Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
V. – Installations artisanales
V B1. – carrières, mines et métallurgie : opérations de terrain

Huez (Isère). Brandes

Responsable d’opération : Marie-Christine Bailly-Maître et Nicolas Minvielle Larousse
p. 310

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1La campagne 2012 sur le site médiéval de Brandes-en-Oisans avait pour principal objectif de relier plusieurs secteurs étudiés au cours de différentes campagnes de fouille, à l’extrémité occidentale du plateau qui porte le site, afin d’avoir une vue exhaustive du quartier industriel dédié au traitement du minerai. Incluse dans les problématiques en cours sur « l’eau et ses usages dans une grande entreprise minière médiévale », cette liaison effectuée à l’emplacement de la source Font-Morelle (secteur B 121) sur une surface de 310 m2 a permis de préciser le système hydraulique de cette partie du quartier industriel, qu’il soit naturel ou anthropique.

2Mentionnée dès 1058 dans le testament du seigneur Adam, antérieurement à l’arrivée des mineurs, la source Font-Morelle est une résurgence karstique des eaux du Lac Blanc. Les failles de la dolomie ont favorisé la circulation de l’eau, sous forme de rivière souterraine, depuis le Lac Blanc, en passant par la grotte Théophile. À l’emplacement de la résurgence sur le plateau de Brandes, aucun aménagement anthropique de la source n’a été mis en évidence au cours de la campagne 2012, alors qu’elle a été utilisée pour les besoins domestiques des habitants et dans les opérations de traitement du minerai. Cette absence de structures est toutefois à nuancer en raison des nombreuses perturbations du secteur qui ont pu les mettre à mal, voire les détruire (tranchée du Ball-Trap…).

3En aval de la résurgence, un puissant dispositif hydraulique a été mis au jour. Il est composé d’un alignement de blocs orienté NE-SO, qui organise le secteur. Sur le côté ouest qui était hors eau, on retrouve le travail d’enrichissement du minerai. Un captage donne naissance à un caniveau qui dessert un bassin de lavage avant de se diriger vers le secteur B 116 qui borde la rive occidentale de la source et dont la fouille s’est achevée en 2011. Sur le côté oriental, en revanche, une succession de niveaux de blocs et de remblais de baryte induirait une aire de circulation d’eau. Cette structure qui intervient tardivement dans le secteur pourrait être reliée à la mise en place de la grande canalisation C1. Pour mémoire, la canalisation C1 est un aménagement hydraulique majeur, qui dérive les eaux du Lac Blanc pour actionner les meules à minerai.

4Elle se surimpose, en effet, à des aménagements antérieurs qui auraient fonctionné avec l’eau de Font-Morelle, mais qui ont été tronqués à la fois par la réorganisation provoquée par la mise en place de la canalisation C1 et par l’érosion des niveaux médiévaux qui étaient au contact des chenaux actuels de la source.

5En rive gauche de Font-Morelle, un bâtiment a été mis au jour. Construit contre un bâtiment plus important, non fouillé, il est original dans le sens où il était très probablement recouvert d’ardoises, ce qui est rare à Brandes, et qu’il était muni d’un système de fermeture plus évolué et mieux conservé qu’à l’accoutumée, avec un perron construit. Néanmoins, son espace interne était perturbé par l’enfouissement postérieur de deux têtes de chien, ce qui a détruit la quasi-totalité de son sol d’occupation. Sa fonction demeure pour le moment inconnue.

6La campagne 2013 permettra d’achever la fouille des abords de la source jusqu’à la forte rupture de pente à l’aplomb de la vallée de la Sarenne, ce qui terminera l’étude de terrain de ce quartier. 2014 sera consacrée à la rédaction d’une publication sur le quartier industriel et le traitement minéralurgique d’un minerai de plomb argentifère.

Huez, Brandes, aire de fouille 2012. Au premier plan, faille karstique de la résurgence.

Huez, Brandes, aire de fouille 2012. Au premier plan, faille karstique de la résurgence.

Cl. GEMA

Haut de page

Table des illustrations

Titre Huez, Brandes, aire de fouille 2012. Au premier plan, faille karstique de la résurgence.
Crédits Cl. GEMA
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10300/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 893k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Bailly-Maître et Nicolas Minvielle Larousse, « Huez (Isère). Brandes », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 310.

Référence électronique

Marie-Christine Bailly-Maître, Nicolas Minvielle Larousse, « Huez (Isère). Brandes » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10300

Haut de page

Auteurs

Marie-Christine Bailly-Maître

Articles du même auteur

Nicolas Minvielle Larousse

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Marie-Christine Bailly-Maître

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Nicolas Minvielle Larousse

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals