Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
V. – Installations artisanales
V B2. – Carrières, mines et métallurgie : prospections

Cabrespine (Aude). Mines du Roc de l’Aigle et du Roc Pezoul

Responsable d’opération : Marie-Élise Gardel et Marie-Christine Bailly-Maître
p. 311-312

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Le territoire de Cabrespine, à la fois riche de sa vallée fertile (le Clamoux), de ses forêts couvrant les sommets environnants et de son sous-sol minier, se trouve, dès le haut Moyen Âge, sur une importante voie de communication de la Montagne Noire, destinée à la pénétration du massif. Cabrespine revêt ainsi un intérêt majeur pour l’étude de l’économie des ressources naturelles à l’époque médiévale.

2Mentionné dès 814, ce territoire est progressivement investi : fréquemment mentionné dans les archives, il apparaît comme enjeu politique : d’abord dépendance de l’abbaye de Lagrasse, il devient tour à tour possession des comtes de Carcassonne puis des seigneurs de Cabaret. Au début du xiiie s., le comte de Montfort essaie de s’approprier la proche villa des Escoles, mais, suite à un litige, les abbés de Lagrasse en sont à nouveau seigneurs, le chemin à ornières de Montserrat étant quant à lui contrôlé par les abbés de Caunes.

3La Montagne Noire occupe une place de premier plan pour l’étude des relations entre politique et ressources naturelles, notamment métalliques, entre castra et exploitation/contrôle/gestion des mines. Différentes études attestent à la fois le grand intérêt des puissants – laïcs et ecclésiastiques – pour ces ressources et le lien étroit entre territoires miniers et encadrement politique.

4Le secteur de Cabrespine offre un cadre idéal pour mener une étude de cas, qui est cependant à l’échelle du massif, puisque des rapports avec les Cabaret sont attestés. En outre, la chronologie fournie par les sources permet d’aborder une période pour laquelle on sait peu de choses dans la région sur les relations entre mines et pouvoir. On sait cependant que l’époque carolingienne est un « moment de fort investissement extractif » pour « restaurer un état fort ». Les témoignages d’exploitation minière dès 791 dans la vallée voisine de l’Argent-Double, au ixe s. à Palairac, dans les Corbières, la mention de Cabrespine dès 814, attestent une activité extractive probablement intense dès le haut Moyen Âge et une gestion précoce du territoire.

5En 2012, dans le cadre d’une deuxième année de prospection-inventaire diachronique menée sur les deux versants du Roc de l’Aigle et sur le Roc Pezoul, la visite de quinze mines, connues grâce à la toponymie (Ravin du Minier, ruisseau du Cros) et au travail des spéléologues, et de sites complémentaires (extraction à ciel ouvert, habitat, voies…) a permis d’estimer le potentiel archéologique de ce secteur.

6Il ne s’agissait pas de travailler sur les techniques extractives proprement dites, mais de faire l’inventaire du bassin minier de Cabrespine, de rechercher des éléments de datation à partir de l’observation de la morphologie des chantiers, des traces d’outils, du mobilier (céramique, charbon de bois…) et de mettre ces observations en relation avec celles conduites sur le castrum en 2011, afin de confirmer ou invalider l’hypothèse de la contemporanéité de l’organe de contrôle et de l’activité extractive. Bien que certains chantiers aient été repris à l’époque moderne ou contemporaine, plusieurs sites conservent des traces dont l’ancienneté doit être précisée : les mines MCBP 006, 009 sur le Roc de l’Aigle et MCBP 0012, 0013 sur le Roc Pezoul. Ces derniers sites, munis tantôt d’un escalier, tantôt d’un pilier et d’empilements de stériles caractéristiques, ont fait l’objet d’une campagne de topographie, tandis que tous les autres sites étaient géoréférencés, décrits et photographiés.

7Dans le castrum, un lieu de traitement du fer, probablement une forge de fabrication, a été repéré grâce à une journée complémentaire qui a permis de localiser un amas de scories associées à de la céramique médiévale.

8Une campagne pourrait être menée en 2013, associant des sondages sur le castrum et sur une mine remarquable du Roc Pezoul (MCBP 0013), pour tenter de recueillir simultanément des éléments chronologiques sur le lieu de pouvoir et les lieux d’extraction. En complément, des analyses métallographiques seront nécessaires pour caractériser le travail métallurgique.

9Ce territoire bien documenté et les découvertes effectuées au cours des deux premières opérations de prospection-inventaire orientent ainsi les recherches à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Élise Gardel et Marie-Christine Bailly-Maître, « Cabrespine (Aude). Mines du Roc de l’Aigle et du Roc Pezoul », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 311-312.

Référence électronique

Marie-Élise Gardel, Marie-Christine Bailly-Maître, « Cabrespine (Aude). Mines du Roc de l’Aigle et du Roc Pezoul » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10306

Haut de page

Auteurs

Marie-Élise Gardel

Articles du même auteur

Marie-Christine Bailly-Maître

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Marie-Élise Gardel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Marie-Christine Bailly-Maître

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals