille a révélé trois structures construites de direction E-O, sur une emprise large de 9,10 m et longue de plus de 10 m, les extrémités n’ayant pas été encore dégagées. L’ensemble pourrait correspondre au bâtiment d’entrée du dernier château (fin xive s.), avec deux couloirs parallèles, l’un charretier et l’autre piétonnier. Toutes les structures construites sont établies sur des remblais dont l’agencement ne correspond pas à ce qu’on trouve au niveau du rempart de terre fouillé dans le sondage oriental. La mise en œuvre est grossière et on ne note aucune trace de litage des sédiments. Cela permet d’émettre une hypothèse d’évolution pour ce secteur mitoyen de la motte. Tout d’abord, la motte est construite en même temps que le talus qui constitue son prolongement oriental (1re moitié xe s.). Lors du creusement du fossé entourant la motte (2nde moitié xe s.), les deux éléments sont séparés par la jonction avec le grand fossé méridional ; cet état a pu perdurer jusqu’au milieu du xiie s. Ensuite, les deux éléments sont de nouveau réunis par le comblement, à cet endroit, du fossé circulaire. On construit une enceinte de pierre surplombant le talus de terre et reliée au système défensif du château fort de la plateforme. Deux séquences peuvent être envisagées à ce stade : une simple enceinte avec chemin de ronde (mi xiie-fin xive s.), ensuite agrandie pour établir un bâtiment d’entrée (fin xive-fin xvie s.).

7Un grand sondage a permis de constater que le sous-sol de la basse cour est densément occupé et structuré. Trois grandes périodes peuvent être distinguées et des relations stratigraphiques directes indiquent qu’il n’y a pas eu de hiatus chronologique. Les périodes recouvrent entièrement le phasage d’occupation du château, sans aucun témoignage d’une installation antérieure.

8L’occupation de la période récente (xive-xviie s.) se développe dans la partie centrale du sondage. Elle est structurée par trois vestiges de murs mal appareillés et non fondés. La zone « intérieure » (à l’est) est composée de plusieurs empierrements et percée de séries de trous de pieu ou de petit poteau. La zone « extérieure » (à l’ouest), recouverte d’un empierrement discontinu, est occupée par une épaisse couche de terre noire comportant du mobilier diversifié et des scories. Quelques fosses pourraient correspondre à des installations artisanales précaires.

9L’occupation de la période médiane (xie/xiie-xiiie s.) est marquée par un cailloutis jaune recoupé par des fosses, probables structures artisanales parfois réutilisées comme avant-trous pour des poteaux. Cette zone d’habitat et d’activités artisanales reste mal structurée mais elle marque une occupation dense, avec du mobilier abondant et très diversifié. Elle est bordée au sud par un espace de voie, large de 5 m, comportant de nombreuses recharges et des ornières. Indurée par des galets de rivière, cette voie, de direction E-O, pourrait correspondre à un axe de -circulation majeur, latéral à la grande motte sur son flanc nord.

10L’occupation de la période ancienne (xe-xie/xiie s.), surtout concentrée au sud du sondage, est marquée par une série de silos, et peut-être un puits, se recoupant parfois et parfois réutilisés comme avant-trou de poteau. Cette aire d’ensilage, qui pour l’instant n’est associée à aucun habitat structuré, est directement recouverte par la terre végétale dans la partie sud du sondage. En revanche, vers le nord, elle s’étend sous l’espace de voierie et, certainement, sous la zone d’habitat de la période postérieure.

11Pour les trois périodes, le type d’occupation reste difficile à déterminer avec certitude. D’un côté, les structures présentes sont essentiellement artisanales ou agricoles et les quelques indices d’habitat résidentiel marquent plutôt une occupation non privilégiée. D’un autre côté, les objets manufacturés retrouvés et les quelques monnaies trahissent le statut privilégié de certains des occupants de cet espace. Mais, en tout état de cause, on note une différence fondamentale entre la céramique, surtout d’importation, retrouvée sur la plateforme et la céramique, surtout de provenance locale, découverte dans la basse cour. Il est évident que les découvertes de la basse cour sont susceptibles, à terme, de renouveler notre vision du rôle du château dans son environnement immédiat.

12À l’extrémité nord du sondage, la petite butte n’a été qu’effleurée. Son caractère construit ne fait aucun doute mais aucun fossé n’a été repéré dans cette portion. Quant à la plateforme, de diamètre réduit (6 m), son sous-sol ne présente aucune trace d’aménagement, ce qui n’est pas incompatible avec l’hypothèse de départ d’une motte de siège pour installer une machine de guerre.

Boves. Localisation des aires de fouille.

Boves. Localisation des aires de fouille.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Boves. Localisation des aires de fouille.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Racinet, « Boves (Somme). Complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dame » », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 255-256.

Référence électronique

Philippe Racinet, « Boves (Somme). Complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dame » » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10107

Haut de page

Auteur

Philippe Racinet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Racinet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals