Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III 1. – Opérations de terrainDuilhac-sous-Peyrepertuse (Aude)....

Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Duilhac-sous-Peyrepertuse (Aude). Château de Peyrepertuse

Responsable d’opération : Nicolas Guinaudeau
p. 262

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre de l’aménagement et de la sécurisation du château de Peyrepertuse, une campagne de fouilles a été autorisée dans la partie haute du site castral. L’opération, qui a duré 12 jours (octobre 2012), s’est portée sur trois secteurs distincts : l’escalier d’accès au donjon Sant-Jordi, sa salle NO et la carrière sud. Cette intervention a eu d’une part pour objectif de retirer les remblais récents et la végétation gênante, permettant de retrouver les volumes initiaux des espaces. Elle a d’autre part offert l’opportunité d’étudier la stratigraphie sous-jacente conservée.

2La fouille confirme la chronologie fournie par les données historiques ; la construction du donjon Sant-Jordi résulte d’un vaste chantier au milieu du xiiie s. À cette période, l’aménagement de la salle NO a nécessité l’apport d’épais remblais stériles constitués d’éclats calcaires sur lesquels a été installé un niveau d’aménagement argileux. Le cailloutis observé dans la salle ainsi que dans le secteur de la carrière est lié à l’exploitation du rocher calcaire dans la partie méridionale du donjon. Cette activité est confirmée par la découverte d’un coin métallique dans l’un de ces niveaux d’éclats calcaires. Les données stratigraphiques recueillies dans le secteur de la carrière révèlent une exploitation du substrat rocheux au milieu du xiiie, mais également à la fin du xiiie et/ou au cours du xive s. Si l’extraction des moellons calcaires bien équarris du milieu du xiiie s. a nécessité une technique rigoureuse engendrant un front de taille lisse, l’extraction de blocs grossiers à une période postérieure a laissé un rocher étagé et entaillé de manière plus irrégulière.

3Plusieurs niveaux d’occupation ont été repérés dans la salle. Un niveau de circulation caractérisé par la présence de mobilier archéologique et de tuiles canal fragmentées, ainsi que des niveaux cendreux engendrés par les activités domestiques (mise en place de foyers, utilisation d’une cheminée) ont été rencontrés. La dernière période d’occupation de la salle était marquée par l’existence d’un niveau dépotoir de la seconde moitié du xive s. contenant un mobilier riche et diversifié (faune, céramique, fers de trait, paillettes d’applique…). Les niveaux repérés dans cet espace indiquent une occupation des lieux entre 1250 et 1400 environ. Cette chronologie correspond parfaitement aux observations réalisées en 2000 par David Maso lors de la fouille de la salle voisine dite « à la tour médiane » où des niveaux dépotoirs avaient également été repérés. L’étude de vestiges bâtis démontre également l’existence d’une ou plusieurs phases de réaménagement à la fin du xiiie ou dans le courant du xive s. Un massif de maçonnerie est ainsi bâti dans l’angle occidental de la salle, au-dessus des niveaux de foyers. Un mur de refend est également élevé alors que les murs préexistants connaissent des reconstructions partielles. Ces reprises se distinguent nettement des élévations du milieu du xiiie s. en raison de leur mise en œuvre moins soignée et de l’utilisation de blocs calcaires grossièrement équarris. Dans le secteur de la carrière, un collecteur des eaux de ruissellement et des eaux de pluie est bâti à l’extérieur de la salle centrale. Ce dispositif complexe alimentait la citerne aménagée dans cette pièce. Deux murs de soutènement, bâtis à l’aide de pierres liées à la terre, ont été ensuite élevés à l’est du collecteur. Leur installation peut également être située dans le courant du xive s. La réutilisation de la carrière paraît directement liée aux réaménagements de cette période visibles dans le donjon Sant-Jordi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Guinaudeau, « Duilhac-sous-Peyrepertuse (Aude). Château de Peyrepertuse »Archéologie médiévale, 43 | 2013, 262.

Référence électronique

Nicolas Guinaudeau, « Duilhac-sous-Peyrepertuse (Aude). Château de Peyrepertuse » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10120 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10120

Haut de page

Auteur

Nicolas Guinaudeau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Guinaudeau

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search