Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Chronique des fouilles médiévales...IV. – Sépultures et nécropolesIV 1. – Opérations de terrainBrive (Corrèze). Places Charles-d...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Brive (Corrèze). Places Charles-de-Gaulle et Latreille

Responsables d'opération : Emmanuel Barbier, Katia Lagorsse et Pauline Duneufjardin
p. 288-289

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1La collégiale Saint-Martin occupe actuellement une position centrale au sein de la ville de Brive. Dès le ve s., un oratoire accueillant la sépulture de Saint-Martin « l’Espagnol » est fondé, probablement à l’emplacement de l’église actuelle.

2Ce secteur de la ville fait l’objet depuis quelques années d’un vaste programme de rénovation urbaine. Un diagnostic réalisé en février-mars 2012 (C. Maniquet C.) avait confirmé le fort potentiel de ce secteur. Sous les niveaux de la place Charles-de-Gaulle affleuraient un ensemble de vestiges liés tant à l’occupation funéraire qu’au développement de la collégiale et des bâtiments conventuels attenants. En revanche, l’espace situé au sud de l’église (place Latreille) n’avait pas pu être évalué.

3L’intervention s’est déroulée en deux phases distinctes. La première (juillet-septembre 2012) était limitée à la place Charles-de-Gaulle (chevet, franges nord et ouest de la collégiale) et la seconde (octobre 2012) à la place Latreille (sud de la collégiale). À l’exception de zones balisées (plantations, reprises de réseaux), la cote de fond de fouille n’excédait pas 0,80 m.

4Quatre grandes phases d’occupation ont pu être distinguées à l’issue des deux campagnes de fouille révélant une importante présence funéraire (près de 620 sépultures). Du parvis jusqu’au nord de la collégiale, l’existence d’une nécropole est avérée (vie-xie s.). Elle s’installe aux abords d’un site antique, comme semblent l’attester les nombreux vestiges architecturaux (murs, tegulae, sols en béton de tuileau) ainsi que les restes de mobilier céramique, dont la nature ne peut pas être précisée. La nécropole bénéficie au contraire d’un très bon état de conservation. Près d’une quarantaine de sarcophages ont été observés tant au nord qu’à l’ouest de l’église actuelle ; ils accueillent une population variée (périnatals, enfants et adultes) et se concentrent au sein d’espaces confinés et délimités pour certains par des murets.

5Cette occupation funéraire se développe jusqu’au sud de la collégiale où une soixantaine de sépultures similaires ont été observées. Contrairement à l’espace situé plus au nord, aucune maçonnerie potentiellement associée aux sarcophages n’a été dégagée.

6Cette première grande phase d’inhumations présente deux états distincts tant à l’ouest qu’au sud de l’église actuelle. Le premier apparaît peu perturbé. Les couvercles usent généralement d’une couverture en bâtière et des logettes céphaliques sont ponctuellement présentes. Quant à la seconde période d’inhumations de la nécropole, elle est installée au contact de la première suite à un remblaiement massif issu de démolitions. Ce réaménagement peut-il être associé aux travaux mentionnés au viie s. par Grégoire de Tours ? L’état de la recherche ne permet pas encore de le préciser, mais ces données seront davantage documentées à l’issue des différentes analyses en cours (datations 14C, étude des sarcophages, etc.).

7Les sarcophages monolithes sont taillés dans un grès local très poreux ; ce matériau très friable a nécessité de nombreux aménagements in situ (retailles diverses…).

8La seconde phase d’occupation (xiie-xve s.) se manifeste par le développement de la collégiale. Un cloître est édifié au nord de l’église afin d’accueillir la communauté de chanoines. Salle du chapitre, galerie, jardins et celliers ont également été découverts. L’espace funéraire semble s’étendre désormais au niveau du chevet tandis que les inhumations se poursuivent sur le parvis et au sud de l’église. La découverte, dans ce secteur, d’une sépulture collective comptant près de 30 individus mérite d’être évoquée. Leur installation dans la fosse paraît précipitée et interroge sur la nature de cet événement qui semble intervenir vers le milieu du xiie s. En effet, l’un des défunts possédait une bourse de monnaies qui devrait fournir de précieuses informations chronologiques.

9La galerie du cloître recèle de nombreuses sépultures dont l’étude devrait participer à une meilleure identification de la population qui résidait au sein d’un espace traditionnellement dédié aux seuls desservants du culte de Saint-Martin. L’architecture des tombes évolue, représentée désormais par des coffrages de pierres, installés au détriment des maçonneries contemporaines de la première nécropole.

10Un four à chaux, installé sur le parvis, se distingue au sein de cet espace voué quasi exclusivement aux inhumations. Les coffrages étant installés sur ses ruines, il semble antérieur à l’occupation funéraire et son association avec le chantier de la collégiale peut être envisagée.

11La troisième phase d’occupation se concentre au chevet de l’église. Elle se manifeste par le maintien d’une aire funéraire (xve-xviiie s.). Ce cimetière de type paroissial, perturbé par des aménagements plus récents (canalisation d’un égout…), présente une très forte concentration de sépultures : près d’une centaine d’individus ont été observés. Le parvis, en tant qu’espace ouvert, semble épargné par les aménagements.

12Les inhumations se poursuivent au sud de l’église, toutefois l’espace qui leur est dédié semble se limiter à la moitié sud de la place. Contrairement au cimetière paroissial mentionné au chevet de l’église sur les plans de la période moderne, cette aire sépulcrale n’est nullement documentée.

13Enfin, la dernière phase d’occupation du site se manifeste par une vaste rénovation urbaine impliquant un abandon de l’espace funéraire déplacé à l’extérieur de la ville de Brive. De même, les bâtiments du cloître sont détruits au bénéfice de nouvelles constructions d’agrément, telle une imposante fontaine, édifiée au sortir d’une rue qui modifie largement la topographie médiévale jusque-là préservée aux abords de la collégiale. Les secteurs contigus à l’église sont investis par de nombreuses constructions généralement pourvues de caves (maisons d’habitations, échoppes…). Grâce aux études en cours, cette fouille permettra de mieux connaître les abords d’un édifice dont l’installation puis le développement conditionnent largement le maillage urbain de Brive.

Brive, vue générale de l’aire funéraire (vie-xviiie s.) découverte sous l’actuelle place Latreille (sud de la collégiale).

Brive, vue générale de l’aire funéraire (vie-xviiie s.) découverte sous l’actuelle place Latreille (sud de la collégiale).

Cl. Bénédicte Leprêtre, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Brive, vue générale de l’aire funéraire (vie-xviiie s.) découverte sous l’actuelle place Latreille (sud de la collégiale).
Crédits Cl. Bénédicte Leprêtre, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10220/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 897k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, Katia Lagorsse et Pauline Duneufjardin, « Brive (Corrèze). Places Charles-de-Gaulle et Latreille »Archéologie médiévale, 43 | 2013, 288-289.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, Katia Lagorsse, Pauline Duneufjardin, « Brive (Corrèze). Places Charles-de-Gaulle et Latreille » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10220 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10220

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Barbier

Articles du même auteur

Katia Lagorsse

Pauline Duneufjardin

Haut de page

Responsables d'opération

Emmanuel Barbier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Katia Lagorsse

Pauline Duneufjardin

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search