Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Toulouse (Haute-Garonne). Place des Hauts-Murats

Responsable d’opération : Catherine Viers
p. 277

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Le terrain concerné par le projet d’aménagement est circonscrit par le rempart du Haut-Empire au nord, compris entre deux tours circulaires et la muraille médiévale au sud. L’emprise concernée par l’étude située dans le prolongement de l’enceinte du château narbonnais est réputée être celle d’une prison depuis l’Inquisition. Cinq phases d’occupation ont été identifiées.

2La première phase se rapporte au Haut-Empire avec la construction du rempart et la présence, à l’extérieur de celui-ci, d’une structure construite mal définie. Une bande de 10 m au-delà du rempart semble épargnée par le creusement des fossés postérieurs. La présence, dans les deux sondages perpendiculaires à la muraille médiévale, d’une couche noire, à plus de 4 m de profondeur, sous-jacente à un important remblai d’une puissance de 1 à 3 m rappelle le comblement du fossé d’origine carolingienne identifié à la Cité Judiciaire.

3La seconde phase est celle de la surélévation du rempart antique dès le dernier tiers du xiiie s. et de la construction du bâtiment principal attenant. La fortification est construite après nivellement du rempart du Haut-Empire à 147,05 m NGF. Au nord comme au sud, cette muraille conserve entre 6 et 7 m de hauteur et les vestiges du chemin de ronde. Ce dernier est surélevé d’une cinquantaine de centimètres probablement à la fin de la période médiévale ou au début de la période moderne. À cette phase appartiennent une structure à encorbellement, deux niveaux de sol et le remblaiement rencontré dans la cour.

4La phase 3 s’étend de la fin du xviie au début du xviiie s. Elle a révélé un dallage en briques comportant de nombreuses réfections. Le niveau de la cour est à nouveau rehaussé. Le chemin de ronde et la base du rempart sud sont aménagés en glacis. C’est peut-être à ce moment là que le chemin de ronde au nord a été détruit et la construction surélevée.

5La dernière phase se situe au début du xixe s. avec un aménagement sur poteaux à l’intérieur du bâtiment principal. Puis le bâtiment est subdivisé par des murs de refend et doté d’une cheminée à la période contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Viers, « Toulouse (Haute-Garonne). Place des Hauts-Murats », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 277.

Référence électronique

Catherine Viers, « Toulouse (Haute-Garonne). Place des Hauts-Murats » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 16 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10176

Haut de page

Auteur

Catherine Viers

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Viers

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals