Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Saint-Étienne-les-Orgues (Alpes-de-Haute-Provence). L’Abadie

Responsable d’opération : Mathias Dupuis, Élise Henrion, Yann Dedonder et Jean-François Devos
Notice rédigée avec Elise Henrion
p. 299-300

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1La fouille préventive de la nécropole du quartier de l’Abadie à Saint-Étienne-les-Orgues fait suite à un diagnostic réalisé en octobre 2011, après la découverte fortuite de plusieurs sépultures sous bâtière de tegulae lors de terrassements (cf. BSR Paca 2011). L’opération menée de février à avril 2012 a porté sur une fenêtre d’environ 400 m². Les vestiges se répartissent uniformément sur l’ensemble de la zone décapée et apparaissent immédiatement sous des niveaux de recouvrement modernes et contemporains. Aucune structure archéologique particulière (bâtiment, enclos, etc.) n’est associée à la nécropole dans les limites de la surface fouillée. Les recoupements entre sépultures sont rares et l’abandon du site n’a été suivi par aucune phase d’occupation postérieure, à l’exception d’aménagements agricoles récents (drainage, canalisation, plantations).

2Au total, 70 structures funéraires et 2 fosses de vidange d’ossements ont été dénombrées. Les limites de la nécropole n’ont pas été reconnues, il est donc impossible de connaître l’étendue totale du cimetière et la représentativité de l’échantillon fouillé. Toutes structures confondues, 105 sujets ont été dénombrés, parmi lesquels 90 étaient individualisables et 15 autres déduits d’un calcul de NMI sur les ossements isolés retrouvés dans les vidanges. L’orientation des tombes mises au jour est assez stricte, respectant un axe O-E organisé en rangées N-S. Tous les sujets retrouvés en place étaient inhumés en décubitus dorsal la tête à l’ouest, hormis un adolescent déposé en décubitus latéral gauche.

3Plusieurs types de tombes étaient représentés sur le site. La plupart des sépultures sont de simples fosses creusées dans le substrat marneux ou les niveaux de colluvions. Certaines ont reçu des aménagements spécifiques : coffrages de lauzes ou de tegulae ; coffrages de moellons ; bâtière de lauze ou de tegulae. Les observations archéologiques et taphonomiques ont permis de déduire, dans la grande majorité des cas, la présence de contenants de bois. Pour l’essentiel, il s’agissait de coffrages dont certains étaient maintenus par des pierres de calage. Leur forme, tantôt trapézoïdale, tantôt rectangulaire, a pu être déduite dans un certain nombre de cas. Aucun élément de signalisation externe n’a pu être identifié, mais les niveaux archéologiques ont été très largement arasés par la mise en culture de la parcelle. La réutilisation fréquente des tombes laisse cependant présumer que leurs emplacements étaient signalés en surface.

4Les observations taphonomiques ainsi que la présence d’accessoires d’habillement retrouvés en position fonctionnelle permettent de déduire que les pratiques de l’inhumation habillée et du port de linceul étaient toutes les deux présentes sur le site. Les défunts étaient en effet régulièrement accompagnés d’objets de parure (bagues, perles, boucles d’oreille, etc.), d’habillement (boucles de chausses et de ceinture, etc.) et plus ponctuellement de dépôts funéraires spécifiques (clé en fer disposée sous la tête de l’individu 78) (fig.).

5Sur près d’un tiers de la population, des manipulations osseuses ont été constatées, causées par des réutilisations de tombes ou d’emplacements, plus occasionnellement par des recoupements de sépultures mais aussi par des vidanges. Ces réutilisations n’entraînent pas forcément des réductions, mais lorsque c’est le cas, elles se limitent aux os les plus volumineux du squelette et aucune persistance de connexion articulaire n’est observable. Ces réductions ou dépôts secondaires sont soit disposés dans les fosses des tombes, soit repoussés dans le contenant originel pour les structures pérennes. Ces amas d’ossements sont peu organisés, souvent disposés aléatoirement ou en fagots grossiers pour les os longs.

6Sur les 105 individus identifiés, le rapport homme/femme correspond à une sex-ratio naturelle. De plus, malgré un fort déficit de jeunes enfants imputable à la fouille non exhaustive du site ainsi qu’à l’état de conservation des ossements, tous les âges sont représentés. On ne constate aucune répartition particulière des sépultures dans la nécropole en fonction du sexe ou de l’âge des défunts.

7Une vingtaine de datations 14C indiquent une durée d’utilisation de la nécropole assez longue, sur environ trois siècles entre le milieu du ive et le milieu du viie s., avec une majorité de sépultures datées des ve-vie s. Avant cette découverte, aucun indice archéologique ne permettait de faire remonter l’occupation du territoire de Saint-Étienne-les-Orgues au-delà du milieu du Moyen Âge, période à partir de laquelle le village actuel se structure autour du noyau formé par l’église paroissiale. La présence de cette nécropole doit sans doute être mise en relation avec la proximité de la route de Cruis, dont le tracé pourrait remonter à l’Antiquité ; l’implantation du cimetière à cet emplacement précis laisse en effet présumer la proximité d’une zone d’habitat importante, voire d’un édifice religieux paléochrétien.

Saint-Étienne-les-Orgues, l’Abadie, vue de la sépulture 138 depuis le NE. On remarque le dépôt d’une clé sous le crâne du défunt, disposé en décubitus latéral gauche - datation Poz-50469 = 660 ± 30 AD (SDA04).

Saint-Étienne-les-Orgues, l’Abadie, vue de la sépulture 138 depuis le NE. On remarque le dépôt d’une clé sous le crâne du défunt, disposé en décubitus latéral gauche - datation Poz-50469 = 660 ± 30 AD (SDA04).
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Étienne-les-Orgues, l’Abadie, vue de la sépulture 138 depuis le NE. On remarque le dépôt d’une clé sous le crâne du défunt, disposé en décubitus latéral gauche - datation Poz-50469 = 660 ± 30 AD (SDA04).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 935k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Dupuis, Elise Henrion, Yann Dedonder et Jean-François Devos, « Saint-Étienne-les-Orgues (Alpes-de-Haute-Provence). L’Abadie », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 299-300.

Référence électronique

Mathias Dupuis, Élise Henrion, Yann Dedonder, Jean-François Devos, Elise Henrion, « Saint-Étienne-les-Orgues (Alpes-de-Haute-Provence). L’Abadie » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10263

Haut de page

Auteurs

Mathias Dupuis

Articles du même auteur

Elise Henrion

Articles du même auteur

Yann Dedonder

Articles du même auteur

Jean-François Devos

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Mathias Dupuis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Élise Henrion

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Yann Dedonder

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Jean-François Devos

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals