Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
V. – Installations artisanales
V A2. – Céramique, terres cuites, verrerie : prospections

Rochelle (La) (Charente-Maritime). Les céramiques de raffinage du sucre à La Rochelle : caractérisation et variété des approvisionnements de la fin du xvie s. au xviiie s.

Responsable d’opération : Sébastien Pauly
p. 307-308

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Cette étude collective, associant l’approche céramologique à l’analyse archéométrique, porte sur les céramiques de raffinage mises au jour à La Rochelle, où l’activité sucrière se développe dès la seconde moitié du xvie s. Il n’existe pour cette période que de très ponctuelles mentions de commandes à des potiers de Saintonge et de Vendée. Dès le dernier quart du xviie s. et durant le siècle suivant, les raffineurs rochelais font appel à des centres de production extra-régionaux, tels Sadirac en Aquitaine, ou bien encore à une source étrangère non précisée dans les textes. Le recours à des pôles raffineurs concurrents ainsi que l’approvisionnement – probablement ponctuel – à grande distance soulignent l’enjeu d’une telle activité pour les négociants rochelais, dont la terre locale s’avère apparemment impropre au façonnage en grandes quantités de ces céramiques spécifiques.

2La constitution du répertoire des groupes techniques à l’échelle de la ville ainsi que la prise en considération de mobilier provenant d’autres pôles raffineurs (Orléans et Sadirac) éclairent sur la diversité des productions de cônes de raffinage et des pots à mélasse.

3Les découvertes récentes font état de céramiques à pâte rouge orangée dans des contextes de la première moitié du xviie s. L’étude pétrographique souligne la similarité compositionnelle avec le mobilier échantillonné sur les sites orléanais. Le fossé défensif du siège de la ville, comblé fin 1628-début 1629, se révèle particulièrement intéressant à exploiter. L’étude des cônes de raffinage à parois fines serait à approfondir pour les deux centres raffineurs : prémices de la production locale orléanaise ou importation liée à la diffusion du savoir-faire d’origine néerlandaise ?

4En l’état actuel de la recherche, la quantité de tessons attribuables avec certitude aux productions aquitaines apparaît assez faible. Ce constat doit néanmoins être nuancé par la répartition spatiale des découvertes. Le rattachement d’un timbre de potier aux ateliers de Sadirac témoigne de l’importation de grands pots à mélasse polypodes – destinés aux formes à sucre dites « bâtardes » – dont la période d’approvisionnement est à préciser (contexte de remblais du xixe s.).

5L’unique exemplaire découvert en Saintonge lors d’une prospection subaquatique dans le fleuve Charente s’avère comparable à certains individus rochelais issus de contextes datés entre la fin du xviie s. et le xixe s. L’aire de production reste à définir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Pauly, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). Les céramiques de raffinage du sucre à La Rochelle : caractérisation et variété des approvisionnements de la fin du xvie s. au xviiie s. », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 307-308.

Référence électronique

Sébastien Pauly, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). Les céramiques de raffinage du sucre à La Rochelle : caractérisation et variété des approvisionnements de la fin du xvie s. au xviiie s. » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10289

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals