Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Montoulieu (Hérault). Le Castellas

Responsable d’opération : Romain Séguier
p. 269

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Au NE de l’Héraut, à la limite départementale avec l’arrière-pays gardois, le Castellas culmine à 311 m d’altitude à l’est du massif du Thaurac et domine un axe de communication N-S commandant l’accès à la vallée de l’Alzon. Montoulieu relevait d’un réseau castral établi par les Bermond de Sauve, au moins à partir du xiie s. La première mention du castrum date de 1178. Son déclin possible a pu commencer au xiiie s., le château ne semblant plus servir que de grenier à grain aux xive-xve s. Il est abandonné par la suite.

2En mars-avril 2012, afin d’aménager un sentier de randonnée, de sécuriser le site et de le consolider avant de l’ouvrir au public, des sondages ont été entrepris. Neuf zones d’intervention ont été choisies après de lourds terrassements. En partant de la porte sud de l’enceinte du bourg castral, le cheminement a été établi en suivant l’ancien axe de circulation S-N menant au logis seigneurial. Un habitat donnant sur cet axe a fait l’objet d’un sondage au niveau de son entrée. Il présentait une maigre stratigraphie. Un portail d’entrée au sud a mis en évidence une calade, il présente plusieurs phases de réaménagement. Il correspond à l’accès principal faisant le lien entre le logis seigneurial et son bourg. Le cœur du logis seigneurial s’ouvre sur plusieurs pièces, principalement d’habitat (côtés ouest et nord), et, également, sur une tour beffroi, pièce majeure de l’édifice castral ; il était connecté au reste du castrum par au moins quatre accès (sud, SE, NE et NO). Son organisation spatiale interne est mieux cernée, les entrées des différents bâtiments sont mieux connues et situées, son plan global est affiné et enrichi de nouvelles structures (citerne au SO, deux autres pièces au NE et NO). La tour beffroi n’a fait l’objet que d’un nivellement interne de son sol, et les deux logis nord d’un simple dégagement de leurs entrées respectives. Deux sondages stratégiques au niveau des portes ont mis en évidence les systèmes de fermeture et d’accès. La porte NO de l’enceinte du bourg castral a pu être un point de passage réservé ou de contrôle, protégé par l’existence d’une structure d’accès légère démontable/rétractable (?) en cas de nécessité. Elle offrait un accès direct vers l’ouest de la cour du logis castral par une poterne percée dans le mur de l’enceinte seigneuriale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Séguier, « Montoulieu (Hérault). Le Castellas », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 269.

Référence électronique

Romain Séguier, « Montoulieu (Hérault). Le Castellas » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10148

Haut de page

Responsable d’opération

Romain Séguier

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals