Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III 1. – Opérations de terrainDarnieulles (Vosges). Tour d’habi...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Darnieulles (Vosges). Tour d’habitation seigneuriale

Responsable d’opération : Cédric Moulis
p. 261

Texte intégral

1Cette première campagne s’est concentrée sur l’étude des élévations intérieures de cette tour d’habitation édifiée par les sires de Darnieulles et datée par les textes du début du xiie s. De plan quadrangulaire (15 m sur 11 m), ses murs font 1,25 m d’épaisseur. La face ouest mesure encore 12 m de hauteur. Le bâtiment présente trois niveaux. Le rez-de-chaussée était aveugle et devait être réservé à une fonction de stockage. Son niveau de sol n’est pas reconnu.

2L’étage domestique de 12,50 m de long sur 8,60 m de large présente une hauteur de 4,50 m. Il est doté d’éléments de confort, même si aucune latrine n’est reconnue. La cheminée (longue d’1,05 m) présente un conduit en biais. Les piédroits sont réalisés en grès. La hotte, posée sur consoles, n’existe plus, et nous ne pouvons que spéculer sur sa forme circulaire ou rectangulaire. Cette cheminée est l’une des plus anciennes connues dans l’est de la France. Sept fenêtres sont réparties sur l’ensemble des faces du bâtiment. L’étage était sans doute divisé en deux pièces, éventuellement séparées par une cloison en bois. Ce niveau d’habitation pourrait ainsi être assimilé à l’aula et à la camera. La porte d’entrée se trouve au sommet d’une tour demi-circulaire adossée à la tour d’habitation dont il ne reste que les arrachements. On y accédait par un escalier en bois, voire une échelle. La porte présente une ouverture de 0,70 m sur 1,80 m à l’extérieur et 1,05 m sur 2,35 m à l’intérieur. Elle pouvait être bloquée par une poutre en bois logée dans l’épaisseur de la maçonnerie. À l’extérieur, elle est couronnée d’un linteau monolithe plat, sur lequel repose un second linteau à extrados segmentaire, lui-même couvert par un arc de décharge. Des traces de rubéfaction sur le parement au niveau du plancher laissent imaginer un violent incendie. Ce plancher devait reposer sur une armature en bois supportée en partie par des piliers.

3L’ensemble était couvert d’une charpente composée de deux entraits, dont les logements sont encore identifiables, supportant une toiture en bâtière. Un chéneau d’écoulement des eaux de pluie a été mis en évidence le long du mur sud. Un parapet maçonné protégeait la toiture, qui restait invisible depuis le sol. Le fragment de tuile creuse très épais et ceux de TCA retrouvés au sein des maçonneries suggèrent que le bâtiment était initialement couvert de tegulae. Les morceaux de TCA retrouvés dans les gravats de la partie sommitale de la face sud montrent que l’édifice a été ensuite couvert de tuiles plates et creuses.

4L’ensemble de la tour est construit avec un calcaire à entroques issu du substrat, sur lequel le bâtiment est assis. On note la présence d’un calcaire secondaire : moellons de 17 cm sur 8 cm de gabarit moyen, assez finement équarris et bien assisés. L’appareillage présente peu de ruptures, à l’exception d’une reprise au centre de l’élévation sud, datée par 14C des années 1312-1433. Elle pourrait être contemporaine de l’extension du site et de sa transformation en maison forte. Tous les éléments architecturés sont réalisés dans un grès à grain fin qui affleure à 2 km au sud. Les chaînes d’angle sont également réalisées en grès, dont la hauteur des pierres équivaut à trois, voire quatre assises de moellons calcaire.

5Le blocage des murs est constitué de calcaire, disposé à plat ou en épi, appareil courant pour les bâtiments lorrains des xie-xiie s. L’enduit daté entre 1019 et 1155 par 14C peut être rattaché à l’édification du bâtiment. Cent-un trous de boulins, presque tous maçonnés et traversants, ont été recensés. Leur ouverture, carrée, mesure en moyenne 11  cm. La gaine maçonnée est couverte de pierres formant linteau. Les trous sont généralement perpendiculaires au mur, mais certains sont disposés en biais. La plupart du temps, un seul boulin les traversait, mais dans les parties basses, on observe des trous au sein desquels deux boulins pouvaient être reliés. La section des boulins était circulaire. Nous comptabilisons jusqu’à dix niveaux de platelage, espacés de 1 m à 1,20 m, identiques sur l’ensemble des élévations, ce qui suggère une phase unique de travaux. Quelques décalages dans l’organisation verticale des trous s’expliquent par la proximité d’une ouverture, un changement de perche, ou un oubli de placer le boulin. Ce principe d’échafaudage à platelage régulier et à un rang de perche est une constante dans les constructions militaires, civiles ou religieuses du xie s.

6La tour d’habitation de Darnieulles présente certaines caractéristiques techniques et stylistiques qui se rapprochent de donjons plus imposants, tels Vaudémont (Meurthe-et-Moselle), Salives (Côte-d’Or) ou Langeais (Indre-et-Loire). Ces comparaisons, les analyses physico-chimiques et la mise en œuvre des matériaux nous autorisent à repenser la période d’édification du bâtiment, en l’élargissant au xie s.

Darnieulles, tour d’habitation seigneuriale, élévation sud. On remarque la porte du premier étage, les fenêtres et le chêneau d’évacuation des eaux pluviales au niveau supérieur.

Darnieulles, tour d’habitation seigneuriale, élévation sud. On remarque la porte du premier étage, les fenêtres et le chêneau d’évacuation des eaux pluviales au niveau supérieur.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Darnieulles, tour d’habitation seigneuriale, élévation sud. On remarque la porte du premier étage, les fenêtres et le chêneau d’évacuation des eaux pluviales au niveau supérieur.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10118/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 845k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Moulis, « Darnieulles (Vosges). Tour d’habitation seigneuriale »Archéologie médiévale, 43 | 2013, 261.

Référence électronique

Cédric Moulis, « Darnieulles (Vosges). Tour d’habitation seigneuriale » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10118 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10118

Haut de page

Auteur

Cédric Moulis

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cédric Moulis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search