Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Tours (Indre-et-Loire). Rue Charles Gille

Responsable d’opération : Philippe Blanchard
p. 302-303

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Cette partie de l’actuelle ville de Tours est considérée par les historiens et archéologues comme la périphérie sud de l’occupation urbaine antique puis médiévale et enfin moderne. Les rares données écrites et interventions archéologiques ont toujours qualifié ces espaces comme peu densément occupés (voire pas du tout) et le caractère rural de l’environnement a été dès lors supposé. La problématique majeure avant l’intervention concernait l’Antiquité, où une importante nécropole à crémation était soupçonnée dans l’environnement de l’actuelle gare de Tours sans qu’une localisation précise ne puisse être donnée. Cette hypothèse reposait principalement sur des découvertes isolées d’urnes en céramique lors de travaux d’aménagement à la fin du xixe s.

2Les fouilles réalisées dans le cadre de la première ligne de tramway étaient l’occasion de vérifier les hypothèses sur le caractère urbain, rural ou péri-urbain de ce secteur durant ces périodes historiques en caractérisant au mieux la nature de l’occupation humaine. Il convenait notamment de confirmer l’hypothèse d’une vaste nécropole dans le secteur de la gare durant la période gallo-romaine. Si la largeur des zones d’observations était très limitée, l’intervention donnait surtout l’opportunité de faire des observations sur un transect E-O d’une longueur de 250 m.

3Les résultats sont particulièrement intéressants puisqu’ils ont permis d’exclure sans ambiguïté possible la présence d’un espace funéraire antique sous l’actuelle rue Charles Gille. En revanche, des vestiges de bâtiments antiques dont la fonction reste délicate à interpréter ont été mis au jour. Ces découvertes posent la question de la nature de cette occupation (rurale, urbaine, péri-urbaine ?) et donc de l’étendue et des limites de la ville gallo-romaine.

4Pour la période médiévale, le fait marquant a été la mise au jour d’un espace funéraire insoupçonné et comportant au moins 34 individus. Le caractère simultané de certaines fosses ainsi que deux datations 14C du xive s. permettent de proposer l’hypothèse d’un secteur destiné à accueillir les victimes de plusieurs crises de mortalité dont peut-être celle de la Peste noire à partir de 1347. L’étude des données confrontées aux sources d’archives et à la bibliographie permet de supposer que ces individus sont en relation étroite avec un ou plusieurs établissements d’accueil plus ou moins temporaire destiné à isoler les malades durant les épisodes épidémiques qui surviennent aux xive et xve s. (hôpital de peste, asile pour syphilitiques…). Cette hypothèse est établie en raison du caractère extra-muros des lieux à la fin de la période médiévale et également en raison d’une léproserie distante de seulement 250 m. Cette zone située en sortie de ville au Moyen Âge correspond donc très certainement à un secteur de relégation des personnes malades ou risquant d’être contagieuses lors des épisodes de crise épidémique.

5Enfin, la période moderne est matérialisée par quelques structures, notamment des murs ou des tranchées de récupération de maçonnerie liés à des limites de parcelles ou des bâtiments d’habitations, détruits lors du percement de la rue à la fin du xixe s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Blanchard, « Tours (Indre-et-Loire). Rue Charles Gille », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 302-303.

Référence électronique

Philippe Blanchard, « Tours (Indre-et-Loire). Rue Charles Gille » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10277

Haut de page

Auteur

Philippe Blanchard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Blanchard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals