Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Aubonne (Doubs). 12, rue Grande, les Brayes

Responsable d’opération : David Billoin
p. 287-288

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Le diagnostic réalisé en amont d’un projet de construction d’un hangar agricole, au lieu-dit Montbey, a révélé une nécropole mérovingienne inédite. Elle prend place sur le flanc est d’une petite colline à proximité immédiate du village d’Aubonne, en position dominante, surplombant un axe de circulation antique présumé, venant de Pontarlier-Saint-Gorgon-Main, en direction de Besançon par la vallée de la Loue. Les tranchées de sondages permettent de supposer que la forme de ce site funéraire s’apparente à un quadrilatère d’une emprise avoisinant les 2 000 m2, comptant entre 600 et 700 tombes. Les sépultures, orientées E-O, sont disposées en rangées régulières, sans concentration particulière. Les recoupements entre tombes sont dans l’ensemble assez peu nombreux, ce qui induit la présence originelle de marquages de surface, quelques regroupements de sépultures indiquent vraisemblablement des tombes multiples, des cas de superpositions plus ou moins strictes ou encore des inhumations successives accolées, comme c’est généralement le cas sur les nécropoles de cette période. La surface détruite par une carrière de sable au tout début du xxe s., à l’origine de la mention de « tombes préhistoriques » dans la bibliographie, est assez limitée.

2Les fosses creusées dans le substrat morainique apparaissent à faible profondeur, directement sous la terre végétale, et ne révèlent en surface aucune architecture construite en pierre ni d’éléments exogènes, hormis quelques blocs calcaires de lapiaz. Les largeurs de 80 tombes observées dans les tranchées de sondages varient entre 0,55 et 1,20 m, la moyenne se situant autour de 0,75 m. Des alignements ponctuels de galets sur le pourtour de certains comblements signalent le calage de contenant boisé, ce qui est confirmé par la fouille de trois tombes tests, l’une située en périphérie ouest de la nécropole, et les deux autres, superposées, en partie centrale. La première a révélé l’inhumation d’un adulte masculin doté d’un assez riche dépôt funéraire pour ce secteur géographique, composé d’une arme, d’un scramasaxe, d’une garniture de ceinture, d’une petite boucle en fer, du contenu d’une aumônière (trois objets récupérés) et d’une monnaie en or. Ces objets permettent de dater la tombe à la fin du vie/tout début du viie s. (transition MA1/MA3 de la chronologie Legoux, Périn) et de documenter des pratiques funéraires, telles que le dépôt des objets associés à l’arme (ceinture en position non fonctionnelle) et l’obole à Charon, par la monnaie située sous la main gauche. Les deux autres inhumations, sans mobilier, se distinguent par une fosse dont les dimensions imposantes (1,10 m x 2,25 m) rappellent celles des chambres funéraires. Elles accueillent un homme mature placé au centre dans un coffrage boisé large, sur lequel la seconde inhumation se superpose avec un léger décalage d’orientation. La position de cet individu, mains croisées sur le pubis, et l’emploi d’un coffrage boisé très étroit soutiennent l’argumentation d’une phase plus récente (viiie ?). Des datations 14C sont en cours pour tenter de préciser la chronologie respective de ces deux tombes.

3L’intérêt de cette nouvelle nécropole, dans un secteur de moyenne montagne particulièrement attractif par l’un des rares axes de franchissement du massif du Jura, par Pontarlier et le col de Jougne, utilisé depuis la préhistoire jusqu’à nos jours, doit être souligné. L’importance stratégique de ce secteur transparaît essentiellement par des nécropoles du haut Moyen Âge à dépôts funéraires assez riches, disséminées dans la Chaux d’Arlier et ses abords, autour de la station routière antique de Pontarlier (l’hypothétique Ariarica de l’Itinéraire d’Antonin ou l’Abiolica de la Table de Peutinger).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Billoin, « Aubonne (Doubs). 12, rue Grande, les Brayes », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 287-288.

Référence électronique

David Billoin, « Aubonne (Doubs). 12, rue Grande, les Brayes » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10218

Haut de page

Auteur

David Billoin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Billoin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals