Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2012
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI 1. – Opérations de terrain

Colmar (Haut-Rhin). Rue Saint-Josse

Responsable d’opération : Maxime Werlé
p. 318

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012
Haut de page

Texte intégral

1Un projet de réaménagement et de construction d’un parking comportant plusieurs niveaux enterrés sur un terrain d’une emprise de 3 300 m² a entraîné un diagnostic visant à la reconnaissance d’éventuels vestiges d’occupation dans ce secteur périphérique de la ville médiévale et moderne de Colmar. Le terrain était fortement marqué par son contexte hydrographique : il était en effet traversé, jusque vers 1900, par des méandres de la Lauch, qui laissaient émerger de petits îlots.

2Les plus anciens vestiges mis au jour sont liés à ce réseau hydrographique : il s’agit d’aménagements en bois (piquets et pieux), dont un alignement de piquets correspondant à la berge d’un chenal ultérieurement comblé. La datation de ces vestiges pourra être approchée par des analyses archéométriques en cours (dendrochronologie et 14C).

3Les îlots délimités par les chenaux n’ont apparemment jamais été densément bâtis aux époques médiévale et moderne. Le seul vestige construit antérieur au xixe/xxe s. est l’angle d’un bâtiment maçonné. Sa datation est incertaine (xve-xviie s. ?) et sa fonction n’est pas établie. Il pourrait avoir relevé de l’ancien moulin dit de la Weidenmühle, implanté en bordure du terrain diagnostiqué du xiie à la fin du xixe s.

4Un aménagement singulier en grès pourrait correspondre au sol (ou radier) d’un canal destiné à contraindre le cours de la Lauch pour assurer l’alimentation en eau du moulin situé en aval. Ce canal, probablement édifié après le démantèlement de l’enceinte bastionnée en 1673, pourrait être daté, sous réserve, de la fin du xviie s. Des vestiges en bois (poutres, lambourdes, pieux, piquets, planches, etc.), dont certains peuvent être rattachés avec assurance à l’époque contemporaine (xviiie-xixe s.), ont encore été repérés dans le lit et/ou en bordure des bras de la Lauter. Certains de ces vestiges pourraient appartenir à une sorte de ponton en bois.

5Le tournant du xixe s. marque une rupture dans l’occupation de ce secteur. La rivière est canalisée et ses bras secondaires sont comblés dans les premières années du xxe s. La propriété de l’ancien moulin, dont l’activité a cessé en 1898, est affectée par la ville aux services municipaux en 1902. Les îlots disparaissent, le terrain, assaini et nivelé, faisant dès lors l’objet d’un exhaussement massif, accentué dans le dernier tiers du xxe s. lors de l’aménagement du parking qui l’occupe actuellement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Werlé, « Colmar (Haut-Rhin). Rue Saint-Josse », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 318.

Référence électronique

Maxime Werlé, « Colmar (Haut-Rhin). Rue Saint-Josse » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 16 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10338

Haut de page

Auteur

Maxime Werlé

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Maxime Werlé

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals