Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Roanne (Loire), 28, rue de Charlieu, Centre hospitalier, (cimetière Saint-Julien)

Responsable d’opération : Hervé Delhoofs
p. 297

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1En préalable aux travaux d’aménagement d’un parc de stationnement commandé par le centre hospitalier de Roanne, la fouille a permis d’étudier partiellement un terrain d’une superficie de 600 m2 en périphérie est du centre historique de la ville, et de dégager des vestiges d’un quartier antique et d’un cimetière médiéval, moderne et contemporain. Les données concernant l’occupation antique ne sont pas présentées ici, mais il faut signaler que celle-ci a durablement marqué le paysage suburbain, puisque les vestiges d’un sanctuaire périphérique, construit dans les premières décennies du premier siècle de notre ère, ont été en partie fouillés. Ce sanctuaire peut expliquer la présence de l’église Saint-Julien aux abords de la parcelle et du cimetière paroissial de Roanne à l’emplacement de la fouille.

2À partir du Moyen Âge, le mode d’occupation change : désormais cette partie du territoire limitrophe de la cité médiévale a une vocation funéraire. L’étude archéologique montre qu’une partie des sépultures appartiennent à une phase primitive du cimetière Saint-Julien, dont l’emprise semble s’étendre au nord jusqu’à de larges murs de terrasse antiques. Un ou plusieurs apports sédimentaires réorganisent l’espace. Au sein de ces remblais, des sépultures sont préservées ; elles montrent que l’occupation se développe, au plus tôt, à partir de la fin du viie s. et jusqu’à la fin du xiie s. Si la taille réduite de l’échantillon et la dispersion des individus ne permettent pas d’aborder l’organisation de cette première phase du cimetière, l’étude de ces quelques squelettes permet d’établir les conditions individuelles d’inhumation (en pleine terre).

3Les sépultures du second Moyen Âge représentent la moitié de l’effectif mis au jour (86 individus). Les tombes, en quasi-totalité orientées selon un axe E-O, ont été fouillées selon leur côte d’apparition. Il en résulte un groupe dispersé, quasiment sans relation stratigraphique entre elles. La proportion des sujets immatures est à souligner. L’ensemble des inhumés reposent sur le dos, la tête à l’ouest. Assez régulièrement, la fouille de ces sépultures a montré la présence de monnaies dites « d’églises » liées à une pratique funéraire. L’utilisation d’un cercueil a été mise en évidence pour quatre individus. L’usage d’enveloppes souples est déduit de la présence significative d’épingles ou des données taphonomiques. Cet ensemble de sépultures présente donc les caractéristiques de l’inhumation chrétienne avec le respect de l’orientation du mort. Les résultats de l’étude numismatique et celle des petits mobiliers, couplés aux datations 14C, ont permis de préciser la durée de cette seconde phase d’inhumation entre le xive et le xviie s.

4À la fin de la période moderne, la rupture avec l’occupation précédente du cimetière a été mise en évidence par le changement d’orientation des sépultures, privilégiant les alignements NO-SE, la réduction de l’espace funéraire, sur le flan NO de l’emprise, et l’altimétrie des tombes sensiblement supérieure à celle de la première phase. Seulement 19 sépultures appartenant à cet état du cimetière ont été fouillées. C’est moins que pour des phases précédentes mais les sépultures sont groupées, ce qui a permis une approche spatiale. Cette nouvelle phase du cimetière Saint-Julien montre une rupture nette des modes d’inhumation avec la phase précédente. L’orientation générale change, ne suivant plus les strictes recommandations chrétiennes pour s’intégrer à la nouvelle organisation du quartier et répondre au problème de gestion de l’espace interne du cimetière. L’inhumation en cercueil devient la norme et les épingles se font moins nombreuses.

5La dernière phase d’occupation du cimetière Saint-Julien, maigrement représentée, est néanmoins fondamentale. Elle révèle en effet son ultime remaniement, probablement avant son abandon, selon une organisation comparable à celle des espaces funéraires actuels. La très faible densité des tombes correspond certainement à l’abandon du cimetière vers 1840.

Roanne, sépulture appartenant à la phase primitive du cimetière Saint-Julien. La datation par le 14C donne des résultats allant de la fin du viie jusqu’à la fin du xe s. pour cet individu inhumé directement à l’intérieur d’un caniveau du ier s. de notre ère.

Roanne, sépulture appartenant à la phase primitive du cimetière Saint-Julien. La datation par le 14C donne des résultats allant de la fin du viie jusqu’à la fin du xe s. pour cet individu inhumé directement à l’intérieur d’un caniveau du ier s. de notre ère.

Cl. H. Delhoofs

Haut de page

Table des illustrations

Titre Roanne, sépulture appartenant à la phase primitive du cimetière Saint-Julien. La datation par le 14C donne des résultats allant de la fin du viie jusqu’à la fin du xe s. pour cet individu inhumé directement à l’intérieur d’un caniveau du ier s. de notre ère.
Crédits Cl. H. Delhoofs
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 918k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Delhoofs, « Roanne (Loire), 28, rue de Charlieu, Centre hospitalier, (cimetière Saint-Julien) », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 297.

Référence électronique

Hervé Delhoofs, « Roanne (Loire), 28, rue de Charlieu, Centre hospitalier, (cimetière Saint-Julien) » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10253

Haut de page

Responsable d’opération

Hervé Delhoofs

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals