Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
V. – Installations artisanales
V B3. – Carrières, mines et métallurgie : projets collectifs de recherche

Sainte-Marie-aux-Mines et Steinbach (Haut-Rhin). Sainte-Marie-aux-Mines : district de Sainte-Marie-aux-Mines, secteur de l’Altenberg, lieu-dit Saint-Philippe (sites Bas-Patris, Berg Armuth/Sainte-Barbe et Charlotte) ; Steinbach : district de Steinbach secteurs de Legerstolle et Bruderthal. PCR Mines et métallurgie des non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au xvie s.

Responsable d’opération : Joseph Gauthier, Pierre Fluck et Bernard Bohly
p. 313-314

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008, 2009, 2010, 2011, 2012
Haut de page

Texte intégral

1Le PCR consacré à l’exploitation des minerais non-ferreux à Sainte-Marie-aux-Mines, secteur de l’Altenberg (en cours depuis 2008), considère désormais l’ensemble des Vosges alsaciennes. En 2012, des opérations ont eu lieu sur le secteur de l’Altenberg, district de Sainte-Marie-aux-Mines, et sur le district de Steinbach.

2L’Altenberg est le premier secteur minier exploité à Sainte-Marie, dès le xe, voire le ive s. de notre ère. Trois sites de surface ont été fouillés dans le vallon Saint-Philippe, et des relevés photogrammétriques ont été réalisés en mine et la méthode a été travaillée sur du mobilier.

3La fouille du site Charlotte, commencée en 2010, est terminée. Cette fonderie polyphasée avait offert, lors des premiers sondages, une datation remarquable par son ancienneté dans les niveaux immédiatement superposés au substrat naturel. Ce sont ceux-là même qui ont été fouillés en 2012. Comme pour les occupations des xve et xvie s., aucune structure de fonte n’a pu être mise au jour ; seules les haldes de scories versées dans la pente ont subsisté. Pour la période la plus ancienne, ces scories présentent un faciès particulier, jamais observé jusqu’ici, qui engage à penser qu’elles ont été produites à une époque nettement séparée du continuum xe-xve s. mis en évidence jusqu’ici sur l’ensemble du massif. Cela renforce l’hypothèse d’une activité d’époque alamane (voire du Bas-Empire), entrevue par les datations 14C effectuées en 2010.

4À peu de distance en amont, un ensemble de sondages a permis de continuer l’étude d’un site de préparation des minerais du xve s. La laverie dite Berg Armuth présente des vasques de décantation alimentées en résidus de lavage de minerais. La recherche d’un hypothétique chenal d’amenée a été vaine. L’étendue du site dans l’espace et dans le temps s’est en revanche complexifiée. Le nombre de vasques de décantation mises en évidence est passé de deux à six. Les stratigraphies montrent au moins deux périodes d’exploitation, séparées par un court laps de temps. Des structures en bois dont la fonction est encore inconnue ont été découvertes en fond de tranchées. L’analyse par ICP-AES de sédiments de lavage permet d’aborder la qualité des minerais traités, parmi lesquels le cuivre gris apparaît en plus de la galène. La fouille extensive de ce site permettra de mieux appréhender la minéralurgie pratiquée à l’Altenberg avant l’apparition du bocard hydraulique.

5La laverie Berg Armuth appartient par ailleurs à un large complexe minéro-métallurgique mis en évidence par une grande tranchée pratiquée sur le carreau Sainte-Barbe situé juste en amont. Deux, voire trois niveaux de scories sont apparus, d’une épaisseur pouvant atteindre les 70 cm. L’importance des volumes entrevus et la typologie de ces déchets (scories fayalitiques), qui les situe dans la période médiévale, laissent supposer un important site de fonte des minerais extraits et préparés sur place.

6Enfin, deux habitats d’époque Renaissance ont été fouillés, dont l’un s’est révélé être un atelier. On a pu y repérer un foyer de forge, une probable sole de four industriel, des niveaux conséquents de charbon, auxquels il faut ajouter une base de poêle. La découverte d’un scorificatoire confirme la datation et renforce l’hypothèse d’un bâtiment consacré aux arts du feu. En aval de cette plateforme, une tranchée a mis en évidence des niveaux de matériaux de halde. Une phase d’extraction minière a donc précédé la mise en place du bâti. À proximité de la ville, des sondages destinés à vérifier une datation xiie s. obtenue en 2011 sur des niveaux de scories, apparus lors de travaux chez un particulier, n’ont pas permis de situer l’emplacement des structures de fonte, certainement recouvertes par les constructions contemporaines.

7Sur le plan méthodologique, un petit réseau minier a été entièrement relevé en photogrammétrie. Cette méthode a aussi été appliquée à du mobilier archéologique (céramique de poêle).

8Le district minier de Steinbach est le deuxième district polymétallique des Vosges alsaciennes après celui de Sainte-Marie-aux-Mines. Seule une activité d’extraction y a eu lieu, principalement entre 1560 et la guerre de Trente Ans. Les travaux menés depuis une trentaine d’années ont permis de faire remonter l’exploitation de certains secteurs au xiiie s. (mine du Donnerloch). En 2012, l’alignement d’entonnoirs de puits du secteur de Legerstolle a été prospecté et topographié. Situé vis-à-vis du Donnerloch en rive droite de l’Erzenbach, il est susceptible de faire partie des premiers travaux d’exploitation du district. Trois de ces puits présentent des anomalies topographiques et déblais suffisamment importants pour laisser supposer un développement souterrain.

9Dans le vallon du Bruderthal, les abords d’un entonnoir de puits ont été fouillés, mettant en évidence une exploitation à ciel ouvert le long d’un affleurement rocheux qui suit le filon. Les niveaux atteints sont ceux de la première phase d’exploitation de ce site. Du mobilier atteste la présence d’un abri-habitat. Une datation 14C est en cours.

10L’ensemble de ces opérations de terrain donnent lieu à plusieurs développements archéométriques, en partenariat avec différents laboratoires français. À l’étude macroscopique, microscopique et chimique des scories, en cours depuis plusieurs années, s’ajoute une stratégie d’analyses isotopiques du plomb des minerais, scories et plomb-métal de l’Altenberg qui pourraient permettre une meilleure connaissance des débouchés commerciaux de l’exploitation médiévale. L’impact environnemental de l’activité minière passée fait également l’objet de recherches qui ont débutées par des prélèvements de sols et de bois sur le site Berg Armuth, ainsi que par un carottage dans une tourbière proche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Gauthier, Pierre Fluck et Bernard Bohly, « Sainte-Marie-aux-Mines et Steinbach (Haut-Rhin). Sainte-Marie-aux-Mines : district de Sainte-Marie-aux-Mines, secteur de l’Altenberg, lieu-dit Saint-Philippe (sites Bas-Patris, Berg Armuth/Sainte-Barbe et Charlotte) ; Steinbach : district de Steinbach secteurs de Legerstolle et Bruderthal. PCR Mines et métallurgie des non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au xvie s. », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 313-314.

Référence électronique

Joseph Gauthier, Pierre Fluck, Bernard Bohly, « Sainte-Marie-aux-Mines et Steinbach (Haut-Rhin). Sainte-Marie-aux-Mines : district de Sainte-Marie-aux-Mines, secteur de l’Altenberg, lieu-dit Saint-Philippe (sites Bas-Patris, Berg Armuth/Sainte-Barbe et Charlotte) ; Steinbach : district de Steinbach secteurs de Legerstolle et Bruderthal. PCR Mines et métallurgie des non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au xvie s. » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10313

Haut de page

Auteurs

Joseph Gauthier

Articles du même auteur

Pierre Fluck

Articles du même auteur

Bernard Bohly

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Joseph Gauthier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Pierre Fluck

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Bernard Bohly

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals