Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Sainte-Colombe-de-Villeneuve (Lot-et-Garonne). La Mothe

Responsable d’opération : Nadine Béague
p. 275

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1L’emprise d’un projet immobilier qui s’inscrit dans un contexte d’éperon barré et/ou de castrum (toponyme la Mothe) encore occupé par des maisons au milieu du xixe s. (actuellement ruinées), a rendu nécessaire la recherche de toutes les traces d’occupation antérieures au xviiie s.

2L’intervention mécanique a porté sur toute la surface du projet de construction (soient 5 000 m² sur les 7 778 m² initiaux), donnant l’occasion de vérifier l’hypothèse d’une mise en valeur d’un site naturel défensif par un système de fossé et/ou de palissade. Le creusement d’un fossé semi-circulaire ou circulaire autour d’une éminence naturelle située sur le promontoire a été mis en évidence. Quelques traces de trous de poteau suggèrent l’implantation d’une palissade, toutefois l’emmottement a été difficile à mettre en évidence, car il n’est pratiquement plus perceptible.

3Les ruines ont été explorées à la pelle mécanique. Le plan des murs encore existants a été dressé et aucune fondation antérieure au xviie s. n’a été reconnue. Les parcelles en pente et boisées qui n’ont pas pu être explorées à la pelle mécanique ont fait l’objet d’une prospection pédestre.

4Le mobilier céramique est médiéval et moderne. La fosse F10, antérieure au comblement du fossé de la motte, a livré d’une part une céramique à cuisson oxydante post-réductrice (pâte rouge et cœur gris) médiévale (panse de pégau) et d’autre part une céramique à cuisson réductrice (pâte grise/brun clair à noire à fines inclusions siliceuses). Les poteries à pâte grise sont épaisses, elles contiennent des inclusions très nombreuses et revêtent plusieurs formes (pot/pichet et jarre). Ce type de céramique est fabriqué dans le sud de la France depuis le haut Moyen Âge. La forme la plus proche trouvée est celle des pots 6B et jatte 10A de Marmande, ce qui permet de les dater du xiiie-xive s. Les poteries à pâte rouge n’apparaissent qu’exceptionnellement avant le xiiie s. et sous peu de formes, d’abord la cruche à bec pincé puis, au xive s., les oule, pégau, jatte, jarre et couvercle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadine Béague, « Sainte-Colombe-de-Villeneuve (Lot-et-Garonne). La Mothe », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 275.

Référence électronique

Nadine Béague, « Sainte-Colombe-de-Villeneuve (Lot-et-Garonne). La Mothe » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10172

Haut de page

Auteur

Nadine Béague

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nadine Béague

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals