Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Martailly-lès-Brancion (Saône-et-Loire). Village de Brancion : terrasse SO du château et « poterne » du bourg

Responsable d’opération : Benjamin Saint-Jean Vitus
p. 266-267

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre des travaux de mise en sécurité et d’aménagement du parcours de visite des vestiges du château de Brancion (classé MH), un décaissement ponctuel était prévu sur l’une des terrasses qui aménagent les pentes de la butte où s’est fixée la résidence seigneuriale, au plus tard autour de l’an Mil. En contrebas, du côté ouest, s’étend la plateforme rocheuse où s’est développé le petit village du même nom. Partie intégrante du « castrum » mentionné par les textes dès la fin du xe s., cette plateforme précocement occupée est dotée de sa propre enceinte à partir des xie-xiie s. au plus tard.

2L’ensemble de ce site de hauteur est, aujourd’hui encore, accessible par une unique porte fortifiée carrossable. Couramment appelée « poterne » dans la tradition locale, elle est localisée au sud, à la jonction de la plateforme du village et de la butte du château. Ainsi la terrasse, objet du décaissement de 2012, qui se trouve située au SO du château, jouxte-t-elle les vestiges de cette « poterne », partiellement ruinée. En même temps, la terrasse s’étend au pied d’un bâtiment isolé dans la pente, dont l’origine est datable du début ou du milieu du xiie s., mais qui s’est vu ultérieurement flanqué de deux tours arrondies vers le sud, avant d’être plusieurs fois repris jusqu’au xixe s. La « poterne » voisine révèle deux états médiévaux principaux : la porte cintrée d’origine, ménageant un passage de 3 m de large environ dans un bref tronçon de courtine appuyé contre le pied de la butte du château, à laquelle est ajouté ultérieurement un avant-corps gagné sur l’extérieur, surmonté des restes d’une salle d’étage d’où l’on manipulait une herse. Cette extension s’accompagne de la construction d’un mur de chemisage enveloppant une partie du flanc sud de la butte du château : ce chemisage méridional limite, entre autres, la terrasse où les travaux avaient lieu.

3Dans ce contexte, la petite fouille préventive de 2012, qui consistait principalement en une tranchée N-S en travers de la terrasse, associée à différents relevés de bâti (poursuivis en 2013), visait tout à la fois à affiner la chronologie de cet ensemble et à retracer l’évolution des constructions et de la topographie des lieux au cours du Moyen Âge. Elle a permis de montrer que la tour ronde appuyée contre l’angle SO du logis en hauteur du xiie s., installé dans la pente du château, était en fait partie prenante du premier état de la « poterne ». En effet, un épais mur arasé, dégagé à cette occasion sur près de 2 m d’élévation du côté sud, la relie au portail primitif, dont il reprend l’orientation. En outre, ce mur est doté d’une ouverture de tir, à proximité de l’ouverture de la porte.

4On s’aperçoit que dans son premier état (actuellement datable entre le milieu du xiie et le début du xiiie s.), cette porte d’entrée du castrum était encadrée par deux brefs tronçons de courtine d’environ 5 m, se terminant chacun par une tour ronde de quelques 6 m de diamètre (des vestiges de la seconde tour et du tronçon de courtine associé subsistent du côté opposé à la zone fouillée). Dans ce dispositif, l’accès à la porte, qui, de l’extérieur, se faisait alors par un chemin très raide depuis le vallon voisin au sud, se trouvait encaissé par des talus qui marquaient les pieds de la butte du château. En dégageant vers l’extérieur cette partie enterrée du système de porterie d’origine, la tranchée de fouille a permis de restituer les profils de ces talus primitifs (aujourd’hui noyés dans la terrasse).

5Dans un second temps, du côté du château, la terrasse actuelle, limitée vers le sud par le nouveau mur de chemisage associé à l’agrandissement de la « poterne », est créée par l’apport de remblais qui viennent combler la pente des talus d’origine. Désormais séparée de l’ouvrage qu’elle dominait, la tour ronde n’apparaît plus qu’en tant que renfort d’angle du logis de mi-pente bâti au xiie s. Les rapprochements opérés entre le mobilier recueilli à la surface des talus d’origine et dans les remblais de construction de la « poterne » et du mur de chemisage méridional, les caractéristiques des maçonneries du second état de la porte, et les résultats d’une analyse par 14C permettent de placer la datation de cet ensemble vers le début du xive s. (alors que les types d’archères, par exemple, « tirent » la chronologie vers le xiiie s.).

6La reprise et l’agrandissement de la porterie peuvent donc être mis en relation, aux alentours de 1300 ou au début du xive s., avec la vaste restructuration du château attestée sensiblement à même époque. Celle-ci est illustrée aussi bien par la construction, au sommet de la butte, d’un vaste corps de logis à salle d’apparat que par le creusement, à ses pieds, d’un fossé (identifié en fouille en 2002-2006), qui crée une nette séparation entre château et bourg à l’intérieur de l’enceinte commune. Dans cette série de transformations, qui soulignent un changement de statut du château, il faut voir l’œuvre des ducs de Bourgogne, propriétaires des lieux depuis qu’ils ont racheté la seigneurie en 1259.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Saint-Jean Vitus, « Martailly-lès-Brancion (Saône-et-Loire). Village de Brancion : terrasse SO du château et « poterne » du bourg », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 266-267.

Référence électronique

Benjamin Saint-Jean Vitus, « Martailly-lès-Brancion (Saône-et-Loire). Village de Brancion : terrasse SO du château et « poterne » du bourg » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 16 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10143

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals