Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Verdun (Meuse). La citadelle haute – l’abbaye Saint-Vanne

Responsable d’opération : Valérie Serdon-Provost
p. 303

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1La fouille programmée pluriannuelle dans la zone du complexe abbatial Saint-Vanne de Verdun, monastère fondé au milieu du xe s. à l’emplacement duquel une basilique mérovingienne est attestée, a été proposée afin d’établir une chronologie d’occupation et de préciser la nature et l’état de conservation des vestiges. Son but est d’enrichir la connaissance de l’église abbatiale, des bâtiments conventuels, de l’enceinte monastique et du cimetière, mais aussi du bourg abbatial associé – tous deux évoqués dans les textes – et de comprendre leur relation avec le castrum. L’occupation antique présumée (en particulier rempart, nécropole, basilique et voie) devrait être confirmée et la topographie historique de la ville réévaluée.

2Pour la campagne 2012, quatre objectifs avaient été clairement définis : 1/ Préciser l’emprise du dernier état de l’abbatiale (apparaissant sur les plans du Génie vers 1830) et la situer par rapport aux bâtiments modernes (notamment le grand bâtiment de troupe Beaurepaire daté de 1834 risquant d’avoir entamé le chevet) ; 2/ Dresser un premier bilan de l’état de conservation des substructures architecturales ; 3/ Dater les étapes de construction du bâtiment dégagé puisque les documents iconographiques font apparaître des éléments romans et gothiques et repérer d’éventuelles constructions plus anciennes relatives aux édifices de culte qui auraient précédé l’implantation de l’abbaye, un peu avant l’an Mil ; 4/ Confirmer – comme le suggèrent les premiers sondages et les approches anciennes – que le bâtiment s’intègre dans un espace occupé plus vaste, laïc, et étudier les relations qu’il entretient avec les constructions antérieures mais aussi la position et l’orientation de sépultures associées (dont la présence a été établie par F. Gama).

3La première campagne a déjà fourni quelques réponses, malgré le manque de données pour la compréhension de certaines découvertes et la mise en évidence de nombreux réseaux d’adduction d’eau modernes et d’une carrière qui laissent présager de vastes destructions.

4Parmi les acquis notables, on peut souligner l’occupation du haut Moyen Âge confirmée dans une zone proche de ce qui allait devenir l’abbatiale à l’époque romane puis gothique. L’aspect le plus remarquable, en effet, est la découverte de mobilier bien daté dans quelques sépultures privilégiées mérovingiennes (période MA 1 — 480-520) qui n’avaient pas été pillées ou seulement en partie. La chronologie d’extension de la nécropole reste à préciser (de même que ses liens avec un éventuel lieu de culte contemporain) car toutes les tombes n’ont pas livré un dépôt funéraire ou du mobilier datant. Quelques -prélèvements ont été faits sur des ossements afin d’établir des datations 14C. Une sépulture en coffre et peut-être le début d’une structure à hypogée ont été fouillés. Les ossements sont en général très mal conservés, quelques-uns ont même été dispersés dans des couches remaniées par des aménagements récents. Ce surcreusement explique l’affleurement des niveaux mérovingiens dans ce secteur. Tous marquages éventuels des sépultures en surface ou de structures funéraires légères en bois par exemple ont, de fait, disparu.

5De la nef et du mur gouttereau sud de l’édifice encore en élévation au début du xixe s., il ne reste rien. Tous les éléments connus d’après les plans et les gravures anciens ont disparu, récupérés vraisemblablement par le Génie au moment de la construction du grand bâtiment de troupe Beaurepaire en 1834. Côté sud, l’église abbatiale a été démontée pierre par pierre jusqu’aux fondations. Aucune trace de mortier n’est visible sur le rocher.

6La chronologie des étapes de construction de l’abbatiale n’a donc pas pu être précisée dans ce secteur mais rien ne certifie que les destructions ont été aussi importantes côté nord, même si la présence de nombreux réseaux contemporains d’adduction d’eau est à craindre dans ce secteur proche de la tour dite Saint-Vanne qui a servi de château d’eau.

7Au-delà des questions de chronologie et d’organisation des espaces d’inhumation et de leur rapport avec un éventuel lieu de culte, la seconde campagne devrait permettre de préciser les observations menées sur la gestion topographique du cimetière en fonction de l’âge au décès et du sexe, l’état sanitaire des populations ou les pathologies. Une réflexion sera d’autre part menée sur la réorganisation des lieux dévolus aux morts, en particulier le passage de l’inhumation ad sanctos, près des corps saints, au lieu imposé comme le cimetière paroissial Saint-Remi, proche mais restant à localiser.

8De plus, le chevet, où un massif maçonné hémicirculaire avec des réemplois romans et gothiques a été mis au jour cette année, fera l’objet d’une attention particulière : il s’agira de préciser sa relation avec un sol et deux négatifs de piliers découverts. L’enjeu de ce secteur est de percevoir les aménagements antérieurs à l’état gothique tardif de l’abbatiale. Au-delà des seuls indices stratigraphiques, cette recherche s’appuie sur l’inventaire systématique des éléments architecturaux, sur les traces relatives aux modes de couverture, voire d’indices plus ténus de constructions en matériaux légers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Serdon-Provost, « Verdun (Meuse). La citadelle haute – l’abbaye Saint-Vanne », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 303.

Référence électronique

Valérie Serdon-Provost, « Verdun (Meuse). La citadelle haute – l’abbaye Saint-Vanne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10278

Haut de page

Auteur

Valérie Serdon-Provost

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Valérie Serdon-Provost

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals