Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Réclainville (Eure-et-Loir). Les Bordes

Responsable d’opération : Nicolas Payraud
p. 296

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre d’un projet de contournement routier de Réclainville, le service de l’archéologie du conseil général d’Eure-et-Loir a réalisé, en septembre 2012, un diagnostic sur l’ensemble du tracé. Réclainville est un petit village situé au SE de Chartres, installé sur le rebord SO d’un petit talweg entamant le plateau beauceron. Hors de cette zone, le relief y est particulièrement peu marqué, l’altitude générale du terrain variant seulement entre 149,00 m et 151,00 m NGF. La future déviation contourne le village par le NO, traversant notamment le talweg. La prospection aérienne et l’archéologie préventive ont permis de repérer de nombreux sites dans cette partie de la Beauce, en particulier attribués à l’époque gallo-romaine. Ce diagnostic est cependant la première opération archéologique conduite sur la commune de Réclainville elle-même.

2À quelques exceptions près, les vestiges identifiés au cours de ce diagnostic sont concentrés dans le secteur dit des Bordes, au SO du village, entre les routes de Boisville-la-Saint-Père et de Moinville. Le plus ancien est un lot de céramique attribué au Néolithique final, découvert au nord de cette zone, dans une très légère cuvette. Un habitat gallo-romain assez précoce – le mobilier présent dans les structures indique un abandon vers le milieu du ier siècle apr. J.-C. – occupe la partie sommitale de l’interfluve. Il comprend notamment une cave et un large mur de direction E-O, qui semble marquer la limite méridionale du site, aucun vestige attribuable à cette période n’ayant été découvert plus au sud.

3En revanche, une petite nécropole a été repérée au sud de cet ensemble. Quatorze fosses disposées en rangées, de direction générale OSO-ENE, la plupart laissant apparaître des ossements humains en surface, ont été découvertes dans une bande d’une trentaine de mètres de large (environ 800 m²). L’emplacement de certaines d’entre elles est marqué par de gros blocs de calcaire. Elles apparaissent à une faible profondeur, de 0,30 à 0,70 m sous la surface actuelle, et sont en partie arasées. Seules deux d’entre elles ont été fouillées, les autres étant préservées en vue d’une éventuelle fouille ultérieure. Dans les deux cas, l’individu – adolescent ou adulte – est disposé en décubitus dorsal, tête à l’ouest, les mains posées sur le pubis, dans une fosse étroite au contour assez irrégulier. La première sépulture est difficile à interpréter, en raison de deux recreusements, l’un pour l’inhumation d’un enfant, l’autre pour celle d’un individu plus âgé. Plusieurs indices suggèrent cependant une première inhumation en espace vide, des traces ligneuses indiquant un probable coffrage en bois. La seconde sépulture présente a priori les caractéristiques d’une inhumation en pleine terre, dans laquelle les pieds de l’individu sont, en outre, calés par deux blocs de calcaire. De minuscules fragments de métal, notamment de chaînette, situés au niveau de la poitrine, permettent de reconstituer un probable baudrier, accessoire qu’on retrouve plutôt dans les tombes d’époque mérovingienne. Un élément métallique découvert entre deux autres tombes pourrait correspondre à un pendant de ceinture, d’un type également connu pour cette période. Ces faibles indices, associés à l’absence de mobilier antérieur, à la disposition générale des sépultures et au fait que le cimetière moderne est classiquement implanté autour de l’église paroissiale, située 1 km à l’est et dont l’existence est attestée à partir du xiiie s., conduisent à avancer l’hypothèse d’une nécropole du premier Moyen Âge dans le secteur des Bordes. L’exemple voisin de la nécropole d’Allonnes, récemment fouillée, rappelle cependant que ce type de site peut avoir une durée d’utilisation extrêmement longue et donc qu’il convient d’être prudent quant à sa datation. On ignore, comme souvent, où se situait l’habitat lié à la nécropole de Réclainville.

4Quelques vestiges plus tardifs et forcément postérieurs à l’abandon de la nécropole ont été découverts de part et d’autre de celle-ci. Au SE, une marnière de 8,50 m de profondeur a été mise au jour. Elle était condamnée par une voûte en blocs de calcaire grossièrement équarris, à laquelle étaient associés des tessons de céramique glaçurée verte, d’un type courant dans la région chartraine aux xve-xvie s. Au nord, un chemin indiqué sur le cadastre napoléonien, disparu lors du remembrement des années 1950, date au moins de la fin de l’époque moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Payraud, « Réclainville (Eure-et-Loir). Les Bordes », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 296.

Référence électronique

Nicolas Payraud, « Réclainville (Eure-et-Loir). Les Bordes » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 16 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10251

Haut de page

Auteur

Nicolas Payraud

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Payraud

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals