Navigation – Plan du site

Découverte d’un cœur-reliquaire à Douai (ancienne église Saint-Jacques, place Carnot) : 
approche pluridisciplinaire 
de l’embaumement à l’époque moderne

Discovery of a heart reliquary at Douai: a multidisciplinary approach to improving our knowledge of embalming in the modern era
Ein Herz in einem Reliquienkästchen in Douai – fachübergreifende Erforschung und Neubewertung der frühneuzeitlichen Einbalsamierung
William Devriendt, Stéphane Venet, Ann Defgnée, Nicolas Garnier, Benjamin Gillet, Catherine Hänni et Loretta Rossetti
p. 23-42

Résumés

La découverte, au cours de fouilles archéologiques, d’un cœur embaumé dans un reliquaire du xvie siècle a été l’occasion pour une équipe pluridisciplinaire de travailler sur la composition du baume. L’utilisation de techniques d’investigation très diverses (palynologie, chromatographie, paléogénétique…) a permis d’avancer dans la connaissance des espèces et techniques utilisées pour réaliser cet acte chirurgical et également de réhabiliter tant soit peu l’embaumement médiéval ou moderne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Bande 2009 ; Gaude-Ferragu 2005, p. 116-123, 316-318.
  • 2 Prigent et Hunot 1996, p. 66-68.
  • 3 Georges 2005.
  • 4 Jansen 1987.

1Parce qu’il n’avait pas réussi à préserver les corps à l’image de ceux de l’Égypte ancienne, l’embaumement médiéval et moderne a longtemps été délaissé par la science et reste à ce jour mal connu. Depuis quelques décennies, à la faveur de plusieurs découvertes, certains auteurs lui rendent ses lettres de noblesse en le réintégrant dans son contexte chrono-culturel1. Les restes embaumés constituent cependant des objets rares et leur mise au jour en contexte archéologique constitue souvent un fait singulier. Ainsi, malgré quelques trouvailles fortuites, signalées à l’occasion de travaux de réfection d’églises2, les opportunités d’analyser le contenu de ces reliquaires demeurent exceptionnelles3. À ce titre, l’étude menée par Paul Jansen4 sur un reliquaire appartenant à un certain Jean De Gros, décédé en 1623, fait figure d’exception. Malheureusement, elle n’est menée que du point de vue médical et ne donne aucun enseignement concernant les techniques d’embaumement.

  • 5 Cette découverte a été l’occasion d’une recherche pluridisciplinaire qui constitue toujours une sou (...)

2La découverte d’un cœur-reliquaire intact en plomb au cours de la fouille préventive (avril-décembre 2007) de la place Carnot à Douai (Nord), où ont été mis au jour les vestiges de l’ancienne église Saint-Jacques, a été l’occasion de participer de manière déterminante à cette problématique. À partir de la question relative aux procédés d’embaumement médiévaux et modernes, l’approche pluridisciplinaire5 avait comme principal objectif de restituer les composants du baume pour remonter au procédé initial de préparation du cœur. Cette recherche a été l’occasion d’expérimenter de nouvelles techniques d’investigation (paléogénétique notamment). Parallèlement, des études archivistiques, initiées par les travaux de restauration, ont apporté un éclairage sur l’identité du défunt et son statut social afin de replacer cet embaumement dans son contexte chrono-culturel.

1. Contexte archéologique 
et identification du défunt

1.1. Contexte archéologique

3En prélude aux travaux d’installation du nouveau tramway à Douai, une fouille préventive a été prescrite par l’État en 2007 sur la place Carnot. Cette prescription était justifiée par la présence, à quelques centimètres sous le bitume, de l’ancienne église paroissiale Saint-Jacques, érigée en 1225 et ayant fonctionné jusqu’à sa destruction en 1798.

Fig. 1 Plan général de la fouille reprenant l’évolution architecturale de l’église Saint-Jacques, la localisation des sépultures et du cœur-reliquaire.

Fig. 1 Plan général de la fouille reprenant l’évolution architecturale de l’église Saint-Jacques, la localisation des sépultures et du cœur-reliquaire.

DAO, CAD, Direction de l’archéologie préventive

  • 6 Venet 2008.

4L’opération, réalisée entre avril et décembre 2007, a permis d’une part de dévoiler le plan du chœur primitif jusque-là inconnu et l’évolution architecturale du bâtiment, mais aussi de mettre au jour plus de 1 850 sépultures réparties entre l’église et le cimetière attenant et datées du xiiie au xviiie siècle6(fig. 1). Elles étaient dans leur grande majorité constituées de simples fosses creusées dans le substrat ou, pour certaines des plus récentes, de caveaux en briques. Chacune de ces tombes a fait l’objet d’un dégagement minutieux de son comblement, d’une prise de documentation complète de l’individu ainsi découvert (dessins, photos, localisation…) puis d’un prélèvement des ossements et autres objets présents.

Fig. 2 Le reliquaire en place sur le terrain.

Fig. 2 Le reliquaire en place sur le terrain.

Cl. CAD, Direction de l’archéologie préventive

  • 7 Sur le terrain, il ne semblait pas y avoir de lien entre la sépulture du squelette 1271 et celle du (...)

5Après avoir soustrait l’individu sq. 1271 de sa sépulture7, localisée dans la partie est du chœur de l’église moderne, un nettoyage général de la tombe a été réalisé afin d’en effectuer le relevé. Une fosse plus petite au comblement brun est alors apparue sur le fond. C’est de cette fosse qu’a été exhumé le cœur-reliquaire (fig. 2). Entièrement réalisé en plomb, il est relativement bien conservé. Il adopte la forme d’un cœur de 35 cm de longueur, 25 cm de largeur et 15 cm d’épaisseur (fig. 3 et 4).

Fig. 3 Le reliquaire après nettoyage et stabilisation : vue ventrale.

Fig. 3 Le reliquaire après nettoyage et stabilisation : vue ventrale.

Cl. CAD, Direction de l’archéologie préventive

Fig. 4 Le reliquaire après nettoyage et stabilisation : vue latérale.

Fig. 4 Le reliquaire après nettoyage et stabilisation : vue latérale.

Cl. CAD, Direction de l’archéologie préventive

6La présence d’un objet à l’intérieur a été décelée dès le prélèvement, sur le terrain. Au regard de nos connaissances, il ne pouvait s’agir que de restes organiques (cœur ou entrailles). Pour des raisons évidentes de conservation et de restauration, le reliquaire a été confié aux soins du laboratoire de restauration et de recherche Arc’Antique (Nantes). Une petite dégradation de l’objet, prenant la forme d’une perforation subcirculaire ne mesurant pas plus de 2 mm, a été rapidement repérée. Elle a conditionné une opération d’urgence d’ouverture du réceptacle afin de sauver de la destruction définitive le corps organique déposé à l’intérieur. Il fallait en effet craindre une reprise des mécanismes de putréfaction résultant d’une nouvelle exposition à l’air.

1.2. Le reliquaire et l’identité du défunt

Fig. 5 Détail de l’inscription gravée à main levée sur la panse du reliquaire et indiquant les noms, affiliations et dates de décès du défunt.

Fig. 5 Détail de l’inscription gravée à main levée sur la panse du reliquaire et indiquant les noms, affiliations et dates de décès du défunt.

Cl. J.-G. Aubert, Arc’Antique

7Avant de procéder à la restauration, le reliquaire a été désinfecté par immersion dans un bain d’éthanol, car des moisissures s’étaient développées sur la surface extérieure. L’élimination des sédiments et la réduction des dépôts calcaires ont été effectuées en grande partie mécaniquement, en utilisant différents outils et des résines échangeuses d’ions. Les différentes étapes de la restauration ont autorisé quelques observations. Le reliquaire a été façonné à partir de trois tôles de plomb, découpées, mises en forme et soudées entre elles. L’analyse d’un fragment de métal par spectrométrie dispersive d’énergie des rayons X (micro-sonde couplée au microscope électronique à balayage) a déterminé la présence de plomb pur. Un échantillon de la soudure a subi le même examen : dans ce cas, il s’agit d’un alliage plomb-étain. La restauration a permis la mise au jour d’une inscription jusqu’alors illisible. Celle-ci, localisée sur la surface la plus corrodée du reliquaire, a visiblement été gravée à main levée (fig. 5). Difficilement déchiffrable, elle a fait l’objet d’une prise d’empreinte (fig. 6).

Fig. 6 Empreinte de l’inscription.

Fig. 6 Empreinte de l’inscription.

Cl. J.-G. Aubert, Arc’Antique

  • 8 Wandonne est aujourd’hui un hameau de la commune d’Audincthun située dans le Pas-de-Calais, dans l’ (...)

Ci dedans repose le cœur de noble dame

Anne de Lens de son vivant feme

de Messire Adrien de Dion

[seigneur] dudict lieu Wandonne,

[Coupelle], Cantin, Sin8

laquelle trespassa

le Xe de novembre

1580

  • 9 Le sexe du défunt a par ailleurs été confirmé par des analyses paléogénétiques menées par la Platef (...)
  • 10 Lainé 1830.

8La découverte de cette inscription, inattendue, a permis d’accéder à l’identité et au statut social du défunt9. Anne de Lens est la fille de Gilles de Lens, chevalier, gouverneur d’Artois, baron d’Aubigny et seigneur d’Aix. Sa date de naissance est inconnue (probablement autour des années 1530)10. Trop peu d’archives relatent directement son existence. Ce n’est que par l’intermédiaire de son père ou à partir de son mariage que les informations nous parviennent; sa mort n’est d’ailleurs pas évoquée, ou de manière erronée.

  • 11 Souvenirs de la Flandre Wallonne, recherches historiques de choix et documents relatifs à Douai et (...)

9Son conjoint, Adrien de Dion, deuxième du nom, est mieux connu. Les de Dion tiennent un rang important dès le xiiie siècle, en Artois et dans le Cambrésis; ils ont su étendre leur influence par un habile jeu d’alliances avec d’illustres familles, et ont exercé des charges importantes. La carrière d’Adrien de Dion doit beaucoup à son union avec la fille du gouverneur d’Artois. En prévision de celle-ci, il intègre la bourgeoisie de la ville d’Arras le 2 septembre 1554, sans contrepartie pécuniaire. Un mois plus tard, jour pour jour, le 2 octobre 1554, il épouse Anne de Lens, en l’hôtel de Lens à Arras. En 1572, Adrien apparaît comme gouverneur de Louvain au registre du greffe de la ville11.

2. Méthodes d’analyse et résultats

2.1. Ouverture de la boîte et processus de conservation des éléments organiques

Fig. 7 Le reliquaire et son contenu après opération d’ouverture.

Fig. 7 Le reliquaire et son contenu après opération d’ouverture.

Cl. CAD, Direction de l’archéologie préventive

10L’opération s’est déroulée en milieu stérile au service d’Anatomopathologie du Centre hospitalier universitaire G.R. Laënnec de Nantes. L’ouverture de la boîte s’est révélée plus laborieuse que prévu, compte tenu de l’épaisseur relativement importante de la tôle (4 mm environ) pour un objet de ces dimensions. Elle a été pratiquée en alternant l’utilisation d’un scalpel à ultrasons, d’une rondelle au carbure montée sur microtour et de scalpels. Il a fallu près d’une heure pour procéder à l’ouverture du réceptacle. Cette ouverture a été opérée au-dessus de la soudure sur la quasi-totalité du pourtour de l’urne. Au cours de cette opération, les premières impressions ont été olfactives. En effet, une odeur relativement agréable, fruit d’un subtil mélange d’épices et d’aromates, permettait déjà d’évoquer un procédé d’embaumement complexe. À l’intérieur est apparue une sorte de masse compacte de couleur brune (fig. 7). Une gangue de 1 à 2 mm d’épaisseur, de couleur brun-marron, recouvrait la paroi interne du reliquaire et a été interprétée comme le résidu du baume utilisé pour la conservation du cœur. La surprise, au cours des divers prélèvements réalisés, a été de constater la présence en grande quantité de fragments capillaires ou pileux au sein de cette couche au demeurant extrêmement friable (fig. 8).

Fig. 8 Échantillons de baume en cours de prélèvement. On distingue très nettement la présence de cheveux dans le prélèvement.

Fig. 8 Échantillons de baume en cours de prélèvement. On distingue très nettement la présence de cheveux dans le prélèvement.

Cl. CAD, Direction de l’archéologie préventive

11L’extraction de l’organe a réservé également quelques surprises. De forme globalement circulaire, d’une couleur identique à la couche tapissant la paroi interne du reliquaire, il prenait la forme d’une masse organique dense mesurant approximativement 15 cm de longueur sur 12,5 cm de largeur sur une épaisseur de 6 cm au maximum. En réalité, parmi les personnes présentes au moment de l’ouverture, personne n’a reconnu avec certitude, dans cette sphère aplatie, un cœur humain. En effet, les différentes parties anatomiques constituant le muscle cardiaque (ventricules, sillon interventriculaire, oreillettes, artères et veines pulmonaires), n’ont pas été repérées avec exactitude. Dès l’extraction, plusieurs prélèvements de la substance brunâtre qui entourait l’organe et tapissait les parois internes du reliquaire ont été effectués. Le cœur a été conservé dans une solution formolée en attendant l’étude.

12L’autopsie, réalisée plusieurs mois après l’ouverture du reliquaire, a été l’occasion de procéder à plusieurs prélèvements d’échantillons en vue d’analyses. Une importante quantité de baume, découvert dans les ventricules, a notamment pu être prélevée. Cette opération a permis de confirmer la présence abondante de fragments capillaires ou pileux.

2.2. Analyse palynologique du baume

2.2.1. Méthode

13L’étude palynologique du baume a été réalisée à partir de deux séries d’échantillons prélevés lors des opérations d’ouverture du coffret en plomb et de dissection de l’organe humain. Trois des six prélèvements (n° 3, 4 et 6) récoltés dans la matière contenue dans le coffret métallique ont été sélectionnés arbitrairement pour l’analyse. Lors de la dissection du cœur, un quatrième prélèvement a été effectué dans la matière externe qui l’enrobait encore. Au cours de cette même opération, un échantillon a été prélevé dans le ventricule droit, un autre dans le ventricule gauche et enfin un troisième dans l’atrium gauche. Ils ont été conservés en pot ou en sachet en chambre froide (4 °C).

14Afin de préserver un maximum d’éléments organiques présents dans les échantillons provenant du baume externe (n° 3) et de la matière issue du ventricule droit, un premier traitement de quelques millilitres des deux prélèvements a été réalisé selon une méthode peu agressive. Elle est adaptée aux échantillons riches en matière organique, telle que la tourbe. Un tamisage préalable des plus gros éléments a été effectué et les résidus de tamis soumis à un diagnostic préliminaire au binoculaire (mailles de 200 et 100 μm). Le protocole ­d’extraction a consisté à traiter la matière à la soude caustique à chaud. Après rinçage, le culot a été conservé dans un mélange d’eau glycérinée. Dans un second temps, une moitié de culot de ces mêmes échantillons a subi un nouveau traitement plus agressif permettant une identification du matériel sporopollinique plus aisée et plus précise. Elle a nécessité un procédé physico-chimique par séparation densimétrique et par acétolyse.

  • 12 Les principaux ouvrages utilisés sont ceux de Reille 1992 ; Id. 1995 ; Beug 2004 ; Faegri et Iverse (...)
  • 13 Les résidus de tamis ont été conservés en vue d’analyses complémentaires.

15Les grains de pollen ont été observés au microscope et identifiés à l’aide d’une collection de référence et d’ouvrages spécialisés12. Ce sont principalement les spores et pollens qui ont été identifiés. On présentera ici une simple énumération des macrorestes et autres éléments microscopiques (phytolithes, tissus végétaux…), la détermination de leur identité précise nécessitant l’analyse d’autres experts13.

2.2.2. Résultats

16Plusieurs macrorestes végétaux ont été identifiés dans la composition du baume externe, notamment des fragments de tiges concassées ou cisaillées dont certaines sont creuses et coupées en rondelles, des graines et fragments de graines concassées (au moins deux taxons différents), des poils et/ou cheveux noirs ainsi que des cristaux de résine de différentes origines. Les microrestes étaient représentés par des phytolithes, des stomates de feuille, des acariens et des pollens et spores. Pour ces derniers, 16 taxons ont pu être identifiés et 93 grains de pollen ont été comptabilisés sur deux lames (18 x 18 mm), dont six n’ont pas encore pu être reconnus (Tableau 1).

Tableau 1 Liste des taxons identifiés dans le baume externe.

Tableau 1 Liste des taxons identifiés dans le baume externe.

17Par ordre d’importance, c’est surtout le mélilot blanc (fig. 9) qui domine le spectre (36 grains), suivi du cerfeuil musqué (huit grains), et ensuite, en proportion égale, de l’angélique, de l’anis vert, et de la flouve odorante (six grains). La distinction entre le pollen d’Angelica sylvestris et celui d’A.archangelica n’est pas aisée. La principale différence réside dans la taille du pollen, légèrement plus grand pour l’espèce sauvage, soit 36,5-43,0 µm pour 32,5-40 μm de long pour le pollen de l’angélique officinale. La taille des six pollens rencontrés est comprise entre 35 et 40 μm, ce qui ne permet pas de trancher sur la base de ce seul critère de distinction.

Fig. 9 Pollen de Melilotus albus, grossissement x 45.

Fig. 9 Pollen de Melilotus albus, grossissement x 45.

Cl. A. Defgnée

18L’identification des pollens de rose est assez problématique étant donné le nombre considérable du genre Rosa, estimé entre 100 et 200 espèces, sans compter les nombreux cultivars qui atteignent aujourd’hui plus de 3 000 nouvelles roses, dont sans doute plusieurs centaines étaient déjà connues à l’époque de l’embaumement du cœur. S’ajoute à cette première difficulté la grande similitude de certains pollens de Rosa, ce qui rend la tâche d’identification quasiment impossible. En tout cas, dans le spectre analysé ici, il existe au moins deux types de roses différentes.

19La reconnaissance de la lamiacée et de l’armoise, présentes dans le spectre, devrait par contre être possible même si pour ces deux genres aussi certains pollens sont très similaires. Il pourrait s’agir, pour la lamiacée et à titre d’hypothèse, soit de Teucrium scordium ou germandrée des marais à odeur d’ail, soit d’un Lamium sp. ou lamier.

20En ce qui concerne le baume issu du ventricule droit, on retrouve parmi les macrorestes des fragments de tiges concassées ou cisaillées dont certaines sont creuses et coupées en rondelle, ainsi que des poils et/ou cheveux noirs. Les microrestes sont dominés par les phytolithes, des fragments de parenchyme et de nombreux autres tissus végétaux microscopiques et surtout les pollens et spores. Au moins 11 taxons ont été identifiés dans le baume interne issu du ventricule droit de l’organe (Tableau 2). L’échantillon taxinomique est assez semblable à celui de l’autre prélèvement, un peu moins riche en nombre de taxons mais plus riche en quantité de grains de pollen puisque le total comptabilisé sur deux lames atteint 127 grains dont 18 (appartenant à 3 ou 4 espèces différentes) doivent encore être identifiés.

Tableau 2 Liste des taxons identifiés dans le baume interne issu du ventricule droit.

Tableau 2 Liste des taxons identifiés dans le baume interne issu du ventricule droit.

21Par ordre d’importance, les taxons les plus représentés sont le mélilot blanc (43 grains ou 33,8 %/T), puis le cerfeuil musqué (24 grains ou 18,8 %/T), suivi de la rose sp. (15 grains ou 11,8 %/T). La camomille est également bien représentée.

22Deux nouveaux taxons de conifères, originaires du Moyen-Orient, d’Extrême-Orient et de l’Himalaya, apparaissent dans ce spectre, à savoir le cèdre de l’Atlas ou Cedrus atlantica, et un arbre de la famille des Cupressacées ou Taxodiacées, selon les différentes classifications. Ce pollen de forme particulière et assez caractéristique, de type inaperturate, rond ou ovale, et muni d’une papille plus ou moins longue et saillante (fig. 10), ressemble beaucoup à celui du genre Cryptomeria ou cèdre du Japon (?), que l’on rencontre aussi en Chine.

Fig. 10 : Pollen de Cupressaceae, grossissement x 45 (genre Cryptomeria ?).

Fig. 10 : Pollen de Cupressaceae, grossissement x 45 (genre Cryptomeria ?).

Cl. A. Defgnée

23Un gros pollen, de type monoporate, dont le diamètre atteint au moins 60 μm, a été rencontré à plusieurs reprises dans ce spectre. Il s’agit peut-être du Cymbopogon citratus ou citronnelle de Madagascar, originaire d’Inde, appartenant à la famille des Graminées ou Poaceae. Une recherche plus poussée dans la littérature de la flore asiatique devrait confirmer ou non cette identification. De même, un pollen de Renonculacées, de type pericolpate-reticulate, doit encore faire l’objet de recherches plus poussées.

24La confrontation du contenu végétal des deux échantillons autorise quelques remarques. Leur texture s’est avérée légèrement différente, le baume externe étant plus granuleux, du fait d’une quantité plus importante de cristaux de résine ou baume (?) de plus grande taille (< 2 mm). Les restes végétaux observés dans la gangue externe sont également plus grossiers alors que dans l’autre échantillon la matière végétale est beaucoup plus fine et morcelée. Il en est de même pour les restes de poils et cheveux, de taille plus courte. L’éventail des macrorestes végétaux est assez semblable dans les deux cas mais celui issu du baume interne présente une moins grande variété. En revanche, pour la quantité de microrestes, elle est plus importante dans ce dernier.

25Parmi les pollens présents, au moins 21 plantes différentes ont été identifiées, mais pour certaines, seulement encore au stade de leur famille, pour d’autres, à celui de leur genre. La plupart des taxons présents dans le baume interne se retrouvent dans l’externe, soit au moins huit espèces identifiées : le cerfeuil musqué, la camomille romaine, l’ansérine vermifuge, le mélilot blanc, la flouve odorante, une angélique, un magnolia et une rose.

26Dans le baume externe, plus riche en variété de plantes, s’ajoutent, aux huit fleurs précitées, l’anis vert, le genêt ou la cytise, la julienne des dames, la clématite, le myrte, un lamier ou la germandrée des marais, une armoise, ainsi qu’une autre rose, soit huit plantes supplémentaires. Dans le baume interne n’apparaissent que trois autres plantes qui seraient la grande absinthe, une graminée, peut-être la citronnelle de Madagascar, et une renonculacée qu’il reste encore à identifier. Il faut encore ajouter ici que dans cet échantillon sont apparus quelques pollens de conifères, à savoir celui du cèdre de l’Atlas et celui d’une cupressacée, peut-être le cèdre du Japon (?), tous deux à mettre sans doute en relation avec la présence d’une résine.

27Au niveau des proportions de grains de pollen, il est aisé de constater que dans les deux échantillons le mélilot blanc et le cerfeuil musqué sont les deux plantes les plus représentées. Les six autres taxons présents dans les deux baumes s’y retrouvent dans des proportions variables. Il semble donc bien que les ingrédients de ces deux préparations proviennent d’une même « recette » de base à laquelle est adjointe une seconde série de fleurs selon le cas.

2.3. Analyse paléogénétique du baume

28Les analyses paléogénétiques réalisées visaient à caractériser la diversité végétale génétique totale du baume. Pour ce faire, des fragments d’ADN caractéristiques des végétaux (trois marqueurs chloroplastiques testés dans cette étude) sont recherchés et identifiés à partir d’un prélèvement de baume par des techniques de biologie moléculaire (en particulier, extraction et purification des acides nucléiques, amplification PCR [Polymerase Chain Reaction] et séquençage des ADN amplifiés). L’analyse des séquences génétiques révélées dans les échantillons permet alors la détermination des plantes en présence et ainsi d’accéder à la signature génétique végétale du baume.

29Pour les trois marqueurs chloroplastiques testés, des amplifications PCR spécifiques sont observées (fig. 11, pistes 1 à 6). Les fragments d’ADN amplifiés ont été séquencés et les séquences obtenues ont été analysées par des outils bio-informatiques (Tableau 3). La famille des Apiaceae est identifiée avec les trois systèmes PCR utilisés dans le cadre de cette étude et représente la majorité de la diversité observée pour le baume. Chacun des trois marqueurs contribue à compléter la signature ADN de cette préparation. Avec le marqueur H1aF/H2aR, une séquence nucléique présente une faible homologie avec une séquence assimilée à la famille des Loranthaceae. Le marqueur Cp_g/Cp_h permet l’identification de deux autres familles en plus des Apiaceae : Papavaraceae et Fabaceae (respectivement des genres papaver et acacia). Enfin, lorsque l’on considère le marqueur Cp_c/Cp_h, l’examen génétique conduit à l’identification de plantes de la famille des Convolvulaceae, des genres prunus (famille des Rosaceae) et iris (famille des Iridaceae). De plus, deux plantes sont identifiées : plante du genre melilotus et espèce Trigonella foenum graecum. Ces deux plantes sont décrites comme utilisées dans des processus d’embaumement, en particulier le « fenugrec » dont les Égyptiens se servaient pour momifier les morts. Les analyses pollinique et génétique présentent une véritable cohérence avec trois familles identifiées en commun, à savoir Apiaceae, Fabaceae (et notamment le mélilot) et Rosaceae. Les recherches paléogénétiques réalisées dans le cadre de cette étude restent cependant encore préliminaires et doivent en particulier être reproduites sur un autre échantillon. De plus, des approches de séquençage massif devraient également permettre d’accéder à une meilleure description de la diversité végétale de ce baume.

Fig. 11 Révélation par électrophorèse en gel d’agarose des produits d’amplification PCR de trois marqueurs chloroplastiques.

Fig. 11 Révélation par électrophorèse en gel d’agarose des produits d’amplification PCR de trois marqueurs chloroplastiques.

(Cp_c/Cp_h : 175pb, pistes 1 et 2 ; Cp_g/Cp_h : < 90pb, pistes 3 et 4 ; H1aR/H2aF : 120pb, pistes 5 et 6 – Taberlet et al. 2007). Les flèches blanches indiquent les produits d’amplification spécifiques. PM : marqueur de poids moléculaire « Smart Ladder SF » (Eurogentec).

Tableau  3 Analyses paléogénétiques du baume.

Tableau  3 Analyses paléogénétiques du baume.

Les produits d’aplification ont été séquencés selon le protocole décrit par Orlando et al.2002. Les séquences obtenues ont été analysées en utilisant des logiciels suivants de bioinformatique : Seaview (alignement de séquence) (Gouy et al. 2010) et SAP (Statistical Assignment Package) (Munch et al. 2008). Les séquences nucléiques obtenues sont comparées ) une banque de données (Genbank, NCBI) et ainsi identifiées. La résolution taxonomique (famille, genre, espèce) dépend des caractéristiques évolutives des séquences obtenues et du marqueur étudié. p.p. probalité postérieure (statistique bayésienne).

2.4. Analyse par chromatographie du baume

30L’examen a été conduit sur un fragment de 2 mm environ, constitué d’un matériau amorphe brun dans lequel étaient pris poils, fragments de peau ou de cuir, fibres et brindilles végétales. Un protocole constitué de trois démarches parallèles a été mis en œuvre afin d’extraire le maximum d’information de la partie amorphe. L’analyse organique ne concerne pas les matériaux structurés que des études naturalistes permettent d’identifier beaucoup plus facilement et avec des moyens moindres. L’examen a montré une forte proportion d’acides gras, rendant quasiment impossible l’identification des autres composés. Les procédures suivantes ont eu pour objectif d’isoler les composés mineurs en éliminant les acides gras.

Fig. 12 Chromatogramme GC-MS de l’extrait lipidique total F1 triméthylsilylé.

Fig. 12 Chromatogramme GC-MS de l’extrait lipidique total F1 triméthylsilylé.

En abscisses le temps d’analyse (ou de rétention des composés chimiques) ; en ordonnées, les intensités relatives des pics, proportionnelles à la quantité détectée de chaque constituant élué. L’encart montre la distribution relative des acides gras saturés, dominée par l’acide palmitique (16:0).

31L’extrait lipidique obtenu est particulièrement riche en acides gras, principalement en acide oléique (noté 18:1) (fig. 12). Les acides gras saturés présentent une distribution large (de l’acide caproïque 6:0 à l’acide stéarique 18:0, dominés par le massif des acides à 14, 16 et 18 atomes de carbone (acides myristique 14:0, palmitique 16:0, stéarique 18:0). Les acides ramifiés pairs (i14:0 et i16:0) ainsi que les acides impairs, linéaires et ramifiés (formes anteiso, iso et normal des acides 15:0 et 17:0) révèlent une graisse de produit laitier. Les acides insaturés sont très bien conservés (du 14:1 au 20:1). L’origine des deux principaux, les acides oléiques (18:1) et linoléique (18:2) particulièrement abondants, est à relier à une huile végétale. Cependant, étant donné que les corps gras végétaux ont des compositions en acides gras assez proches et que celles-ci varient lors de leur dégradation au cours du temps, aucune autre information ne peut être déduite. Seule l’analyse des stérols, composés mineurs des huiles (environ 1 % de la teneur en lipides), peut apporter d’autres éléments. L’extrait F2 est constitué de nombreux sucres (acides aldariques, cétopentoses et cétohexoses) dont la composition particulièrement complexe indique qu’il s’agit d’un matériau polysaccharidique dégradé, tel une gomme ou une gommo-oléorésine.

Fig. 13 Chromatogramme GC-MS de la fraction neutre purifiée sur colonne aminopropyle.

Fig. 13 Chromatogramme GC-MS de la fraction neutre purifiée sur colonne aminopropyle.

Les séries de composés notés A et B n’ont pu être totalement identifiées ; leurs caractéristiques massiques sont indiquées.

  • 14 Joulain et Tabacchi 2009.
  • 15 Matsunaga et al. 1988.

32Étant donné la proportion d’acides gras libres, seule la séparation sur colonne aminopropyle s’est révélée efficace (fig. 13). Des sesquiterpènes et diterpènes, composés naturels comprenant respectivement 15 et 20 atomes de carbone, révèlent des sources végétales : le thunbergène et l’oxyde 
d’α-cédrène proviennent d’un résineux de la famille des Pinacées, plus précisément d’un Larix (mélèze). Le cadinène et les autres hydrocarbures polyaromatiques détectés à l’état de traces sont des produits de dégradation pyrolytique des bois de résineux. Ils révèlent que la résine utilisée a été fortement chauffée. Les stérols proviennent de sources animales (cholestérol et ses dérivés) et végétales (stigmastérol et ß-sitostérol). Les triterpènes ß-amyrine, ß-amyrénonol et son dérivé acétylé indiquent des végétaux supérieurs. Si la ß-amyrine est ubiquiste des espèces feuillues, le ß-amyrénonol est moins répandu. On le trouve notamment dans les lichens14 ou les euphorbes15. Cependant, on ne peut avancer une source sûre car l’étude phytochimique et pharmacognosique des espèces végétales peuplant notre espace est encore assez limitée et ne permet pas de décrire la distribution de chaque biomarqueur dans la nature de façon exhaustive. Deux séries de composés, notées A et B, n’ont pu être complètement identifiées par spectrométrie de masse. Les bases de données spectrales sont encore insuffisantes pour permettre l’identification de toutes les molécules naturelles précédentes.

2.5. Microscopie

33Un fragment de ce qui avait été interprété comme des restes capillaires ou pileux a été examiné au microscope optique et au microscope électronique à balayage environnemental (MEBE) afin de déterminer son origine (fig. 14).

Fig. 14 Fragment de cheveu humain identifié au MEBE, grossissement x 285.

Fig. 14 Fragment de cheveu humain identifié au MEBE, grossissement x 285.

Cl. CAD, Direction de l’archéologie préventive

34Les images obtenues permettent d’affirmer la présence de cheveux humains dans le baume. Il semble que ceux-ci aient été préalablement ciselés de manière fine avant leur adjonction. Les fibres capillaires observées ont été retrouvées en assez grande quantité. Aucune racine n’a été cependant remarquée. Ces deux observations permettent d’une part d’écarter l’hypothèse d’un apport intrusif accidentel (cheveux du préparateur), et d’autre part d’argumenter sur la possible adjonction d’une mèche de cheveux préalablement découpée et soigneusement ciselée.

3. L’embaumement au Moyen Âge et à l’époque moderne

3.1. L’embaumement du cœur en France

35L’embaumement séparé du corps et des viscères (dilaceratio corporis ou « partage des restes ») fait son apparition dans la seconde moitié du xiiie siècle, plus précisément en 1252, avec le décès de Blanche de Castille, reine de France, dont le cœur est transféré dans l’église abbatiale du Lys près de Melun un an après sa mort.

36Si cette pratique est frappée d’interdiction en 1299 par le pape Boniface VIII dans sa bulle Detestandae feritatis, les Capétiens obtiennent une dispense pontificale, si bien que la pratique va perdurer jusqu’au xixe siècle. Durant l’époque moderne, de nombreux médecins consacrent un chapitre entier de leurs ouvrages à l’embaumement du corps et plus particulièrement à celui du cœur, preuve qu’il s’agit d’une pratique désormais courante, quoique toujours réservée à l’élite de la société. L’identité du défunt, Anne de Lens, révélée par la restauration du reliquaire et les études archivistiques, confirme que l’embaumement du cœur est ici réservé à une personne de haut rang.

  • 16 Georges 2006.
  • 17 De Sars 1886.
  • 18 Lainé 1830, table D, p. 8.

37Au Moyen Âge et à l’époque moderne, on procède souvent à l’inhumation séparée du cœur. Cet acte fort permettait d’exprimer son attachement envers le lieu ou l’institution dans laquelle le cœur-reliquaire trouvait sa dernière demeure16. Il semble qu’Anne de Lens ait observé cette coutume. En effet, le chevalier William de Sars17 évoque dans son « inventaire » d’inscriptions funéraires l’existence d’une verrière dans la chapelle Saint-Nicolas de l’ancienne église Saint-Jacques, portant les quartiers de noblesse d’Adrien de Dion et de son épouse Anne de Lens. Cette mention permet d’affirmer un certain attachement de la famille de Dion envers cette paroisse de Douai. Or, les Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, rédigées en 183018, mentionnent que « la tombe de cette dame existe encore dans le château de Dion-le-Val », preuve que l’inhumation du corps et du cœur ont bien été réalisés dans des lieux distincts.

3.2. Les techniques d’embaumement 
du cœur dans la littérature

  • 19 Gannal 1838, p. 157.

38Les sources écrites ne manquent pas concernant les opérations d’exérèses de cœur. Pour autant, les techniques ou plus simplement « recettes » ne sont pas toujours explicitement décrites. Quelques exemples existent cependant dans la littérature : le récit, reproduit par Jean-Nicolas Gannal19 de l’embaumement du cœur de la dauphine Marie-Anne-Victoire de Bavière, belle-fille de Louis XIV, décédée en 1690, livre quelques informations précises :

  • 20 Alcool obtenu par distillation du vin.

39Le cœur, après avoir été vidé, lavé avec de l’esprit-de-vin20 et desséché, fut mis dans un vaisseau de verre avec cette liqueur ; et ce même viscère, ayant été ensuite rempli d’un baume fait de cannelle, de girofle, de myrrhe, de styrax et de benjoin, fut enfermé dans un sac de toile cirée de sa figure, lequel fut mis dans un cœur ou boîte de plomb, qu’on souda aussitôt pour être donné à madame la duchesse d’Arpajon, qui le mit entre les mains de monseigneur l’évêque de Meaux, premier aumônier de feu madame la Dauphine, qui le porta ensuite au Val-de-Grâce.

  • 21 Nous avons pu consulter les ouvrages de Dionis 1708 ; Joubert 1580 ; Courtin 1649 ; Sue 1765 ; Peni (...)
  • 22 Charlier et Georges 2009.

40De tels exemples descriptifs concernent généralement les opérations réalisées sur des personnages historiques, rois ou plus généralement sujets rattachés aux familles royales. En dehors des manuscrits consacrés à l’embaumement des souverains, les textes évoquant celui des nantis sont plus rares et la bibliographie à ce sujet est relativement pauvre. Il faut cependant reconnaître que de nombreux traités anciens de médecine y consacrent au moins un chapitre : on y trouve de nombreuses informations sur les techniques opératoires d’ouverture du cadavre et d’extraction des organes, et parfois de longues listes d’ingrédients utilisés dans les différents onguents. Dans le cadre de cette étude, plusieurs de ces ouvrages ont pu être consultés21. Si certaines plantes se retrouvent d’une encyclopédie à l’autre, chacun de ces ouvrages fait preuve d’originalité en intégrant des ingrédients particuliers. Ainsi, il apparaît qu’il n’existait pas de « recette » universelle. Dans tous les cas, ces aromates semblent détenir une valeur thanatopraxique, mais ils possèdent également un rôle olfactif primordial qui rapproche le défunt du divin22. Nul doute que l’opérateur qui a procédé à l’embaumement d’Anne de Lens et de son cœur avait l’un de ces ouvrages à disposition et qu’il s’en est inspiré.

3.3. Les analyses confrontées aux ouvrages anciens

41Les données relatives à l’embaumement du cœur d’Anne de Lens trouvent quelques échos dans la littérature ancienne mais présentent également quelques traits originaux et différences.

42En ce qui concerne l’opération, Pierre Dionis (1708) donne une description relativement précise concernant l’intervention du « plombier » :

Le plombier averti vient prendre les ordres du chirurgien […] : il lui commande un baril de plomb pour mettre les entrailles, et une boîte aussi de plomb faite de deux pièces, pour renfermer le cœur après être embaumé.

43Puis il ajoute, quelques pages plus loin, que le plombier, en mettant le cœur

dans cette moitié de boîte de plomb, il le recouvre de cette autre moitié X, et il fait souder ensemble ces deux moitiés en sa présence dans toute la circonférence de la boîte.

44On retrouve bien l’existence d’une boîte constituée de deux tôles de plomb. Par ailleurs, dans le même ouvrage, on trouve une gravure représentant les deux parties de cette boîte, qui adoptent une forme de cœur qui apparaît comme « classique » pour ce type de reliquaire.

45Il apparaît que l’utilisation de sacs de «toile cirée» est parfois mentionnée : ils sont destinés à recevoir l’organe auquel on ajoutera quelques poignées de poudre grossière. À ce propos, Dionis écrit :

  • 23 Dionis 1708, p. 612-613.

il l’ensevelit dans un morceau de toile cirée après avoir mis encore de cette poudre pour envelopper tout le cœur; il le lie et le serre avec la petite ficelle donnant à ce petit paquet la figure d’un cœur […]23.

Fig. 15 Fibres textiles découvertes au contact du reliquaire.

Fig. 15 Fibres textiles découvertes au contact du reliquaire.

Cl. J.-G. Aubert, Arc’Antique

  • 24 Georges 2006, p. 101.

46Aucune fibre textile n’a été retrouvée dans la boîte, ce qui laisse supposer l’absence d’un tel geste; en effet, au regard de l’excellente conservation de l’organe, quelques vestiges de tissu auraient dû normalement être retrouvés. En revanche, sur la surface du pourtour extérieur, plusieurs restes de fibres textiles, totalement minéralisées, ont été relevés : la présence assez localisée de ces fibres laisse supposer un contact fortuit avec un tissu (fig. 15). En effet, si le reliquaire avait été totalement enveloppé, une quantité plus importante de fibres, réparties sur l’ensemble de la surface, aurait été découverte. L’étude de ces restes a été effectuée par Christophe Moulherat (Centre de recherche et de restauration des Musées de France) : d’après l’analyse d’un échantillon, il s’agirait d’un tissu en lin (sergé de 2 lie 2, constitué à partir de fils simples de torsion Z en chaîne et en trame). Certains auteurs évoquent la possibilité que des reliquaires aient été contenus dans des écrins en textile : P. Georges24 cite notamment un manuscrit de 1634 qui décrit la tombe de Charles VIII, mort en 1498. Il est dit que le cercueil en bois contenait « ung pacquet de velours violet plié en carré ». La présence d’un tissu enveloppant un possible reliquaire n’est donc pas totalement exclue.

47Plusieurs ouvrages mentionnent la conception de différents baumes, souvent deux, qui vont servir au cours de la préparation du corps et des organes. À ce titre, Jacques Guillemeau écrit dans son ouvrage :

  • 25 Courtin 1649, p. 860.

Le baume doit estre de deux sortes, l’un qui sera grossier et commun, fait d’ingrédiens communs, et moins chers et de moindre despense : Et l’autre qui sera plus subtil et fait d’ingrédiens plus chers et de plus grands coust25.

48Dionis, en 1708, évoque le travail de l’apothicaire :

  • 26 Dionis 1708, p. 609.

Ce que l’apothicaire prépare, consiste en trois choses : 1. en une poudre de plantes aromatiques biens pilées dans un mortier ; 2. en une autre poudre de gommes et de drogues odorantes subtilement pulvérisées ; 3. un liniment pour frotter tout le corps. Cette première poudre qui est la plus grossière et qui sert à remplir les grandes cavités et à mettre avec les entrailles sont composées [sic] de vingt-quatre ou vingt-cinq plantes différentes […]. De l’autre poudre qui est plus fine il en faut dix livres, et elle doit être composée de dix ou douze drogues odorantes et capable de conserver le corps, des siècles entiers […]26.

49De même, Sue introduit son chapitre consacré à ce qui est nécessaire à l’opération par les mots suivants :

  • 27 Sue 1765, p. 281.

Lorsqu’il s’agit de faire un embaumement dans toutes les formes, on se sert de deux sortes de poudres, une fine et l’autre plus grossière27.

50Ces trois ouvrages, séparés par quelques décennies, s’accordent tous sur l’utilisation de deux poudres, l’une qualifiée de « grossière », la seconde désignée comme « fine ».

51On remarquera dans les propos de Dionis l’importance que revêt cette seconde poudre qui doit posséder de grandes vertus conservatrices. Il n’est donc pas étonnant de retrouver deux baumes distincts dans le cœur d’Anne de Lens, l’un que nous avions nous-même qualifié de grossier et l’autre, nettement plus fin, qui remplissait l’organe pour garantir sa conservation à travers les siècles. D’ailleurs, ce traitement particulier est très clairement décrit dans l’ouvrage de Sue :

  • 28 Sue 1765, p. 291.

Le cœur est la dernière partie que l’on embaume. Il faut d’abord avoir l’attention de bien le laver avec de l’esprit-de-vin : puis on remplira les gros vaisseaux, les ventricules, & les oreillettes, de la poudre balsamique. Sa surface extérieure sera aussi recouverte de la même poudre mélangée avec le liniment28.

  • 29 Joubert 1580. L’ouvrage de Guy de Chauliac date de 1363 mais a été restitué par Laurens Joubert en (...)

52C’est au niveau de la composition des baumes qu’apparaissent les principales divergences. Il faut préciser qu’aucun ouvrage ne dresse la même liste des ingrédients nécessaires. Certaines plantes, rares en vérité, se retrouvent d’un ouvrage à l’autre : c’est notamment le cas de l’aloès. Le mélilot, qui est la plante la plus utilisée dans l’embaumement du cœur d’Anne de Lens, est mentionné dans les ouvrages de Guillemeau, Dionis et de Sue. Parmi les autres plantes les plus citées, on compte l’absinthe, la rose et la camomille et secondairement la germandrée des marais. La composition la plus éloignée de celle de notre baume est celle préconisée par Guy de Chauliac qui est, en réalité, la plus ancienne29. Néanmoins, il s’agit du seul ouvrage pour lequel est indiquée l’utilisation de résines de conifères, que l’on retrouve en faible quantité dans nos échantillons.

  • 30 Gannal 1838 (p. 340) définit à travers une série de conditions la meilleure liqueur pour la conserv (...)

53En ce qui concerne le traitement du cœur, il est souvent fait mention «d’esprit-de-vin». Ce composant semble préconisé dans le «lavage» des cavités, du corps et des organes. Il est également utilisé dans leur préparation avant l’embaumement, comme agent macérant, et on semble même lui prêter des vertus antiseptiques. Il est notamment cité par Penicher, Sue et Dionis. Il semble avoir été utilisé au moins jusqu’au xixe siècle30. Aucune trace d’un tel produit n’a été retrouvée dans nos échantillons, ce qui ne signifie pas pour autant qu’il ne fut pas utilisé.

  • 31 Guillemeau mentionne notamment l’utilisation de l’huile de millepertuis, Dionis et Sue évoquent tou (...)
  • 32 Le baume du Pérou est recommandé par Guillemeau, Dionis et Sue. On trouve également le baume de cop (...)
  • 33 Gomme adragante et arabique chez Guy de Chauliac, gomme élémi et térébenthine de Venise chez Guille (...)

54Pour le liniment proprement dit, plusieurs auteurs préconisent l’utilisation conjointe d’huiles végétales31, de baumes32, gommes et produits qui en sont dérivés33. Seul Guy de Chauliac évoque l’utilisation de résines (de conifère notamment).

  • 34 Buffon 1749, p. 322.

55Les examens chromatographiques révèlent bien la présence d’huile végétale dans le baume du cœur d’Anne de Lens mais n’ont pas permis d’en cerner l’origine. Néanmoins, ce résultat coïncide avec les données de la littérature. Si la résine de conifère (dans le cas présent, du mélèze) n’est que très peu mentionnée dans les différents ouvrages consultés, elle n’en demeure pas moins comparable aux autres substances exsudées par divers végétaux et qui prennent les noms de baume, gomme ou autres térébenthines. La véritable surprise repose sur la découverte, au cours des analyses chromatographiques, de produits dérivés de graisse animale et notamment de produits laitiers : aucun ouvrage ne décrit l’utilisation de tels produits, aussi bien dans le domaine de l’embaumement que dans celui de la médecine et de l’apothicairerie. Plusieurs recherches ont été menées en utilisant les mots-clés suivants : « graisse », « beurre » et « lait ». Aucun ne donna de résultats ou presque : l’utilisation de graisse animale ou de beurre est rapportée seulement à propos des Guanches, ancienne peuplade des îles Canaries conquises par les Espagnols à la fin du xve siècle. On trouve une brève description du procédé d’embaumement utilisé par ce peuple dans l’Histoire Naturelle de Buffon34 :

[…] on oignait [le corps, nda] avec du beurre ou de la graisse d’ours […], et on la réitérait [cette onction] autant de fois qu’il le fallait pour que le cadavre en fût entièrement pénétré.

56On est cependant très éloigné du contexte douaisien du xvie siècle ! L’utilisation de tels produits dans l’embaumement du cœur d’Anne de Lens constitue donc une réelle originalité. Trois interprétations, au moins, sont possibles : soit il s’agit d’un procédé qui existait mais dont nous n’avons pas retrouvé de description dans nos ouvrages, soit il s’agit d’un produit de substitution, soit encore il s’agit d’un procédé original adopté par l’embaumeur. La première hypothèse ne nous paraît pas recevable dans la mesure où les ouvrages consultés apparaissent comme des références pour l’époque : l’utilisation de graisse animale, même à titre marginal, aurait dû être mentionnée dans au moins un traité. La graisse animale, quelle que soit sa forme, peut avoir été utilisée comme substitutif d’un autre produit de même consistance mais plus difficile à acquérir. À ce titre, Dionis écrit :

  • 35 Dionis 1708, p. 609-610.

Le liniment sera composé de térébenthine, de styrax liquide et de baume copahu, car pour celui du Pérou il est si rare et si cher que lui seul couterait plus que tout le reste de l’embaumement […]35.

57Le caractère onéreux et rarissime d’un produit aurait pu constituer un argument pour le remplacer par un autre. La troisième hypothèse susceptible d’expliquer la présence de graisse animale dans le baume – consistant à penser que l’embaumeur pourrait avoir adopté un procédé original – reste difficilement démontrable. Si l’on en croit Dionis,

c’est le chirurgien qui fait seul les embaumements, c’est lui qui est chargé de tout et après que l’apothicaire a fait ce qu’on lui a demandé, il [l’apothicaire] ne se mêle plus de rien.

  • 36 Ibid., p. 607 et 609.

58Il explique plus loin que ce sont les apothicaires qui réalisent les poudres servant à l’embaumement36. Dans les deux cas, il s’agit d’individus disposant d’un certain savoir. Le choix de graisse animale dans une procédure d’embaumement n’est donc probablement pas arbitraire et doit répondre à une démarche raisonnée ou acquise. En d’autres termes, l’embaumement, qui permet la conservation des corps, doit nécessairement faire appel à des produits dont les vertus « conservatrices » sont connues voire reconnues par l’intermédiaire de lectures (traités de médecine par exemple) ou par transmission (université, tradition orale). Par ailleurs, la complexité de cet embaumement renforce l’idée d’un ouvrage soigné et non réalisé dans la précipitation. Bien que l’apothicaire ou le médecin-chirurgien ait privilégié certaines essences en fonction de leur disponibilité, il est évident que le préparateur a choisi les ingrédients les mieux adaptés à son art pour garantir la meilleure préservation possible. Quoi qu’il en soit, et même en partant du principe que la graisse animale ait été choisie pour ses vertus « conservatrices », il s’agit d’un choix faisant figure d’exception dans le paysage de l’embaumement de cette époque.

  • 37 Sue 1765, p. 288.
  • 38 L’étoupe est un résidu grossier de fibres textiles, obtenu lors du traitement de la filasse, en par (...)

59Autre fait singulier : la présence de fragments de cheveux humains dans les deux baumes identifiés. Là encore, la recherche menée dans les ouvrages auxquels nous avons fait référence n’a donné aucun résultat. Si Jean-Joseph Sue37 évoque l’adjonction « d’étoupe ou de crin »38 lors de l’embaumement du corps, il n’en fait pas mention à propos du cœur. Il n’est toutefois pas impossible que de tels ingrédients y soient présents : la présence de fibres végétales relativement grossières et comparables macroscopiquement aux cheveux humains (du moins, en terme de dimensions et de densité) a, en effet, été constatée. Les analyses au MEBE ont permis de procéder à leur distinction mais non à leur identification précise.

Conclusion

60Si l’ouverture du reliquaire d’Anne de Lens a constitué une opportunité rare d’améliorer nos connaissances sur l’embaumement médiéval et moderne, il faut reconnaître que les méthodes choisies pour la conservation des matériaux organiques ont été préjudiciables aux analyses et surtout au potentiel informatif de cette découverte.

61Le cœur a ainsi été « conservé » en boîte plastique, dans une solution formolée. Si c’est une pratique courante pour les prélèvements biologiques actuels, elle est à proscrire formellement pour tout matériau ancien. En effet, le formol cause des dégradations irrémédiables de la matière organique, notamment des protéines et des bases nucléiques. Il introduit de nombreuses pollutions, provoque le ramollissement des tissus et la diffusion des composés organiques. Toute information chimique est donc perdue, ou devient très difficilement exploitable. La rareté et la préciosité de telles découvertes obligent à protéger au mieux la matière et l’information qu’elle contient, selon des conditions adaptées et propres aux matériaux organiques archéologiques : conservation sous anoxie par exemple (sous atmosphère d’azote ou d’argon) et idéalement au froid (congélation à – 28 °C pour la matière organique). Cette étape accomplie, elle permet une concertation avec les spécialistes en matériaux organiques venant de l’archéologie biomoléculaire, de la paléogénétique ou encore de la restauration.

62Malgré cette erreur, de précieuses informations ont été obtenues du cœur d’Anne de Lens qui participent à la réhabilitation des pratiques d’embaumement au Moyen âge et à l’époque moderne.

  • 39 Le magnolia est un genre de plantes originaires d’Amérique du Nord, d’Extrême-Orient et d’Asie Cent (...)

63À travers ces analyses, on retrouve dans cet embaumement les grands préceptes des traités de médecine : le cœur de la défunte est placé dans un réceptacle en forme de cœur, constitué à partir de deux tôles de plomb soudées entre elles. L’embaumement est réalisé à partir de plantes, d’épices et d’aromates aux vertus odoriférantes et aux pouvoirs conservateurs avérés ou symboliques. Dans le cas présent, le choix des aromates tend vers une majorité de plantes au parfum anisé et vanillé (coumarine), à laquelle viennent s’ajouter le parfum balsamique de la résine (baume de cèdres, myrte), et le parfum fruité de la camomille et du magnolia. Si l’on considère l’aire de répartition géographique des différentes fleurs et plantes, un certain nombre d’entre elles se retrouvent facilement un peu partout dans les campagnes de nos régions (l’angélique sauvage, l’anis vert, la camomille romaine, l’ansérine, le mélilot blanc, la julienne des dames, la flouve odorante), d’autres se récoltent plutôt dans les régions méditerranéennes (le cerfeuil musqué, le myrte et la clématite, bien que cette dernière puisse se retrouver à l’état sauvage dans les zones plus septentrionales). Les fleurs de magnolia39 comme les baumes à base de cèdres sont probablement issus d’officines ou commerces spécialisés.

64Deux baumes distincts sont élaborés : l’un grossier qui servira en plusieurs circonstances, notamment pour emplir les grandes cavités du corps libérées de leurs entrailles et pour entourer les organes, notamment le cœur avant que celui-ci ne soit placé dans son reliquaire ; la poudre plus fine sert à remplir les ventricules et, de manière générale, est employée pour embaumer les parties qualifiée de « nobles ».

65Parallèlement, on trouve plusieurs singularités qui rendent cette découverte réellement unique. À ce titre, l’adjonction de cheveux humains au sein du baume constitue un fait surprenant : s’agit-il d’une mèche de cheveux prélevée sur la défunte ou de celle d’un proche – son mari par exemple ? Une analyse ADN, si elle était possible, pourrait bien évidemment apporter des réponses.

66Le baume, très riche en matière organique, est principalement constitué de corps gras : un mélange d’huiles végétales, ce qui semble relativement fréquent, mais également de graisses animales dont des produits laitiers. L’utilisation de ces derniers laisse perplexe : pourquoi choisir de tels ingrédients ? Ces produits avaient-ils des vertus conservatrices reconnues ou symboliques ? La littérature n’en fait pas mention. Ou bien s’agit-il d’un choix de substitution « faute de mieux » ? Aucune analyse complémentaire ne pourrait répondre à cette question.

67Des résines diterpéniques ont été ajoutées en faible proportion; l’une d’elles provient de Pinacées, plus précisément du genre Larix (mélèze), et a été assez fortement chauffée. D’autres espèces feuillues, comme les euphorbes, auraient pu être utilisées, ainsi qu’un matériau fortement aromatique, composé d’acide cinnamique et de sucres. Le manque de bases de données assez exhaustives limite les identifications moléculaires, et par là l’identification complète des matériaux utilisés. Il est donc important de veiller à la conservation optimale d’une telle découverte afin de pouvoir pratiquer de nouvelles analyses dans quelques années. Les développements technologiques et les connaissances en matière de produits naturels permettront probablement d’étayer les hypothèses et d’affiner la description de la recette de préparation du baume. Ainsi, le cœur d’Anne de Lens renferme-t-il encore sa part de secrets.

Haut de page

Bibliographie

Bande A.
2009, Le cœur du roi. Les Capétiens et les sépultures multiples,xiiie-xvesiècle, Paris, Taillandier.

Beug H.J.
2004, Leitfaden der Pollenbestimmung für Mitteleuropa und angrenzende Gebiete, Munich, Verlag Dr. F. Pfeil.

Buffon G.-L. L. de
1749, Histoire Naturelle, générale et particulière, avec la description du cabinet du roi, t. 3, Paris.

Charlier P. et Georges P.
2009, « Techniques de préparation du corps et d’embaumement à la fin du Moyen Âge » dans Alduc-Le Bagousse A. (dir.), Inhumation de prestige ou prestige de l’inhumation. Expressions du pouvoir dans l’au-delà (ive-xve siècle), Caen, Publications du CRAHM, p. 405-437.

Courtin G.
1649, Les œuvres de chirurgie de Jacques Guillemeau chirurgien ordinaire du roy et juré à Paris avec les portraits et figures de toutes les parties du corps humain, et des instruments nécessaires au chirurgien, augmentées et mise en un et enrichies de plusieurs traités, pris des leçons de Me Germain Courtin, Docteur en Médecine, Rouen.

Dionis P.
1708, Cours d’opérations de chirurgie démontrées au Jardin Royal, Bruxelles.

Erdtman G.
1952, Pollen morphology and Plant taxonomy. An Introduction to Palynology, Stockholm, Almqvist & Wiksell.

Faegri K. et Iversen J.
1989, Textbook of Pollen Analysis, 4e éd., Chichester, John Wiley & sons.

Gannal J.N.
1838, Histoire des embaumements et de la préparation des pièces d’anatomie normale, d’anatomie pathologique et d’histoire naturelle suivie de procédés nouveaux, Paris.

Gaude-Ferragu M.
2005, D’or et de cendres. La mort et les funérailles des princes dans le royaume de France au bas Moyen Âge, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Georges P.
2005, « Au château de Chantilly, redécouverte des cœurs des princes de Condé », Archeologia, 420, p. 32-40.

2006, « L’embaumement médiéval des nantis », Pour la Science, 50, p. 98-101.

Gouy M., Guindon S. et Gascuel O.
2010, « SeaView version 4 : a multiplatform graphical user interface for sequence alignment and phylogenetic tree building », Molecular Biology and Evolution, 27(2), p. 221-224.

Guybert P.
1639, Le médecin charitable enseignant la manière de faire et préparer en la maison avec facilité et peu de frais, les remèdes propres à toutes sortes de maladies selon l’avis du médecin, Paris, réédition.

Jansen P. A.
1987, « Examen paléopathologique et microscopique du cœur de Jean de Gros (mort le 10 avril 1623) », Paleobios, 3-1, p. 5-11.

Joubert L.
1580, La grande chirurgie de Monsieur Guy de Chauliac, Médecin très fameux de l’Université de Montpellier, composée l’an de grâce 1363. Restituée nouvellement à sa dignité par Monsieur Laurens Joubert, médecin ordinaire du roi et du roi de Navarre, premier docteur régent stipendié, Chancelier et juge de ladite Université, Lyon.

Joulain D. et Tabacchi R.
2009, « Lichen extracts as raw materials in perfumery. Part 1 : Oakmoss », Flavour and Fragrance Journal, 24, p. 49-61.

Lainé M.
1830, Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, t. 3, Paris.

Matsunaga S., Tanaka R. et Akagi M.
1988, « Triterpenoids from Euphorbia maculate », Phytochemistry, 27, p. 535-537.

Munch K., Boomsma W., Huelsenbeck J.P., Willerslev E. et Nielsen N.
2008, « Statistical Assignment of DNA Sequences using Bayesian », Phylogenetics Systematic Biology, 57(5), p. 750-757.

Orlando L., Bonjean D., Bocherens H., Otte M. et Hänni C.
2002, « Ancient DNA and the population genetics of cave bears (Ursus spelaeus) through space and time », Molecular Biology and Evolution, 19, p. 1920-1933.

Penicher L.
1699, Traité des embaumemens selon les anciens et les modernes. Avec une description de quelques compositions balsamiques et odorantes, Paris.

Prigent D. et Hunot J.-Y.
1996, La mort : voyage au pays des vivants. Pratiques funéraires en Anjou, Association culturelle de Maine-et-Loire, Angers.

Punt W. et Clarke G.C.S.
1980-1984, The Northwest European Pollen Flora, I-IV, Parts 1-37, Oxford, Elsevier.

Reille M.
1992, Pollen et spores d’Europe et d’Afrique du Nord, Laboratoire de Botanique historique et Palynologie, Marseille.

1995, Pollen et spores d’Europe et d’Afrique du Nord, supplément 1, Laboratoire de Botanique historique et Palynologie, Marseille.

Sars W. de
1886, Épigraphie douaisienne, ou recueil des inscriptions monumentales et funéraires de la ville de Douai, vol. 1, épitaphier, paroisses de Douai.

Sue J.J.
1765, Anthropotomie ou l’art d’injecter, de disséquer, et d’embaumer et de conserver les parties du corps humain, Paris, 2e éd.

Taberlet P., Coissac E., Pompanon F., Gielly L., Miquel C., Valentini A., Vermat T., Corthier G., Brochmann C. et Willerslev E.
2007, « Power and limitations of the chloroplast trnL (UAA) intron for plant DNA barcoding », Nucleic Acids Research, 35, 3, e14.

Venet S.
2008, « Douai, place Carnot », Archéologie médiévale, Chronique des fouilles 2007, t. 38, p. 279-280.

Haut de page

Notes

1 Bande 2009 ; Gaude-Ferragu 2005, p. 116-123, 316-318.

2 Prigent et Hunot 1996, p. 66-68.

3 Georges 2005.

4 Jansen 1987.

5 Cette découverte a été l’occasion d’une recherche pluridisciplinaire qui constitue toujours une source d’échange et d’inspiration scientifique. Nous tenons à remercier Pierre Demolon de la Direction de l’archéologie préventive de la Communauté d’agglomération du Douaisis, qui a permis de réaliser cette opération dans les meilleures conditions ; le Pr. Jean-François Mosnier et le Dr. Anne Moreau du service d’Anatomopathologie de l’hôpital G.R. Laënnec de Nantes, qui nous ont apporté toute leur aide dans le cadre de l’ouverture du reliquaire ; le Centre d’études paléopathologiques du Nord pour son concours en matière d’imageries et d’analyses médicales ; Christophe Moulherat du Centre de recherche et de restauration des Musées de France, pour ses analyses concernant les restes textiles, Stéphane Lemoine du laboratoire Arc’Antique, pour son intervention lors de l’ouverture du reliquaire ; Benoît Bertrand, Pascale Delpuech, Thibault Legrand et Sophie Vatteoni, de la Direction de l’archéologie préventive de la Communauté d’agglomération du Douaisis pour leur aide et conseils avisés.

6 Venet 2008.

7 Sur le terrain, il ne semblait pas y avoir de lien entre la sépulture du squelette 1271 et celle du cœur-reliquaire. Cependant, on peut s’interroger sur une hypothétique parenté entre les deux individus : le lieu de découverte pourrait ainsi constituer un caveau familial. Une telle démonstration demande des recherches plus poussées, notamment en matière de paléogénétique.

8 Wandonne est aujourd’hui un hameau de la commune d’Audincthun située dans le Pas-de-Calais, dans l’arrondissement de Saint-Omer. Coupelle (Coupelle-Vielle) est une commune située dans le Pas-de-Calais, dans l’arrondissement de Montreuil. Cantin et Sin (Sin-le-Noble) sont des communes du Nord, situées dans l’arrondissement de Douai.

9 Le sexe du défunt a par ailleurs été confirmé par des analyses paléogénétiques menées par la Plateforme nationale de paléogénétique (PALGENE - CNRS / ENS de Lyon), qui ne peuvent être présentées en détail dans le cadre de cette publication.

10 Lainé 1830.

11 Souvenirs de la Flandre Wallonne, recherches historiques de choix et documents relatifs à Douai et au Nord de la France, t. 11, Douai, 1871, p. 16-19.

12 Les principaux ouvrages utilisés sont ceux de Reille 1992 ; Id. 1995 ; Beug 2004 ; Faegri et Iversen 1989 ; Punt et Clarke 1980-1984 ; Erdtman 1952.

13 Les résidus de tamis ont été conservés en vue d’analyses complémentaires.

14 Joulain et Tabacchi 2009.

15 Matsunaga et al. 1988.

16 Georges 2006.

17 De Sars 1886.

18 Lainé 1830, table D, p. 8.

19 Gannal 1838, p. 157.

20 Alcool obtenu par distillation du vin.

21 Nous avons pu consulter les ouvrages de Dionis 1708 ; Joubert 1580 ; Courtin 1649 ; Sue 1765 ; Penicher 1699 et Guybert 1639.

22 Charlier et Georges 2009.

23 Dionis 1708, p. 612-613.

24 Georges 2006, p. 101.

25 Courtin 1649, p. 860.

26 Dionis 1708, p. 609.

27 Sue 1765, p. 281.

28 Sue 1765, p. 291.

29 Joubert 1580. L’ouvrage de Guy de Chauliac date de 1363 mais a été restitué par Laurens Joubert en 1580.

30 Gannal 1838 (p. 340) définit à travers une série de conditions la meilleure liqueur pour la conservation des organes et déclare : « L’esprit-de-vin, […], paraît être la liqueur qui remplit le mieux toutes ces conditions ».

31 Guillemeau mentionne notamment l’utilisation de l’huile de millepertuis, Dionis et Sue évoquent tous deux l’huile de laurier et Sue ajoute l’huile d’aspic (espèce de lavande).

32 Le baume du Pérou est recommandé par Guillemeau, Dionis et Sue. On trouve également le baume de copahu chez Sue et Dionis.

33 Gomme adragante et arabique chez Guy de Chauliac, gomme élémi et térébenthine de Venise chez Guillemeau, térébenthine et styrax liquide chez Dionis; uniquement du styrax chez Sue.

34 Buffon 1749, p. 322.

35 Dionis 1708, p. 609-610.

36 Ibid., p. 607 et 609.

37 Sue 1765, p. 288.

38 L’étoupe est un résidu grossier de fibres textiles, obtenu lors du traitement de la filasse, en particulier de chanvre ou de lin. Le crin désigne de longues fibres épaisses d’origine animale ou végétale.

39 Le magnolia est un genre de plantes originaires d’Amérique du Nord, d’Extrême-Orient et d’Asie Centrale. Il ne semble pas acclimaté en Europe et en France avant 1711.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Plan général de la fouille reprenant l’évolution architecturale de l’église Saint-Jacques, la localisation des sépultures et du cœur-reliquaire.
Crédits DAO, CAD, Direction de l’archéologie préventive
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Fig. 2 Le reliquaire en place sur le terrain.
Crédits Cl. CAD, Direction de l’archéologie préventive
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. 3 Le reliquaire après nettoyage et stabilisation : vue ventrale.
Crédits Cl. CAD, Direction de l’archéologie préventive
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 4 Le reliquaire après nettoyage et stabilisation : vue latérale.
Crédits Cl. CAD, Direction de l’archéologie préventive
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 5 Détail de l’inscription gravée à main levée sur la panse du reliquaire et indiquant les noms, affiliations et dates de décès du défunt.
Crédits Cl. J.-G. Aubert, Arc’Antique
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Fig. 6 Empreinte de l’inscription.
Crédits Cl. J.-G. Aubert, Arc’Antique
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 7 Le reliquaire et son contenu après opération d’ouverture.
Crédits Cl. CAD, Direction de l’archéologie préventive
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 8 Échantillons de baume en cours de prélèvement. On distingue très nettement la présence de cheveux dans le prélèvement.
Crédits Cl. CAD, Direction de l’archéologie préventive
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Tableau 1 Liste des taxons identifiés dans le baume externe.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 9 Pollen de Melilotus albus, grossissement x 45.
Crédits Cl. A. Defgnée
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 2 Liste des taxons identifiés dans le baume interne issu du ventricule droit.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 10 : Pollen de Cupressaceae, grossissement x 45 (genre Cryptomeria ?).
Crédits Cl. A. Defgnée
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 11 Révélation par électrophorèse en gel d’agarose des produits d’amplification PCR de trois marqueurs chloroplastiques.
Légende (Cp_c/Cp_h : 175pb, pistes 1 et 2 ; Cp_g/Cp_h : < 90pb, pistes 3 et 4 ; H1aR/H2aF : 120pb, pistes 5 et 6 – Taberlet et al. 2007). Les flèches blanches indiquent les produits d’amplification spécifiques. PM : marqueur de poids moléculaire « Smart Ladder SF » (Eurogentec).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Tableau  3 Analyses paléogénétiques du baume.
Légende Les produits d’aplification ont été séquencés selon le protocole décrit par Orlando et al.2002. Les séquences obtenues ont été analysées en utilisant des logiciels suivants de bioinformatique : Seaview (alignement de séquence) (Gouy et al. 2010) et SAP (Statistical Assignment Package) (Munch et al. 2008). Les séquences nucléiques obtenues sont comparées ) une banque de données (Genbank, NCBI) et ainsi identifiées. La résolution taxonomique (famille, genre, espèce) dépend des caractéristiques évolutives des séquences obtenues et du marqueur étudié. p.p. probalité postérieure (statistique bayésienne).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 12 Chromatogramme GC-MS de l’extrait lipidique total F1 triméthylsilylé.
Légende En abscisses le temps d’analyse (ou de rétention des composés chimiques) ; en ordonnées, les intensités relatives des pics, proportionnelles à la quantité détectée de chaque constituant élué. L’encart montre la distribution relative des acides gras saturés, dominée par l’acide palmitique (16:0).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Fig. 13 Chromatogramme GC-MS de la fraction neutre purifiée sur colonne aminopropyle.
Légende Les séries de composés notés A et B n’ont pu être totalement identifiées ; leurs caractéristiques massiques sont indiquées.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 14 Fragment de cheveu humain identifié au MEBE, grossissement x 285.
Crédits Cl. CAD, Direction de l’archéologie préventive
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 15 Fibres textiles découvertes au contact du reliquaire.
Crédits Cl. J.-G. Aubert, Arc’Antique
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10386/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

William Devriendt, Stéphane Venet, Ann Defgnée, Nicolas Garnier, Benjamin Gillet, Catherine Hänni et Loretta Rossetti, « Découverte d’un cœur-reliquaire à Douai (ancienne église Saint-Jacques, place Carnot) : 
approche pluridisciplinaire 
de l’embaumement à l’époque moderne »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 23-42.

Référence électronique

William Devriendt, Stéphane Venet, Ann Defgnée, Nicolas Garnier, Benjamin Gillet, Catherine Hänni et Loretta Rossetti, « Découverte d’un cœur-reliquaire à Douai (ancienne église Saint-Jacques, place Carnot) : 
approche pluridisciplinaire 
de l’embaumement à l’époque moderne »Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 02 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10386 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10386

Haut de page

Auteurs

William Devriendt

Communauté d’agglomération du Douaisis, Direction de l’archéologie préventive, Douai

Articles du même auteur

Stéphane Venet

Communauté d’agglomération du Douaisis, Direction de l’archéologie préventive, Douai

Articles du même auteur

Ann Defgnée

Université catholique de Louvain-la-Neuve, Centre de recherche d’archéologie nationale (CRAN), Unité de génétique (GENA)

Nicolas Garnier

Laboratoire Nicolas Garnier, Analyse physico-chimique des matériaux du patrimoine, Vic-le-Comte

Benjamin Gillet

Plateforme nationale de paléogénétique PALGENE, CNRS, École normale supérieure de Lyon

Catherine Hänni

Plateforme nationale de paléogénétique PALGENE, CNRS, École normale supérieure de Lyon. Institut de génomique fonctionnelle de Lyon, UMR 5242 CNRS/INRA/UCBL/ENS de Lyon, École normale supérieure de Lyon

Loretta Rossetti

Laboratoire Arc’Antique, Laboratoire de restauration et de recherche sur les objets d’art, Nantes.

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals