Navegación – Mapa del sitio
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
V. – Installations artisanales
V C1. – Autres installations artisanales : opérations de terrain

Régina-Kaw (Guyane). Habitation Besse sur la Courouaï - Habitation sucrière la Garonne

Responsable de la operación: Nathalie Cazelles
p. 315-316

Entradas del índice

Año de la operación:

2010, 2011, 2012
Inicio de página

Texto completo

1À la fin du xviiie s., à cause de l’appauvrissement des terres hautes, les colons acceptent de se déplacer sur les terres basses et de les poldériser. L’habitation la Garonne a été fondée en 1783 par Guillaume Paguenaut. En 1814, Henri Besse en devient propriétaire. En 1825, 36 esclaves y travaillaient ; en 1830, année d’introduction de la machine à vapeur sur l’habitation, 122 personnes y vivaient. En 1848, 80 esclaves faisaient tourner la plantation. En 1852, quatre ans après l’abolition de l’esclavage, 60 ouvriers salariés y sont recensés. On sait également, grâce aux archives, qu’en 1861, le sucre de la Garonne est présenté à un concours industriel à Nantes.

2En 2010, la campagne de fouille a consisté à un nettoyage de surface complet du site afin de repérer tous les vestiges encore en place : l’habitation est située sur un promontoire entouré d’un canal creusé. En 2011 et 2012, les opérations se sont attachées à comprendre le fonctionnement et les stratégies d’installation de la sucrerie. Le tunnel de chauffe présente un plan en L. L’ensemble de la structure est encastré dans le socle de la cuirasse ferralitique qui a été creusé et taillé pour recevoir la construction en briques. Le foyer débouche sur une fosse dont le fond a été étanchéifié par une couche d’une vingtaine de centimètres d’argile brute et de briques. À 1,30 m de profondeur à partir du foyer, on observe une résurgence de la nappe phréatique. Il est probable que la maçonnerie de briques a été installée contre le socle de la cuirasse ferralitique taillé afin de s’extraire de l’humidité ambiante et de tirer avantage de la conductivité du métal naturellement présent dans la cuirasse. L’ensemble de la maçonnerie était fermée ; la fouille a révélé des cendriers voûtés en face de chaque marmite et un tunnel de chauffe voûté. La cheminée n’a pas été installée dans l’axe du foyer car un 2e tunnel de chauffe était en prévision. En effet, un 2e tunnel a été mis au jour mais il est interrompu à la jonction avec l’équipage qui, lui, n’a jamais été construit. Le tunnel a été bouché à ce niveau avec un parement lisse vers l’extérieur ; les murs piliers en brique présentent un crénelage nécessaire pour encastrer une nouvelle construction. Il semblerait également que la cheminée ait été réduite pour correspondre au tirage d’un seul tunnel. En effet, le socle sur lequel repose la cheminée est plus large que la cheminée elle-même et on observe des remaniements dans le pilier sud. Le sol de circulation autour de la chaufferie a été identifié devant la façade nord et dans l’espace identifié comme un appentis. Deux écumoires et une cuillère à sucre en cuivre ont été mises au jour sur le sol. Un bourrelet de cuirasse ferralitique marque la limite ouest du sol et semble se prolonger vers le nord avec un repli vers l’est à une dizaine de mètres. Peut-être la délimitation de l’espace prévu pour le 2nd équipage. Aucune archive ne nous permet à ce jour de donner une explication à l’interruption de sa construction.

3La sucrerie de la Garonne présente une architecture remarquable en comparaison avec les autres sucreries de la même période. En effet, toutes les sucreries du xixe s. qui ont été observées présentent des maçonneries en briques intégralement érigées hors sol, reposant sur un soubassement en pierre : Saint-Perrey, la Jamaïque, Couy (sur l’Approuague), la Marie, Quartier Général (sur le Canal Torcy). Ces maçonneries sont d’ailleurs renforcées par des barres métalliques qui permettaient de maintenir la cohérence de la construction soumise à de très fortes chaleurs. Le site de la Garonne a été occupé en continu après l’abolition de l’esclavage. Contrairement à la sucrerie de Loyola qui a été volontairement détruite, il a été abandonné et soumis à la dégradation naturelle. La stratigraphie ne nous permet donc pas de définir les deux périodes d’occupation (esclavagiste et post-esclavagiste). Le matériel mis au jour se trouve dans une fourchette chronologique allant du début du xixe s. au début du xxe s. (principalement des céramiques Vieillard & Johnston). Deux fragments de « pearl wear », ramassés en surface donnent une date basse de la fin du xviiie s. À noter, toutefois, la présence de trois fragments de Watrakan, des cruches à eau fabriquées par les Amérindiens pour la consommation des colons au cours du xixe s. Il faut souligner le fait qu’aucune forme à sucre ni pot de raffineur n’a été mis au jour dans les remblais de destruction ou sur les sols. Il semblerait qu’au xixe s., les sucriers guyanais cessent de fabriquer du sucre terré ou de la moscouade pour produire uniquement du sucre brut qui était exporté dans des tonneaux. Les deux écumoires et la cuillère à sucre en cuivre sont les premiers outils identifiés comme appartenant à l’industrie sucrière trouvés en Guyane.

4Les habitations de la 1re moitié du xixe s. sont caractéristiques de la Révolution industrielle en Guyane : elles adoptent le tunnel de chauffe à l’anglaise et la machine à vapeur pour accompagner la poldérisation des terres basses. Cependant, en 1848, l’abolition de l’esclavage marque un frein à ce développement économique.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Nathalie Cazelles, « Régina-Kaw (Guyane). Habitation Besse sur la Courouaï - Habitation sucrière la Garonne »Archéologie médiévale, 43 | 2013, 315-316.

Referencia electrónica

Nathalie Cazelles, « Régina-Kaw (Guyane). Habitation Besse sur la Courouaï - Habitation sucrière la Garonne » [ficha arqueológica],Archéologie médiévale [En línea], 43 | 2013, Publicado el 15 mayo 2018, consultado el 09 abril 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/10323

Inicio de página

Derechos de autor

Archéologie Médiévale

Inicio de página
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals