Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Éraville (Charente). Église Saint-Pierre

Responsable d’opération : Sophie Vallet
p. 290

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1L’église Saint-Pierre est implantée sur le coteau sud d’un petit vallon de la champagne charentaise, en contrebas du bourg d’Éraville. Cet édifice, composé d’une nef unique et d’un chevet simple à abside, a été amputé d’une partie de ses proportions originales. Il souffre aujourd’hui de la dégradation de ses maçonneries, due à un remblaiement massif des abords du mur gouttereau nord et du parvis entre les xvie et xixe s. Pour pallier ces problèmes, la commune projette un programme d’aménagement visant à favoriser le drainage de ces zones et à redonner sa grandeur architecturale à la façade de cette église inscrite aux MH. Une opération archéologique pour documenter les niveaux au contact des maçonneries à l’extérieur de l’église a été prescrite par le SRA.

2Le dégagement de trois bases de contreforts, de factures différentes, ainsi que des fondations du chevet, reflète les remaniements subis au cours des siècles par l’édifice et présupposés par l’analyse architecturale. Quarante sépultures ont été mises au jour dans les niveaux fouillés, la plus grande densité ayant été rencontrée au niveau du parvis. Aucune n’est antérieure à l’édifice et certaines s’appuient directement sur les murs de l’église. Elles offrent différents modes d’inhumation : en coffrage de bois et/ou de pierre, en fosse rupestre couverte, en cercueil, avec contenant souple de type linceul. L’architecture funéraire et la caractérisation typochronologique des dépôts de mobilier céramique dans la tombe permettent de dater ces structures entre le xiie et le xvie s. Les niveaux supérieurs renferment des sépultures en cercueil relativement récentes (début xxe s.) qui témoignent de la continuité de l’utilisation de cet espace d’inhumation jusqu’à 1920, date où il est clôturé au profit du nouveau cimetière construit en dehors du bourg.

3Des blocs calcaires trapézoïdaux de grandes dimensions ont été découverts au sein de l’aire funéraire. Certains venaient recouvrir des sépultures rupestres, d’autres ont été mis au jour dans l’exhaussement du sol devant l’entrée de l’édifice, à l’emplacement de l’implantation d’un mur-bahut. L’étude technologique confirme leur état d’ébauche ; il s’agirait vraisemblablement de blocs se prêtant à la réalisation de sarcophages. La perception de cette aire sépulcrale n’étant entrevue qu’à partir d’une petite fenêtre, il est possible qu’une implantation funéraire plus précoce puisse expliquer la présence de ces éléments et par là même la construction de cette église dans le fond de ce vallon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Vallet, « Éraville (Charente). Église Saint-Pierre », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 290.

Référence électronique

Sophie Vallet, « Éraville (Charente). Église Saint-Pierre » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10226

Haut de page

Responsable d’opération

Sophie Vallet

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals