Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Ingwiller (Bas-Rhin). 9-11-13-15, rue du 11 Novembre

Responsable d’opération : Richard Nilles et Adrien Vuillemin
p. 264-265

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011, 2012
Haut de page

Texte intégral

1Au centre d’Ingwiller, un îlot bâti désaffecté depuis plusieurs décennies a fait l’objet d’un diagnostic (2011) puis d’une fouille préventive (2012) en raison d’un projet de réaménagement. Le site, d’une superficie de 958 m2, est localisé dans le quart NO de la vieille ville, entre la rue du 11 Novembre et la rue du Fossé. Il présente, conservé en élévation, un tronçon du mur d’enceinte médiéval qu’il convenait d’étudier avant sa démolition partielle. Un ensemble de bâtiments adossés au mur d’enceinte médiéval existaient préalablement à l’intervention qui devait permettre d’évaluer l’intérêt et l’état de conservation du tronçon de courtine conservé jusqu’à 6,50 m de hauteur, de réaliser un relevé détaillé du parement côté campagne et une étude architecturale, stratigraphique et technique de l’ouvrage. Une partie du dispositif défensif comprenant la fausse-braie ainsi que le fossé faisait également partie de l’étude, de même que les vestiges d’un atelier de potiers adossé contre la courtine côté ville et en activité à la fin du Moyen Âge.

2L’enceinte d’Ingwiller présente une forme polygonale (neuf côtés), étirée du nord vers le sud. Son périmètre, de 900 m environ, enserre une surface de 5,5 ha. Sa construction fut entreprise à partir de 1346 par Simon de Lichtenberg, puis complétée par un dispositif de défense avancée vers 1452. Au xviie s., elle va connaître différentes atteintes, toujours suivies de restaurations : ainsi en 1658 avec l’entretien des fossés en 1663. Puis en 1684 après une destruction partielle par les Français en 1678. En 1773, le système de défense avancée de la porte basse est démantelé ; au début du siècle suivant, ce sont les portes qui sont détruites.

3L’enceinte fortifiée se compose d’une muraille surmontée d’un chemin de ronde abrité par un parapet percé de fentes d’observation. À son pied se déploie la fausse-braie qui est contemporaine. Ce mur de fausse-braie constitue l’escarpe du fossé large d’une quinzaine de mètres, également doté d’une contrescarpe maçonnée.

4La courtine, conservée sur 54 m de longueur et 3 à 6 m de haut, présente de nombreuses dégradations dues aux bâtiments qui sont venus prendre appui sur elle dès le début du xixe s. Elle n’a fait l’objet que d’une étude du parement côté campagne, moins endommagé que l’autre. Un relevé intégral de la façade a ainsi été réalisé.

5Le fossé n’a pu être dégagé jusqu’à hauteur du mur de contrescarpe. La présence d’eau stagnante, dès l’origine, a pu être mise en évidence par la stratigraphie qui révèle également son mauvais entretien.

6Implanté le long de la courtine, un petit atelier de production de poterie culinaire et de carreaux de poêle a été en partie dégagé dans la partie méridionale du site. Cinq structures en creux, une partie préservée d’un four ainsi qu’une cuve maçonnée en dalles de grès ont été fouillées mais ne constituent certainement qu’une petite partie de l’unité de production en fonction au cours de la seconde moitié du xve s. et largement détruite par la construction de caves profondes de part et d’autre des vestiges découverts.

7La présence de nombreux rebuts et ratés de cuisson rejetés dans les fosses mais également réutilisés dans la construction du four atteste sans aucune ambiguïté de l’activité potière, dont la particularité est d’être implantée intra-muros, chose peu fréquente pour la période médiévale tardive.

8Les vestiges restent difficiles à identifier distinctement en dehors de la structure qualifiée de four. Il s’agit dans ce cas précis de la chambre inférieure matérialisée par une cuvette ovale de 3,30 sur 2,20 m de largeur, faiblement incurvée et caractérisée par la présence d’un revêtement épais d’argile rubéfiée plusieurs fois reconstruit. En l’absence de vestiges des autres parties du four (laboratoire, sole et alandier) et d’éléments de comparaison, il est malaisé d’établir sa typologie. Il sembler toutefois qu’il s’agisse d’une structure à chambre inférieure semi-enterrée et à laboratoire hors-sol, l’ensemble pouvant être surmonté d’un système de couverture démontable.

9La cuve quadrangulaire en dalles de grès non jointoyées établie à côté du four a livré un comblement composé d’argile et de torchis rubéfié, manifestement en relation avec l’activité de l’atelier mais néanmoins postérieur à son fonctionnement proprement dit. Il s’agit peut-être d’une cuve de décantation ou de stockage de l’argile. Enfin, les fosses non aménagées et implantées à proximité du four paraissent avoir servi à l’enfouissement des rebuts de production. Il ne s’agirait cependant que d’une fonction secondaire, leur origine restant difficile à déterminer en l’état.

10Le mobilier abondant prélevé dans les structures, en particulier dans les réfections du chemisage du four, actuellement en cours d’étude (Y. Henigfeld), constitue d’ores et déjà un ensemble de référence à l’échelle régionale.

11Encore partiellement conservé, le bâti construit contre le mur d’enceinte a fait l’objet d’observations durant la phase de diagnostic et a été mis en relation avec le premier plan cadastral de 1834. Les six caves existantes, construites en moellons de grès rose et dont la profondeur a exigé des reprises en sous-œuvre du mur de courtine, n’occupent qu’une partie de l’emprise des bâtiments visibles sur le cadastre napoléonien et pour certaines apparaissent postérieures au dispositif hors-sol. Au cours de la fouille, des maçonneries ont également été découvertes à l’extrémité nord mais n’ont été que rapidement observées. Elles indiquent l’existence de bâtiments antérieurs à l’état figuré en 1834.

Ingwiller, 9-11-13-15, rue du 11 Novembre.

Ingwiller, 9-11-13-15, rue du 11 Novembre.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Ingwiller, 9-11-13-15, rue du 11 Novembre.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10135/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Nilles et Adrien Vuillemin, « Ingwiller (Bas-Rhin). 9-11-13-15, rue du 11 Novembre », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 264-265.

Référence électronique

Richard Nilles, Adrien Vuillemin, « Ingwiller (Bas-Rhin). 9-11-13-15, rue du 11 Novembre » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10135

Haut de page

Auteurs

Richard Nilles

Adrien Vuillemin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Richard Nilles

Adrien Vuillemin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals