Navigation – Plan du site

Réflexions sur la variété des modalités funéraires en temps d’épidémie. 
L’exemple de la Peste noire en contextes urbain et rural

Reflections on the variety of funerary procedures during epidemics. The example of the Black Death in urban and rural contexts
Zur Verschiedenartigkeit der Bestattungspraxis in Seuchenzeiten am Beispiel des Schwarzen Todes in Stadt und Land
Sacha Kacki et Dominique Castex
avec la collaboration de Ulysse Cabezuelo, Richard Donat, Sylvie Duchesne et Arnaud Gaillard
p. 1-21

Résumés

Longtemps abordés sous le seul angle de la recherche historique, les épisodes épidémiques du passé ont fait l’objet, depuis une vingtaine d’années, d’une attention croissante dans les disciplines archéologiques lato sensu. Toutefois, malgré la multiplication des fouilles de témoins sépulcraux de ces crises de mortalité, peu d’études se sont réellement attachées à caractériser les spécificités du devenir des morts par épidémie. En outre, ces dernières souffrent généralement de l’hétérogénéité des contextes chronologiques et épidémiques pris en compte. Afin de pallier ce manque, nous proposons une étude comparative entre plusieurs sites français ayant livré des sépultures liées à la Peste noire (1347-1352). Les données obtenues permettent de discuter la variabilité des expressions sépulcrales en temps de peste et mettent en exergue certaines dissemblances entre les contextes ruraux et urbains. Leur mise en perspective avec les résultats issus de l’étude de sites funéraires plus récents, relevant de mortalité similaire, autorise in fine certaines réflexions quant à l’évolution des usages funéraires en temps d’épidémie durant le bas Moyen Âge et l’époque moderne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir par exemple Bourdelais 1997 ; Bley et al. 1998.
  • 2 Castex et al. 2008.
  • 3 Citons, notamment, les œuvres de Serre et De Troy relatant la Grande peste de Marseille de 1720.

1Au même titre que d’autres événements meurtriers (guerres, massacres, catastrophes naturelles ou famines), les épidémies du passé ont provoqué d’importants accroissements du nombre des décès, aboutissant dans certains cas à de véritables crises de mortalité. En réponse à ces décès multiples, ont parfois été adoptées des modalités d’ensevelissement adaptées à la gestion d’un nombre de cadavres plus important qu’à l’accoutumée ; plusieurs individus peuvent ainsi avoir être réunis dans une unique structure, voire parfois dans plusieurs structures juxtaposées. À ce titre, la sépulture, et à plus large échelle le cimetière, constituent des témoins privilégiés de l’histoire de ces crises. Tandis que les gisements funéraires relevant de faits de guerre ou de massacres de populations ont de longue date fait l’objet d’attention de la part des anthropologues, qui voyaient dans l’étude des stigmates osseux engendrés par ces actes de violences un moyen d’appréhender les comportements belliqueux des populations anciennes, l’étude des épidémies fut longtemps l’apanage des seuls historiens. Selon leurs spécialités (démographes, épidémiologistes, économistes…), ces derniers ont développé leurs propres modèles1. Pour autant, l’analyse des sources textuelles souffre de différents écueils, qui limitent la compréhension de certaines facettes du phénomène épidémique. L’un des principaux réside dans le fait que les vocables utilisés par les auteurs anciens ne rendent généralement pas compte de la réalité médicale des maladies et, en conséquence, ne permettent que rarement de définir l’agent pathogène en cause2. Par ailleurs, ces sources demeurent bien souvent imprécises, voire pratiquement muettes en ce qui concerne les usages funéraires en temps d’épidémie. Seules quelques œuvres littéraires et iconographiques nous révèlent les effets des crises de mortalité sur les attitudes des populations ; elles laissent dans la plupart des cas l’impression de fléaux contre lesquels on ne pouvait rien ou pas grand-chose, voire de paniques des commmunautés, dont pouvaient découler des dérives comportementales. Considérer ces quelques témoignages comme le reflet exact, ou tout du moins unique, des situations rencontrées en temps d’épidémie s’avère donc hasardeux, ce type de sources délaissant bien souvent les événements les plus anodins de l’histoire pour ne relater que les épisodes les plus spectaculaires3.

  • 4 Biraben et Le Goff 1969.
  • 5 Duday et al. 1990 ; Duday 2005, 2007.
  • 6 Peuvent être cités, à titre d’exemples, les sites de Dreux (Cabezuelo et Castex 1994), des Fédons à (...)
  • 7 Castex 2007, 2008.
  • 8 Ces études ont en particulier permis l’extraction de fragments d’ADN de l’agent pathogène Yersinia (...)
  • 9 Peuvent être cités, pour les plus récents, les colloques « Identifier, qualifier et interpréter une (...)
  • 10 Castex et Cartron (éd.) 2007 ; Signoli, Chevé, Adalian et al. 2007.

2Conscients des limites inhérentes à leur matériel d’étude, certains historiens avaient pressenti dès la fin des années 1960 que les analyses de gisements funéraires relevant de crises de mortalité pouvaient constituer un champ d’investigation très prometteur4. Ce n’est cependant qu’à partir de la fin des années 1980 que s’est réellement développée cette nouvelle thématique de recherche, qui a bénéficié de la multiplication des opérations d’archéologie préventive sur le territoire français et d’une nouvelle façon de concevoir l’étude des sépultures, sous l’impulsion du développement de l’archéothanatologie5. Depuis, de nombreux ensembles funéraires pouvant être qualifiés de cimetières de « crises » ont été découverts6. Leurs études se sont, d’une part, attachées à discuter la gestion des décès lors de ces épisodes de crises ; les modalités de traitement des cadavres nous renseignent en effet, dans une certaine mesure, sur la réaction des vivants face aux épidémies, sur l’éventuelle désorganisation de la société et sur la conception même qu’avaient les populations de ces maladies foudroyantes. D’autre part, si le décès rapide des individus exclut la possibilité qu’ils aient développé des lésions osseuses identifiables lors de l’examen des ossements, l’étude anthropologique des squelettes exhumés s’est avérée un outil pertinent pour l’étude des ensembles de crises, le recrutement par âge et par sexe des défunts pouvant révéler des anomalies démographiques, parfois spécifiques de certaines épidémies7. En parallèle de ces études archéo-anthropologiques, le développement des méthodes de paléobiochimie moléculaire dans les années 1990 a permis l’identification des agents pathogènes responsables des décès pour plusieurs groupes de sépultures dont la relation avec une épidémie n’était auparavant que supposée8. L’utilisation conjointe de ces différents outils analytiques a progressivement conduit à une meilleure connaissance de diverses facettes des épidémies du passé, justifiant ces dernières années l’organisation de plusieurs colloques consacrés à cette problématique9 et la parution de plusieurs ouvrages de synthèse concernant cette thématique d’étude10.

  • 11 Moreau et al. 2005 ; Blanchard 2006 ; Castex et al. 2008.
  • 12 La sépulture multiple se définit comme le lieu du dépôt simultané de plusieurs corps, par oppositio (...)

3Les études réalisées ces dernières années dans le domaine de l’archéo-anthropologie ont donc démontré, si preuve devait en être faite, que les sites funéraires en relation avec ces pics de mortalité constituent une source d’information majeure pour appréhender l’impact des épidémies sur les sociétés anciennes. Il est ainsi communément admis que des épidémies ont pu provoquer des changements dans les us funéraires, du fait de la nécessité d’ensevelir rapidement un grand nombre de défunts. Force est toutefois de constater que rares sont les monographies de sites ou les synthèses d’études qui se sont attachées à caractériser de manière précise les spécificités du devenir des morts par épidémie11, la plupart d’entre elles s’étant d’ailleurs uniquement focalisées sur l’adoption de la sépulture multiple12, délaissant d’autres aspects du traitement des cadavres. En outre, ces études souffrent de grandes disparités, tant dans la chronologie que dans la nature des crises incriminées. Nous avons donc entrepris une analyse comparative entre quatre sites français ayant livré des sépultures contemporaines de la Peste noire (1347-1353) et dont le lien avec l’épidémie est attesté par les résultats d’analyses de paléobiochimie moléculaire. L’objectif de cette démarche est, d’une part, de chercher à identifier des différences dans la gestion des décès en période de mortalité « normale » et d’épidémie et, d’autre part, d’en discuter les raisons (volonté des vivants, virulence de l’épidémie, démographie de la population). Dans un second temps, les éventuelles spécificités détectées pourront être mises en parallèle des données acquises pour d’autres contextes chronologiques, ainsi que pour des sites en relation avec d’autres types d’épidémies.

1. La Peste noire et ses témoins archéologiques sur le territoire français

1.1. Données historiques

  • 13 Barry et Gualde 2007.
  • 14 Biraben 1975 ; Benedictow 2004 ; Barry et Gualde 2007.

4Après une absence de près de 600 ans des contrées occidentales, depuis la fin de la première pandémie de peste (541-750 apr. J.-C.), la maladie réapparaît sur les côtes européennes au milieu du xive siècle. L’épidémie aurait pour origine les steppes de l’Asie centrale, à partir desquelles la maladie se serait propagée par les voies traditionnelles du grand commerce entre l’Orient et l’Occident, se diffusant au rythme des déplacements humains13. Depuis les rives de la mer Noire, où la peste fait rage en 1346, l’épidémie se propage aux îles de la mer Égée, en Grèce, en Crête et à Chypre. À la fin de l’année 1347, des galères génoises véhiculent l’épidémie jusqu’en Sicile, avant d’atteindre la ville de Marseille, qui leur ouvre son port le 1er novembre 1347. La peste ravage alors la ville, véritable point d’entrée de l’épidémie sur la France et le reste de l’Europe continentale. En l’absence de mesures sanitaires pour enrayer la progression du mal, la maladie se propage rapidement aux territoires limitrophes, voyageant le long des voies commerciales terrestres, fluviales et maritimes. Les villes de Narbonne, Montpellier et Carcassonne sont ainsi touchées dès le premier trimestre de l’année 1348 ; à l’été, ce sont Bordeaux, Lyon et Paris qui sont atteintes ; avant la fin de l’année, la maladie s’est déjà propagée en Suisse et en Angleterre, et arrive aux portes de nombreux autres pays européens14.

  • 15 Notons cependant que si divers termes apparaissent sous la plume des contemporains de l’épidémie, t (...)
  • 16 Barry et Gualde 2007, p. 212.
  • 17 Benedictow 2004, p. 6.

5Les cinq premières années de la seconde pandémie de peste (1347-1352 apr. J.-C.), qui seront connues sous le vocable de « Peste noire »15, constituent une dépression démographique d’ampleur sans précédent. Touchant indifféremment hommes, femmes et enfants, bien portants et malades, sans réelle ségrégation selon le statut social, la maladie se répand partout en Europe, le caractère inexorable de sa progression n’ayant d’égal que l’inefficacité des soins prodigués par les médecins d’alors. Si le nombre exact de victimes nous demeure inconnu, les estimations actuelles, principalement fondées sur l’étude des registres paroissiaux, établissent que la mortalité s’inscrirait dans une fourchette allant de 25 % à 50 % de la population européenne16. Profondément et durablement marquée par cette crise de mortalité exceptionnelle, la société médiévale subit de profonds remaniements socio-économiques, politiques et religieux à la suite de cet épisode historique17. Son impact sur la démographie et les pratiques sociales des populations fut d’autant plus prégnant qu’à la suite de l’épidémie initiale, de nombreuses résurgences frappèrent régulièrement l’Europe, et ce jusqu’au xviiie siècle. Si ces nouvelles crises furent certes moins étendues d’un point de vue géographique et, généralement, d’une moindre ampleur en termes de mortalité, elles n’en furent pas moins des épisodes de troubles, marquant de manière récurrente le tissu social et la psychologie des populations.

1.2. Les sites funéraires témoins de la Peste noire

6Comme précédemment mentionné, les investigations archéologiques réalisées ces deux dernières décennies sur le territoire français ont conduit à la découverte de plusieurs ensembles funéraires en relation avec des crises de mortalité de nature épidémique. Pour notre analyse, nous en avons retenu quatre qui répondaient à plusieurs critères de sélection. Le premier concerne l’attribution chronologique des sépultures étudiées, qui devait être fondée sur des datations absolues ou relatives permettant de rattacher ces tombes, de la manière la plus sûre possible, aux premières années de la seconde pandémie de peste. Notre étude s’est également limitée aux seuls sites pour lesquels la cause des décès a pu être authentifiée par les méthodes de la paléobiochimie moléculaire. Enfin, cette recherche s’intéressant en premier lieu aux conséquences de la Peste noire sur les pratiques funéraires, seuls ont été retenus les sites pour lesquels des données suffisantes concernant le traitement des défunts sont publiées dans la littérature.

7Deux des sites répondant à ces critères relèvent d’un contexte périurbain – Saint-Pierre (Dreux, Eure-et-Loir) et Saints-Côme-et-Damien (Montpellier, Hérault) –, tandis que les deux autres s’intègrent dans le paysage rural – Vilarnau (Pyrénées-Orientales) et Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse (Aude). À ce titre, le corpus ainsi constitué présente l’intérêt d’autoriser des comparaisons concernant la gestion des décès entre villes et campagnes.

1.2.1. Saint-Pierre, Dreux (Eure-et-Loir)

  • 18 Opération réalisée sous la direction de P. Dupont (Service archéologique municipal d’Orléans), avec (...)
  • 19 P. Courtaud (UMR 5199 – PACEA – A3P).

8La fouille de la place Métezeau à Dreux a été menée en 1989 par une équipe d’archéologues de la région Centre18, dans le cadre d’un sauvetage urgent. En raison de la découverte de structures funéraires, elle a bénéficié de l’intervention ponctuelle d’un anthropologue sur le terrain19. Les premiers sondages réalisés ont rapidement mis en évidence la présence de tombes qui renfermaient les restes de plusieurs individus ; la poursuite de la fouille a révélé une utilisation particulière de l’espace funéraire, se caractérisant par la présence de nombreuses sépultures multiples, qui contenaient entre deux et vingt-deux sujets, individus adultes et immatures confondus (fig. 1). Tous les individus reposaient sur le dos et présentaient une même orientation générale est-ouest, leur tête reposant à l’ouest. Si les données stratigraphiques ainsi que les tessons de céramique mis au jour dans le remplissage des tombes suggéraient une attribution au xiie siècle, une datation radiométrique des ossements a permis de corriger cette première estimation, en replaçant de manière certaine les inhumations dans le courant du xive siècle.

Fig. 1 Plan de répartition des sépultures multiples du cimetière Saint-Pierre à Dreux.

Fig. 1 Plan de répartition des sépultures multiples du cimetière Saint-Pierre à Dreux.

Réalisation : M. Coquerelle, d’après un relevé d’U. Cabezuelo (Inrap)

  • 20 Castex 1992, 1994, 1995 ; Cabezuelo et Castex 1994.
  • 21 Castex 2007, 2008.
  • 22 Bizot et al. 2005.

9La présence de nombreuses sépultures simultanées et leur contemporanéité suggéraient une crise de mortalité, dont la nature devait toutefois être discutée. En l’absence de stigmates traumatiques sur les squelettes, il était a priori possible d’exclure que les sépultures soient en relation avec des morts violentes, et par conséquent la résultante d’un fait de guerre ou d’un massacre. L’hypothèse d’une épidémie semblait en cela plus probable, sans qu’il soit toutefois possible de déterminer l’agent pathogène en cause. De manière à discuter plus avant cette question, la structure par âge des inhumés a été étudiée, dans l’optique de repérer de possibles anomalies par rapport à une démographie naturelle. Les vingt-deux sépultures mises au jour ont livré les vestiges squelettiques de 72 individus, se répartissant en 35 adultes et 37 immatures20. Si la proportion générale des sujets non adultes par rapport à la population totale est compatible avec celle d’une mortalité théorique (51,4 %), l’étude détaillée des effectifs de décès pour chaque classe d’âge non adulte indiquait clairement une population « non naturelle », caractérisée par une absence totale des nouveau-nés, un faible effectif d’individus de moins de 4 ans et par une mortalité croissante pour les classes immatures supérieures à 5 ans. La forte mortalité des classes d’adultes jeunes (20-29 ans) se différenciait aussi nettement d’une distribution théorique21. La comparaison du profil de mortalité obtenu avec celui du site des Fédons (Lambesc, Bouches-du-Rhône), dont la relation avec une épidémie de peste de la fin du xvie siècle est attestée par des sources textuelles22, a mis en évidence de nettes similitudes dans le recrutement par âge de ces deux sites.

  • 23 Drancourt et al. 2004.

10Bien qu’il ne fût pas possible dans un premier temps d’affirmer la relation entre les sépultures de Saint-Pierre et une épidémie de peste sur la base de cette seule analyse, les similitudes observées dans les profils de mortalité apparaissaient comme un argument non négligeable pour un tel diagnostic dans cette série ancienne. Les recherches en paléobiochimie moléculaire menées par la suite ont confirmé cette hypothèse, en attestant la présence du bacille Yersinia pestis23.

1.2.2. Saints-Côme-et-Damien, Montpellier (Hérault)

  • 24 Opération réalisée par A. Peyre (AFAN).
  • 25 Opérations réalisées sous la direction de J.-C. Hélas (Université Montpellier III), avec la collabo (...)
  • 26 Opération réalisée sous la direction de C. Arlaud (Inrap).

11Le cimetière de Saints-Côme-et-Damien, initialement situé extra-muros, à quelque 300 m de l’enceinte de la cité médiévale, a fait l’objet de diverses interventions archéo­logiques depuis le début des années 1980. L’intérêt historique du site, connu par les sources textuelles médiévales, a motivé la réalisation d’une première campagne de sondage en 198124, qui fut rapidement suivie par des interventions de fouille entre 1982 et 1984, puis de façon plus ponctuelle en 198625. À la fin de l’année 1996, un diagnostic archéo­logique préalable à un plan d’urbanisation a permis de quantifier la puissance stratigraphique des niveaux sépulcraux et de repérer les vestiges d’occupations antérieures à la période médiévale. L’intérêt des découvertes a justifié la réalisation d’une fouille de grande ampleur, effectuée par une équipe de l’AFAN26 durant le printemps et l’été 1997.

  • 27 Crubézy et al. 2006.

12Les premières traces d’occupation du site se rattachent à la période antique, pour laquelle ont principalement été identifiées des cuves liées à une activité oléicole, ainsi que de nombreuses dolia. Ces vestiges suggèrent la proximité d’une villa, qui n’a pu toutefois être repérée lors de la fouille. L’occupation du haut Moyen Âge est pour sa part plus ténue, se limitant à la présence de quelques fosses, trous de poteau et silos et d’un bâtiment de petites dimensions. Les premières inhumations, légèrement antérieures à la construction de l’église primitive, se situent dans un horizon chronologique compris entre les ixe et xie siècles. Les niveaux archéologiques ultérieurs ont livré les vestiges d’édifices de culte successifs et plusieurs milliers de sépultures, couvrant un intervalle chronologique de près de huit siècles. En effet, malgré la destruction définitive de l’église au moment des guerres de Religion, les inhumations se poursuivirent sur le site jusqu’à la fin du xvie siècle, puis de façon beaucoup plus ponctuelle dans le courant du xviie siècle, voire au xviiie siècle27.

  • 28 Notons également la découverte de 27 caveaux se rattachant à cette phase chronologique.

13D’un point de vue typochronologique, deux grandes phases peuvent être distinguées. La première, qui correspond aux deux ou trois premiers siècles d’utilisation du cimetière, se caractérise par l’inhumation des corps dans des tombes rupestres aux formes variées (anthropomorphes, ovoïdes ou rectangulaires). Ces tombes sont généralement comblées de sédiment sitôt après l’inhumation, plus rarement dotées d’une couverture pérenne ou en matériau périssable. Durant les siècles suivants, les inhumations se font généralement à même la terre ou dans des contenants en bois de type cercueil28. Cette seconde catégorie de tombes semble avoir été particulièrement usitée entre le xiiie et le xve siècle, tandis que la majorité des inhumations antérieures et postérieures à cette période étaient opérées à même la terre.

  • 29 Crubézy et al. 2006.
  • 30 Raoult et al. 2000.

14Parmi les tombes appartenant à cette seconde phase d’occupation funéraire, cinq contenaient les restes squelettiques de plusieurs sujets. Trois de ces tombes correspondaient à des sépultures doubles, les deux autres renfermant respectivement trois et quatre individus. Les défunts, qui se répartissent en six individus adultes et sept sujets immatures, étaient tous inhumés sur le dos, selon une orientation sud-est/nord-ouest identique aux autres individus appartenant à cette phase chronologique. Les sépultures triple et quadruple reposaient sur un remblai mis en place au xiiie siècle et étaient recouvertes par un mur d’enclos daté de la seconde moitié du xive siècle. Eu égard à leur attribution chronologique, une relation entre les décès des sujets inhumés dans ces tombes et une épidémie de peste fut envisagée29. Cette hypothèse a motivé la mise en œuvre d’une analyse paléo-microbiologique, qui a révélé la présence de fragments d’ADN spécifiques à l’agent pathogène Yersinia pestis30, authentifiant ainsi la cause des décès.

1.2.3. Vilarnau (Pyrénées-Orientales)

  • 31 Passarrius, Donat et Catafau 2008.
  • 32 Passarrius 2008.
  • 33 Opération réalisée sous la direction de M. Moerman (Inrap), avec la collaboration d’O. Passarrius ( (...)
  • 34 Opérations réalisées sous la direction d’O. Passarrius, avec la collaboration de R. Donat (Inrap) p (...)

15Entre 1996 et 2002, le village médiéval de Vilarnau a fait l’objet de plusieurs interventions archéologiques, qui ont permis, outre un apport indéniable à l’histoire locale, de mieux appréhender le processus de formation villageoise, le rôle de l’église, du cimetière et du château dans le regroupement des populations31. Si l’emplacement précis du site ne fut redécouvert qu’au début des années 1990, son histoire est relativement bien connue par les sources écrites. Ces dernières témoignent d’une structuration rapide du village autour de trois pôles d’occupation distincts, à savoir un pôle castral tenu en fief des seigneurs de Canet (Vilarnau d’Avall), un ensemble ecclésial organisé autour de l’église Saint-
Christophe et de son cimetière (Vilarnau d’Amont) et, enfin, un second château (Vilarnau d’Amont), situé à environ 300 m de l’église, tenu en fief de l’abbaye cistercienne de Valbonne32. À l’occasion d’un diagnostic33 préalable à un aménagement routier, Vilarnau d’Avall fut le premier secteur à bénéficier d’une investigation archéologique. Durant l’été 1996, de nouvelles tranchées réalisées à Vilarnau d’Amont mirent au jour l’église Saint-Christophe et un vaste cimetière, ainsi que de nombreux vestiges d’habitations. L’intérêt de la découverte justifia, dans les années suivantes, la mise en place d’une fouille de sauvetage programmée. Au terme de plusieurs campagnes de fouilles34, réalisées entre 1999 et 2002, la quasi-intégralité du site a pu être explorée.

16Les 867 tombes mises au jour se répartissent en plusieurs phases successives, couvrant une période allant du ixe au xve siècle. La première phase d’inhumations (ixe-début xie siècle) se caractérise par la présence de tombes rupestres couvertes par des dalles, des meules à grain, ou plus souvent par des planches, reposant sur les parois de la tombe ou sur un aménagement de galets. La seconde phase d’occupation (xie-première moitié du xiiie siècle) est marquée par un changement radical de l’environnement de l’église, correspondant à la mise en place d’un habitat autour de l’édifice. À cette période, les défunts sont inhumés dans des tombes en pleine terre ou dans des fosses fermées par des couvertures de planches, qui tendent toutefois à se raréfier. La dernière période (seconde moitié du xiiie-début du xve siècle) voit le cimetière et l’édifice de culte enserrés dans un enclos fortifié. Le traitement des défunts semble dominé par l’inhumation en pleine terre, à laquelle s’ajoutent quelques exemples de sépultures en cercueil, qui apparaissent dans les derniers temps de l’utilisation du site.

Fig. 2 Sépulture triple mise au jour à Vilarnau. La tombe contenait les squelettes de deux femmes et d’un enfant d’environ deux ans.

Fig. 2 Sépulture triple mise au jour à Vilarnau. La tombe contenait les squelettes de deux femmes et d’un enfant d’environ deux ans.

Cl. O. Passarrius, conseil général Pyrénées-Orientales

  • 35 Pour l’une des sépultures doubles, toutefois, l’association des squelettes d’une jeune femme et d’u (...)
  • 36 Donat et al. 2008. À noter que le croisement des intervalles des deux datations radiométriques réal (...)

17Si la grande majorité des tombes mises au jour à Vilarnau correspondent à des sépultures individuelles, la fouille a toutefois mis en évidence huit sépultures doubles, ainsi qu’une sépulture triple (fig. 2), livrant un total de huit individus adultes, trois adolescents et huit enfants. Tous les corps présentaient une orientation similaire à celle des autres défunts inhumés dans le cimetière et adoptaient, dans la plupart des cas, une position classique de décubitus. Faisaient toutefois exception un sujet inhumé en position latérale, ainsi qu’un second, qui reposait sur le ventre. Le nombre de ces sépultures, quoique minime à l’échelle du site, semblait toutefois significatif, compte tenu de l’appartenance de toutes ces tombes à une seule et même phase d’inhumation correspondant à la dernière occupation funéraire. À ce titre, un contexte épidémique pouvait être supposé35, ce qui justifia la réalisation d’une analyse en paléobiochimie moléculaire, qui mit en évidence la présence d’ADN de Yersinia pestis pour l’un des échantillons provenant de la sépulture triple36.

1.2.4. Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse (Aude)

  • 37 Opération réalisée sous la direction d’A. Gaillard (ACTER), avec la collaboration de S. Kacki (Inra (...)
  • 38 Gaillard et al. 2010.

18Une opération d’archéologie préventive37 réalisée durant l’été 2007 au lieu-dit des Jardins de Saint-Benoît, à proximité du village de Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse, a mis au jour un vaste cimetière médiéval, enserrant les vestiges d’une église à chevet plat, bâtie à la fin du viiisiècle38. Les contraintes temporelles liées au caractère préventif de l’intervention de terrain ne permettant pas une fouille exhaustive du site, l’opération s’est principalement intéressée à cerner la topographie de l’ensemble funéraire et à réaliser un échantillonnage des tombes pour caractériser les modes d’inhumation. Seules 52 des 149 sépultures identifiées ont finalement pu faire l’objet d’une fouille. Les sépultures étudiées, de formes et d’architectures variées, témoignent de la longue durée de fonctionnement du pôle funéraire, qui semble apparaître avant la fin du viiie siècle et perdurer jusqu’au bas Moyen Âge, période durant laquelle l’église est presque entièrement démantelée et le cimetière abandonné.

Fig. 3 Sépulture multiple mise au jour à Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse.

Fig. 3 Sépulture multiple mise au jour à Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse.

Cl. A. Gaillard, ACTER

19L’analyse archéothanatologique des sépultures a permis de distinguer différentes catégories d’architectures funéraires et de définir une typochronologie, qui met en évidence deux périodes principales d’utilisation du cimetière. Durant le haut Moyen Âge (du viiie au xe siècle), les défunts étaient inhumés dans des tombes rupestres ou à parois bâties, dont la couverture est dans les deux cas de figure composée de dalles de grès. La seconde période d’utilisation (du xie au xive siècle) se caractérise par une simplification de l’architecture funéraire, les corps étant alors inhumés dans des coffrages de bois, enveloppés dans des linceuls ou simplement déposés à même la terre. Parmi les tombes appartenant à cette seconde phase chronologique, trois correspondent à des sépultures multiples, qui ont livré les restes de trois individus immatures et de six adultes. Deux des tombes correspondent à des sépultures doubles, tandis que la troisième a livré les squelettes de cinq individus (fig. 3). Si la plupart des sujets reposaient sur le dos, selon une attitude classique, deux des défunts inhumés dans cette dernière tombe étaient déposés en position latérale. La totalité des individus reposaient selon un axe est-ouest, la tête à l’ouest, à l’instar des individus inhumés dans les autres tombes du cimetière. La situation stratigraphique de ces trois sépultures, ainsi que la typologie d’une boucle en alliage cuivreux retrouvée dans l’une d’entre elles, suggéraient une datation aux alentours du xiiie ou du xive siècle. Cette attribution chronologique a été confirmée par des datations par le radiocarbone pour chacune des trois sépultures multiples.

  • 39 Kacki et al. 2011.
  • 40 Haensch et al. 2010.
  • 41 Kacki et al. 2011. Des analyses en paléobiochimie moléculaire seront prochainement réalisées sur ce (...)

20La découverte de ces tombes a suscité une réflexion sur la nature de l’événement susceptible d’avoir entraîné un accroissement de la mortalité au sein de la petite communauté rurale qui vivait à Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse durant le Moyen Âge. L’examen des restes osseux n’ayant permis de déceler aucune lésion traumatique responsable des décès, l’hypothèse d’un contexte épidémique a été privilégiée. Un test d’immunodétection de l’antigène F1 de Yersinia pestis, ainsi qu’une analyse en paléobiochimie moléculaire, ont donc été réalisés sur des échantillons osseux et dentaires provenant de ces trois tombes. Le test immunologique s’est révélé positif pour sept des neuf sujets exhumés39 ; la contamination des individus par le bacille de Yersin a par ailleurs été confirmée par l’amplification positive de fragments d’ADN spécifiques à Yersinia pestis pour un des individus40. Une étude immunologique complémentaire a en outre été menée sur plusieurs sépultures individuelles contemporaines des derniers temps d’utilisation funéraire du site. Les résultats ont mis en évidence la présence de l’antigène F1 de Yersinia pestis chez quatre individus inhumés dans des sépultures individuelles41.

2. Analyse comparative des modalités d’inhumation durant la Peste noire

2.1. Les lieux d’inhumation

  • 42 Blanchard 2006, p. 33-42.
  • 43 Citons à titre d’exemple les sépultures multiples des xve-xviie siècles mises au jour à Épinal, dan (...)

21L’emplacement où sont inhumés les corps des individus ayant succombé à la maladie constitue l’une des premières facettes permettant d’appréhender les modalités de gestion des défunts, elles-mêmes intimement liées aux perceptions des vivants. L’accroissement rapide et soudain de la mortalité a pu, dans certains cas, entraîner des contraintes dans le choix du lieu de sépulture ou encourager à exclure délibérement les victimes d’épidémie des zones d’inhumations précédemment en usage. Ainsi, les exemples archéologiques de sépultures multiples en relation avec de fortes mortalités témoignent d’une grande variabilité des lieux choisis42. Ceux-ci correspondent tantôt à des secteurs sépulcraux usuels, parfois en relation avec des structures hospitalières43, tantôt à des secteurs d’inhumation spécialement créés à cette occasion (cf. infra).

  • 44 Hawkins 1990 ; Grainger et al. 2008.
  • 45 Reynaud et Bizot 2005.
  • 46 Tzortzis et al. 2007 ; Signoli 2006.
  • 47 L’hôpital vénitien de l’île de Sainte-Marie fut, à partir de 1423, le premier établissement en Euro (...)

22Eu égard à l’apparente diversité des lieux d’inhumations adoptés en temps de crise, on aurait été en droit de s’attendre à ce que les sites qui constituent notre corpus relèvent de différents contextes topographiques. Pourtant, dans chaque cas, les sépultures de peste s’insèrent au sein d’un cimetière paroissial, lequel était déjà en usage avant le début de l’épidémie. Cette caractéristique tendrait donc à démontrer que l’épidémie, aussi effrayante soit-elle, n’a pas modifié en profondeur, tout du moins dans un premier temps, les concepts sociaux et religieux relatifs au devenir des morts, les victimes conservant l’accès au lieu d’inhumation consacré. Pour autant, on ne peut exclure de manière définitive que des lieux dédiés à l’accueil d’individus décédés de la peste aient pu être mis en place en France dès les premières années de la seconde pandémie, comme cela fut le cas dans d’autres pays. Ainsi, à Londres, lors de la grande Peste noire, deux cimetières ont été spécifiquement créés pour accueillir les morts de l’épidémie. Celui d’East Smithfield a fait l’objet d’une fouille partielle entre 1986 et 1988, révélant la présence de nombreuses fosses d’inhumations et tranchées, contenant les dépouilles d’un minimum de 2 400 individus44. À ce jour, des lieux d’inhumation de cette nature ne sont toutefois pas documentés dans l’enregistrement archéologique français pour le début de la seconde pandémie. L’exemple le plus ancien répertorié est le site des Fédons (Lambesc, Bouches-du-Rhône), dont le cimetière était associé à une infirmerie qui fut en charge des malades de la peste durant l’épidémie qui affecta la région en 159045 ; d’autres lieux d’inhumation réservés aux victimes de la peste sont connus pour les périodes plus récentes, en particulier dans la région de Marseille46. L’absence de découverte de tels espaces spécialisés pour les premiers temps de la seconde pandémie peut certes en partie résulter de certains biais archéologiques. Les larges ensembles funéraires paroissiaux médiévaux, associés à des édifices de culte, ont en effet, par le passé, fait l’objet de plus d’attention de la part des archéologues que les groupes isolés de quelques tombes ou dizaines de tombes. Toutefois, cette tendance de la recherche archéologique fut a priori similaire pour la période moderne. On peut donc se demander si cette lacune ne refléterait pas, sinon l’absence de tels lieux d’inhumations au début de la seconde pandémie, tout du moins leur nombre moindre que durant les périodes ultérieures. Ceci tendrait alors à indiquer que les espaces funéraires dédiés aux pestiférés ne se généraliseraient réellement que plus tardivement, en relation avec la création des infirmeries de peste et le principe de mise en quarantaine des individus atteints de la maladie47.

Fig. 4 Plan du cimetière de Vilarnau, localisant les sépultures multiples (étoiles) parmi les tombes appartenant aux dernières phases d’utilisation.

Fig. 4 Plan du cimetière de Vilarnau, localisant les sépultures multiples (étoiles) parmi les tombes appartenant aux dernières phases d’utilisation.

Réalisation : O. Passarrius et R. Donat

  • 48 Donat et al. 2008, p. 202.
  • 49 Kacki et al. 2011.

23S’il apparaît donc que les victimes des premières épidémies médiévales de peste n’ont pas été exclues des lieux d’inhumation en usage en temps de mortalité naturelle, la localisation des sépultures multiples au sein même des cimetières étudiés suggère que certains espaces auraient pu être réservés aux tombes relevant d’une mortalité inhabituelle. Ces secteurs diffèrent cependant d’un site à l’autre. À Dreux, les sépultures multiples semblent avoir été préférentiellement installées en marge de l’espace sépulcral, dans un secteur qu’occupaient seulement un nombre restreint de tombes individuelles antérieures. À Vilarnau, la situation apparaît plus contrastée ; les inhumations simultanées, bien que pour la plupart excentrées, étaient localisées dans des zones ayant accueilli de nombreuses inhumations individuelles durant les phases antérieures (fig. 4). À l’exception d’une sépulture, découverte dans la partie ouest du cimetière, toutes étaient situées dans la moitié orientale de la zone funéraire, où la moitié d’entre elles se répartissait sur une surface restreinte48. À Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse, les trois sépultures multiples identifiées sont localisées à proximité immédiate du mur gouttereau sud de l’église, dans un secteur densément occupé depuis le début de l’utilisation funéraire du site. La variabilité des lieux réservés aux inhumations de pestiférés rend donc délicat un essai de synthèse sur les raisons à l’origine de leur regroupement, qui ne semble pas avoir eu de constante topographique. Il est en outre difficile d’affirmer que la proximité de ces tombes reflète une réelle volonté des vivants de rassembler les morts de l’épidémie en un même endroit, cet apparent regroupement pouvant simplement signaler la seule zone d’inhumations en usage au moment de l’épidémie. Par ailleurs, si les sépultures multiples semblent souvent avoir été installées dans des secteurs réservés, rien ne permet d’exclure que certaines tombes individuelles contemporaines soient également celles de victimes de l’épidémie ; cette information est importante pour discuter d’un éventuel regroupement des morts en raison des causes de leur décès. Sur ce point, le site de Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse apporte quelque éclairage. Parmi les quatre sépultures individuelles pour lesquelles les résultats des analyses paléo-immunologiques permettent de suspecter une contamination par la peste49, deux sont situées à proximité de l’église comme les sépultures multiples. Les deux autres sont quant à elles localisées sur les marges orientale et méridionale de l’aire sépulcrale, à une vingtaine de mètres de distance du noyau de sépultures multiples. Il semble donc que si certains secteurs spécifiques des cimetières ont en effet pu accueillir de manière préférentielle les victimes de l’épidémie, l’inhumation dans ces zones n’a pas nécessairement été une règle absolue.

2.2. L’appareil funéraire : quel traitement réservé 
aux victimes de l’épidémie ?

24L’architecture des tombes, outre le fait qu’elle contribue à l’établissement d’une typochronologie des sites funéraires, recèle un potentiel informatif d’importance pour appréhender la relation des vivants à leurs morts et le soin apporté à ces derniers lors de l’établissement de leur dernière demeure. Dans le cadre d’une crise de mortalité, le statut particulier des défunts et l’urgence relative de la situation sont susceptibles d’entraîner certaines modifications comportementales chez le groupe inhumant, qui se traduiront, entre autres, par l’attention portée à la confection de la tombe. La restitution de l’appareil funéraire constitue donc une étape essentielle de la réflexion sur les modalités funéraires mises en œuvre en temps d’épidémie. Cette entreprise, souvent loin d’être aisée en l’absence de vestiges architecturaux pérennes, bénéficie toutefois aujourd’hui des méthodes de l’archéothanatologie. Les sépultures mises au jour sur chacun des sites constituant notre corpus ont été étudiées selon les préceptes de cette discipline, ce qui assure la validité des interprétations retenues concernant les architectures funéraires.

Fig. 5 Une des sépultures doubles mises au jour à Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse.

Fig. 5 Une des sépultures doubles mises au jour à Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse.

Le maintien en connexion stricte de la majeure partie des ensembles anatomiques et l’absence de déplacement d’ossements hors des volumes corporels témoignent de l’inhumation des corps à même la terre.

Cl. A. Gaillard, ACTER

  • 50 Le creusement de sépultures multiples répond, en règle généralement, à la nécessité d’inhumer un no (...)
  • 51 Pour la dernière de ces quatre tombes, les caractéristiques taphonomiques des squelettes suggèrent (...)

25Pour les quatre sites analysés, la totalité des sépultures multiples se caractérise par un même mode d’ensevelissement des défunts : les fosses, dépourvues d’aménagement interne, ont été rapidement comblées de sédiments après l’inhumation (fig. 5). Ce traitement funéraire a minima, s’il peut certes avoir en partie une valeur symbolique, reflète probablement, dans une large mesure, l’impossibilité d’inhumer un nombre anormalement élevé de défunts dans des contenants. Ceci tient d’une part aux dimensions des fosses creusées pour accueillir plusieurs défunts50 et, d’autre part, à l’effectif important des décès, qui dépassait probablement les possibilités de production de contenants funéraires. On remarquera par ailleurs que trois des quatre sépultures individuelles du site de Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse interprétées comme étant en relation avec la peste correspondent à des inhumations en pleine terre51. L’inhumation des individus dans des sépultures en pleine terre constitue donc une caractéristique commune à la quasi-totalité des victimes de l’épidémie de Peste noire. Il faut toutefois se garder de conclusions hâtives quant à la valeur de cette observation et interpréter les faits en fonction de leur contexte. En effet, lorsque l’on s’intéresse aux autres sépultures mises au jour sur les sites étudiées, il apparaît que ce traitement n’est pas propre aux individus morts en période d’épidémie ; des sépultures en pleine terre sont également observées pour les périodes précédant le contexte de crise de mortalité. À partir des xie-xiie siècles, elles constituent même une modalité d’inhumation fréquente, voire majoritaire, pour les sites ruraux de Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse et de Vilarnau. Moins nombreuses à Saints-Côme-et-Damien, elles représenteraient toutefois près d’un quart des tombes durant la période des xie-xiiie siècles. En conséquence, il apparaît que l’inhumation du corps selon cette modalité ne saurait constituer à lui seul un argument pertinent pour suspecter un contexte épidémique, tout du moins dans le cadre chronologique dans lequel s’inscrit notre étude.

2.3. Le positionnement des corps

  • 52 Les représentations les plus réalistes de l’épidémie sont cependant tardives, les outrages corporel (...)
  • 53 Blanchard et Castex 2007 ; Castex 2007, 2008.
  • 54 Il faut toutefois noter que, dans ce second cas, la position latérale pourrait en réalité être impu (...)

26La fatalité des épidémies de peste médiévale et leurs conséquences meurtrières ont laissé en héritage un ensemble d’œuvres dépeignant les épisodes noirs vécus par une société profondément choquée et désemparée52. La conception idéalisée de la mort, qui prévalait durant le Moyen Âge, a laissé peu à peu la place à un effrayant réalisme dans la représentation des cadavres, leur entassement dans les rues et leur transport jusqu’à un charnier où leurs dépouilles étaient jetées sans ménagement. De cette vision de l’épidémie découle, dans l’imaginaire collectif, l’impression d’une situation d’urgence donnant lieu à un traitement des cadavres dépourvu de soin, voire anarchique. Les faits archéologiques révèlent cependant une tout autre réalité. Les sépultures de pestiférés mises au jour sur les quatre sites français analysés témoignent en effet d’une gestion raisonnée des cadavres et d’un relatif respect des pratiques funéraires en usage lors de la période précédant l’épidémie. Ainsi, tous les individus adoptent une même orientation selon un axe grossièrement est-ouest, leur tête reposant à l’ouest, à l’instar de la plupart des individus inhumés dans les cimetières médiévaux. Les dispositions tête-bêche, connues par ailleurs pour des sépultures multiples de différentes périodes53, sont totalement absentes du corpus des tombes étudiées. De même, la grande majorité des individus sont déposés sur le dos. Seuls font exception deux individus – un homme âgé et un adolescent – provenant du site de Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse, placés en position latérale, ainsi que deux sujets de Vilarnau, respectivement un adolescent reposant sur le ventre et un jeune enfant allongé légèrement sur le côté droit54. Pour les deux sites périurbains étudiés, aucun des défunts inhumés dans les sépultures multiples ne présentait de position atypique. Malgré quelques exceptions, il apparaît donc que la plupart des victimes de l’épidémie ont fait l’objet d’un traitement similaire à celui apporté aux défunts en contexte de mortalité naturelle, respectant par là même les préceptes de l’Église concernant le positionnement et l’orientation des corps en prévision du jour du jugement dernier.

2.4. La sépulture multiple : l’unique modalité 
de traitement des corps ?

27Le recours à des sépultures multiples est souvent considéré comme le marqueur d’un accroissement du nombre des décès en relation avec une crise de mortalité. Pour autant, restreindre les épisodes de surmortalité à ces seuls témoins archéologiques constitue sans nul doute une vision réductrice du phénomène. Elle conduit à considérer que les sociétés anciennes étaient à un tel point désorganisées que l’unique moyen qu’elles eurent de gérer un grand nombre de cadavres fut le recours à l’inhumation simultanée de nombreux corps dans des fosses de grandes dimensions. On connaît pourtant des épisodes de crises de mortalité ayant généré des structures qui sont indiscernables, sinon par leur identification dans les sources écrites, de cimetières constitués en période de mortalité normale. D’excellents exemples de ce type de gestion sont certains cimetières constitués à la suite de conflits armés, qui renferment, pour l’essentiel, des sépultures individuelles. Certes, ces cas sont bien éloignés du contexte qui nous intéresse, mais le seul fait de leur existence laisse entrevoir la possibilité de nombreux cas de figures entre des cimetières composés uniquement de sépultures individuelles et la constitution de nombreuses sépultures multiples juxtaposées. Ces réflexions nous conduisent donc à envisager que les sépultures multiples, malgré l’intérêt que leur étude recèle, ne témoignent probablement que d’une part du phénomène complexe que constitue une épidémie.

  • 55 Notons par ailleurs que de faibles concentrations de l’antigène F1 de Yersinia pestis ont été révél (...)
  • 56 Moreau et al. 2005.
  • 57 Notons toutefois que divers critères peuvent avoir influé sur le choix de recourir à des inhumation (...)

28Au sein de notre corpus, le site de Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse se fait l’écho de ce constat, en illustrant la diversité des aspects sépulcraux. Ainsi, tandis qu’une partie des victimes ont été inhumées dans des fosses contenant plusieurs corps, un minimum de quatre individus atteints de la peste ont bénéficié d’un traitement individuel55. Ces résultats démontrent sans équivoque la possibilité d’une gestion raisonnée des corps des défunts, qui avait par ailleurs déjà été soulignée lors de l’étude du cimetière de l’infirmerie de peste des Fédons56. Sur la centaine de tombes constituant ce site, près des trois quarts correspondaient à des sépultures individuelles. Il apparaît donc que malgré le profond désarroi de la population en ces temps de troubles, la majorité des victimes peut continuer à faire l’objet d’un traitement individuel57, générant des structures funéraires archéologiquement indiscernables de sépultures relevant d’une mortalité naturelle.

Fig. 6 Exemple de sépulture multiple mise au jour sur le site de Saint-Pierre à Dreux. La tombe renferme les squelettes de nombreux individus.

Fig. 6 Exemple de sépulture multiple mise au jour sur le site de Saint-Pierre à Dreux. La tombe renferme les squelettes de nombreux individus.

Cl. P. Dupond, SAM Orléans / U. Cabezuelo, Inrap

  • 58 Il est par ailleurs possible que certaines sépultures individuelles contemporaines de ces tombes re (...)
  • 59 Crubézy et al. 2006, p. 397.
  • 60 Barry et Gualde 2007, p. 210. Cette hypothèse doit toutefois être considérée avec prudence, certain (...)

29Un autre aspect important à souligner, relatif aux sépultures multiples cette fois, concerne l’effectif de corps inhumés, qui semble varier de manière significative selon le contexte dans lequel s’inscrivent les cimetières. Ainsi, le site de Dreux, localisé aux abords immédiats de la ville, se caractérise par un nombre important de sépultures multiples, contenant entre deux et vingt-deux cadavres (fig. 6). Au contraire, le cimetière du village de Vilarnau a essentiellement livré des sépultures doubles58. De même, pour le second site rural de notre corpus, seule l’une des trois sépultures regroupe cinq individus, tandis que les autres correspondent à des sépultures doubles. Il semble donc que le nombre d’individus déposés dans les fosses ait été plus important en contexte urbain, tandis que la plupart des sépultures multiples mises au jour en contexte rural ne regroupait qu’un nombre restreint de corps. Cette tendance ne s’observe pas, certes, en ce qui concerne le site de Saints-Côme-et-Damien, qui ne constituait toutefois que l’un des nombreux cimetières paroissiaux de Montpellier et pourrait à ce titre n’avoir reçu qu’une part négligeable des victimes de l’épidémie. Comme le soulignent les auteurs de l’étude, certaines d’entre elles seraient susceptibles d’avoir été reçues et inhumées par les hôpitaux de la ville59. L’apparente différence concernant l’effectif de corps enterrés dans les sépultures multiples pourrait pour partie témoigner d’un taux de mortalité plus important en contexte urbain. Cette différence résulterait d’une contagion favorisée de l’épidémie dans les villes, du fait de la forte densité de la population et de l’extrême insalubrité du milieu60. Ce facteur ne nous semble toutefois pas suffisant pour expliquer cette dissemblance, que nous attribuerions plus volontiers à la structure démographique des populations atteintes par la peste. La taille réduite des populations dans les campagnes implique en effet que, à proportion égale d’individus succombant de la maladie, l’effectif absolu des défunts sera moindre qu’en ville. De fait, en contexte rural, la gestion des cadavres pourrait avoir été plus aisée, de sorte que les défunts auraient majoritairement bénéficié d’un traitement individuel.

  • 61 Castex et al. 2008.

30Il apparaît donc, à l’issue de ces quelques observations, que le recours à de grandes sépultures multiples ne constitue qu’une part incomplète, si ce n’est parfois minime, de l’expression sépulcrale d’une épidémie. Ce constat n’est d’ailleurs guère surprenant lorsque l’on considère la relative rareté des témoins archéologiques de ces crises, qui livrent un nombre de sujets bien souvent largement inférieur à ce que l’on serait en droit d’attendre à la lecture des registres paroissiaux contemporains61. Au regard de la grande variété des formes que peut prendre une sépulture en temps de peste, il semble que considérer les sépultures multiples comme le point commun de tous les sites d’épidémie constitue donc un biais de raisonnement, car c’est justement ce critère qui, en règle générale, est à la base des investigations qui ont permis de démontrer la crise de mortalité.

3. Mise en perspective avec d’autres contextes épidémiques

  • 62 En ce qui concerne la peste, le site du Clos des Cordeliers (Sens, Yonne) renferme actuellement les (...)

31L’étude comparative menée sur les quatre sites français ayant livré des sépultures contemporaines des premiers temps de la seconde pandémie de peste a mis en évidence certaines caractéristiques de la gestion des cadavres durant l’épidémie. Les résultats font ainsi apparaître un relatif maintien des pratiques funéraires en vigueur durant la période médiévale, tant dans le choix du lieu d’inhumation des défunts que dans le traitement apporté au corps. Une certaine variabilité transparaît cependant entre les sites, des dissemblances étant notamment tangibles entre villes et campagnes. Partant de ces observations, il semble intéressant d’élargir la discussion en mettant en perspective les résultats obtenus avec les données récoltées lors de la fouille d’autres ensembles funéraires tout ou partie constitués en temps d’épidémie, mais relevant d’autres contextes chronologiques et/ou d’autres agents pathogènes. Si la comparaison avec des sépultures créées lors d’épidémies antérieures à la Peste noire s’avérerait des plus utiles dans cette discussion, l’entreprise se heurte malheureusement à la pauvreté de la documentation archéologique pour les périodes précédant le bas Moyen Âge62. En conséquence, nous limiterons notre propos aux exemples connus pour les périodes médiévale et moderne.

Fig. 7 Plan général du cimetière de l’infirmerie de peste des Fédons à Lambesc.

Fig. 7 Plan général du cimetière de l’infirmerie de peste des Fédons à Lambesc.

Réalisation C. Louail, Inrap

  • 63 Blanchard et Georges 2007 ; Castex et al. 2008. Notons que les termes de « fièvre pourpre », s’ils (...)
  • 64 Biraben 1975, p. 295.
  • 65 Bizot et al. 2005.
  • 66 Ce cimetière aurait été exclusivement utilisé pour l’inhumation de victimes de l’épidémie de peste (...)
  • 67 Signoli 2006.
  • 68 Tzortzis et al. 2007.

32Un premier aspect méritant d’être discuté plus avant est l’emplacement des sépultures. En effet, tandis que les victimes de la Peste noire semblent avoir été, pour l’essentiel, inhumées dans des cimetières paroissiaux précédemment en usage, les découvertes archéologiques et les récits historiques relevant de périodes plus récentes illustrent une grande variabilité dans les lieux choisis pour l’ensevelissement des morts par épidémie. On peut par exemple citer le cas de Lignières-en-Berry (Cher), où les registres paroissiaux renseignent sur l’inhumation de nombreux corps aux pieds de certaines croix bordant des chemins vicinaux, lors d’une épidémie de « fièvre pourpre » qui frappa le village63. De même, dans son ouvrage de synthèse sur la peste en France, J.-N. Biraben relate les inhumations clandestines de certaines victimes de la peste dans des caves et des jardins durant l’épidémie qui ravagea Marseille en 172064. En plus de ces cas somme toute assez anecdotiques, il faut surtout souligner la création d’espaces dédiés à accueillir les victimes de l’épidémie, lieux dont l’usage fut généralement limité aux seules périodes de crises de mortalité. Parmi les témoignages archéologiques français de tels lieux d’inhumations, le plus ancien est le cimetière de l’infirmerie des Fédons (fig. 7), qui fonctionna durant l’année 159065. D’autres exemples plus récents, pour la plupart en relation avec des infirmeries de peste, peuvent également être cités, tel le cimetière de Puy-Saint-Pierre (Lariey, Hautes-Alpes)66 ou les véritables charniers creusés dans les villes de Marseille67 et de Martigues68 lors des épidémies de peste qui ont frappé la Provence durant les années 1720-1722. À la lueur des découvertes archéologiques réalisées ces vingt dernières années, une évolution apparaît donc nettement dans les lieux choisis pour inhumer les morts d’épidémies, le cimetière paroissial usité durant les périodes de mortalité normale étant peu à peu abandonné au profit de la création d’espaces dévolus à accueillir les seules victimes de ces crises de mortalité. Loin d’être vide de sens, cette généralisation progressive d’une mise à l’écart des cadavres à la période moderne, concomitante d’une multiplication d’infirmeries destinées à accueillir les malades de l’épidémie, répond en réalité directement à un changement de la conception qu’en avaient les populations.

  • 69 Benedictow 2004, p. 3.
  • 70 Barry et Gualde 2007, p. 206.
  • 71 Tzortzis et al. 2007.
  • 72 Dutour et al. 1994.
  • 73 Bianucci et al. 2009.

33En effet, au début de la seconde pandémie, les populations ne connaissaient rien des bactéries, des virus et autres agents pathogènes. Les croyances médicales de l’époque voulaient que le mal soit lié aux miasma, c’est-à-dire une corruption de l’air par des vapeurs nocives, produites par la putréfaction69, voire par une mauvaise conjonction des planètes70. Dans ces conditions, rien n’imposait d’isoler les malades, ni de recourir à des précautions particulières pour manipuler les cadavres des victimes, dans la mesure où ces manipulations se faisaient dans un temps suffisamment bref après le décès pour que la décomposition n’ait pas débuté. Toutefois, passées la panique et l’incompréhension de la première vague épidémique, les populations médiévales eurent tôt fait de comprendre que le contact avec les malades favorisait la propagation de l’épidémie. Durant les siècles suivants, les règlements sanitaires visant à enrayer la propagation de ces fléaux se multiplièrent, gagnant peu à peu en efficacité. Les mesures d’isolement et de quarantaine progressivement mises en place s’accompagnèrent de la création d’espaces funéraires spécifiques, assurant l’éloignement des dépouilles infectées des lieux fréquentés par les vivants. Un autre aspect du traitement sépulcral lié à l’avènement des conceptions contagionnistes est l’utilisation de matériaux aux propriétés prophylactiques dans les tombes. L’archéologie a ainsi pu mettre en évidence, en France et à l’étranger, de nombreux cas, tous de chronologie moderne, où de la chaux a été déposée au contact des corps de victimes d’épidémie. On citera à titre d’exemples les fosses sépulcrales mises au jour sur les sites des Capucins de Ferrières (Martigues)71 et de la rue Leca (Marseille)72, ainsi que les sépultures de plusieurs religieux à Poitiers (Vienne) et à La Chaize-le-Vicomte (Vendée)73. L’usage de ce matériau, qui a pour but de minimiser les odeurs et les effets de putréfaction, tout en repoussant insectes et charognards, n’est attesté pour aucun site contemporain de la Peste noire.

  • 74 À titre d’exemple, les sépultures multiples d’Issoudun n’ont livré que huit cas d’inhumation sur le (...)
  • 75 Citons à titre d’exemple le site de Bourges (Georges et Blanchard 2007).
  • 76 De telles dispositions des corps s’observent par exemple dans deux sépultures triples du site des F (...)
  • 77 Signoli 2006.

34Pour en revenir aux modalités funéraires stricto sensu, il est à souligner que jusqu’à une période relativement récente, un certain soin semble avoir été apporté aux corps lors de leur inhumation. Loin de refléter une situation d’urgence donnant lieu à un enfouissement désordonné des défunts, la majorité des sépultures d’épidémie témoigne d’une gestion rigoureuse des cadavres. Les corps sont la plupart du temps déposés sur le dos, adoptant une attitude peu ou prou semblable aux défunts inhumés hors temps de crise. Si les dispositions latérales et sur le ventre sont certes présentes sur certains sites, elles demeurent cependant minoritaires, y compris dans le cas de grandes fosses sépulcrales contenant plusieurs dizaines de corps74. On remarquera au contraire que l’orientation stricte des corps, qui caractérise les structures de notre corpus ainsi que d’autres sépultures médiévales constituées en temps de crise épidémique75, semble n’avoir pas toujours été rigoureusement adoptée. Le souhait de rationaliser l’espace au sein des sépultures multiples a, dans bien des cas, pris le pas sur les édits de l’Église concernant l’orientation des défunts, de sorte que des dispositions « tête-bêche » des corps sont observées sur de nombreux sites médiévaux et post-médiévaux en relation avec des épidémies76. Les exemples archéologiques de sépultures d’épidémie connus pour le Moyen Âge et le début de la période moderne attestent donc une certaine variabilité quant au positionnement des corps dans les tombes. Pour autant, elle reste sans commune mesure avec le traitement anarchique des cadavres observés pour certains sites plus récents. La fosse commune de l’Observance, à Marseille, en constitue un parfait exemple : dans cette large fosse ont été inhumés, sans organisation cohérente et dans des positions et orientations variées, les corps de plus de deux cents victimes de l’épidémie de peste de 172077.

Fig. 8 Exemple de sépulture double du site des Fédons à Lambesc.

Fig. 8 Exemple de sépulture double du site des Fédons à Lambesc.

La position contrainte des membres supérieurs de l’individu inhumé dans la moitié nord de la fosse suggère que le corps pourrait avoir été enveloppé dans un linceul.

Cl. P. Reynaud, Inrap

  • 78 Hawkins 1990 ; Grainger et al. 2008.
  • 79 Moreau et al. 2005, p. 90-95.

35En ce qui concerne la tombe elle-même, l’inhumation dans de simples fosses rapidement comblées de sédiments demeure majoritaire, quels que soient la période et le type d’épidémie considérés. Pour autant, elle ne constitue pas la modalité unique de traitement des défunts en temps d’épidémie, comme en témoignent quelques rares exemples. Ainsi, dans le cimetière de peste d’East Smithfield (Londres), sur environ 750 victimes de la peste exhumées, au moins 230 étaient enterrées dans des cercueils78. Par ailleurs, dans le cimetière de peste des Fédons, la présence d’épingles métalliques au contact des restes osseux de plusieurs individus, ainsi que certaines caractéristiques taphonomiques des dépôts79, suggèrent l’enveloppement de certains corps dans des linceuls (fig. 8). Ces quelques cas illustrent donc une certaine variabilité quant à l’appareil funéraire. Une autre composante de celui-ci, à savoir le mobilier d’accompagnement des défunts, semble pour sa part relativement constant par sa rareté dans les sépultures en relation avec des crises épidémiques. Cette absence pourrait suggérer un certain empressement dans les inhumations, qui pourraient ne pas avoir bénéficié d’un soin aussi important que celles réalisées hors contexte de crise. Il faut cependant souligner que le dépôt de mobilier funéraire est peu fréquent durant les périodes médiévales et modernes, qui sont justement celles pour lesquelles nous disposons du plus grand nombre de témoins archéologiques d’épidémies.

  • 80 On notera cependant l’apport potentiel de l’étude du recrutement des ensembles funéraires, des anom (...)
  • 81 Signoli, Tzortis, Bizot et al. 2007.

36Enfin, concernant le type de structure funéraire constitué lors des épidémies, il semble que le recours à des sépultures multiples ait eu lieu quelle que soit la période, et indépendamment de l’agent pathogène en cause dans les décès. Toutefois, il faut une nouvelle fois souligner les limites des outils analytiques de l’archéologie, qui n’autorisent que rarement l’identification de victimes d’épidémies autrement que par leur regroupement au sein de sépultures multiples80. Comme l’ont démontré les exemples des Fédons et de Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse, des sépultures individuelles peuvent coexister avec ces structures et sont même probablement majoritaires dans un certain nombre de cas. L’utilisation conjointe de sépultures multiples et individuelles demeure de mise pour des épidémies plus récentes, comme l’illustrent les tombes mises au jour dans le cimetière de peste du xviie siècle fouillé à Lariey81. La fin de la période moderne voit toutefois apparaître un nouveau mode de gestion des cadavres lors de certains épisodes épidémiques particulièrement meurtriers, durant lesquels les cadavres sont inhumés dans de véritables charniers. Les fosses communes creusées à Marseille et Martigues lors des épidémies de peste de 1720-1722 témoignent de ce phénomène. Dans une société où les mécanismes de la contagion sont désormais mieux connus, la nécessité d’enfouissement rapide des victimes de l’épidémie se substitue aux coutumes prévalant à l’inhumation des cadavres. Ces derniers semblent alors être traités sans grand soin, souvent déposés dans des positions atypiques, si ce n’est précipités sans ménagement dans les fosses. L’on est bien loin, ici, des sépultures contemporaines de la Peste noire, dont les victimes étaient traitées avec un égard identique à celui porté à leurs contemporains.

Conclusion

37La compréhension du phénomène épidémique et de ses répercussions relève d’une démarche complexe au carrefour de plusieurs disciplines, parmi lesquelles l’histoire, la médecine, la démographie et la sociologie. Dans cette réflexion, l’archéologie n’est toutefois pas en reste, révélant certaines facettes, parfois insoupçonnées, des modalités d’inhumation adoptées en ces temps de troubles. L’étude comparative menée pour la Peste noire a mis en évidence divers aspects du traitement des cadavres, qui semblent témoigner d’une volonté du groupe inhumant de maintenir les pratiques funéraires en vigueur. Les défunts, généralement inhumés dans les cimetières préexistants, ont ainsi pour la plupart bénéficié d’un traitement en accord avec les coutumes en usage en contexte de mortalité normale. La différence majeure réside dans l’inhumation simultanée de plusieurs corps au sein de mêmes fosses. Il apparaît toutefois que cette modalité d’ensevelissement ne constitue qu’une partie de l’expression sépulcrale de l’épidémie, ceci étant particulièrement tangible en contexte rural, où de nombreux défunts ont bénéficié d’un traitement individuel. Ces structures demeurent de fait indiscernables de celles créées hors temps de crise, de sorte que certains cimetières qui ont accueilli des sépultures de peste peuvent ne pas avoir été identifiés comme tels, en l’absence de grandes sépultures multiples ou d’un nombre significatif de tombes doubles ou triples appartenant à un même horizon chronologique. Une meilleure compréhension de la variabilité des traitements funéraires durant la Peste noire ne sera donc possible qu’au prix d’études de sites contemporains de l’épidémie pour lesquels aucun argument archéologique ne permet a priori de suspecter l’inhumation de victimes de l’épidémie, tant par l’analyse du recrutement par âge et par sexe des échantillons archéo­logiques – susceptibles de mettre en évidence des anomalies caractéristiques d’une épidémie de peste –, que par l’application à but prospectif des méthodes de la paléobiochimie moléculaire.

38La mise en perspective des résultats obtenus avec ceux issus de la fouille de gisements funéraires plus récents a permis certaines réflexions quant à l’évolution des usages funéraires en temps d’épidémie au cours du bas Moyen Âge et de l’époque moderne. La modification du statut des victimes d’épidémies à travers le temps, étroitement liée à la prise de conscience progressive du phénomène de contagion et aux moyens mis en œuvre pour y faire face, a ainsi conduit à une multitude de cas de figures dans le traitement réservé aux défunts. De fait, dans une perspective diachronique, les sépultures en relation avec des contextes épidémiques révèlent une extrême diversité des modalités funéraires adoptées. Replacées dans leurs contextes chronologique et socioculturel, ces structures funéraires semblent toutefois témoigner d’une certaine logique évolutive, où la nécessité d’inhumer rapidement les cadavres prend peu à peu le pas sur les coutumes et édits religieux fixant le cadre des inhumations traditionnelles.

Haut de page

Bibliographie

Barry S. et Gualde N.
2007, « La Peste dans l’Occident chrétien et musulman 1346/1347-1352/1353 », dans Castex et Cartron (éd.) 2007, p. 193-227.

Benedictow O.J.
2004, The Black Death, 1346-1353 : The Complete History, Woodbridge, Boydell Press.

Bianucci R., Rahalison L., Peluso A., Rabino Massa E., Ferroglio E., Signoli M., Langlois J.-Y. et Gallien V.
2009, « Plague immunodetection in remains of religious exhumed from burial sites in central France », Journal of Archaeological Science, vol. 36, p. 616-621.

Biraben J.-N.
1975, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, vol. I, Paris, Mouton.

Biraben J.-N. et Le Goff J.
1969, « La peste dans le haut Moyen Âge », Annales : Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 24, p. 1484-1510.

Bizot B., Castex D., Reynaud P. et Signoli M. (dir.)
2005, La saison d’une peste (avril-septembre 1590). Le cimetière des Fédons à Lambesc, Paris, CNRS éditions.

Blanchard P.
2006, La gestion des cadavres en temps de crise : exemples archéologiques médiévaux et modernes en Europe de l’Ouest, Mémoire de Master 2, Université François-Rabelais, Tours.

Blanchard P. et Castex D. avec la collaboration de Coquerelle M., Giuliani R. et Ricciardi M.
2007, « A mass grave from the catacomb of Saints Peter and Marcellinus in Rome, second-third century AD », Antiquity, vol. 81, p. 989-998.

Blanchard P. et Georges P.
2007, « Projet de recherche de sépultures d’épidémie à Lignères-en-Berry (Cher) : à chacun sa croix… », dans Castex et Cartron (éd.) 2007, p. 149-170.

Bley D., Dutour O. et Palfy G. (dir.)
1998, Les épidémies : passé et présent, Numéro spécial des Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, n.s., vol. 10 (1-2).

Bourdelais P.
1997, « Épidémies et populations : bilan et perspectives de recherches », dans « Épidémie et Populations », Annales de démographie historique, p. 9-26.

Cabezuelo U. et Castex D.
1994, « Le cimetière Saint-Pierre à Dreux (Eure-et-Loir). Dolmens, sarcophages et pierres tombales », dans Les pratiques funéraires en Eure-et-Loir de la Préhistoire à nos jours, Chartres, Maison de l’Archéologie, p. 68-69.

Castex D.
1992, Étude anthropologique du cimetière paroissial Saint-Pierre, place Métezeau à Dreux (Eure-et-Loir), Rapport anthropologique, Service régional de l’archéologie de l’Eure-et-Loir.

1994, Mortalité, morbidité et gestion de l’espace funéraire au cours du haut Moyen Âge, Thèse de Doctorat en anthropologie, Université de Bordeaux 1.

1995, « Sépultures multiples : sépultures de “catastrophes” ? », Dossiers d’archéologie « Les Hommes du Moyen Âge », vol. 208, p. 44-47.

2007, « Les anomalies démographiques : clefs d’interprétation des cimetières d’épidémies en archéologie », dans Castex et Cartron (éd.) 2007, p. 109-138.

2008, « Identification and interpretation of historical cemeteries linked to epidemics », dans Raoult D. et Drancourt M. (éd.), Paleomicrobiology : Past Human Infections, Berlin, Springer-Verlag, p. 23-48.

Castex D. et Cartron I. (éd.)
2007, Épidémies et crises de mortalité du passé, Actes des séminaires (année 2005) de la Maison des Sciences de l’Homme, Ausonius Éditions (Études 15), Pessac.

Castex D., Georges P. et Blanchard P.
2008, « Complémentarité et discordances entre sources textuelles et sources archéo-anthropologiques en contexte de crises de mortalité par épidémie. Études de cas », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], t. 47.

Castex D. et Réveillas H.
2007, « Investigation sur une crise de mortalité à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais, xviiie s.). Hypothèse d’interprétation », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, n.s., vol. 19 (1-2), p. 21-37.

Chevé D. et Boëtch G.
2007, « Symptômes, stigmates, signes : les corps de la contagion entre réalisme et symbolisme », dans Signoli, Chevé, Adalian et al. (éd.) 2007, p. 357-371.

Crubézy É., Duchesne S. et Arlaud C.
2006, La mort, les morts et la ville (Montpellier - xe-xvie siècles), Paris, Éditions Errance.

D’Irsay S.
1926, « Notes to the Origin of the Expression : “Atra Mors” », Isis, vol. 8, 328-332.

Donat R., Passarrius O., Aboudharam G. et Drancourt M.
2008, « Les sépultures simultanées et l’impact de la peste », dans Passarrius, Donat et Catafau (éd.) 2008, p. 200-204.

Drancourt M., Aboudharam G., Signoli M., Dutour O. et Raoult D.
1998, « Detection of 400-year old Yersinia pestis DNA in human dental pulp. An approach to diagnosis of ancient septicaemia », Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, vol. 95, p. 12637-12640.

Drancourt M., Roux V., La-Vu D., Tran-Hung L., Castex D., Chenal-Francisque V., Ogata H., Fournier P.-E., Crubézy É. et Raoult D.
2004, « Genotyping, Orientalis-like Yersinia pestis, and Plague Pandemics », Emerging Infectious Desease, vol. 10 (9), p. 1585-1592.

Drancourt M., Signoli M., Dang L.V., Bizot B., Roux V., Tzortzis S. et Raoult D.
2007, « Yersinia pestis Orientalis in remains of ancient plague patients », Emerging Infectious Diseases, vol. 13, p. 332-333.

Duday H.
2005, « L’archéothanatologie ou archéologie de la mort », dans Dutour O., Hublin J.-J. et Vandermeersch B. (éd.), Objets et méthodes en paléoanthropologie, Paris, CTHS, p. 153-215.

2007, « Les preuves archéologiques d’une crise de mortalité : simultanéité du dépôt de cadavres, simultanéité des décès ? », dans Castex et Cartron (éd.) 2007, p. 15-21.

Duday H., Courtaud P., Crubézy É., Sellier P. et Tillier A.-M.
1990, « L’anthropologie de terrain : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, n.s., vol. 2 (3-4), p. 29-50.

Dutour O., Signoli M., Georgeon E. et Da Silva J.
1994, « Le charnier de la grande peste de Marseille (rue Leca) : Données de la fouille de la partie centrale et premiers résultats anthropologiques », Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes, vol. 3, p. 191-203.

Gaillard A., Kacki S. et Puig C. avec la collaboration de Benezet J. et Corrochano A.
2010, « Premiers résultats concernant le site des Jardins de Saint-Benoît (Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse, Aude), pôle religieux et funéraire des Corbières », Archéologie du Midi médiéval, vol. 28, p. 209-218.

Georges P. et Blanchard P.
2007, « Les sépultures multiples du “35, rue de Sarrebourg” à Bourges (18) : discussion du contexte et interprétations envisagées », dans Castex et Cartron (éd.) 2007, p. 147-168.

Grainger I., Hawkins D., Cowal L. et Mikulski R.
2008, The Black Death cemetery, East Smithfield, London, MoLAS (Monograph 43), Londres.

Haensch S., Bianucci R., Signoli M., Rajerison M., Schultz M., Kacki S., Vermunt M., Weston D.A., Hurst D., Achtman M., Carniel E. et Bramanti B.
2010, « Distinct clones of Yersinia pestis caused the Black Death », PLoS Pathogens [En ligne], vol. 6 (10), e1001134.

Hawkins D.
1990, « The Black Death and the new London cemeteries of 1348 », Antiquity, vol. 64, p. 637-642.

Kacki S., Rahalison L., Rajerison M., Ferroglio E. et Bianucci R.
2011, « Black Death in the rural cemetery of Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse, Aude-Languedoc, southern France, 14th century : immunological evidence », Journal of Archaeological Science, vol. 38, p. 581-587.

Moreau N., Duday H., Castex D. et Reynaud P.
2005, « Le cimetière de peste des Fédons : des données anthropologiques aux interprétations. Les gestes funéraires », dans Bizot, Castex, Reynaud et al. (éd.) 2005, p. 37-44.

Passarrius O.
2008, « Quelles sources, quelle échelle d’analyse, pour quels résultats ? », Les Cahiers de Framespa [En ligne], vol. 4. Mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 23 août 2011. URL : http://framespa.revues.org/336

Passarrius O., Crubézy É. et Catafau A.
2008, « Du village au lieu-dit : l’impact de la peste du xive siècle », dans Passarrius, Donat et Catafau (éd.) 2008, p. 280-284.

Passarrius O., Donat R. et Catafau A.
2008, Vilarnau, un village du Moyen Âge en Roussillon, Canet-en-Roussillon, Éditions Trabucaire.

Raoult D., Aboudharam G., Crubézy É., Larrouy G., Ludes B. et Drancourt M.
2000, « Suicide amplification of the medieval Black Death bacillus », Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, vol. 97, p. 12800-12803.

Réveillas H.
2010, Les hôpitaux et leurs morts dans le nord-est de la France du Moyen Âge à l’époque moderne. Approche archéo-anthropologique des établissements hospitaliers, Thèse de doctorat, Université Bordeaux 3, Pessac.

Reynaud P. et Bizot B.
2005, « Une épidémie de peste à Lambesc en 1590 : un faisceau d’arguments archéologiques et historiques. Les faits archéologiques », dans Bizot, Castex, Reynaud et al. (éd.) 2005, p. 11-19.

Signoli M.
2006, Études anthropologiques des crises démographiques en contexte épidémique : aspects paléo- et biodémographique de la peste en Provence, Oxford, British Archaeological Reports (International Series, 1515), Archaeopress.

Signoli M., Chevé D., Adalian P., Boëtsch G. et Dutour O.
2007, Peste : entre épidémies et sociétés, Florence, Firenze University Press.

Signoli M., Tzortzis S., Bizot B., Ardagna Y., Rigeade C. et Séguy I.
2007, « Découverte d’un cimetière de pestiférés du xviie siècle (Puy-Saint-Pierre, Hautes-Alpes, France) », dans Signoli, Chevé, Adalian et al. (éd.) 2007, p. 131-135.

Tzortzis S., Rigeade C., Ardagna Y., Adalian P., Seguy I. et Signoli M.
2007, « Un charnier de la grande peste de 1720-1722 en Provence : les tranchées des Capucins de Ferrières à Martigues (Bouches-du-Rhône, France) - Premières données », dans Signoli, Chevé, Adalian et al. (éd.) 2007, p. 137-146.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Bourdelais 1997 ; Bley et al. 1998.

2 Castex et al. 2008.

3 Citons, notamment, les œuvres de Serre et De Troy relatant la Grande peste de Marseille de 1720.

4 Biraben et Le Goff 1969.

5 Duday et al. 1990 ; Duday 2005, 2007.

6 Peuvent être cités, à titre d’exemples, les sites de Dreux (Cabezuelo et Castex 1994), des Fédons à Lambesc (Bizot et al. 2005), de Bourges (Georges et Blanchard 2007), de Boulogne-sur-Mer (Castex et Réveillas 2007), des Capucins de Ferrières à Martigues (Tzortzis et al. 2007).

7 Castex 2007, 2008.

8 Ces études ont en particulier permis l’extraction de fragments d’ADN de l’agent pathogène Yersinia pestis pour plusieurs sites contemporains des première et seconde pandémies de peste (Drancourt et al. 1998, 2004, 2007 ; Raoult et al. 2000 ; Haensch et al. 2010).

9 Peuvent être cités, pour les plus récents, les colloques « Identifier, qualifier et interpréter une crise de mortalité par épidémie » (Bordeaux, 2005), « Vers une anthropologie des catastrophes » (Valbonne, 22-24 mai 2007), « Archéologie des épidémies : une recherche à la croisée des disciplines » (Bordeaux, 10 juin 2011).

10 Castex et Cartron (éd.) 2007 ; Signoli, Chevé, Adalian et al. 2007.

11 Moreau et al. 2005 ; Blanchard 2006 ; Castex et al. 2008.

12 La sépulture multiple se définit comme le lieu du dépôt simultané de plusieurs corps, par opposition à la sépulture collective, où les dépôts de plusieurs cadavres sont échelonnés dans le temps (Duday 2005 ; Id. 2007). Dans ce second cas, l’apport de chaque nouveau corps entraîne des déconnexions et des déplacements au niveau des ossements des individus déposés précédemment, qui sont en cours de décomposition ou à l’état squelettique. La reconnaissance d’une sépulture multiple repose au contraire sur l’absence de tels remaniements.

13 Barry et Gualde 2007.

14 Biraben 1975 ; Benedictow 2004 ; Barry et Gualde 2007.

15 Notons cependant que si divers termes apparaissent sous la plume des contemporains de l’épidémie, tels que « pestilence », « mortalité » ou encore « maladie effrayante », les termes de « Peste noire » ne verront le jour que plusieurs siècles plus tard dans la littérature. Pour certains auteurs, cette dénomination pourrait résulter d’une traduction erronée du latin atra mors (Benedictow 2004, p. 3), le terme atra pouvant signifier « terrible » ou « noire » (D’Irsay 1926).

16 Barry et Gualde 2007, p. 212.

17 Benedictow 2004, p. 6.

18 Opération réalisée sous la direction de P. Dupont (Service archéologique municipal d’Orléans), avec la collaboration d’U. Cabezuelo (Inrap).

19 P. Courtaud (UMR 5199 – PACEA – A3P).

20 Castex 1992, 1994, 1995 ; Cabezuelo et Castex 1994.

21 Castex 2007, 2008.

22 Bizot et al. 2005.

23 Drancourt et al. 2004.

24 Opération réalisée par A. Peyre (AFAN).

25 Opérations réalisées sous la direction de J.-C. Hélas (Université Montpellier III), avec la collaboration d’É. Crubézy (UMR 5288, AMIS).

26 Opération réalisée sous la direction de C. Arlaud (Inrap).

27 Crubézy et al. 2006.

28 Notons également la découverte de 27 caveaux se rattachant à cette phase chronologique.

29 Crubézy et al. 2006.

30 Raoult et al. 2000.

31 Passarrius, Donat et Catafau 2008.

32 Passarrius 2008.

33 Opération réalisée sous la direction de M. Moerman (Inrap), avec la collaboration d’O. Passarrius (Pôle Archéologique Départemental, Conseil général des Pyrénées-Orientales).

34 Opérations réalisées sous la direction d’O. Passarrius, avec la collaboration de R. Donat (Inrap) pour la fouille du cimetière.

35 Pour l’une des sépultures doubles, toutefois, l’association des squelettes d’une jeune femme et d’un fœtus proche du terme suggère que les décès pourraient avoir été causés par des complications lors de l’accouchement (Donat et al. 2008, p. 202).

36 Donat et al. 2008. À noter que le croisement des intervalles des deux datations radiométriques réalisées sur les ossements de cette tombe permet de la rattacher à une fourchette chronologique comprise entre 1307 et 1394 (Passarrius, Crubézy et Catafau 2008).

37 Opération réalisée sous la direction d’A. Gaillard (ACTER), avec la collaboration de S. Kacki (Inrap).

38 Gaillard et al. 2010.

39 Kacki et al. 2011.

40 Haensch et al. 2010.

41 Kacki et al. 2011. Des analyses en paléobiochimie moléculaire seront prochainement réalisées sur ces individus.

42 Blanchard 2006, p. 33-42.

43 Citons à titre d’exemple les sépultures multiples des xve-xviie siècles mises au jour à Épinal, dans un secteur relevant du cimetière d’un ordre hospitalier (Réveillas 2010).

44 Hawkins 1990 ; Grainger et al. 2008.

45 Reynaud et Bizot 2005.

46 Tzortzis et al. 2007 ; Signoli 2006.

47 L’hôpital vénitien de l’île de Sainte-Marie fut, à partir de 1423, le premier établissement en Europe destiné à mettre en quarantaine les pestiférés (Barry et Gualde 2007, p. 208).

48 Donat et al. 2008, p. 202.

49 Kacki et al. 2011.

50 Le creusement de sépultures multiples répond, en règle généralement, à la nécessité d’inhumer un nombre variable de corps dans un espace plus réduit que si chacun était enterré dans une tombe lui étant propre. L’usage de contenants individuels s’avère peu en accord avec ce principe, puisque nécessitant le creusement d’une fosse de plus grandes dimensions. L’utilisation d’un unique réceptacle sépulcral renfermant les corps de plusieurs sujets, bien que théoriquement possible, se heurte pour sa part à la difficulté d’élaboration d’un contenant aux dimensions hors normes.

51 Pour la dernière de ces quatre tombes, les caractéristiques taphonomiques des squelettes suggèrent que le défunt pouvait être inhumé dans une enveloppe souple, de type linceul.

52 Les représentations les plus réalistes de l’épidémie sont cependant tardives, les outrages corporels causés par la maladie ne devenant manifestes dans les œuvres picturales qu’à partir des xviie-xviiie siècles (Chevé et Boëtch 2007).

53 Blanchard et Castex 2007 ; Castex 2007, 2008.

54 Il faut toutefois noter que, dans ce second cas, la position latérale pourrait en réalité être imputable à la décomposition synchrone des cadavres dans la tombe et ne refléter qu’imparfaitement la position originelle (Donat et al. 2008, p. 201).

55 Notons par ailleurs que de faibles concentrations de l’antigène F1 de Yersinia pestis ont été révélées pour sept autres sépultures individuelles du site. Ces concentrations étaient toutefois inférieures au seuil de détection du test utilisé, de sorte que les résultats n’ont pas été considérés comme positifs (Kacki et al. 2011).

56 Moreau et al. 2005.

57 Notons toutefois que divers critères peuvent avoir influé sur le choix de recourir à des inhumations individuelles ou plurielles, parmi lesquels le nombre de décès journaliers, le statut social des défunts, ou encore leurs liens familiaux.

58 Il est par ailleurs possible que certaines sépultures individuelles contemporaines de ces tombes renferment également des victimes de l’épidémie (Passarrius, Crubézy et Catafau 2008). Afin de valider cette hypothèse, des analyses paléo-immunologiques seront prochainement réalisées sur plusieurs sépultures individuelles du site.

59 Crubézy et al. 2006, p. 397.

60 Barry et Gualde 2007, p. 210. Cette hypothèse doit toutefois être considérée avec prudence, certains modèles épidémiologiques tendant au contraire à démontrer que les taux de mortalité auraient pu être plus importants dans les campagnes qu’en ville (Benedictow 2004, p. 31-34).

61 Castex et al. 2008.

62 En ce qui concerne la peste, le site du Clos des Cordeliers (Sens, Yonne) renferme actuellement les seuls exemples français de tombes attribuées de manière certaine à la peste justinienne. Les analyses en paléobiochimie moléculaire réalisées sur plusieurs échantillons provenant de sépultures multiples des ve-vie siècles ont en effet permis la confirmation de la cause des décès (Drancourt et al. 2004). Signalons qu’un autre site en relation avec une épidémie de peste justinienne est en cours d’étude.

63 Blanchard et Georges 2007 ; Castex et al. 2008. Notons que les termes de « fièvre pourpre », s’ils fournissent une appellation au mal, ne rendent pas compte de la réalité médicale de la crise. En conséquence, la nature de l’épidémie demeure indéterminée.

64 Biraben 1975, p. 295.

65 Bizot et al. 2005.

66 Ce cimetière aurait été exclusivement utilisé pour l’inhumation de victimes de l’épidémie de peste qui ravagea la vallée de la Durance entre 1629 et 1631 (Signoli, Tzortis, Bizot et al. 2007).

67 Signoli 2006.

68 Tzortzis et al. 2007.

69 Benedictow 2004, p. 3.

70 Barry et Gualde 2007, p. 206.

71 Tzortzis et al. 2007.

72 Dutour et al. 1994.

73 Bianucci et al. 2009.

74 À titre d’exemple, les sépultures multiples d’Issoudun n’ont livré que huit cas d’inhumation sur le ventre sur un échantillon de 167 individus (Blanchard 2006, p. 57).

75 Citons à titre d’exemple le site de Bourges (Georges et Blanchard 2007).

76 De telles dispositions des corps s’observent par exemple dans deux sépultures triples du site des Fédons (Moreau et al. 2005) ; elles constituent le modèle général de dépôt des corps pour les sépultures multiples du site d’Issoudun (Castex et al. 2008).

77 Signoli 2006.

78 Hawkins 1990 ; Grainger et al. 2008.

79 Moreau et al. 2005, p. 90-95.

80 On notera cependant l’apport potentiel de l’étude du recrutement des ensembles funéraires, des anomalies spécifiques dans la constitution par âge et par sexe des échantillons pouvant refléter une mortalité en relation avec certaines crises épidémiques (Castex 2007, 2008).

81 Signoli, Tzortis, Bizot et al. 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Plan de répartition des sépultures multiples du cimetière Saint-Pierre à Dreux.
Crédits Réalisation : M. Coquerelle, d’après un relevé d’U. Cabezuelo (Inrap)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10364/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 2 Sépulture triple mise au jour à Vilarnau. La tombe contenait les squelettes de deux femmes et d’un enfant d’environ deux ans.
Crédits Cl. O. Passarrius, conseil général Pyrénées-Orientales
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10364/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Fig. 3 Sépulture multiple mise au jour à Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse.
Crédits Cl. A. Gaillard, ACTER
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10364/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 4 Plan du cimetière de Vilarnau, localisant les sépultures multiples (étoiles) parmi les tombes appartenant aux dernières phases d’utilisation.
Crédits Réalisation : O. Passarrius et R. Donat
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10364/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Fig. 5 Une des sépultures doubles mises au jour à Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse.
Légende Le maintien en connexion stricte de la majeure partie des ensembles anatomiques et l’absence de déplacement d’ossements hors des volumes corporels témoignent de l’inhumation des corps à même la terre.
Crédits Cl. A. Gaillard, ACTER
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10364/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 6 Exemple de sépulture multiple mise au jour sur le site de Saint-Pierre à Dreux. La tombe renferme les squelettes de nombreux individus.
Crédits Cl. P. Dupond, SAM Orléans / U. Cabezuelo, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10364/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 7 Plan général du cimetière de l’infirmerie de peste des Fédons à Lambesc.
Crédits Réalisation C. Louail, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10364/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 8 Exemple de sépulture double du site des Fédons à Lambesc.
Légende La position contrainte des membres supérieurs de l’individu inhumé dans la moitié nord de la fosse suggère que le corps pourrait avoir été enveloppé dans un linceul.
Crédits Cl. P. Reynaud, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10364/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sacha Kacki et Dominique Castex, « Réflexions sur la variété des modalités funéraires en temps d’épidémie. 
L’exemple de la Peste noire en contextes urbain et rural »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 1-21.

Référence électronique

Sacha Kacki et Dominique Castex, « Réflexions sur la variété des modalités funéraires en temps d’épidémie. 
L’exemple de la Peste noire en contextes urbain et rural »Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10364 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10364

Haut de page

Auteurs

Sacha Kacki

Inrap Nord-Picardie, Villeneuve-d’Ascq - PACEA, UMR 5199, Anthropologie des Populations Passées et Présentes, Université Bordeaux 1

Dominique Castex

PACEA, UMR 5199, Anthropologie des Populations Passées et Présentes, Université Bordeaux 1

Articles du même auteur

Haut de page

Collaborateurs

Ulysse Cabezuelo

Inrap Rhône-Alpes – Auvergne, Clermont-Ferrand

Richard Donat

Inrap Méditerranée, Perpignan

Sylvie Duchesne

Inrap Grand-Sud-Ouest, Saint-Orens-de-Gameville - AMIS, UMR 5288, Université Toulouse 3 / Université de Strasbourg

Arnaud Gaillard

ACTER, Saint-Estève

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals