Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Villebois-Lavalette (Charente). Le Château

Responsable d’opération : Adrien Montigny
p. 278-279

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Le château de Villebois-Lavalette est mentionné autour de l’an Mil, au moment où le comte d’Angoulême disposait d’une église in castro Villaboensi. Toutefois, un certain Itier, princeps de Villa Boensi, puis Hélie dit dux de Villebois apparaissent dans la mouvance des comtes d’Angoulême vers le milieu du xe s., ce qui peut laisser penser que le château existe dès cette période. Vers le début du xiie s., la famille se divise en deux branches : celle des seigneurs de Cognac et de Villebois qui conservent le dominium sur le château et celle des Itier de Villebois qui possèdent des droits sur la place. La branche aînée dont la dernière héritière, Amélie, meurt sans postérité avant 1199, conserve le château jusqu’à la fin du xiie s. Durant la première moitié du xiiie s., le château passe aux mains des Lusignan à qui l’on attribue généralement la construction de la vaste enceinte castrale. En 1355, le roi de France échange le château – entré en sa possession à l’extinction de la lignée des Lusignan –, avec le seigneur de Mareuil dont les descendants le conserveront jusqu’au xvis.

2Au cours des guerres de Religion, le duc d’Épernon dirige, en 1589, le dernier assaut que connaîtra le château et écrase les ligueurs qui s’y sont réfugiés. Quelques années après l’avoir assiégé, il rachète le château. S’il n’y lance pas de grand programme architectural, il est probablement à l’origine de la modification d’une partie du système défensif. En 1660, le château est acheté par le duc de Navailles qui entreprend en 1667 une véritable reconstruction dont naît un vaste château moderne. Très rapidement la famille de Navailles, qui réside à la cour, se désintéresse de Villebois. Avant même le milieu du xviiie s., le château est administré par des créanciers et ce jusqu’à la Révolution.

3Vendu comme bien national, le château sert de prison, puis de gendarmerie et d’école. En 1914, Maurice de Fleury rachète le château à la commune et entreprend la restauration de l’aile ouest du logis. Sa famille poursuit cette entreprise avec l’aide d’une association locale et de la commune. En 2000, un changement de propriétaire entraîne de nouveaux projets de restauration et de valorisation du site, que des campagnes de fouilles programmées portant sur le noyau castral ont accompagnés de 2003 à 2007.

4Dans le cadre de ces projets, un diagnostic a concerné deux secteurs distincts : la totalité de la basse cour et la terrasse sud, d’une superficie totale de 5 304 m². Les sondages réalisés sur la terrasse sud ont montré la présence de puissants remblais de démolition et de plusieurs maçonneries appartenant très probablement au front défensif sud tourné vers le promontoire à l’extrémité duquel le château est érigé. Ceux qui ont été implantés en différents points de la basse cour ont permis d’observer des structures s’échelonnant au moins de la première moitié du xiiie s. jusqu’aux aménagements scolaires du xixe s. Cette basse cour apparaît comme un espace densément occupé. Les structures observées sont de natures variées : niveaux de sols, fosses, fours, bâtiments… Des niveaux d’occupation antérieurs à l’enceinte du xiiie s. ont été identifiés à l’extrémité nord de la basse cour. Ce constat mis en relation avec les résultats des fouilles réalisées de 2003 à 2007 montre une occupation précoce de l’ensemble de l’emprise actuelle du château. Les sondages ont également mis en évidence la présence de nombreuses constructions postérieures à l’enceinte. Si certains bâtiments étaient documentés par différentes sources, d’autres n’était pas connus. Malheureusement, des creusements du xixe s. ont parfois entraîné la destruction des niveaux médiévaux, comme cela a été le cas le long du mur nord de la chapelle castrale. La datation de ces différentes structures reste difficile du fait du manque de références concernant le mobilier céramique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Montigny, « Villebois-Lavalette (Charente). Le Château », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 278-279.

Référence électronique

Adrien Montigny, « Villebois-Lavalette (Charente). Le Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10185

Haut de page

Auteur

Adrien Montigny

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Adrien Montigny

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals