Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Condé-sur l’Escaut (Nord). Château de l’Arsenal

Responsable d’opération : Lionel Droin
p. 259-260

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1La fouille programmée du château de l’Arsenal a débuté en 2008 (Archéologie médiévale 41, 2011, p. 287-288). La campagne 2012 s’est concentrée sur deux objectifs : achever l’étude de l’ensemble de prestige occidental et débuter la fouille manuelle des alentours de la porte d’eau ouvrant l’enceinte vers l’Escaut.

2Un important ensemble résidentiel est associé à la fortification occidentale. Sur la courtine reliant les tours n° 8 et n° 7 s’appuie le mur occidental d’un long bâtiment divisé en deux parties inégales. Au sud, une grande salle équipée de deux cheminées monumentales, munie d’au moins deux baies et de trois portes. Il s’agit d’une aula. Au nord, une salle plus petite possède elle aussi une cheminée et au moins deux portes. À l’est, une chapelle gothique est placée perpendiculairement au grand bâtiment.

3La fortification est le premier élément qui a été construit de manière très homogène : les arasements et fondations des courtines et de la tour n° 7 sont parfaitement connectés. La fondation de la courtine repose sur des pieux de peuplier. D’importants travaux de mise hors d’eau de la zone marécageuse, d’endiguement de l’Escaut et de nivellement interne ont dû précéder la construction. Le grand bâtiment a été édifié ensuite, probablement quelques années après la fortification. Les preuves archéologiques sont claires : les structures construites viennent s’accoler sur l’enceinte, une tranchée de fondation spécifique au bâtiment recoupe les remblais de nivellement, la semelle de fondation présente un décalage d’altitude et la série de pieux sur laquelle elle repose est hétérogène et non synchrone avec la série précédente. Le chantier de construction de cet édifice a laissé de nombreuses traces. Il est structuré autour de foyers liés à des sols provisoires de mortier ou de chaux. Autour de ces foyers se trouvent des zones de sable jaune ou de déchets de taille.

4Une seconde phase de chantier est marquée par la mise en place d’échafaudages dont les poteaux, d’un diamètre moyen entre 25 et 40 cm, sont souvent épointés et calés dans des avant-trous peu profonds et peu larges. Un sol horizontal vient clore le chantier après démontage et récupération de l’échafaudage.

5Jusqu’à son abandon et sa destruction (probablement milieu xvie s.), la grande salle présente deux niveaux de fonctionnement bien distincts, associés à des traces de réfection des cheminées. Les sols en terre battue ne présentent que peu de traces d’activité. Le contraste est particulièrement net avec la petite salle transformée en cuisine, la tour n° 7 ou les appentis établis au sud, tous riches en mobilier.

6Le mur gouttereau sud de la chapelle s’appuie sur la fondation du grand bâtiment au moyen d’un demi-arc de décharge. Le sol de la chapelle est carrelé, le seul accès contemporain de la première phase de fonctionnement est une porte s’ouvrant dans la grande salle.

7Grand bâtiment et chapelle sont maintenant bien datés du tout début du xive s. On peut raisonnablement étendre cette datation à l’ensemble de la forteresse. La famille de Châtillon-Saint-Pol qui possède alors la seigneurie semble avoir développé un important programme de construction le long de l’Escaut.

8Dans l’espace central de la forteresse, une série de datations scientifiques ont été réalisées et des installations hydrauliques découvertes à l’ouest de la porte d’eau.

9La haute cour de type anglo-normand est probablement issue d’une motte antérieure. Une poutre de chêne, associée aux pieux servant de support à la fondation de la chemise, permet de dater l’édification de cette enceinte entre 1200 et 1220. Le château existait déjà, peut être sous la forme d’une fortification en bois, puisque Baudouin V de Hainaut en fait le siège en 1175 et le restitue à Nicolas d’Avesnes en 1184. La chemise est entourée d’un fossé en eau alimenté directement par l’Escaut. Lors de la construction de la forteresse du xive s., la chemise est détruite et le fond du fossé sert de base à l’implantation de la courtine méridionale. Au sud de l’enceinte, à l’ouest de la tour n° 5, une porte d’eau s’ouvre dès l’origine vers l’Escaut. Les dimensions de cette porte sont suffisantes pour permettre le passage de bateaux. Un canal prolonge la porte vers l’intérieur de l’enceinte. Sa berge ouest a été étudiée en 2012 : elle est occupée par un petit bâtiment accolé à la courtine, par un sol pavé d’extérieur, probablement tardif, et par une structure en creux qui pourrait être un puits ou une latrine. Il n’est pour l’instant possible de proposer ni une fonction ni une datation pour ces installations. Cependant, la situation en bord de rive et l’altitude des niveaux d’occupation sont des indices compatibles avec un fonctionnement contemporain du canal médiéval : lors de la phase d’aménagement suivante, la porte d’eau est bouchée et le canal est remplacé par une pièce d’eau dont les berges sont maintenues par des planches et des pieux de chêne.

10L’évacuation du trop-plein se faisait grâce à deux canalisations en bois superposées qui passaient au travers du bouchage de la porte d’eau. Les canalisations et les pieux sont strictement contemporains les uns des autres et leur date d’abattage est comprise entre 1558 et 1561. Le milieu du xvie s. voit l’abandon des bâtiments médiévaux (en particulier de l’ensemble de prestige) et la construction d’un nouveau logis à proximité du châtelet d’entrée.

11La dernière transformation date du début du xviiie s. sous la forme d’une pièce d’eau rectiligne associée au second état des jardins à la française. Cet aménagement se traduit par un comblement de terres organiques probablement récent (1re moitié xxe s.) et la construction d’un petit pont d’évacuation en briques au pied de la tour n° 5.

Condé-sur-l’Escaut, château de l’Arsenal.

Condé-sur-l’Escaut, château de l’Arsenal.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Condé-sur-l’Escaut, château de l’Arsenal.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Droin, « Condé-sur l’Escaut (Nord). Château de l’Arsenal », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 259-260.

Référence électronique

Lionel Droin, « Condé-sur l’Escaut (Nord). Château de l’Arsenal » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 17 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10115

Haut de page

Auteur

Lionel Droin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Lionel Droin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals