Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Caen (Calvados). Château

Responsable d’opération : Bénédicte Guillot
p. 256-257

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1L’étude d’un grand bâtiment mis en évidence en 2005 (cf. Archéologie médiévale, 41, 2011, p. 284-285) s’est poursuivie durant l’été 2012.

2En 2011, la présence, dans le pignon ouest, des emplacements destinés à recevoir les solives d’un plancher, a permis de restituer un édifice à deux niveaux. L’entrée principale de l’étage bas se situait au centre du pignon est. Une entrée secondaire, large de 0,85 m, perçait le mur gouttereau sud, au niveau de l’angle avec le pignon ouest. L’accès à l’étage se faisait au moins par la façade sud où une porte a été mise en évidence à 4,30 m de l’angle ouest.

3En 2012, l’étude de la moitié ouest de l’édifice a permis de préciser sa date de construction. Le mobilier céramique remonte à la fin du xiie-début du xiiie s., ce qui est cohérent avec le plan du bâtiment, l’utilisation de contreforts plats, le module et la taille des pierres. Cet édifice mesure 12,70 m sur 23,70 m (mesures internes), avec des maçonneries larges de 0,80 m à 0,95 m.

4Aucune occupation antérieure n’a été mise en évidence, toutefois le secteur a servi comme carrière de pierre avec récupération des plaquettes calcaires à ciel ouvert.

5L’intérieur de l’édifice abrite de nombreuses structures fossoyées et un foyer. Deux fosses ont pu être identifiées comme des cuves servant à refroidir la chaux vive avant son utilisation pour la fabrication de mortier de chaux. L’usage des autres structures, fosses, trous de poteau ou de piquet, reste encore indéterminé et seul le dégagement de l’ensemble de l’édifice permettra peut-être de préciser leur signification et leur datation.

6Un des problèmes qui reste à résoudre concerne le sol de cet édifice. Le premier niveau, qui recouvre le terrain naturel, comble les structures et passe au-dessous des fondations des murs, se compose d’un remblai homogène contenant du mobilier céramique de la fin du Moyen Âge, période de l’abandon de l’édifice. Aucun vestige de niveau de circulation n’a pu être mis en évidence, et les remblais postérieurs ne contenaient aucun fragment de pavé ou de dallage. De plus, le terrain ne forme pas une surface plane mais suit la pente naturelle qui descend en direction de l’ouest (et de la courtine). En l’état de nos connaissances, on peut proposer de restituer un plancher intérieur, qui venait reposer sur le ressaut de fondation du pignon et peut-être sur des poteaux régulièrement espacés. Le socle maçonné mis en évidence au centre de l’édifice pouvait faire partie de cette installation. Le plancher se trouvait ainsi relativement proche du terrain naturel à l’est, vers la porte principale. Sa surface étant horizontale, la hauteur entre ce plancher et le terrain au-dessous devenait de plus en plus importante, avec la possibilité à l’ouest de créer un espace de stockage par exemple. La porte dans l’angle SO, mise en évidence en 2011, devait permettre dès lors d’accéder à cet espace de service.

7L’occupation de l’édifice est très peu conservée mais des traces de feu sur le mur gouttereau nord semblent montrer qu’un ou plusieurs foyers ont servi à chauffer la pièce et cuire des aliments.

8Au xive s., l’édifice va être enserré dans deux constructions : au nord, une première annexe a été étudiée en 2005 ; elle servait de cellier, de cave et peut-être de cuisine à l’étage ; au sud, un autre bâtiment était accolé à l’édifice ; seul son angle NE a été dégagé en 2012. Il semble être semi-enterré par rapport à l’édifice et il contenait au moins un foyer en argile. Si on ajoute à ces bâtiments la construction d’une immense forge plus au nord, le terrain situé dans l’angle NO de la fortification devient densément occupé au xive s., sans compter la première mention de la maison du gouverneur, actuel musée de Normandie, situé à peu de distance au sud, qui remonte à la même période.

9À la fin du xve s., l’édifice et le nouveau bâtiment sont abandonnés, les maçonneries sont en grande partie récupérées et le terrain commence à être remblayé. Au nord, l’annexe devient un bâtiment indépendant et le cellier est transformé en cuisine avec une grande cheminée. Dans un deuxième temps, on revient démanteler entièrement le mur gouttereau sud et on apporte de nouveaux remblais afin de niveler le secteur.

10Enfin, dans un dernier temps, durant la seconde moitié du xvie-début du xviie s., une maçonnerie reprend l’ancien tracé du mur gouttereau nord de l’édifice afin de servir de fondations au mur du Cavalier qui soutient la terrasse d’artillerie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Guillot, « Caen (Calvados). Château », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 256-257.

Référence électronique

Bénédicte Guillot, « Caen (Calvados). Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10108

Haut de page

Auteur

Bénédicte Guillot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bénédicte Guillot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals