Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III 1. – Opérations de terrainNiort (Deux-Sèvres). Place du Donjon

Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Niort (Deux-Sèvres). Place du Donjon

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 271

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1La ville de Niort, sur les franges orientales du marais poitevin, s’est développée sur la rive droite d’un des nombreux bras de la Sèvre Niortaise qui constitue le principal cours d’eau d’un espace encore très marécageux. Cette position stratégique liée tant au franchissement de la Sèvre qu’à sa localisation par rapport à l’actuel marais poitevin a largement participé à son développement depuis le Moyen Âge. La ville s’est installée au sein d’une légère vallée dominée au nord par la colline Saint-André et au sud par la colline Notre-Dame. Quant au donjon, il est bâti au sommet d’un escarpement surplombant d’une dizaine de mètres l’un des nombreux méandres de la Sèvre. Cet escarpement rocheux est aujourd’hui partiellement masqué par un mur de soutènement, mais il demeure encore visible, tant en amont qu’en aval du site.

2Dans le cadre d’un vaste réaménagement urbain, l’installation d’un nouveau réseau d’assainissement des eaux pluviales sur l’actuelle place du donjon, dans l’emprise de l’enceinte ceinturant le château qui se développait autour du donjon, a nécessité un important décaissement qui a atteint parfois plus de 3 m de profondeur. En dépit d’une largeur de tranchée limitée, le diagnostic a confirmé la présence de vestiges. L’ensemble de l’espace semble avoir subi un arasement important à la fin du xixe s. afin de disposer d’une vaste place dégagée de toute occupation. Seuls les vestiges excavés sont conservés, ils montrent une occupation relativement dense et diversifiée sur cette partie du site depuis le xie s.

3Trois phases d’occupation principales ont pu être distinguées. La première est marquée par le développement d’une importante activité d’extraction de matériaux. En effet, le substrat calcaire apparaît fréquemment entaillé, puis comblé, tant par les déchets de taille que par des rejets domestiques. Cinq maçonneries ont été dégagées au sud de l’emprise. Orientées SO-NE, elles appartenaient à des espaces bâtis plus vastes et ont été partiellement appréhendées dans le cadre de l’opération. Au moins trois phases d’aménagement ont pu être observées depuis le xie-xiie s. jusqu’à son abandon probable au cours des xive-xve s., pendant la guerre de Cent Ans. En l’état des connaissances, tout essai d’interprétation paraît impossible. La nature de ces bâtiments n’a pas pu être précisée.

4La troisième phase d’occupation se limite à la partie nord de l’emprise où une cave voûtée a été découverte. Elle est probablement installée au sein d’une carrière, l’irrégularité des parois ayant nécessité la construction de murs de soutènement tant pour les arcs que pour les remblais de carrière adossés. Cet espace semble avoir été aménagé au cours de la période moderne (xvie-xviiie s.). Il fut massivement remblayé au xixe s. Les sondages réalisés en 1991 avaient permis de dégager à l’est de l’emprise une « importante maçonnerie orientée NO-SE », dotée d’une ouverture et d’un emmarchement ; les quelques tessons de mobilier permettaient de proposer une datation antérieure au xviiie s. L’orientation des différentes constructions dégagées sur cette partie de la place pourrait permettre d’associer ces vestiges au même ensemble. L’une des esquisses réalisée par l’ingénieur Claude Masse fait état d’une cave perpendiculaire au donjon et communiquant vraisemblablement avec son fossé. Celle-ci semble soutenue par une série de six arcs de soutènement et complétée au sud par une salle pourvue d’une partition interne. En dépit d’un léger problème d’orientation, l’association entre ce bâtiment figuré par le cartographe et les vestiges bâtis découverts apparaît fort probable. Si son implication dans la défense (coursière de contrescarpe ?) ne peut pas être établie, cette mention a, au moins, le mérite d’attester la présence de cet aménagement au début du xviiie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Niort (Deux-Sèvres). Place du Donjon »Archéologie médiévale, 43 | 2013, 271.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Niort (Deux-Sèvres). Place du Donjon » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10159 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10159

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search