Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III 1. – Opérations de terrainVitrac (Dordogne). Château de Mon...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Vitrac (Dordogne). Château de Montfort, la Garenne

Responsable d’opération : Nadine Béague
p. 279

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Le diagnostic a essentiellement porté sur la place allongée située en pied de rempart, où des bâtiments se trouvaient encore au début du xixe s. La taille et l’aménagement de la roche calcaire en terrasses successives y ont été mis en évidence, de même que des fondations de murs s’y appuyant. Ils correspondent au bâti visible sur le cadastre napoléonien. L’ensemble du bâti, qui semble plus ou moins contemporain des habitations subsistant sur la terrasse inférieure, peut être rattaché au plus tôt au xvie s. Deux monnaies témoignent d’une occupation qui va jusqu’au xviiie s. puis d’un abandon progressif au xixe s. Les aménagements de terrasses au pied de l’enceinte du château en contrebas de l’accès actuel sont plus difficiles à appréhender, notamment en raison de la réutilisation de très grosses pierres de taille, vraisemblablement récupérées lors d’une des reconstructions du château.

2L’espace où sont situés les sondages est une placette allongée dans le sens N-S. Il est évident que l’espace compris entre le premier mur d’enceinte et l’enceinte basse (ou braie) doublant l’enceinte principale était, dès les premiers temps, taillé dans la roche pour y ménager une lice, constituant une sorte de plateforme. La lice a dû être laissée telle quelle puisque le remblai de grosses pierres US 20 est manifestement moderne.

3Le mur M2 du sondage 3 est vraisemblablement la suite du mur qui cernait complètement le château jusqu’au début du xixe s. Les deux tronçons de mur reconnus dans ce sondage (M1 et M2) se situent à l’endroit où un passage figure en pointillé sur le cadastre napoléonien, ce sera plus tard l’entrée du château telle que nous la connaissons. Ce passage devait être constitué en terrasse avec des marches taillées dans la roche et des pierres pour retenir la terre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadine Béague, « Vitrac (Dordogne). Château de Montfort, la Garenne »Archéologie médiévale, 43 | 2013, 279.

Référence électronique

Nadine Béague, « Vitrac (Dordogne). Château de Montfort, la Garenne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10186 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10186

Haut de page

Auteur

Nadine Béague

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nadine Béague

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search