Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Chronique des fouilles médiévales...IV. – Sépultures et nécropolesIV 1. – Opérations de terrainAmbérieux, Les Chères, Quincieux ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Ambérieux, Les Chères, Quincieux (Rhône). A466

Responsable d’opération : Christine Vermeulen
p. 286-287

Texte intégral

1Le tracé de l’A466, long d’environ 4 km, concerne une surface de 664 499 m2 au nord de l’agglomération lyonnaise. Cette emprise traverse une plaine bordée à l’ouest par l’Azergues et à l’est par la Saône. Cette topographie assez monotone est ponctuée au nord par une butte de loess.

2Bien que potentiellement très sensibles, les territoires des différentes communes traversées demeurent encore mal connus. Les données collectées concernent toutes les périodes depuis la préhistoire ancienne. Une courte occupation de plein air, datée du Paléolithique supérieur, au nord de l’emprise, se présente sous la forme d’un épandage lâche, mais clairement délimité de galets et de blocs de taille décimétrique auxquels sont associés des restes de faune et une dizaine de pièces de silex taillées. Les sondages ayant livré du mobilier céramique et/ou lithique du Néolithique sont regroupés au nord, au centre et au sud suggérant l’existence de trois secteurs d’occupation. Mis à part les fragments de céramique associés à différents horizons stratigraphiques, seuls trois vases de stockage témoignent d’une fréquentation de secteur durant l’âge du bronze (bronze ancien et bronze final). Ces derniers, distants de plusieurs centaines de mètres, sont révélateurs de l’exploitation des terres en périphérie d’un habitat vraisemblablement localisé hors emprise. Des fosses datées du premier âge du fer dénotent la proximité d’un habitat sans doute localisé lui aussi hors emprise. Pour La Tène finale (milieu iie-ier s. av. J.-C.), six dépôts secondaires de crémation en fosse, au nord, viennent compléter un panorama plutôt pauvre des occupations funéraires de la période gauloise en Rhône-Alpes. Sur ce même secteur, deux fossés aux orientations pratiquement perpendiculaires et de chronologie similaire sont de toute évidence les témoins d’un aménagement du paysage. Au centre, un petit ensemble se distingue par la présence de fossés et de structures domestiques (fosses, calage de poteau) dont l’organisation reste à définir ; l’hypothèse d’un secteur d’habitat paraît plausible. Enfin, plus au sud, un dernier fossé témoigne une fois encore de la volonté de délimiter les espaces. Même si aucun autre vestige de cette époque n’a été mis au jour sur ce secteur, la présence de mobilier céramique dans le comblement de la structure révèle la proximité d’une installation humaine.

3Localisées sur le secteur nord, en limite d’emprise, deux fosses d’époque augustéenne restent pour l’instant des structures isolées. Parmi les quatre fossés observés sur le tracé du projet, deux sont disposés perpendiculairement et les deux autres se situent à plus d’1  km au sud et au nord. Malgré l’absence de vestiges révélateurs d’une occupation ou d’une activité spécifique, les lots de mobilier, datés de la fin du ier s. apr. J.-C. et/ou du début du iie s. apr. J.-C., associés aux comblements de trois des quatre fossés mis au jour suggèrent la proximité d’habitats ayant un statut honorable (sigillée, amphore).

4Enfin, au nord de l’emprise, 34 inhumations ont été observées. Les individus reposent sur le dos, la tête à l’ouest, sauf un qui a la tête à l’est. La datation de la fin de l’Antiquité découle de la présence d’un petit vase en céramique déposé dans une des tombes, cependant ce type de vase se rencontre également dans la première partie du haut Moyen Âge.

5Au centre de la surface explorée, une grande fosse subrectangulaire (5 x 7 m) particularisée par un profil à fond relativement plat et des bords verticaux (prof. 0,30 m) pourrait être interprétée comme une structure excavée du type « fond de cabane ». Cette hypothèse semble étayée par la présence à proximité de trous de poteau et d’une fosse au profil bombé qui rappelle la forme connue pour les fosses silos. Cet ensemble caractériserait ainsi un habitat du xe-xie s.

6Au nord du tracé, des structures d’habitat (fosses, fossés, trous de poteau), un chemin bordé de fossés et sept sépultures pourraient, malgré le peu d’éléments datants, appartenir à une même phase d’occupation qui serait caractérisée par un espace domestique et un espace funéraire daté des vie-viie s. Cet ensemble se situe une centaine de mètres au sud des 34 sépultures datées de l’Antiquité tardive/haut Moyen Âge.

7À côté de quelques trous de poteau et fosses isolées, au sud de l’emprise, deux sondages ont révélé la présence de deux murs et un caniveau. La définition de la fonction de ces constructions localisées en plein champ trouve son explication dans la superposition des relevés effectués sur le terrain et du cadastre napoléonien, montrant qu’à cet endroit se situaient le bief du Moulin de la Thibaudière et le chemin de Batailly. Ces aménagements ont donc de toute évidence un lien avec les vestiges mis au jour sur le tracé autoroutier.

8Enfin, le tracé de 58 fossés et cinq chemins a été relevé sur l’ensemble de l’emprise. La superposition de ces tracés sur les plans cadastraux actuel et napoléonien montre que la plupart d’entre eux se développent suivant des axes coïncidants. Au-delà des structures modernes ou contemporaines, si on applique ce même exercice sur le tracé des fossés protohistoriques (La Tène) et historiques (Antiquité et Moyen Âge), on constate qu’ici aussi bon nombre d’orientations concordent. L’hypothèse d’y voir les prémices de la mise en place du découpage actuel est donc plausible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Vermeulen, « Ambérieux, Les Chères, Quincieux (Rhône). A466 »Archéologie médiévale, 43 | 2013, 286-287.

Référence électronique

Christine Vermeulen, « Ambérieux, Les Chères, Quincieux (Rhône). A466 » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10214 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10214

Haut de page

Responsable d’opération

Christine Vermeulen

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search