Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Étréham (Calvados). L’Église

Responsable d’opération : Vincent Hincker
p. 290-291

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1La découverte fortuite d’une cuve de sarcophage lors des travaux de réaménagement de la RD 123 à Étréham est à l’origine d’une fouille préventive qui, malgré l’exiguïté de la surface concernée (de l’ordre de 250 m2), a permis l’étude de 70 tombes. Elles apparaissent sous la forme de fosses rectangulaires aux angles arrondis, creusées dans le calcaire sur une profondeur allant de 10 à 90 cm. Ces fosses sont soigneusement rangées en lignes parallèles, orientées selon un axe NE-SO. L’analyse taphonomique, complétée par l’observation du comblement des fosses sépulcrales, permet de restituer pour la plupart la présence d’un coffrage de planches assemblé à même la tombe, dont le maintien était assuré au moment de l’inhumation par des murets de petites dalles calcaires arrachées au substrat sous-jacent. Un tel dispositif suggère que le défunt était amené sur place posé sur un brancard funéraire d’où il était descendu pour être déposé dans la tombe. De ce fait, les objets de parure qui accompagnaient la plupart des morts demeuraient visibles jusqu’à la fermeture de la tombe. Malgré des traces manifestes de pillage qui concernent près de 34 % des tombes, beaucoup comportaient encore du mobilier funéraire qui permet de dater la majorité d’entre elles des deux derniers tiers du vie s. Les sépultures féminines, très majoritaires, contenaient ainsi des fibules, des colliers de perles de verre et d’ambre, des bracelets, une châtelaine auxquels s’ajoutent trois gobelets en verre.

2Une seconde phase d’inhumation postérieure, attestée par une dizaine de sépultures dont celle en sarcophage, se remarque par un léger changement d’orientation. Les corps sont alors déposés dans des fosses très étroites, impliquant très probablement l’usage de linceuls, recouvertes de planches de bois.

3Toutes les tombes étudiées lors de cette opération appartiennent à un très vaste cimetière mérovingien déjà ponctuellement reconnu à l’occasion de découvertes fortuites au xixe s. La dispersion de ces trouvailles permet de dresser le plan d’une aire sépulcrale couvrant plus d’1 ha et englobant l’emplacement de l’actuelle église paroissiale. C’est précisément dans ce lien topographique avec l’église que réside l’intérêt des résultats de la fouille conduite en 2012, venant attester l’ancienneté de la nécropole qui y est associée. À ce titre, le site d’Étréham illustre un processus encore peu observé à l’échelle de la Basse-Normandie et qui consiste en l’installation du lieu de culte chrétien sur un cimetière préexistant, à moins que l’un et l’autre aient été créés conjointement à une date précoce, au début de la période mérovingienne, voire durant l’Antiquité tardive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Hincker, « Étréham (Calvados). L’Église », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 290-291.

Référence électronique

Vincent Hincker, « Étréham (Calvados). L’Église » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10230

Haut de page

Auteur

Vincent Hincker

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Hincker

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals