Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Mirebeau (Vienne). Prieuré Saint-André

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 294

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Installée sur une butte, la ville de Mirebeau occupe une place stratégique sur la route de Poitiers à Saumur, avec, au sud, les grands plateaux calcaires de la plaine mirebalaise à vocation céréalière et, au nord, les vallées précédant le franchissement de la Loire. Au Moyen Âge, Mirebeau constitue une ligne de défense majeure des comtes d’Anjou, qui y installent une forteresse assise sur une motte artificielle et enceinte d’un important mur de fortification. De nombreux établissements religieux s’y développent sous l’influence, notamment, d’Aliénor d’Aquitaine à la fin du xiie s.

2Un siècle plus tôt (1052), l’abbaye de Bourgueil y installe un prieuré alors situé hors les murs de la ville. Cet établissement prospère très rapidement et possède de nombreux domaines aux environs de Mirebeau lui garantissant de substantiels revenus. Cette position confortable semble se maintenir jusqu’aux guerres de Religion. À la fin du conflit, les bâtiments sont partiellement ruinés et peu entretenus. L’ensemble composé de l’église, de la maison prieurale, de la métairie (corps de bâtiments de la salle du chapitre) et du cimetière est vendu en tant que bien national à la Révolution française.

3À l’exception de l’église, entièrement reconstruite dans les années 1870, la topographie générale des lieux a peu évolué depuis la fin du xviiie s. La ville de Mirebeau, détentrice des bâtiments, souhaitant poursuivre les travaux d’aménagement dans l’emprise du cloître, sujet à de fréquentes inondations, un diagnostic a été réalisé sur une période de cinq jours.

4Un arasement probable des structures monumentales limite la lecture des différents vestiges à l’exception des aménagements excavés (sépultures, fosses, etc.). Aucun niveau de sol construit ne fut dégagé et les maçonneries ne présentent généralement qu’une seule arase préservée au contact du substrat géologique. Les trois tranchées du diagnostic ont toutefois permis de reconnaître deux formes d’occupation distinctes.

5Un espace funéraire se développe sur la moitié sud de l’emprise, tant dans la galerie du cloître qu’au sein du jardin. Seule l’aile sud de la galerie semble dépourvue d’inhumations. Une trentaine de sépultures apparaissent entre 0,40 et 0,60 m sous le niveau de sol actuel ; leur creusement respectif est scellé par un abondant remblai limono-argileux issu d’un apport récent. Trois types d’architecture funéraire ont pu être identifiés. Deux coffres maçonnés, ainsi que sept coffres recouverts de dalles dont la mise en œuvre et le matériau varient, ont été dégagés. Les autres inhumations ne bénéficient pas d’une telle architecture ; si l’absence de contenant peut être envisagée pour certaines, la présence de cercueils en bois ne peut pas être exclue. Seule une fouille exhaustive de l’aire funéraire permettrait de mieux appréhender la diversité des inhumations qui semblent installées au sein du cloître dès le Moyen Âge.

6L’emprise d’un mur bahut formant un ensemble rectangulaire conformément au plan traditionnel des cloîtres a été reconnue. Conservé au mieux sur une seule assise, il bénéficie d’une mise en œuvre soignée. Des contreforts participent vraisemblablement à la bonne tenue de cette construction dont la largeur apparaît relativement importante (1,10 m). Son installation, postérieure aux premières phases d’inhumation en coffrages, apparaît tardive. Les observations n’ayant pas révélé d’aménagement préalable qui aurait servi d’assiette à cette construction, la présence d’un cloître contemporain de la fondation du prieuré ne peut donc pas être établie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Mirebeau (Vienne). Prieuré Saint-André », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 294.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Mirebeau (Vienne). Prieuré Saint-André » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10246

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals