Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Saint-Félix (Charente). Saint-Félix

Responsable d’opération : Sophie Plisson
p. 300

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1L’assainissement du chevet de l’église Saint-Félix réalisé en 2005 s’étant avéré insuffisant, de nouveaux travaux de drainage plus profonds ont nécessité une surveillance en juillet 2012, accompagnant ainsi la mise en valeur globale de cette église romane du xiie s. signalée dès le xie s. Les 21 m linéaires de tranchée, d’une profondeur moyenne d’1,50 m et 1 m de large, ont révélé une occupation funéraire antérieure à la construction des fondations du bâtiment et qui perdure jusqu’à la fin du xixe s.

2L’étude anthropologique met en évidence plusieurs types d’inhumation correspondant à trois périodes chronologiques distinctes : la première antérieure aux fondations du xie (sept sépultures primaires individuelles en fosse rupestre dont trois scellées dans les fondations et non prélevées), la seconde pour la période médiévale (deux sépultures individuelles sous tuiles, sept sépultures primaires individuelles et quatre fosses de vidange), enfin la présence à plusieurs endroits d’indices de cercueils de la période moderne.

3La stratigraphie autour du chevet, très perturbée par les installations électriques et drainantes de 2005, ne permet pas une lecture exhaustive du terrain, d’autant que la situation de fond de vallon de l’église, bordée au sud par une parcelle cultivée dans une importante déclivité et au nord par la route également surélevée, suggère un fort ruissellement lors d’intempéries. Néanmoins, une couche épaisse de tuiles, mobilier en verre et matériaux modernes sur toute la surface sondée confirme la possible réfection du bâtiment en 1888.

4Le mobilier céramique des unités stratigraphiques inférieures, très succinct, correspondrait à des formes du ixe et du xe s. pour ce qui concerne la céramique de Touraine. Quant aux quelques éléments métalliques retrouvés dans les sépultures, ils ne donnent pas à ce jour de résultat datant.

5Le sondage autour du chevet de l’église de Saint-Félix, réalisé à titre de surveillance, ne peut faire l’objet de fouilles ultérieures. Il a permis de révéler le caractère paroissial du cimetière, dès le début de son existence (périnatals, immatures et adultes) jusqu’à son déplacement en 1894. Il serait cependant envisageable lors de futurs éventuels sondages dans le chœur de l’église de vérifier l’implantation probable d’un bâtiment sacré à l’emplacement de l’édifice actuel, ainsi que celle des sépultures anciennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Plisson, « Saint-Félix (Charente). Saint-Félix », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 300.

Référence électronique

Sophie Plisson, « Saint-Félix (Charente). Saint-Félix » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10264

Haut de page

Responsable d’opération

Sophie Plisson

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals