Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Chronique des fouilles médiévales...IV. – Sépultures et nécropolesIV 1. – Opérations de terrainHarfleur (Seine-Maritime). Les Co...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Harfleur (Seine-Maritime). Les Coteaux du Calvaire

Responsable d’opération : Julien Boisson
p. 291

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1La création de logements a entraîné la réalisation d’un diagnostic sur les pentes du Mont-Cabert, à l’est du centre-ville actuel et à proximité immédiate du fossé qui cerne la ville à partir des xive-xve s. Il a révélé une occupation antique dense ainsi que quelques sépultures mal conservées et un demi-sarcophage détruit partiellement lors de la construction d’un pavillon dans les années 1950-1960, datés a priori de l’époque mérovingienne. La probabilité de l’existence d’un cimetière de cette époque dans les parcelles situées sur les pentes du Mont-Cabert était connue depuis longtemps par la découverte d’ossements et de sarcophages dès le début du xixe s., mais la localisation précise de ces découvertes avait été perdue au fil du temps. La fouille s’est déroulée sur plusieurs parcelles représentant près de 5 ha. Elle a montré une forte activité anthropique dès l’Antiquité, présence qui semble perdurer au haut Moyen Âge et probablement au-delà. Elle a également révélé dans la partie ouest de l’emprise l’existence d’une importante nécropole mérovingienne. Au total 570 sépultures et 80 réductions ont été dénombrées. Les sépultures se superposent sur plusieurs niveaux et sont creusées dans le substrat pour les plus anciennes ou dans un niveau remanié qui correspond à la démolition d’un bâtiment gallo-romain et au colluvionnement issu de l’occupation antique alentour. La nécropole est implantée dans les ruines d’un grand bâtiment romain d’une superficie approchant les 2 000 m² et dont on ne connaît pas l’extension vers le SO. Elle respecte scrupuleusement les limites du bâtiment qui devait encore être partiellement en élévation ; plusieurs sépultures sont ainsi installées dans les murs en ruines.

2La majorité des défunts sont inhumés sur le dos, seuls trois ont été découverts sur le ventre et un en position fœtale. Les premières observations permettent de supposer la cohabitation de plusieurs modes d’inhumation, avec ou sans linceul et/ou vêtement, que ce soit en pleine terre, dans un coffrage de bois ou cercueil, dans un sarcophage en plâtre ou en calcaire. Certaines sépultures sont architecturées, avec la présence de coffrage en pierre (rognons de silex et blocs calcaires).

3Les tombes sont majoritairement installées NO-SE, avec la tête au NO, et pour une minorité SO-NE avec la tête au SO ; quelques orientations différentes sont toutefois à dénombrer. Près de 1 400 objets, pour la plupart récurrents sur les sites de cette époque, ont été mis au jour ; certaines sépultures étaient plutôt « richement » dotées tandis que d’autres ne comportaient aucun dépôt. On notera en particulier la présence d’une grosse perle et d’une boucle de ceinture en cristal de roche.

4Seules quelques zones du cimetière ne sont pas documentées : la construction d’un pavillon en plein centre de l’espace funéraire a détruit une partie des sépultures, l’angle sud qui se situe sous une route non touchée par la prescription et enfin la limite ouest (ou SO) dont le fossé d’enceinte a été fortement perturbé par un fossé moderne et les travaux liés à la fortification de la ville aux xive-xve s. Enfin les premières sépultures apparaissaient très vite sous la terre végétale et on peut donc estimer que quelques-unes ont pu être détruites. Cela permet d’augmenter entre 50 et 100 le nombre réel des inhumations dans la nécropole des Coteaux du Calvaire d’Harfleur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Boisson, « Harfleur (Seine-Maritime). Les Coteaux du Calvaire »Archéologie médiévale, 43 | 2013, 291.

Référence électronique

Julien Boisson, « Harfleur (Seine-Maritime). Les Coteaux du Calvaire » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10233 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10233

Haut de page

Auteur

Julien Boisson

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Julien Boisson

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search