Navigation – Plan du site

Le logis du Grand Sacristain 
de l’abbaye Saint-Michel de Cuxa, Codalet (Pyrénées-Orientales)

The Grand Sacristan’s house at the Abbey of Saint-Michel de Cuxa, Codalet (Pyrénées-Orientales)
Das Haus des Grand Sacristain der Abtei Saint-Michel de Cuxa bei Codalet ( Pyrénées-Orientales)
Patrice Alessandri, Astrid Huser et Aline Molinier
p. 43-84

Résumés

Édifiée aux pieds du massif pyrénéen du Canigou, l’abbaye Saint-Michel de Cuxa constitue l’un des rares témoignages du passage de l’art préroman au roman méridional. La transformation de la fondation monastique primitive au cours du xie siècle se traduit par l’originalité des solutions architecturales mises en œuvre dans ce monument majeur du christianisme occidental.
Un demi-siècle après l’arrêt des dernières fouilles, une opération archéologique portant sur le logis du Grand Sacristain a permis d’asseoir une vision nouvelle des transformations du bâti entre le xe et le xviiie siècle à partir d’une lecture pluridisciplinaire associant topographie, sondages au sol, étude du bâti et recherches documentaires. Quatre grandes phases de l’histoire de l’abbaye peuvent ainsi être dégagées.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La synthèse historique a été rédigée par Aline Molinier, principalement à partir de publications su (...)
  • 2 Opération réalisée du 6 avril au 11 juin 1999 par P. Alessandri (fouilles, Inrap), A. Huser (étude (...)
  • 3 Bernard 1993, p. 152.

1La restauration récente d’une partie de l’abbaye1 a impliqué la programmation en amont d’une intervention archéo­logique par le Service régional des Monuments historiques2. Trois types de recherche différents ont fourni la matière des présents résultats : une série de sondages (P. Alessandri) alliés à une analyse complète du bâti conservé en élévation (A. Huser) et, en parallèle, une étude documentaire (A. Molinier) menée en particulier sur les fonds H et Qp des Archives départementales des Pyrénées-Orientales, qui livrent malheureusement peu d’informations sur les bâtiments abbatiaux avant l’annexion du Roussillon à la France en 1659. Au nord-ouest de l’église Saint-Michel, à l’ouest de l’actuel cloître, les investigations archéologiques sur le logis du Grand Sacristain ont permis de mieux comprendre « l’une des clefs de l’architecture pyrénéenne [qui] semble avoir joué un rôle déterminant dans la constitution du premier art roman méridional »3.

Rappels historiques

  • 4 À partir de cette date, « l’abbaye d’Exalada appartient au passé, la communauté change de nom et il (...)
  • 5 Ibid., p. 18.

2Après la crue subite de la Tet à l’automne 878, responsable de la destruction totale de leur monastère de Saint-André d’Eixalada (établi depuis les années 840-841), les moines bénédictins décident de s’installer dans l’alleu de Cuxa, en aval de leur première retraite4. Ils y rejoignent une petite communauté, regroupée autour d’une église dédiée à Saint-Germain d’Auxerre, dont les bâtiments sont agrandis avec le concours du comte de Conflent. Grâce à la protection de ce dernier, la nouvelle maison prospère rapidement, comme en témoigne le testament de l’abbé Protase5.

  • 6 Ibid., p. 24.
  • 7 Pierre de Maraca, qui a publié le texte, l’a identifié comme une lettre que le moine adressait à so (...)
  • 8 Durliat 1964, p. 40.

3Durant la seconde moitié du xe siècle, l’église Saint-Germain, mais aussi celle de Saint-Michel, pourtant plus récente, sont reconstruites sous l’impulsion du comte Seniofred, peiné de la trop grande rusticité de l’église Saint-Germain, faite « de boue et de pierres ». D’après l’acte de consécration de la nouvelle église Saint-Germain, daté du 30 juillet 953, elle aurait été réédifiée « avec de la chaux, des pierres et des bois travaillés merveilleusement »6. La reconstruction de l’église Saint-Michel, quant à elle, dure une vingtaine d’années (956-975). À la place de la petite église devenue trop exiguë, est édifié, « en un lieu convenable » d’après l’acte de consécration de 975, un édifice de grande envergure, digne de l’archange à qui il est dédié – et dont le culte est alors en plein essor. La reconstruction est mentionnée dans un texte daté de 1040 qui retrace les différentes phases de la construction du monastère et plus précisément celles concernant l’oratoire de Saint-Michel. Son auteur, le moine Garsia7, insiste sur les importantes dimensions de l’édifice, les chiffres qu’il propose ne permettant pourtant pas « de déterminer avec certitude à quelle partie de l’édifice correspond cette première campagne de travaux »8.

  • 9 Ponsich 1952, p. 42 ; Durliat 1964, p. 41.

4Le récit du moine Garsia nous apprend qu’au tout début du xie siècle un incendie aurait ravagé l’ensemble du monastère, n’épargnant que la nef de l’église Saint-Michel ; de nouveaux travaux sont entrepris dans l’église entre 1009 et 1040. D’autres aménagements, attribués à la même période, sont mentionnés dans l’espace situé en arrière de l’autel dédié à saint Michel ainsi qu’au dehors, dans la crypte de la Crèche (Pessèbre), au-dessus des tombeaux des martyrs Valentin et Flamidien et du confesseur Nazaire. Là, l’abbé fait élever l’église dédiée à la Vierge et aux archanges Gabriel et Raphaël. À un niveau intermédiaire, entre la crypte et le pignon de l’église, il fait établir un étage « d’un très grand et admirable travail » destiné à un autel de la Trinité. Un double escalier y accédait et des petites portes permettaient de descendre dans la crypte jusqu’à l’emplacement des reliques des saints9.

  • 10 Poisson 1995, p. 368.

5Les textes se font très peu explicites sur les travaux effectués dans l’abbaye par la suite. Un grand cloître et une tribune semblable à celle de Serrabone, mais de dimensions plus vastes, sont érigés au milieu du xiie siècle sous l’abbatiat du moine Grégoire (v. 1120-1146)10. Il semble qu’au xve siècle, on projette le remplacement de l’ancienne couverture de l’église par une voûte sur croisées d’ogives, mais ceci ne sera réalisé qu’au-dessus de l’abside. À la même époque, une charpente apparente sur arcs diaphragmes à rouleau en marbre est construite dans la nef.

  • 11 Le Dictionnaire universel de la France de 1771, dans un article consacré aux abbayes de l’ordre de (...)

6Des transformations sont apportées aux bâtiments durant les périodes moderne et contemporaine. Dans le courant du xviie siècle, il s’agit de répondre aux exigences des titulaires des offices claustraux (le prieur, le sacristain majeur ou mineur, le cellérier, le camérier, etc.) qui obtiennent leurs propres maisons avec jardin ainsi que des rentes personnelles, malgré la règle bénédictine qui prône la vie collective et la pauvreté matérielle11. Un plan daté de 1779 permet de se représenter l’abbaye à la fin du xviiie siècle (fig. 1).

Fig. 1 Reprise numérisée du plan de l’abbaye Saint-Michel de Cuxa (1779).

Fig. 1 Reprise numérisée du plan de l’abbaye Saint-Michel de Cuxa (1779).

Archives de Saint-Michel de Cuxa, DAO A. Recolin

  • 12 AD Pyrénées-Orientales, 1 Qp 266, la description du monastère de Saint-Michel-de-Cuxa et de son enc (...)
  • 13 Font 1881, p. 342.

7La suppression de l’ordre à la Révolution provoque la confiscation des biens du clergé et l’abbaye est vendue en 1791 à un négociant12. L’abbé Font décrit le morcellement et le pillage des lieux qui s’ensuivent : l’acquéreur de « la maison du grand-sacristain » en aurait fait « son habitation » et aurait dévalisé « l’église et le cloître ». En 1825, « la rupture d’un arceau de la grande nef de l’église entraîna dans ses ravages l’écroulement de la petite voûte de la crypte où reposait la dépouille mortelle du dernier abbé de Saint-Michel »13. Dix ans plus tard, ce qui reste de la toiture de l’église s’effondre, suivi du clocher nord, renversé par une tempête.

  • 14 Oleguer et al. 1978, p. 62.
  • 15 Diskant 1992, p. 136.
  • 16 Oleguer et al. 1978, p. 63.

8Les écrivains et artistes de la période romantique manifestent leur intérêt pour les ruines et attirent l’attention sur Cuxa14. De nombreuses gravures représentent l’édifice, assez souvent sous le même angle, ce qui permet de se rendre compte de sa détérioration progressive même si l’exactitude est « moins importante que l’air d’abandon, [et] de mélancolie »15. La société savante de Perpignan publie une première étude sur le site en 1835. Mais il faut attendre la fin du xixe siècle et les ouvrages de Delamont et de l’abbé Font pour voir paraître des recherches plus approfondies sur ce sujet16. Ce nouvel attrait n’empêche pas la dégradation du monument. Au contraire, l’engouement pour les « ruines médiévales » a pour conséquence une dispersion progressive des éléments architecturaux sculptés. Ainsi, le cloître est démantelé en grande partie afin d’intégrer des collections privées ou publiques comme le Metropolitan Museum de New York.

Fig. 2 Vue aérienne des années 1960 de l’abbaye de Saint-Michel de Cuxa (carte postale).

Fig. 2 Vue aérienne des années 1960 de l’abbaye de Saint-Michel de Cuxa (carte postale).
  • 17 Poisson 1995, p. 370.
  • 18 Oleguer et al. 1978, p. 98.
  • 19 Poisson 1995, p. 371.

9En 1932, Josep Puig i Cadafalch, auteur de L’architectura romànica a Catalunya, entreprend les premières études archéologiques sur le monument. C’est sous son impulsion que l’abbaye est classée Monument historique17. Les travaux s’attachent à restituer les bâtiments des xe, xie et xiie siècles, la toiture de l’église est refaite, les chapiteaux et les colonnes du cloître sont réintégrés, ses galeries sud et ouest relevées, la crypte de la Crèche est mise à l’abri des infiltrations d’eau et une chapelle circulaire – la chapelle de la Trinité – qui lui est exactement superposée est mise au jour18. L’objectif est alors de retrouver les constructions préromanes et romanes de l’abbaye et, comme il est d’usage à cette époque, les éléments postérieurs à ces deux périodes ne feront l’objet d’aucun relevé ni observation. L’aspect actuel de l’abbaye est donc tributaire de son histoire récente19. Une grande partie des constructions des xe et xie siècles sont toutefois conservées et l’opération menée en 1999 sur le logis du Grand Sacristain (fig. 2 et 3), après un arrêt des recherches pendant près d’un demi-siècle, a permis de reconnaître cinq phases calées chronologiquement. La première correspond à deux ou trois inhumations qu’il est délicat de dater précisément, mais qui sont assurément antérieures à un bâtiment initial, daté du xe siècle. Cet édifice est remanié entre 1009 et 1040 avec l’installation d’une crypte et de la chapelle de la Trinité. Une importante période intermédiaire précède la construction, au xviie siècle, du logis du Grand Sacristain sur les arases des constructions antérieures.

Fig. 3 Emplacement de l’intervention archéologique de 1999, emprise du logis du Grand Sacristain sur fond du plan d’Argenteuil, 1992.

Fig. 3 Emplacement de l’intervention archéologique de 1999, emprise du logis du Grand Sacristain sur fond du plan d’Argenteuil, 1992.

1. Un état antérieur au xe siècle

10Directement sous le niveau d’installation du mur est d’un grand bâtiment attribuable à la première phase de transformation de l’abbaye (xe siècle), les fouilles ont mis au jour deux tombes en coffrage de pierre et argile, couvertes de dalles de schiste. La présence de deux blocs posés en bâtière dans un sondage proche (cf. infra fig. 13, sondage 5) laisse supposer la présence d’une troisième tombe. Orientées, les deux tombes sont situées en majeure partie à l’ouest de ce mur et sont creusées dans le substrat ; seule leur extrémité est, isolée de la maçonnerie par une couche de terre distincte, passe sous le mur. L’installation de ce dernier a pris en compte la présence de ces tombes qu’elle n’entame pas mais préserve, par une couche de terre fondant la base de ce mur et scellant les structures.

11Il s’agit de deux sépultures contiguës dont une seule a fait l’objet d’une fouille. Les parois sont montées à l’aide de dalles posées de chant. La couverture est constituée de trois dalles de schiste posées à plat. Le fond n’est autre que la surface aplanie du substrat. Un liant d’argile plastique colmate les interstices des parois et de la couverture. La tombe est initialement en espace vide puisque entièrement comblée par un sédiment de percolation. Le corps gracile, celui d’une femme jeune, est déposé en décubitus dorsal, les bras le long du corps et les mains ramenées sur le corps. L’espace du bassin est occupé par le squelette d’un individu périnatal (fig. 4).

Fig. 4 Sépulture antérieure à la mise en place du bâtiment du xe siècle, jeune femme et périnatal.

Fig. 4 Sépulture antérieure à la mise en place du bâtiment du xe siècle, jeune femme et périnatal.

Cl. A. Huser

  • 20 Des nécropoles organisées du haut Moyen Âge sont connues dans ce secteur dans les communes d’Estage (...)

12La typologie de ces sépultures relève d’une fourchette chronologique assez lâche, entre le viie et le xie siècle. Il est difficile de déterminer avec certitude si ces inhumations sont contemporaines de la première occupation du monastère (ixe siècle) ou antérieures à celle-ci. La présence d’une femme enceinte laisserait supposer une datation plus haute, mais il n’est pas impensable que cette femme, proche de son terme, ait été hébergée dans le monastère au ixe siècle. On ne peut pas non plus trancher sur l’appartenance de ces sépultures à une nécropole20.

2. La première grande phase 
de transformation (956-975)

Fig. 5 Phasage, état 1 (xe siècle), le bâtiment initial.

Fig. 5 Phasage, état 1 (xe siècle), le bâtiment initial.

Réalisation A. Huser, DAO A. Recolin

13L’étude de la zone du logis du Grand Sacristain a révélé les vestiges d’un bâtiment dont la partie nord a déjà été restaurée (salle capitulaire). Sa section sud se résume à deux épais murs longitudinaux (fig. 5). Plusieurs découvertes essentielles viennent étoffer la compréhension de ce bâtiment et autorisent son attribution à la première grande phase de transformation du xe siècle. L’acte de consécration de 975, de même que le récit du moine Garsia, permettent en effet de placer entre 956 et 975 cette première phase de travaux, réalisée sous l’impulsion de l’abbé Garin. Il est possible de déterminer un niveau de sol, de seuil et d’élévation de ce bâtiment initial ainsi que sa configuration en volume et son installation dans la pente. D’une longueur conservée de 24 m pour une largeur de 7,50 m et une hauteur initiale identifiée de 6,10 m, il ne semble pas être cloisonné ni avoir d’étage et s’élève d’un seul tenant jusqu’à son toit.

2.1. Le bâtiment initial

L’ancienneté des murs

Fig. 6 Mur est du bâtiment initial, côté cloître, avec trois arcs outrepassés, état du xe siècle.

Fig. 6 Mur est du bâtiment initial, côté cloître, avec trois arcs outrepassés, état du xe siècle.

Cl. A. Huser

14Certains éléments peuvent être datés stylistiquement : des baies couvertes d’un arc outrepassé ont été mises au jour dans le mur est, elles sont de même nature que celles de l’église Saint-Michel et permettent le passage entre ce bâtiment et un espace commun partagé avec l’église, probable cloître initial (fig. 6, 7).

Fig. 7 Mur est du bâtiment initial côté cloître avec trois arcs outrepassés.

Fig. 7 Mur est du bâtiment initial côté cloître avec trois arcs outrepassés.

Relevé, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin

15En chronologie relative, le bâtiment est tronqué au sud par les transformations du xie siècle avec l’installation de la crypte recevant la chapelle de la Trinité et les galeries menant à l’église Saint-Michel (fig. 8). Les sondages mettent en évidence la récupération du bâtiment ainsi raccourci à la phase suivante : les murs sont irrégulièrement tronqués, gardant dans le liant l’empreinte de moellons arrachés.

Fig. 8 Face interne du mur est du bâtiment initial, tronqué au sud par la crypte au xe siècle, et traces de l’arc outrepassé.

Fig. 8 Face interne du mur est du bâtiment initial, tronqué au sud par la crypte au xe siècle, et traces de l’arc outrepassé.

Cl. A. Huser

16Une différence dans le traitement des joints est observable sur le mur de la crypte : débordants et bruts au contact du bâtiment initial, ils ont visiblement pris appui contre lui ; au-dessus, le mur de la crypte, qui se poursuit vers l’est, est maçonné avec des joints lissés et décorés, spécifiques de la phase suivante.

17Les matériaux utilisés, blocs, moellons et galets, sont des éléments roulés venant de la rivière toute proche : le schiste domine, suivi du gneiss, de quartzite et de calcaire gris très dur. On les retrouve à toutes les époques mais employés différemment. Cette première période se repère au profil renflé de la construction, dû à l’emploi de moellons bruts, ni équarris ni retouchés. L’appareil est constitué d’éléments de grosseur variable et de forme irrégulière, laissant entre eux des interstices parfois comblés de galets ; s’ils ne sont pas taillés pour occuper une place déterminée, ils sont cependant posés et non jetés. On notera l’emploi de blocs en assises basses alors que l’élévation se partage entre petits moellons et galets. L’ensemble de l’appareil reste très irrégulier, récupéré par de courtes séquences de galets inclinés, parfois en arête-de-poisson, qui jouent le rôle de raidisseurs et rattrapent les assises.

18Le liant que l’on retrouve dans les vestiges attribués à cette période se caractérise comme un mortier de chaux maigre, très reconnaissable à sa couleur blanc-rosé lumineux et à sa texture granuleuse ; il est résistant d’un point de vue mécanique sauf dans les parties très exposées où il est ­décalcifié et s’effrite, la chaux ayant perdu sa fonction de liant. Sa clarté est sans doute due à l’usage de chaux aérienne.

Trois arcs outrepassés dans le mur est

19Localisés après enlèvement de l’enduit du mur est du bâtiment donnant sur l’actuel cloître, deux fragments d’arcs outrepassés sont à rapprocher d’un troisième, restauré et servant d’entrée à l’actuelle salle dite capitulaire et de même facture que ceux de l’église préromane (fig. 6). De chacune de ces portes, il ne reste qu’une limite de seuil, un piédroit et une amorce plus ou moins importante de l’arc. En dépit des remaniements multiples, leur apparence confirme une appartenance à un bâtiment commun (fig. 7, 8, 9).

Fig. 9 Mur est du bâtiment initial, état 1.

Fig. 9 Mur est du bâtiment initial, état 1.

Relevé, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin, 1999

20Une de ces portes n’est plus détectable que par des traces de coffrage brut sur le modèle de la chapelle de la Trinité (fig. 8, 9). L’autre, mieux conservée (douze dalles de schiste), est couverte d’un enduit. Toutes deux sont montées avec le même liant que le mur, chacune forme une baie dont la modénature ressemble à celle de la salle capitulaire, cependant déjà restaurée et donc non « lisible » (fig. 9, 10, 11).

Fig 10 Face interne du mur est du bâtiment initial, conservé sur sa hauteur initiale avec arc outrepassé médian, état du xe siècle.

Fig 10 Face interne du mur est du bâtiment initial, conservé sur sa hauteur initiale avec arc outrepassé médian, état du xe siècle.

Cl. A. Huser

Fig. 11 Détail de l’arc outrepassé médian avec enduit coloré.

Fig. 11 Détail de l’arc outrepassé médian avec enduit coloré.

Cl. A. Huser

21Les données disponibles permettent de restituer un passage moyen de 1,60 m de large entre les piédroits (contre 2,15 m au maximum pour les arcs) pour une hauteur totale de 3 m à partir des seuils (et 1,90 m pour les piédroits), l’épaisseur étant celle des murs, soit 0,90 m.

22De la porte sud, un seuil est conservé. Il se trouve à une altitude identique à celle de la base des deux autres arcs (447,65 m NGF) et est déterminé par sa liaison au mortier initial. Son piédroit sud, seul conservé, forme un coup de sabre de 1,90 m dans le mur rebouché : il est appareillé de moellons non retouchés (choix des pierres) et également liés au mortier initial. L’amorce de l’arc s’inscrit à 0,25 m en retrait sur le piédroit qui le reçoit ; il est observable sur environ 0,40 m de haut avant d’être tronqué par la mise en place d’une fenêtre moderne. Son départ est assez vertical, comparé au profil outrepassé, mais à observer les autres arcs du site, il faut constater que chacun est différent ; il n’y a pas de gabarit type (fig. 9).

23Dans son intrados, partiellement dégagé, le liant forme au contact du gabarit une couche épaisse mêlant deux moellons non retouchés de schiste posés de chant. Les traces du coffrage, bien lisibles et horizontales, présentent des empreintes de planches de faible largeur (moyenne de 0,10 m) et identiques à celles de l’arc marquant l’entrée de la salle capitulaire.

24La porte médiane offre à sa base une semelle de pierres plates et patinées, constituant un seuil. Cette fois, c’est le piédroit nord qui est seul conservé et partiellement remanié en partie basse. Sa face interne présente des fragments d’enduit lissé : l’absence de badigeon ne permet pas de déterminer s’il était inexistant ou s’il a été altéré par le rebouchage (fig. 10). L’arc couvrant est conservé sur 1,30 m environ et conserve une série de douze dalles de schiste non retouchées, disposées de chant et également noyées dans le mortier initial (fig. 11). Les traces de coffrage sur l’intrados ne sont pas visibles, couvertes par une couche d’apprêt et sa possible patine colorée, mais les prélèvements effectués en gardent la trace à l’envers de l’enduit.

Un enduit intérieur coloré

25Une des découvertes de cette opération consiste en un pan de mur du bâtiment initial, conservé sur toute sa hauteur. Ce mur, qui était percé d’une porte et couvert d’un enduit rehaussé d’un badigeon coloré jaune, permet de restituer un intérieur décoré avec trois baies passantes chapeautées d’un arc outrepassé ; il autorise également à proposer une restitution de la hauteur du toit (fig. 10, 11).

26L’enduit et le mortier initial de l’élévation restante au sud sont couverts par la reprise en terre et d’enduit caractérisant la restauration du mur au xie siècle, lors de l’élaboration d’un nouvel état du bâtiment. D’une épaisseur variable, cette couche d’apprêt couvre et adhère directement à l’appareil, rattrapant par endroits les irrégularités du parement. Techniquement, la cohésion de l’enduit est parfaite, des joints pleins régulant l’aplomb du mur ayant permis son application uniforme. Constitué d’une pâte très fine et sableuse, de couleur gris-beige, compact, avec un agrégat fin et homogène (grains clairs), il est parsemé de quelques petits nodules de chaux ; sa résistance mécanique est bonne, notamment en surface où le talochage fait remonter la laitance, induisant un processus de cristallisation dont résulte une calcification. Il est difficile de déterminer si cette pellicule calcifiée est naturelle ou si elle résulte de l’application d’une patine ; elle présente une surface jaune, légèrement brillante, qu’il faudrait analyser. Les arcs de l’église préromane présentent eux aussi des traces d’enduit également à étudier.

27Les joints sont particulièrement bien conservés, devenus très durs et rosés par rubéfaction. Les pierres sont également noircies ou rosies selon leur nature géologique. L’élévation extérieure, partiellement conservée et donnant sur le cloître, ne semble pas avoir été atteinte par le feu et ses joints sont souvent creux, conséquence d’une forte altération (fig. 19A infra). À moins que les nombreuses reprises effectuées sur les murs soient les séquelles d’un incendie plus global, comme rapporté dans les textes. Le sermon du moine Garsia évoque en particulier un feu tombé du ciel qui n’aurait épargné que la nef de l’église, épreuve à l’origine de l’œuvre de restauration et de transformation entreprise par l’abbé Oliba au cours du xie siècle (1009-1046).

28L’élévation semble conservée sur l’intégralité de sa hauteur initiale, l’enduit venant mourir sur l’assise en arase qui se distingue des autres par le choix qualitatif de moellons retouchés. Dans l’actuelle salle capitulaire, ce niveau correspond à un ressaut au-dessus duquel les assises marquent une reprise ; ce débord peut indiquer l’arase initiale du mur permettant la mise en place directe d’une toiture, organisée dans le sens de la plus petite portée. Il ne reste pas d’élévation transversale pour rendre compte du mode de couvrement (pente simple ou double pente) et de sa liaison avec le probable cloître initial. L’hypothèse d’une hauteur initiale du bâtiment à 6,10 m du sol intérieur (452,75 m NGF) correspond en outre à l’actuelle jonction du mur et de la toiture du cloître roman.

29Du mur opposé, il ne reste pas grand chose en dehors des fondations et de la jonction tronquée avec le mur de la crypte, mais son tracé permet d’en dessiner le plan à défaut d’en restituer pleinement le volume (fig. 12).

Fig. 12 Mur ouest du bâtiment initial.

Fig. 12 Mur ouest du bâtiment initial.

Relevé S. Bonnaud, A. Huser, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin

Trois niveaux de circulation

30Trois niveaux de sol ont pu être identifiés par les éléments maçonnés et par les sondages : ils correspondent à un décaissement de la pente en escalier, marquant un décrochement régulier d’un mètre et descendant d’est en ouest vers la rivière, perpendiculairement au bâtiment.

31Le niveau de sol le plus haut (447,55 m NGF), à l’est, correspond au seuil des trois arcs outrepassés du mur est du bâtiment initial et à l’espace extérieur partagé avec l’église Saint-Michel dans sa configuration du xe siècle.

Fig. 13 Implantation des sondages.

Fig. 13 Implantation des sondages.

DAO A. Recolin, P. Alessandri

32Un deuxième niveau (446,55 m NGF), à l’intérieur du bâtiment, peut être déduit à partir du compactage de la surface aplanie du substrat et de l’épaisse couche de terre noire charbonneuse, très compacte. Les sondages effectués à l’intérieur du bâtiment (sondages 5 à 8 ; fig. 13) rendent compte de sa chronologie relative : cette couche recouvre les tombes localisées sous le mur est du bâtiment initial, elle a comblé leur espace vide (sondage 7 est) ; elle est accolée au mur ouest du bâtiment (sondage 6) mais tronquée par la tranchée de fondation de la crypte (sondage 5). Elle passe également sous le niveau de fondation du mur de refend divisant postérieurement le bâtiment initial (sondage 8 ; fig. 14). Cette couche a dû servir de préparation à un premier sol dallé, en réponse à la nature argileuse du substrat, actuellement trop lessivé pour rendre compte d’empreintes repérables.

Fig. 14 Évaluation archéologique de 1999, sondage 8.

Fig. 14 Évaluation archéologique de 1999, sondage 8.

Relevé, mise au net et DAO P. Alessandri

33Un troisième niveau de sol (445,55 m), extérieur au bâtiment, côté rivière, marque une aire de circulation.

34Le caractère compacté du substrat pourrait correspondre à une occupation des lieux antérieure à la mise en place du bâtiment initial. Mais aucun vestige archéologique ne permet de l’affirmer.

35La construction d’un long bâtiment, perpendiculairement à la pente, est donc soigneusement conçue, entamant la pente par paliers réguliers ; les murs extérieurs épais font aussi office de murs-terrasse. La zone, très remaniée, n’a permis d’observer aucune trace d’escalier, de trous de poutre ou de maçonnerie indiquant le mode de passage d’un sol à l’autre.

3. Une deuxième phase de travaux 
de grande envergure (1009-1040) : 
un nouvel ensemble cultuel

36Située sur une pente orientée est-ouest, l’église Saint-Michel – qui bénéficiait déjà d’un grand renom au xie siècle –, se voit adjoindre, à l’avant de sa façade occidentale, une chapelle circulaire à deux étages : l’étage bas abrite une crypte dédiée à la Vierge, tandis que le haut, mis à niveau avec le parvis de l’église principale (Saint-Michel), est consacré à la Trinité. Deux galeries de part et d’autre de l’étage de cet édifice viennent rejoindre les bas-côtés de l’église du xe siècle, séparant la chapelle du sanctuaire principal par un atrium. Ce nouvel ensemble cultuel est doté de voies de circulation permettant l’organisation d’importantes processions, voies qui se poursuivent dans l’église principale par un chevet élargi d’un déambulatoire rectangulaire (fig. 15). Cette vaste phase de travaux peut être datée, grâce au récit du moine Garsia, entre 1009 et 1040, sous l’abbé Oliba : c’est en effet lui qui aurait mis en œuvre la crypte de la Crèche (Pessèbre), fait élever « l’église » dédiée à la Vierge et encore présidé à la construction d’un étage destiné à un autel de la Trinité (cf. supra).

Fig. 15 Phasage, état 2 (xie siècle).

Fig. 15 Phasage, état 2 (xie siècle).

Réalisation A. Huser, DAO A. Recolin

3.1. Réutilisation du bâtiment initial

37Le bâtiment initial précédemment décrit est remployé au xie siècle sans autre modification que d’être tronqué à son extrémité sud par la mise en place de la crypte.

Fig. 16 Mur de la crypte passant derrière le mur tronqué du bâtiment initial.

Fig. 16 Mur de la crypte passant derrière le mur tronqué du bâtiment initial.

Cl. A. Huser

38Cette disposition est rendue lisible, d’une part, par le raccord pratiqué entre le bâtiment initial et son nouveau mur sud. On a vu que, dans le sillon de son arrachement – où l’on distingue encore dans le liant l’empreinte de moellons arrachés –, une reprise faite de moellons et de pierres plus petites liés à la terre complète le mur jusqu’à son élévation première (fig. 16, 17). D’autre part, le traitement significatif des joints vient confirmer la hauteur primitive du bâtiment et son remploi à l’identique : ils sont débordants et bruts au contact de la section du mur initial ; au-dessus, le mur de la galerie nord se poursuit vers l’est et est initialement maçonné à l’air libre puisque l’on retrouve des joints lissés et décorés, repérables derrière la surélévation postérieure du bâtiment (fig. 17).

Fig. 17 Mur nord de la crypte et galerie, état du xie siècle.

Fig. 17 Mur nord de la crypte et galerie, état du xie siècle.

Relevé, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin

39Un nouvel enduit est apposé à l’intérieur, précédé d’une couche d’argile pour les parties altérées de l’ancien bâtiment. Celui-ci assure la réunion, la cohésion et l’étanchéité des murs. Sa surface talochée n’est pas érodée par la pluie : les grains de sable sont encore noyés dans la masse de l’enduit ; il s’agit bien d’un enduit intérieur qui a vieilli mais en l’état, gardant la trace du talochage et celle de la laitance qui remonte et constitue une pellicule ; le revêtement qu’il assure ainsi forme une véritable croûte en surface, lissée et très dure. Les vestiges de cet enduit, peu nombreux, permettent pourtant d’en restituer l’étendue et de caler chronologiquement certains éléments :

  • il passe « derrière » l’actuel mur de refend formant le fond de la salle capitulaire, impliquant un bâtiment initial encore non cloisonné ;
  • il couvre l’enduit initial à leur interface, ce qui confirme l’antériorité de ce dernier tout en indiquant que la fonction du nouvel enduit est bien de reprendre et d’intégrer les vestiges existants ;
  • il n’apparaît sur aucun des surcroîts de murs au-dessus de la limite primitive du bâtiment et n’est pas lié aux traces d’étage, postérieurement mis en place ;
  • à l’instar d’un simple ravalement des lieux, il ne marque ainsi aucune modification de toiture ni de volume de l’ancienne bâtisse, si ce n’est sa partie avant, tronquée par la mise en place des galeries latérales menant à l’église Saint-Michel.

Une porte de communication avec la crypte 
et un sol intérieur modifié

40L’intérieur du bâtiment remanié est mis en relation directe avec la crypte par une porte surmontée d’un arc en plein-cintre, impliquant un décaissement important de 1,35 m, soit à une altitude NGF de 445,20 m (fig. 17). Les matériaux obstruant la baie ont été démontés, permettant la mise au jour du passage originel, haut de 2,15 m pour une largeur de 0,90 m à partir d’un seuil fait de deux moellons allongés et patinés. Ses piédroits forment dans l’appareil de l’élévation une chaîne d’angle soignée et sont surmontés d’un arc dont l’amorce s’ancre à 1,85 m du seuil. Celui-ci se compose de petites dalles de schiste retouchées, placées de chant et régulièrement disposées en rayon (fig. 17, 18).

Fig. 18 Mur de la crypte et de la galerie nord, état 2 du xie siècle.

Fig. 18 Mur de la crypte et de la galerie nord, état 2 du xie siècle.

Cl. A. Huser

41Une nouvelle surface dallée autour de la porte vient répondre à ce décaissement, mais ni les sondages ni les observations portées sur les élévations (très remaniées) ne permettent de rendre compte des modalités de circulation entre les différents niveaux de l’abbaye. Il n’est pas impossible que seul un passage bas ait été aménagé pour former un accès direct à la crypte sans qu’il ait été nécessaire pour autant de décaisser l’ensemble du sol du bâtiment.

3.2. Les constructions du xie siècle

3.2.1. Des éléments techniques et décoratifs communs

42L’étude archéologique du bâti permet d’identifier une phase de travaux correspondant à la mise en œuvre de la crypte, de la chapelle de la Trinité qui la surplombe et des galeries latérales ; l’église Saint-Michel est au même moment adaptée à la nouvelle configuration (déambulatoire, fenêtres, toitures).

Un petit appareil allongé

43Les élévations appartenant aux transformations du xie siècle sont caractérisées par un petit appareil allongé et soigné. Il s’agit de murs composés des mêmes matériaux que ceux attribués au xe siècle mais dont le mode de construction diffère. Cette fois, chaque moellon, retouché et de forme rectangulaire, est posé à plat, occupant une place déterminée (fig. 18). L’ensemble présente une construction homogène et l’ouvrage s’élève, assise après assise, en progression régulière.

Un mortier et un traitement des joints caractéristiques

44Le liant qui caractérise cet ensemble est un mortier fin, très dur et d’une excellente résistance mécanique. Il peut être décrit comme sec, d’une couleur variant du gris-beige en cœur au gris-ocre en surface ; c’est la présence de terre qui donne à la pâte sa teinte chaude mais aussi en renforce la cohésion par réaction avec la chaux aérienne. Son aspect changeant n’est pas lié à des variations de composition mais au serrage qui a pour effet de pousser les grains dans l’épaisseur du mortier et ramener à sa surface la pâte, d’où l’effet d’une coloration plus ou moins accentuée.

45Un autre aspect significatif est le traitement des joints débordants à partir d’une même technique de lissage par différents motifs. Ils peuvent être simplement lissés et couvrants, ou décorés de lignes horizontales incisées et irrégulièrement conservées, ou encore relevés au fer par un faux-appareil, également engravé dans le mortier frais (fig. 19).

Fig. 19A Mur de la crypte et de la galerie nord, état 2, détail des joints au fer.

Fig. 19A Mur de la crypte et de la galerie nord, état 2, détail des joints au fer.

Cl. A. Huser

46Dans ce dernier cas, il s’agit d’un dessin sur enduit reproduisant les dispositions de l’appareil sans le masquer complètement pour autant. Techniquement, il n’y a pas deux applications différentes de mortier, le liant déborde largement l’assise et est simplement rabattu contre l’appareil avant d’être lissé et incisé d’abord horizontalement puis verticalement en traits alternés, redessinant globalement le contour des pierres. Celles-ci sont partiellement couvertes seulement puisque le cœur de chaque moellon reste visible, donnant à l’ensemble la couleur chaude de la pierre ; ce mode de revêtement exige la mise en place d’un appareil régulier.

47Pierre Ponsich distinguait deux états de construction, un premier pour la crypte, et un second, postérieur, pour la chapelle de la Trinité et les deux galeries latérales. Or, l’étude de l’élévation du mur nord de la crypte et de la galerie qui la surplombe montre qu’il est d’un seul tenant, dépourvu d’indices de reprise. En outre, le mortier présente des différences d’application, non de nature ; il n’y a pas de discontinuité entre les joints rehaussés d’un faux-appareil et ceux dont l’assise est simplement surlignée d’une incision (fig. 19B). À l’intérieur, on constate que la partie basse des murs de la crypte est plus épaisse (1,10 m) que la partie haute, ménageant un ressaut apte à porter le voûtement de l’ensemble inférieur tout en servant de support à la chapelle de la Trinité. Des différences existent, mais elles sont d’ordre technique et fonctionnel, non chronologique.

Fig. 19B Détail de deux types de joints différents sans discontinuité dans la construction.

Fig. 19B Détail de deux types de joints différents sans discontinuité dans la construction.

Cl. A. Huser

3.2.2. La chapelle de la Trinité et la crypte : 
un édifice circulaire à deux étages encadré 
de deux galeries latérales et couvert d’une coupole

Un plan singulier

  • 21 L’équipe des fouilles (1952-1953) était constituée de l’architecte en chef des Monuments historique (...)
  • 22 Ponsich 1952 ; Id. 1970 ; Durliat 1964 ; Uhde-Stahl 1977 ; Heitz 1980.

48Annexe de l’église de Saint-Michel, la chapelle de la Trinité forme un bâtiment distinct, situé en avant de celle-ci mais totalement intégré à la nouvelle configuration de l’ensemble. Cette chapelle circulaire à deux étages, que l’on interprète comme une réponse à la pente importante du côté de la rivière, à l’ouest, se compose d’une crypte, entièrement conservée, et d’un niveau supérieur dont seules subsistent les premières assises des murs. Elle a fait l’objet de fouilles au début des années 1950 par le service des Monuments historiques21. Le caractère particulier de son plan a suscité différentes études22.

49La crypte de la Crèche (Pessèbre) dessine une salle annulaire de 7 m de circonférence construite autour d’un pilier central, bordée de deux chapelles latérales et d’une partie transversale faite de trois nefs voûtées en berceau sur arcs doubleaux en plein-cintre. La chapelle de la Trinité s’ancre sur cette construction basse pour être ainsi mise au niveau de l’édifice majeur.

Fig. 20 Restitution de la configuration initiale possible de la chapelle de la Trinité, d’après les observations archéologiques, sur fond du plan d’Argenteuil (1992).

Fig. 20 Restitution de la configuration initiale possible de la chapelle de la Trinité, d’après les observations archéologiques, sur fond du plan d’Argenteuil (1992).

Réalisation A. Huser, DAO A. Recolin

  • 23 Huser 2000.

50Inscrit dans un carré, son centre circulaire est amplifié par une abside semi-circulaire à l’est et par deux demi-cercles à l’ouest. Ce plan, matérialisant trois cercles sécants, a été interprété comme la représentation symbolique de la Trinité. L’inscription d’un plan circulaire dans une forme carrée dégage des encoignures composant quatre triangles rectangles aux angles : les deux écoinçons à l’est sont vides et communiquent par un passage avec la nef ; à l’ouest, ils sont pleins et contiennent chacun un escalier, partant des galeries latérales (fig. 20, 21). Une courte opération récente portant sur ces écoinçons a permis certaines observations23.

Fig. 21 Vue générale de la chapelle de la Trinité à partir du chœur.

Fig. 21 Vue générale de la chapelle de la Trinité à partir du chœur.

Cl. A. Huser

Les écoinçons situés à l’est

51Les écoinçons situés à l’est de la chapelle sont contemporains de la chapelle et appartiennent à la grande phase de travaux réunissant la crypte, la chapelle de la Trinité et les deux galeries. La contemporanéité des deux écoinçons est documentée par un même mode de construction, de chaînage et de jointoiement.

52Pour chacun d’entre eux, les deux murs extérieurs, d’une longueur de 2,30 m pour une largeur de 0,95 m, se joignent à angle droit. Un court retour appareillé à la jonction des angles intérieurs évite à l’écoinçon d’être trop fermé (fig. 20, 22).

Fig. 22 Vue de l’écoinçon sud-est, chapelle de la Trinité.

Fig. 22 Vue de l’écoinçon sud-est, chapelle de la Trinité.

Cl. A. Huser

53Un passage, intégré dans la médiane (0,75 m de large pour 1 m de long) permet une communication directe avec la nef. Cet accès, tout comme les portes disposées dans l’axe de la nef, est légèrement surélevé par un emmarchement, les assises basses de part et d’autre ne rompant pas visuellement le tracé de l’église.

54Le chaînage d’assises assez régulièrement alternées, renforcé par un décor en faux-appareil incisé, marque la contemporanéité de l’ensemble de la maçonnerie : les joints au fer présentent une nette incision ouverte sur le haut (appui de la main) dans un mortier frais. Le dessin obtenu suit simplement le module des pierres qu’une tentative de calibrage des assises sur un module de 0,12 m fait tendre vers la régularité.

55On notera la présence d’un badigeon gris clair directement appliqué sur les joints, également observé dans la galerie nord et qui s’étend aux vestiges intérieurs de la chapelle : on en retrouve des traces sur la maçonnerie. Cette application protège le mortier tout en le rendant plus lumineux (fig. 23).

Fig. 23 Détail des joints au fer avec badigeon, chapelle de la Trinité.

Fig. 23 Détail des joints au fer avec badigeon, chapelle de la Trinité.

Cl. A. Huser

56Un sol initial a également pu être dégagé, de même composition et de même altitude que celui de la chapelle.

57La présence d’un accès, légèrement surélevé par rapport au niveau de sol de la chapelle de la Trinité et allié à l’absence de décor sur l’élévation orientée, apparente les écoinçons à deux absidioles latérales, fonctionnellement rattachées à l’ensemble cultuel : en dépit du faible espace disponible, on peut y avoir installé des reliquaires.

Fonction des escaliers dans les écoinçons ouest

58Les écoinçons situés à l’ouest ont une autre fonction puisqu’ils intègrent dans leur structure pleine un escalier à vis dont seules les premières marches gironnées sont conservées. La description du moine Garsia au xie siècle ne mentionnant ni étage ni tribune pour la chapelle, plusieurs hypothèses ont été formulées.

  • 24 Uhde-Stahl 1977.

59B. Uhde-Stahl envisage que ces escaliers aient donné accès à des tourelles flanquant la chapelle circulaire et dominant la façade occidentale, dans l’esprit des églises carolingiennes (Corvey, Cologne…). Celles-ci répondraient aux deux grandes tours encadrant l’église de Saint-Michel24.

  • 25 Ponsich 1995.

60Pour P. Ponsich25, ces escaliers mènent à une tribune ou à un passage en bois permettant aux fidèles de se recueillir devant l’autel de la Trinité sans perturber l’office des moines et de circuler en descendant de part et d’autre des galeries. Il cite un exemple de ce dispositif dans la partie occidentale de la nef de Sainte-Marie de Vilabertran (xiie siècle), ou dans l’église toute proche de Codalet (xie siècle), dépendant de l’abbaye Saint-Michel de Cuxa.

  • 26 G. Mallet, maître de conférences, université Paul Valéry, Montpellier, a consacré l’essentiel de se (...)

61Géraldine Mallet26 proposait, dans le cadre d’une discussion, une hypothèse intéressante : celle d’un étage disposé sur les galeries latérales, ouvert du côté de la chapelle de façon à former une tribune de part et d’autre de celle-ci. On notera que c’est sur cette seule section des galeries que les murs ne portent aucune trace de couvrement voûté. Deux tourelles peuvent chapeauter les escaliers, comme évoqué précédemment.

62L’un des sondages réalisé dans la galerie nord (sondage 1) met au jour le débouché de l’escalier à vis de la chapelle de la Trinité sous la forme d’une large marche d’escalier portant deux saignées de gonds. Une porte à deux vantaux fermait ce passage.

63Contemporain de cet aménagement, le sol, qui se poursuit dans la galerie, est en terre battue et repose sur une mince chape de mortier de chaux. Celle-ci est posée sur l’extrados de la voûte sous-jacente de manière à établir une assise horizontale.

Une coupole en couvrement

64Une coupole devait couvrir la chapelle ; dans la crypte, la salle annulaire est couverte d’une voûte en berceau reposant sur un unique pilier central ; les deux galeries latérales qui l’encadrent sont également voûtées, s’interrompant à hauteur des bas-côtés de l’église Saint-Michel.

65En Roussillon, on connaît un exemple proche, de la même époque : Sainte-Marie de Planès où un trilobe est inscrit dans un triangle et qui est couverte d’une coupole ovoïde bien qu’irrégulière. La coupole est attestée dès le ixe siècle en Catalogne. L’église Saint-Michel de Terras, près de Barcelone, est un exemple de coupole sur plan carré avec trompes d’angle : celles-ci sont archaïques, mais la solution technique existe.

66Ici, nul besoin de trompes pour passer d’un plan circulaire à l’autre car le tambour de la coupole suit la circonférence des murs ; un arc triomphal doit ouvrir sur le chœur, lequel est logiquement voûté en cul-de-four. Six niches ornementales peu profondes allègent l’épaisseur des murs et cinq portes rappellent l’importance de la procession par une circulation entre les différentes composantes de ce nouvel ensemble cultuel.

67Selon la conclusion de l’étude de B. Uhde-Stahl, cette chapelle centrale est une œuvre unique qui s’inspire de modèles architecturaux ou liturgiques provenant du Saint-Empire romain germanique, notamment de l’Italie vers laquelle se tournent de nombreux monastères catalans.

3.2.3. La galerie nord

68Dans le plan du xie siècle, deux galeries viennent prolonger les bas-côtés préexistants de l’église Saint-Michel et permettre l’installation, entre les deux bras, de la crypte surmontée de la chapelle de la Trinité. Les observations effectuées dans la galerie nord tant sur les élévations que dans les sondages au sol en renouvellent la compréhension (fig. 13, 24).

Fig. 24 Mur nord de la galerie nord, élévation intérieure.

Fig. 24 Mur nord de la galerie nord, élévation intérieure.

Relevé, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin

69La galerie sud est arasée : seul son plan a été préservé. La galerie nord, au contraire, conserve une élévation presque complète, qui rend compte de sa liaison à l’ancien bas-côté de l’église Saint-Michel. Sa longueur est actuellement fractionnée par quatre murs formant quatre pièces, associées aux transformations postérieures du logis du Grand-Sacristain. Initialement, il semble bien que seules deux voire trois travées la composent, rythmées par la progression des sols et emmarchements des deux niveaux superposés emmarchements qui répondent à la différence de niveau entre le versant ouest du site et l’église Saint-Michel.

Les murs

70Les différents sondages pratiqués dans la galerie nord (sondages 1 à 4, cf. fig. 13) rendent compte d’une construction contemporaine liant galerie et chapelle à la crypte sous-jacente. Cette liaison a pu être notamment établie sur l’extrados de la voûte, à une altitude de 450,15 m NGF, pour le mur transversal ouest de la galerie nord et pour son retour chaîné sud, mur mitoyen avec la chapelle de la Trinité (fig. 25).

Fig. 25 Plan et coupes, sondage 1.

Fig. 25 Plan et coupes, sondage 1.

Relevé et DAO P. Alessandri

71Repéré sur une longueur de 0,90 m pour une hauteur conservée de 0,65 m, le mur ouest de la galerie a été partiellement pelé de son parement interne dont il ne reste que cinq assises basses encore constituées. Celles-ci présentent un appareil où apparaissent de petits moellons non retouchés, donnant quelques irrégularités au profil de l’assise ; ces mêmes séquences se retrouvent sur les assises basses des différents murs attribués à cette période. Son liant, pourvu des mêmes caractéristiques que les autres murs, reste dépourvu de décor, les joints étant sommairement lissés (fig. 25, 26). En tant que façade occidentale de la galerie, le mur doit recevoir une porte précédée d’un emmarchement important pour résoudre le pendage des lieux. En l’état, il servira d’ancrage à la façade du logis du Grand Sacristain, tout en conditionnant son orientation.

Fig. 26 Vue du sondage 1.

Fig. 26 Vue du sondage 1.

Cl. P. Alessandri

72Le mur longitudinal mitoyen entre la chapelle de la Trinité et la galerie nord a été identifié dans différents sondages et n’est conservé que sur une hauteur maximale de 1,20 m à son angle sud-ouest. Il est percé d’une porte latérale avec seuil pouvant servir d’accès, par un petit escalier à vis, aux possibles tribunes de la chapelle de la Trinité. Ses caractéristiques techniques sont identiques à celles du mur ouest, mais ses parements sont plus réguliers et dessinent un petit appareil de moellons allongés et retouchés, soigneusement assisé.

73Le matériau est majoritairement du schiste d’extraction locale, facile à débiter et à retoucher. Une assise de base légèrement débordante faite de galets roulés et de moellons bruts placés directement sur l’extrados de la voûte de la crypte en annonce l’élévation. La hauteur des assises varie peu (entre 0,10 m et 0,15 m) et sept d’entre elles sont encore en place, assemblées par des joints épais, lissés sur la pierre avec parfois des traces de décor en faux-appareil.

74Plus à l’est, le mur ne subsiste plus que sous la forme d’un tracé, réduit à son assise de base comme fondement des élévations modernes. Et le retour transversal en bout de galerie inscrit le dernier arc marquant les anciennes travées pour se raccorder aux bas-côtés de l’église Saint-Michel.

75Le mur nord de la galerie nord, le seul à être conservé sur presque toute son étendue, a pu faire l’objet d’une observation assez complète et sur ses deux faces (fig. 24). Il a été reconnu en extérieur sur 7,50 m de long pour 9 m de haut alors qu’en intérieur, il se déroule sur 24 m et se poursuit sur 6 m par une dernière travée (non étudiée) qui rejoint le bas-côté nord de l’église Saint-Michel. Son amorce à l’ouest est lacunaire – probablement du fait d’un effondrement d’une partie du bâtiment (état 3, xve-xvie siècle) –, et se marque par une reprise moderne à partir d’une fracture verticale irrégulière sur toute sa hauteur (fig. 27). Cependant, la jonction avec la façade ouest est encore observable à hauteur de la crypte. La tranchée de fondation du mur nord a été mise au jour en extérieur : d’une largeur de 0,45 m, elle est remplie d’un sédiment argilo-sableux mêlé de graviers et petits cailloux roulés ; elle s’enfonce en se rétrécissant contre le mur. La facture générale du mur rejoint les autres élévations liées à la crypte avec des assises basses plus grossières, surtout à l’ouest où apparaissent des séquences de moellons bruts, non retouchés mais disposés aussi soigneusement que possible. Au-dessus et dans son prolongement jusqu’au bas-côté nord de l’église Saint-Michel, l’élévation présente des caractéristiques appartenant aux différentes transformations du xie siècle : sa maçonnerie est composée d’un petit appareil allongé et soigné, ajouré de fenêtres à double ébrasement surmontées d’un bandeau plat, et sert d’appui aux arcs matérialisant les différentes travées mais aussi au voûtement partiel de la galerie nord (fig. 24).

Fig. 27 Vue de l’extrémité ouest du mur nord à la jonction entre le mur initial et la reprise à la suite de l’effondrement partiel de la bâtisse (période intermédiaire xve-xviie siècle).

Fig. 27 Vue de l’extrémité ouest du mur nord à la jonction entre le mur initial et la reprise à la suite de l’effondrement partiel de la bâtisse (période intermédiaire xve-xviie siècle).

Cl. A. Huser

Sol de circulation, escalier, palier et porte latérale

Fig. 28 Plan du sondage 3, 2e travée, galerie nord, sol de circulation, emmarchement et palier initiaux, sépultures postérieures.

Fig. 28 Plan du sondage 3, 2e travée, galerie nord, sol de circulation, emmarchement et palier initiaux, sépultures postérieures.

Réalisation P. Alessandri

Fig. 29 Coupes avec sol de circulation initial, sondage 3, 2e travée, galerie nord.

Fig. 29 Coupes avec sol de circulation initial, sondage 3, 2e travée, galerie nord.

Réalisation P. Alessandri

76Le système de circulation trahit une nécessaire adaptation pour raccorder les différents éléments du nouvel ensemble cultuel à la morphologie des lieux mais également à l’église Saint-Michel. En réponse au pendage de la zone, une pente avec emmarchements permet de faire communiquer les aménagements situés en contrebas avec l’édifice majeur disposé au sommet, malgré la présence de la crypte (fig. 24, 28, 29). Il est intéressant d’observer le montage synchrone des deux niveaux de l’édifice dans la progression de la ­circulation et des emmarchements (fig. 30). On relève pour la crypte (restaurée) une remontée d’ouest en est en trois temps, scandés par des escaliers et voûtements. Une première travée, d’une longueur de 10 m et à une altitude de 445,70 m NGF, passe à 446,50 m NGF par l’intermédiaire d’un emmarchement de quatre marches puis une pente légère (de 446,50 m à 446,70 m NGF) d’une longueur de 5,90 m amène à un court emmarchement de deux marches pour aboutir à 447,10 m. La hauteur moyenne de cet espace de circulation est de 3,50 m.

Fig. 30 Coupe de l’emboitage de la crypte et de la galerie nord.

Fig. 30 Coupe de l’emboitage de la crypte et de la galerie nord.

Réalisation P. Alessandri et X. Chadefaux

77La galerie qui prend place sur cette base doit rendre compte d’une même scansion de trois travées bien que seuls deux arcs soient encore visibles, dont celui à l’est marque l’accroche du nouveau dispositif à l’ancien, c’est-à-dire des bas-côtés de l’église.

78L’arc le plus à l’ouest se repère à sa base (joints au fer) et à l’arrachement de son pilier, tandis que celui du fond, en contact avec le bas-côté de l’église Saint-Michel, est presque intact, si ce n’est sa base, entamée par un placard. Mais si on reporte le montage du niveau inférieur sur celui qui le domine, il est vraisemblable qu’une travée médiane, à l’instar du niveau bas et marquée par un arc non visible car sous une zone cimentée, établisse un relais dans la montée, grâce à un court emmarchement. Les niveaux de circulation ne sont en effet observables que dans les sondages à l’ouest en bas de la progression et font défaut en partie haute, tronqués par un plancher.

79En l’état, l’extrados du niveau bas a été repéré dans les sondages à l’ouest de la galerie à 449 m NGF et le premier sol qui s’y applique directement le suit par une pente légère sur les 10 m de la première travée pour aboutir à une altitude de 449,41 m NGF à la base d’un emmarchement de trois marches (fig. 24). À son sommet, une large dalle doit servir de palier à 450 m NGF. On remarquera que l’arc amorçant la seconde travée se calque sur le changement de niveau. Ce sont les seuls indices tangibles observables en l’état. Mais si on se reporte au niveau sous-jacent, un autre décrochement doit permettre d’atteindre l’altitude initiale présumée du bas-côté de l’église Saint-Michel à 451 m NGF, compte tenu de la voûte sous-jacente, arasée pour mettre un plancher à 450,20 m NGF. Or, à partir de l’arc médiéval 1, les joints au fer se suivent sans marquer d’interruption, sauf sur une reprise verticale faite dans l’élévation et qui peut cacher un arc, à 7 m du premier, pouvant recevoir un piédroit avec emmarchement et permettre un relais dans le dénivelé important à absorber tout en se calquant sur la progression de la crypte.

80En termes de description, le sol de circulation de la galerie, tel que repéré en différents endroits par les sondages, est matérialisé par une couche indurée en terre battue mêlée de mortier, reposant directement sur la chape de mortier de chaux qui égalise l’extrados de la voûte sous-jacente (fig. 24, 25). Notons qu’il contient un très grand nombre d’éclats de taille, essentiellement de schiste, témoignant d’une intense campagne de construction à cette époque. Il semble probable qu’il s’agisse là d’une préparation pour un sol dallé dont les éléments ont été prélevés, à l’instar de celui du bâtiment initial. La couche charbonneuse qui le recouvre peut appartenir à la préparation ou résulter d’un incendie dont les traces sont visibles en différents endroits sur le site.

81Au nord, à la base du pilier séparant la première de la deuxième travée médiévale, les vestiges d’un emmarchement (trois marches) ancré dans le mur nord de la galerie conduisent à un palier qui communique avec l’atrium, avec un accès à l’église Saint-Michel et avec l’atrium (fig. 20, 28). En revanche, aucune trace d’escalier ne vient troubler l’agencement du pilier opposé sud, décoré sur toute sa hauteur. Il faut croire que celui-ci n’est que partiel et qu’une simple pente suffit pour pallier de ce côté l’emprise du voûtement inférieur.

82Les dalles conservées sont en gneiss et soigneusement taillées ; les marches ont une largeur égale (0,42 m) mais leur longueur conservée et leur hauteur diffèrent. La marche de base, encastrée dans le mur nord de la galerie et sur laquelle repose le pilier de l’arc, est composée de deux blocs d’une hauteur de 0,15 m et une longueur totale de 1,10 m, soit une longueur débordant la section du pilier de 0,80 m. La marche intermédiaire a une hauteur de 0,23 m pour une longueur conservée de 0,34 m alors que la dernière n’est haute que de 0,20 m de haut pour une longueur restante de 0,18 m. Toutes encastrées, elles présentent les vestiges d’un jointoiement soigné de même nature que le pilier et appartiennent à une même étape de construction.

83Ces marches débouchent sur un palier répondant au problème de pendage réglé par un voûtement plus haut de la crypte. Une porte latérale permet l’accès direct depuis ce palier à l’espace extérieur commun avec le bâtiment initial (cloître actuel). Cette porte, à l’intérieur, est transformée en fenêtre à l’époque moderne avant d’être rebouchée définitivement (fig. 31). Elle n’a pu être que partiellement sondée, la construction d’un four dans le mur de refend moderne ayant fragilisé l’ensemble. La pierre de l’âtre, une fois descellée et retournée, s’avère être une dalle de seuil (fig. 28). Elle porte la trace creusée d’un gond pour recevoir une porte à un vantail unique. Un sondage sur la partie haute de la zone a révélé un linteau de granit (0,60 m de long observé pour 0,20 m de haut) recevant sans doute la retombée pleine de l’arc. Différents éléments permettent de restituer les mesures de la porte : son seuil se compose de deux dalles de schiste offrant une largeur passante de 1,20 m et son encadrement culmine à une hauteur de 2,65 m. L’arc en plein-cintre qui domine le linteau en extérieur est non traversant et à vocation décorative, l’intérieur présentant un appareil sans interruption, simplement rehaussé de joints au fer (fig. 31).

Fig. 31 Vue de la porte initiale rebouchée donnant sur l’emplacement du cloître, 2e travée, galerie nord.

Fig. 31 Vue de la porte initiale rebouchée donnant sur l’emplacement du cloître, 2e travée, galerie nord.

Cl. A. Huser

84Le mur est du bâtiment initial, à son contact, a pu servir de support à un escalier d’accès extérieur, mais l’état actuel du mur, restauré et donc illisible, ne donne aucune réponse concluante en dehors de l’arc outrepassé sud, rebouché à la même époque.

85La présence de cette porte souligne l’importance de l’espace extérieur, intermédiaire entre l’église Saint-Michel et le bâtiment initial : il doit appartenir à l’itinéraire des processions. C’est là que le choix se porte pour l’installation du cloître roman au xiie siècle.

86L’extrados de la voûte de la crypte est tronqué immédiatement à l’est du sondage. Cette nouvelle disposition confirme que, dans cette pièce, les niveaux de circulation étaient plus élevés aux époques médiévales (dans la construction du xie siècle et après l’apport de matériau des xve-xvie siècles) que durant l’époque moderne (construction du logement du Grand Sacristain à la fin du xviie siècle). Cette phase de réaménagements s’accompagne, en ce qui concerne les sols, d’un décaissement de la partie orientale de la galerie (au minimum 0,40 m) et d’un remplissage de la partie occidentale au moyen des gravats de destruction.

87L’ensemble de ces données permet de proposer une restitution du niveau de circulation supérieur initial pour la galerie nord (fig. 30).

Arcs et piliers scandant les travées

88Comme on l’a vu précédemment, la division des galeries en pièces d’habitation lors de la mise en place du logis du Grand Sacristain ne reprend pas les différentes travées qui les scandent. L’arc médiéval 1 ne résiste que partiellement avec une base conservée de part et d’autre réalisant un passage d’une largeur de 3,75 m ainsi que la trace d’arrachement du piédroit nord. On y retrouve un petit appareil et des joints au fer caractéristiques d’une phase commune de construction.

Fig. 32 Traces de l’arrachement de l’arc, 2e travée, galerie nord.

Fig. 32 Traces de l’arrachement de l’arc, 2e travée, galerie nord.

Cl. A. Huser

89L’arrachement de l’arc et de son piédroit est nettement visible sur l’élévation du mur nord de la galerie à cet endroit : des pierres en saillie en marquent l’accroche et le parement où il s’intègre de part et d’autre est décoré par des joints au fer ; son chaînage au même mur est manifeste et sa mise en place est donc strictement contemporaine de celle de l’élévation qui le reçoit (fig. 32). On peut restituer la hauteur du piédroit à 2,60 m environ et le développé de l’arc est observable sur 1,70 m. Son altitude maximale en l’état est de 454,60 m NGF.

Fig. 33 a. Arc de la 4e travée, jonction de la galerie nord et des bas-côtés ; b. Vue générale et détail du pilier avec joints au fer.

Fig. 33 a. Arc de la 4e travée, jonction de la galerie nord et des bas-côtés ; b. Vue générale et détail du pilier avec joints au fer.

a. Relevé, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin ; b. Cl. A. Huser

90Un autre arc encore existant, actuellement rebouché et partiellement tronqué à la base, permet de compléter la facture de l’ensemble. Monté en plein-cintre, il est situé à la jonction de la galerie et des bas-côtés. De cet arc, subsistent le développé, le sommet des piédroits et l’écoinçon nord, tous décorés au fer (fig. 33). Une cheminée moderne entame son piédroit sud dont un fragment sert d’appui au manteau de la structure. Les vestiges d’un autre piédroit sont visibles dans ce qui reste de la galerie sud à sa jonction avec les bas-côtés et rendent compte d’un dispositif voûté en plein-cintre (fig. 34).

Fig. 34 Dernière travée de la galerie sud voûtée en plein-cintre.

Fig. 34 Dernière travée de la galerie sud voûtée en plein-cintre.

Cl. A. Huser

91L’intrados culmine à 455,60 m NGF et les claveaux, faits de dalles de schistes retouchées et disposées de chant, sont soigneusement maçonnés et régulièrement surlignés d’une incision suivant la disposition en rayon des moellons ; ceux-ci marquent de leur extrémité l’extrados situé 0,35 m plus haut. La hauteur du développé de l’arc fait 1,50 m. Les piédroits, par rapport au niveau de sol restitué, auraient ainsi une hauteur de 3 m ; leur écart interne est de 3 m également et la hauteur totale de l’arc ferait 4,50 m. Ainsi, les mesures des vestiges des deux arcs permettent d’en compléter les lacunes réciproques et de dessiner une couverture voûtée.

92Dans la galerie nord, apparaît l’ancienne chaîne d’angle du mur extérieur nord de la nef centrale, initialement débordante (xe siècle). Celle-ci, recouverte d’enduits modernes, est faite de gros blocs de gneiss taillés et se trouve interrompue par l’installation d’une cheminée moderne avant de retrouver sa disposition primitive (fig. 33).

3.3. Transformations dans l’église Saint-Michel

Fenêtres à double ébrasement et bandeau plat

Fig. 35 Galerie et bas-côtés, extérieur cloître.

Fig. 35 Galerie et bas-côtés, extérieur cloître.

Restitution A. Huser, topographie X. Chadefaux, DAO A. Recolin

93Les reprises effectuées au xie siècle dans l’église pour la rattacher au nouvel ensemble cultuel se traduisent dans le plan par le rajout des galeries dans l’axe des bas-côtés, par l’aménagement d’un déambulatoire, mais également en élévation par de nouvelles baies. Les fenêtres qui caractérisent cette phase de transformations sont toutes calquées sur le même modèle : trois fenêtres-hautes viennent ajourer les bas-côtés de l’église Saint-Michel, trois autres, alignées en contrebas, éclairent la galerie nord (fig. 35 et 36). Elles présentent un double ébrasement, soigneusement maçonné de part et d’autre du mur et permettant d’éclairer au maximum l’intérieur de la construction. En extérieur, elles sont décorées d’un bandeau de petites pierres plates et taillées surlignant l’arc qui les couvre.

Fig. 36 Fenêtre et traces d’arrachement de voûte, 4e travée, galerie nord.

Fig. 36 Fenêtre et traces d’arrachement de voûte, 4e travée, galerie nord.

Cl. A. Huser

94En extérieur et à l’extrémité de chaque bras du transept est inscrit un clocher mais seul subsiste celui situé au sud. Il domine l’abbaye de ses quatre étages dont les deux premiers sont ornés des bandes lombardes et percés de fenêtres étroites. Au troisième étage, deux ensembles de baies géminées l’ajourent sur chaque face. Au dernier étage alternent des fenêtres géminées et des baies simples. À l’est et à l’ouest, une rangée d’oculi complète ce décor. Une terrasse crénelée chapeaute l’ensemble.

Niveaux de couverture des bas-côtés 
et des galeries attenantes

95La lecture des vestiges en élévation permet d’avancer des hypothèses précises de restitution des toitures au xie siècle pour les galeries et bas-côtés de l’église.

96À l’intérieur de la galerie nord, la hauteur maximale des élévations datables du xie siècle s’élève à 455,60 m NGF pour un niveau de sol qui passe d’ouest en est de 449,12 m à 451 m NGF.

97Pour ce qui est de la liaison entre bas-côtés et galeries, l’observation de la façade extérieure à partir du cloître permet de repérer la hauteur initiale des bas-côtés marqués par une solide chaîne d’angle et un appareil caractéristique du xe siècle (fig. 37). Leur arase peut nous en donner la hauteur primitive, à 455,60 m NGF.

Fig. 37 Vue du bas-côté nord de l’église Saint-Michel et cloître roman.

Fig. 37 Vue du bas-côté nord de l’église Saint-Michel et cloître roman.

Cl. A. Huser

98Les bas-côtés sont visiblement surélevés au xie siècle et l’appui des fenêtres hautes est directement fondé sur l’arase du mur initial (fig. 37). Les fenêtres des galeries se situent 2 m en contrebas. Ce décrochement correspond à celui des toitures : en effet, entre l’avant-dernière et la dernière travée de la galerie apparaît, en limite de l’actuelle toiture, un coup de sabre de 17 assises soignées formant une chaîne d’angle et dont la base correspond à la dernière assise continue qui leur est commune. L’altitude de la base du coup de sabre, rétablissant la jonction des assises sur toute la longueur de la galerie, est de 455,60 m et correspond à celle de différents éléments :

  • l’arase de l’appareil du xe siècle ;
  • la limite supérieure des vestiges liés au décor en faux-appareil caractérisant les transformations du xie siècle ;
  • celle de l’arrachement d’une possible voûte intérieure visible en bout de galerie dont les altitudes maximales observables ne dépassent pas cette hauteur.

Fig. 38 Jonction extérieure des bas-côtés et de la dernière travée de la galerie nord.

Fig. 38 Jonction extérieure des bas-côtés et de la dernière travée de la galerie nord.

Cl. A. Huser

99On aurait donc un exhaussement des bas-côtés englobant la dernière travée de la galerie afin de permettre un alignement visuel de l’ensemble sur la nef jusque-là débordante puis un décrochement de toiture, 2 m plus bas, marquant la limite supérieure de la galerie (fig. 38, 39).

Fig. 39 Vue extérieure de la galerie nord avec bandeau décoratif, cintre de la porte latérale de la galerie et reprise de l’élévation.

Fig. 39 Vue extérieure de la galerie nord avec bandeau décoratif, cintre de la porte latérale de la galerie et reprise de l’élévation.

Cl. A. Huser

100Les données archéologiques en présence autorisent désormais une restitution précise des couvertures. Les bas-côtés voûtés et en appui contre la nef devaient présenter une toiture en pente simple sur le modèle en place : en reportant les mesures de la pente actuelle du toit des bas-côtés mais 2 m en contrebas, on obtient une altitude qui se cale au nord à 455,55 m et au sud à 456,50 m, passant directement sur l’extrados de l’arc en plein-cintre qui fait la jonction entre galerie et bas-côtés (fig. 40). Une information concernant les matériaux de couverture est fournie par le sondage 2 où a été mise au jour une couche de démolition, liée sans doute à la destruction des murs sud et ouest de la galerie nord, contenant des tuiles rondes mêlés à des fragments de mortier caractéristique du xie siècle, indice probable de la toiture initiale.

Fig. 40 Restitution altimétrique des bâtiments dans la pente et des toitures.

Fig. 40 Restitution altimétrique des bâtiments dans la pente et des toitures.

Réalisation A. Huser

101En intérieur, la galerie a dû être au moins partiellement voûtée, comme en témoignent les arrachements successifs dans les murs longitudinaux orientaux ainsi que la présence des arcs délimitant les travées.

102La question de la couverture interne des galeries reste cependant ouverte concernant leur partie occidentale : les vestiges en présence montrent des murs droits au-delà de ce qui peut être considéré comme la base du voûtement. S’agit-il d’un indice de la mise en place d’une tribune le long de la chapelle de la Trinité ?

103Cette différence de traitement peut également s’expliquer par le fait que la première travée occidentale doit être en appui contre la chapelle de la Trinité, couverte d’une coupole, alors que la travée médiane donne au sud sur un atrium et n’a pas d’appui. La dernière travée, à nouveau, bénéficie du mur de la nef et sa couverture semble bien s’aligner sur celle des bas-côtés.

3.4. Des systèmes de communication directs et indirects

104Entre les différentes composantes de l’édifice du xie siècle, un système de cheminement, dessinant des espaces fermés ou ouverts, peut répondre à la procession comme ordonnancement architectural. Une double circulation latérale peut partir au nord du cloître actuel et mener à une porte ouverte dans le mur nord de la galerie nord par l’intermédiaire d’un escalier aujourd’hui disparu. De là et dans l’axe de la première, une autre porte ouvre sur l’atrium. Par symétrie, on doit retrouver un même système de circulation au sud permettant d’aller de l’espace extérieur sud à la galerie sud ainsi qu’à l’atrium tout en desservant au nord comme au sud l’entrée principale de l’église Saint-Michel (fig. 20).

105La communication longitudinale part de l’entrée principale ouest de la chapelle de la Trinité par un probable emmarchement accédant immédiatement à la chapelle. Pour atteindre l’église principale, il faut passer par les galeries menant directement dans les bas-côtés de l’église ou traverser l’atrium pour accéder à la porte occidentale de Saint-Michel.

106Deux portes latérales dans la chapelle de la Trinité permettent d’accéder aux galeries nord et sud. Un emmarchement, identique à celui que l’on trouve dans les écoinçons, surélève le passage par rapport au niveau de sol initial de l’ensemble. Comme pour les écoinçons, deux assises basses font la liaison continue avec le mur de la nef.

107De part et d’autre de la nef de la chapelle de la Trinité, deux escaliers à vis amorcent une montée vers un niveau supérieur, hypothétiques tribunes ou autre fonction non élucidée.

3.5. Une ouverture maçonnée pour reprendre une des voûtes de la crypte

108Une première phase intermédiaire désigne d’une part la mise en place du cloître roman au cours du xiie siècle mais également des reprises de circonstance. Ainsi, une ouverture maçonnée rectangulaire a été mise au jour dans le mur nord de la galerie nord. Elle semble avoir été aménagée pour mener sur l’extrados de la voûte de la crypte (fig. 41) : visiblement, celle-ci a eu besoin d’être confortée, un même liant servant à maçonner l’entrée ainsi que la reprise de la retombée de voûte.

Fig. 41 Ouverture aménagée pour accéder à l’extrados de la voûtede la crypte et clef trouvée dans le passage.

Fig. 41 Ouverture aménagée pour accéder à l’extrados de la voûtede la crypte et clef trouvée dans le passage.

Cl. A. Huser

109Le passage aménagé laisse l’espace nécessaire à un homme pour pénétrer au-dessus de la voûte. En ressortant, quelqu’un a dû perdre sa clef puisqu’elle a été retrouvée dans le comblement en terre du trou. La clef est en fer et porte des traces de cuivre. Elle est formée d’un anneau ­circulaire plein à l’exception d’un trou central ; la tige, de forme conique, peut être creuse, portant à son extrémité des traces d’oxydation, mais elle reste peu lisible et est tronquée à sa base. Cette tige est reliée à l’anneau par une bossette en fer couverte de cuivre, de forme quadrangulaire et décorée de quatre fines moulures ; fixé sur la tige, un panneton en retour d’équerre et de forme rectangulaire se termine par quatre dents fines remontant à la ­perpendiculaire et dont le découpage est assez large. Il s’agit visiblement d’une clef médiévale, présentant des caractéristiques anciennes (anneau de petite dimension et à forme géométrique simple, tige conique, panneton à section rectangulaire et dents fines recourbées  ; fig. 41).

4. Période intermédiaire 
(État 3, xve-xviie siècles)

110Une période assez longue, antérieure à la destruction visiblement accidentelle qui dut présider à la mise en place du logis du Grand Sacristain, est marquée par des transformations de circonstance : cloisonnement et surélévation d’une partie du bâtiment initial avec apparition d’un étage et son prolongement vers l’ouest. D’un point de vue technique, on observe l’emploi systématique d’un appareil en arête-de-poisson associé à la voûte d’arêtes.

4.1. Le bâtiment du xe siècle : cloisonnement, 
exhaussement et prolongement

Fig. 42 État 3, xve-xviie siècle.

Fig. 42 État 3, xve-xviie siècle.

Réalisation A. Huser, DAO A. Recolin

111Le cloisonnement du bâtiment initial fait émerger au nord l’actuelle salle capitulaire alors qu’au sud un nouvel édifice intègre l’autre partie de l’ancien bâtiment tout en prolongeant sa construction vers l’ouest selon des modalités qu’il faudrait affiner avec une véritable étude archéologique (fig. 42).

Fig. 43 Cloisonnement du bâtiment xe siècle, côté sud. De droite à gauche : mur de refend, mur du bâtiment initial et prolongation du bâtiment vers l’ouest (appareil en arête-de-poisson).

Fig. 43 Cloisonnement du bâtiment xe siècle, côté sud. De droite à gauche : mur de refend, mur du bâtiment initial et prolongation du bâtiment vers l’ouest (appareil en arête-de-poisson).

Cl. A. Huser

112Le mur de refend divisant désormais le bâtiment, calé en chronologie relative par les enduits, marque le recours à l’emploi de la terre en fondation alors que son élévation est montée selon un appareil assez désordonné, fait de moellons et de galets bruts, où mortier et terre alternent pour colmater les pierres. Les assises sont très irrégulières et les moellons arrondis laissent des parties creuses où le mortier est très altéré et pulvérulent (fig. 43, 44).

Fig. 44 Cloisonnement du bâtiment initial (xe siècle) ; côté sud.

Fig. 44 Cloisonnement du bâtiment initial (xe siècle) ; côté sud.

Relevé, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin

113Le recours à la terre est très fréquent car la chaux est chère ; on ne compte pas sur le liant pour tenir le mur, mais sur la mise en œuvre, la façon de poser les assises : le mortier de hourdage cale mais ne colle pas le mur. Souvent, on use différemment du mortier sur un même mur comme ici où le mortier est à base de terre et de chaux alors qu’en élévation, il mêle sable et chaux, formant une croûte plus résistante mais plus onéreuse.

114Les deux murs longitudinaux de l’ancien bâtiment sont remployés : le mur est devient façade du nouveau corps de bâtiment, il est surélevé par la mise en place d’un étage et doit être percé de baies mais les modifications postérieures, très perturbantes, ne permettent pas de rendre compte de leur modénature première (fig. 45). L’arase du mur ouest sert à porter le poutrage du nouvel étage mais subit ultérieurement des modifications qui entrave notre lecture. Si le rez-de-chaussée est cloisonné, on ne peut rien dire de l’étage dont les élévations sont trop transformées.

Fig. 45 Reprise de l’ancien mur est du bâtiment initial (xe s.).

Fig. 45 Reprise de l’ancien mur est du bâtiment initial (xe s.).

Relevé, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin

115Un corps de bâtiment s’implante à angle droit sur l’extrémité sud du bâtiment initial dont il reprend l’axe décalé par rapport à celui des galeries (fig. 42). À son extrémité ouest, une voûte d’arêtes fait office de pivot pour s’ancrer à la perpendiculaire dans une autre bâtisse, déjà là (fig. 43). Parallèle au bâtiment initial, celle-ci peut correspondre à un éventuel presbytère jouxtant une église encore en place sur le plan de 1779 et reconnaissable à son abside semi-circulaire (fig. 1).

116L’accroche de la voûte d’arêtes se fait par des pierres en saillie à intervalles réguliers, formant une jonction minimale avec les murs qui l’entourent et sa retombée repose sur quatre piliers. Quant au possible presbytère, il dessine deux travées délimitées par des arcs en plein-cintre où perdure un système de coffrage semblable à ceux de la crypte et des arcs outrepassés. Sur sa face est, un très grand arc en plein-cintre, dont le sommet correspond sensiblement à la hauteur première du bâtiment initial et parallèle à lui, est rebouché par un mur chaîné à celui qui prolonge vers l’ouest le cloisonnement du bâtiment initial et de même facture technique.

117Par l’absorption de ce bâtiment, un ensemble coudé en L est ainsi réalisé, accordé aux orientations du bâtiment initial et dont le retour forme l’actuel bâtiment de l’accueil (fig. 42). Le rez-de-chaussée, ainsi défini, a une hauteur de 3 m.

118Un étage, pouvant servir de logement, vient chapeauter la construction et reste partiellement repérable en dépit des fortes reprises intervenues pendant la phase suivante, lors de l’ancrage du logis du Grand Sacristain. Il est matérialisé par la hauteur d’arase du mur ouest de l’ancien bâtiment, par un corbeau devant soutenir le plancher et dont le profil forme un T mouluré (alors que les corbeaux au xviie siècle sont en talon), par un enduit formant un crépi blanc épais gardant l’empreinte de la limite du plafond.

119Les baies associées à cette phase sont peu nombreuses, les remaniements de la phase suivante n’ayant laissé en place que quelques traces de passages et de fenêtres.

120À l’est, l’arc outrepassé médian est rebouché et une nouvelle porte donne sur le cloître roman (fig. 45 et 46). Celle-ci est constituée en extérieur d’un arc en plein-cintre retombant sur deux piédroits en marbre de Villefranche. Sa face intérieure est moins soignée et témoigne d’un souci d’économie puisque l’arc est dessiné à l’aide de simples moellons. Son niveau de seuil est sensiblement identique à celui des arcs outrepassés initiaux et indique le maintien du cloître, dans sa configuration romane, au même niveau que l’espace extérieur commun antérieur.

Fig. 46 Mur extérieur est du bâtiment initial avec porte cintrée rebouchée et porte monumentale moderne.

Fig. 46 Mur extérieur est du bâtiment initial avec porte cintrée rebouchée et porte monumentale moderne.

Cl. A. Huser

121Du système de toiture associé à cette phase, il ne reste que peu d’indices. Mais si les corps de bâtiments fonctionnent comme un même ensemble, une couverture en noue s’impose sur l’emprise de la voûte d’arêtes. Si cette hypothèse est la bonne, elle devrait désigner un pignon au nord, sur la portée la plus courte. En l’état, la seule limite observable semble y configurer un mur horizontal. Il s’agit d’une surélévation de 0,90 m montée en moellons irrégulièrement assisés, liés à une terre argileuse brun sombre, mise en boule et durcie, selon des joints irréguliers et pleins (fig. 44). Le nouveau bâtiment s’élève ainsi à 453,65 m NGF et semble couronné par une banquette de petites pierres, galets et briques, assez mal montée mais solidement liée au mortier et formant une chape. Son arase est percée d’encoches longues de 1 m pouvant recevoir une toiture. Cette chappe, nécessairement au contact de l’eau, est construite non pas en terre mais en mortier pour en assurer l’étanchéité. Un crépi la couvre avec son liant tout en marquant une limite de traitement : lissé en dessous et brut au-dessus.

122La nouvelle altitude marquant l’amorce du couvrement, reportée sur le mur nord de la galerie nord, dessine la limite supérieure de l’enduit projeté, déjà mentionné (fig. 47). Or, ce crépi est antérieur à l’effondrement partiel du mur puisqu’il est entamé à l’est par la mise en place d’une porte liée à la phase suivante, celle du logis du Grand Sacristain.

Fig. 47 Mur extérieur nord de la crypte et galerie nord, états 3 et 4.

Fig. 47 Mur extérieur nord de la crypte et galerie nord, états 3 et 4.

Relevé, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin

123L’ensemble de cette extension se caractérise par le recours à un appareil en arête-de-poisson (petits moellons et galets). La reprise du voûtement du bas-côté sud de l’église Saint-Michel présente un appareil aux caractéristiques semblables.

4.2. La galerie nord : un lieu d’inhumation tardive

124Dans la galerie nord, les sondages montrent que les aménagements du sol initial sont partiellement démolis et forment une épaisse couche de déblais, constituée essentiellement de blocs de chaux. De nombreuses sépultures y ont été ensevelies. Trois d’entre elles ainsi qu’une réduction ont été plus spécifiquement étudiées dans le sondage 3 (fig. 28). Le sédiment servant d’encaissant est si meuble que le contour des fosses s’y perd. Elles sont toutes d’aspect semblable : le défunt est orienté, déposé en décubitus dorsal la tête à l’ouest. Aucun mobilier particulier n’est associé aux inhumations, pas même des épingles de linceul. L’absence de clous semble également entériner l’absence de cercueil en bois, bien que l’assemblage puisse être fait au moyen de chevilles de bois, solution rarement observée dans le Midi méditerranéen.

125Deux sépultures sont recoupées à la moitié du fémur par la tranchée de fondation du mur moderne sud. Une réduction est engagée sous le mur de soutènement de l’escalier moderne : constituée de deux crânes et de plusieurs os longs fragmentés, elle correspond très probablement aux parties manquantes des squelettes tronqués. Chacune des sépultures en place est scrupuleusement respectée lors des inhumations postérieures.

126La profondeur d’inhumation varie selon la nature du bâti sous-jacent. La fosse s’interrompt toujours au contact des maçonneries rencontrées. Certaines sépultures sont très hautes, deux d’entre elles sont prises entre l’extrados de la voûte de la crypte et la première assise du mur de refend bâti à l’est de la pièce. D’autres sont plus profondes et atteignent le niveau de circulation initial du xie siècle. Mais la position très haute de certaines sépultures, immédiatement placées sous le carrelage actuel, laisse supposer, pour la fin du Moyen âge ou le début de la période moderne (xve-xvie siècle), un sol de circulation surélevé d’au moins 0,40 m par rapport à aujourd’hui.

5. Le logis du Grand Sacristain
(xviie-xviiie siècles)

127Bâti au cours du xviie siècle, le logis du Grand Sacristain est le témoin d’une période où, en réponse aux exigences des titulaires des offices claustraux, des maisons individuelles avec jardin transforment certaines parties de l’abbaye. Différents indices montrent qu’une destruction, sans doute naturelle, a eu lieu. Le mur nord de la galerie nord a perdu presque tout un pan à l’ouest, entraînant l’effondrement de la possible voûte ou tribune qui la couvrait. Son sol est comblé de squelettes, qui s’alignent dans un sédiment mêlé de fragments de mortier, identifiable comme celui des transformations du xie siècle – mortier sans les pierres qu’il lie, celles-ci étant de toute évidence remployées. Les confortements de voûte de la crypte, déjà mentionnés, ainsi que la mise en place d’un vaste contrefort pour consolider la tour sud, témoignent d’une fragilité manifeste dans le secteur. Pour Pierre Ponsich, l’affouillement de la rivière, dont le bras contourne à cet endroit les limites de l’abbaye, aurait provoqué un effondrement de terrain. Une étude topo­graphique générale de l’installation de l’abbaye dans la pente serait sûrement instructive.

128Toujours est-il que ce nouvel édifice reprend une partie du bâtiment initial, tel que prolongé dans l’état 3 (xve-xviie siècle) mais rectifié à l’ouest par une nouvelle façade qui s’aligne sur celle des anciennes galeries encadrant l’église de la Trinité et qu’il absorbe de cette façon (fig. 48). Le plan ainsi adopté, prenant comme fondations les arases de mur restantes, adopte la configuration d’un T renversé pour former un logis avec jardin. Au sud et au nord, les murs sont alors surélevés et transformés en murs pignons d’un toit à deux versants, s’alignant sur la nouvelle façade ouest.

Fig. 48 État 4 (xviie-xviiie siècle).

Fig. 48 État 4 (xviie-xviiie siècle).

Réalisation A. Huser, DAO A. Recolin

5.1. Mise en place du logis sur des vestiges antérieurs

129Comment se répartit ce nouvel espace à cheval entre des volumes si différents ?

130Le rez-de-chaussée ne concerne que le secteur du bâtiment initial, il correspond à un espace fonctionnel et à une aire de distribution. Le premier étage est vaste puisqu’il met à niveau tous les volumes concernés, dégageant une grande salle d’un seul tenant sur l’emprise du rez-de-chaussée. Des chambres sont aménagées dans l’ancienne galerie nord et un jardin prend place dans une partie de la chapelle de la Trinité. Un second étage habitable est ensuite ajouté.

131Techniquement, cette phase se caractérise par des surcroîts de moellons et de galets.

5.1.1. Une façade ouest d’un seul tenant (fig. 49)

Fig. 49 Façade ouest du logis du Grand Sacristain.

Fig. 49 Façade ouest du logis du Grand Sacristain.

Relevé S. Bonnaud, DAO S. Bonnaud

132À l’ouest, une partie du logis du Grand Sacristain est édifiée à partir d’une façade d’un seul tenant, directement fondée sur le mur ouest de la crypte. Deux grands arcs s’en répartissent la portée en rez-de-chaussée, contrebutés par un troisième, érigé à la perpendiculaire et à l’extrémité est duquel monte de fond un grand pilier. Ce dernier doit servir de soutien à la toiture du nouveau bâtiment et s’ancre sur l’arase de l’ancien mur-maître ouest du bâtiment initial (xe siècle) dont l’épaisseur assure une solidité satisfaisante.

133La façade présente un mortier commun qui lie reprise des murs nord et ouest de la galerie nord, arcade et élévation : différents sondages pratiqués sur l’ensemble mettent au jour un même liant depuis la base jusqu’à l’arase du mur recevant la couverture (bétonnée sur deux assises pour éviter les infiltrations dans le mur actuellement dégarni). Ce mortier, de couleur beige clair, est à dominante de chaux et présente une résistance efficace, s’effritant « normalement ». Sa granulométrie est variée et ne présente pas de tamisage en préparation ; les grains sont très blanchis par la chaux, ils appartiennent à la géologie locale. Le tamisage révèle une composition de chaux, de sable et l’absence de terre. C’est un mortier de bonne composition et bien conservé, assez homogène. On le retrouve à d’autres endroits : il rebouche la porte de la phase précédente dans le mur est du bâtiment initial et préside à la mise en place de la grande porte monumentale qui subsiste aujourd’hui ; il est aussi utilisé comme liant pour les reprises de murs dans la chapelle de la Trinité et des refends encore en place qui dessinent les chambres sur le tracé des anciennes travées de la galerie nord ; il reprend l’installation des portes dans le mur mitoyen au premier étage seulement et colmate arcs de décharge et linteau au-dessus des grandes baies initiales de la façade ouest. L’utilisation d’un même type de mortier est l’indice d’une vaste campagne de construction lors de la mise en place du logis du Grand Sacristain.

Fig. 50 Vue extérieure de la façade ouest du logis du Grand Sacristain.

Fig. 50 Vue extérieure de la façade ouest du logis du Grand Sacristain.

Cl. A. Huser

134Le nouveau logis est initialement ajouré à l’ouest par (au moins) cinq grandes baies à l’étage, le mur de façade étant lacunaire à la hauteur de l’église de la Trinité. D’une hauteur de 3,50 m pour 1,50 m de large, elles présentent un ébrasement d’une trentaine de centimètres (fig. 49, 50, 51). Les sondages pratiqués à leur angle montrent des piédroits soigneusement appareillés, directement construits au nu du mur et liés avec le même mortier. Un enduit gris, très fin et compact, fait de sable et chaux et couvert d’un badigeon crème, les habille initialement. Pour alléger le mur au-dessus de si grandes baies, on construit des arcs de décharge couvrant la baie sur toute sa largeur. On notera la présence d’un grand linteau de schiste lui-même couvert d’un arc de décharge au-dessus de la fenêtre centrale. Au-dessus du plafond les couronnant, on doit avoir l’espace d’un comble, simplement blanchi à la chaux, offrant une hauteur de 2,20 m à la base du toit et non ajouré, aucun percement n’étant initial.

Fig. 51 Vue intérieure de la façade ouest du logis du Grand Sacristain.

Fig. 51 Vue intérieure de la façade ouest du logis du Grand Sacristain.

Cl. A. Huser

135Cette façade détermine l’organisation de son pendant à l’est, soit le mur du bâtiment initial. Trois fenêtres dominent le cloître ; elles sont rectangulaires (1,45 m de large sur 2,50 m de haut) et surmontées d’un linteau fait de simples planches taillées à l’herminette. La reprise de leur percement est bien visible de part et d’autre des fenêtres : celle-ci est constituée de briques ou fragments de briques posées à plat en alternance avec des petites pierres.

5.1.2. Un rez-de-chaussée fonctionnel 
et une aire de distribution

136Au rez-de-chaussée, la circulation est réorganisée : si l’on doit pénétrer par l’ouest sous l’arcade qui peut servir de porche couvert, la porte monumentale à l’est débouche, depuis le cloître, sur un palier à partir duquel s’organise la distribution à l’étage mais également en rez-de-chaussée. Les deux baies, en effet, ne sont pas à la même hauteur en raison de l’inscription des constructions dans la pente. Le sol de circulation s’aligne sur la base de l’arcade ouest (soit 445,55 m NGF) et un nouvel accès au cloître prend la forme d’un escalier droit aménagé dans le mur est. Répondant aux différences de niveaux (environ 2 m), il mène ainsi au palier.

137La porte monumentale, inscrite dans l’ancien mur est du bâtiment initial, est une baie fermée par deux vantaux (2 m de large pour 2,50 m de haut) et qui ne livre passage qu’aux piétons. Son encadrement est fait de pierres de taille finement jointoyées et surlignées d’une mouluration de style classique. Le matériau employé est le marbre rose de Villefranche-de-Conflent, il est de même nature que celui du cloître et dénote un choix qualitatif particulier, celui de s’y accorder (fig. 19A). Le système de montage qui caractérise sa menuiserie lui donne force et finesse : chaque vantail est constitué de planches verticales assemblées à joints vifs, non doublé à l’intérieur mais renforcé par deux planches, chanfreinées et fixées par des clous retournés qui forment une ligne décorative sur l’autre face. Chaque battant s’accroche aux gonds de porte par l’intermédiaire de trois pentures fixées par des clous à losange (ou carrés) retournés. La face sur cloître porte une moulure rapportée formant, avec la moulure périphérique, deux panneaux verticaux ; leur couvrement fait office de couvre-joint pour dissimuler la jonction des différentes planches. Un système de serrure et deux anneaux fixes en fer forgé complètent la menuiserie.

138Différents cloisonnements articulent le nouvel espace couvert au nord avec trois petites pièces aménagées, alors que la partie sud semble d’un seul tenant et liée au passage. L’ensemble doit avoir une destination fonctionnelle et/ou artisanale.

5.1.3. L’étage « noble »

Fig. 52 Vue de l’aménagement de l’escalier, logis du Grand Sacristain.

Fig. 52 Vue de l’aménagement de l’escalier, logis du Grand Sacristain.

Cl. A. Huser

139L’accès à l’étage depuis le rez-de-chaussée est permis grâce à un escalier à retours avec jour dont la première volée est en pierre et part du palier situé dans l’angle nord-est de l’ancien bâtiment initial. Au-delà, les volées sont en bois ainsi que le garde-corps à balustres. Un palier en bois marque l’étage (fig. 52, 53).

Fig. 53 Mur transversal, rez-de-chaussée du logis du Grand Sacristain.

Fig. 53 Mur transversal, rez-de-chaussée du logis du Grand Sacristain.

Relevé et DAO S. Bonnaud

140Le premier étage, étage « noble » et vaste puisqu’il couvre la partie sud du bâtiment initial ainsi que l’emprise des galeries et de l’église de la Trinité, marque une mise à niveau générale des différents espaces. L’étage mis en place lors de la phase précédente sur la partie sud du bâtiment initial prolongé est repris et ajusté à la nouvelle façade ouest. L’ancien mur nord de la galerie nord, devenu mitoyen, est percé à l’étage de deux portes permettant de rejoindre la partie qui surplombe la crypte. La baie à l’est entame le mur initial selon une reprise encore bien visible ; quant à celle située à l’ouest, elle est simplement construite dans la reprise du pan de mur effondré (fig. 47). Un même niveau de plancher est partagé pour l’ensemble du volume du bâtiment de ce côté (450,15 m NGF) et forme une vaste salle d’une hauteur de 4 m, sans doute d’un seul tenant (aucune trace de cloison associée n’est visible dans les élévations). La galerie nord est compartimentée en quatre pièces.

141Si l’on sait comment le logis était éclairé, les indications sur son organisation sont plus rares : le mode de chauffage se résume à la trace de deux conduits sur les murs sud et nord de l’ancien bâtiment initial, en partie haute uniquement. En revanche, deux cheminées monumentales sont encore visibles dans l’ancienne galerie nord (cf. fig. 34). L’ancienne deuxième travée de la galerie nord contient un four (fig. 54) ; cette pièce est au carrefour du logis et dessert toutes ses parties ; elle peut s’apparenter à une cuisine.

Fig. 54 Différents aménagements modernes : four, pavage, fenêtre et faux-plafond stuqué.

Fig. 54 Différents aménagements modernes : four, pavage, fenêtre et faux-plafond stuqué.

Cl. A. Huser

5.1.4. La toiture

142De la toiture, aujourd’hui disparue, subsiste la disposition maçonnée impliquant une couverture à double pente, avec les murs longitudinaux à l’est et à l’ouest qui culminent à 456,85 m NGF, et les pignons à l’opposé qui pointent à 458,45 m.

5.2. Aménagement postérieur d’un deuxième étage

143Postérieurement (mais antérieurement au plan de 1779), des transformations ont lieu : la mise en place d’un second étage habitable, desservi par un escalier et un système de communication, voit l’inscription de fenêtres hautes sur trois des murs du côté de l’ancien bâtiment initial, alors que l’ancien mur nord de la galerie nord, percé de deux portes hautes, joue son rôle de mur mitoyen. Le deuxième étage est désormais revêtu de badigeons attestant son changement de fonction.

144La dimension moyenne des fenêtres est de 1,80 m de haut sur 0,80 m de large. Leur reprise dans les murs est bien observable par des tranchées verticales rebouchées de briques et de petites pierres liées puis colmatées au plâtre. Cette technique est également valable pour le percement de deux petites portes au même étage dans le mur mitoyen. Pour percer les nouvelles fenêtres dans la façade ouest du logis, on entame les arcs de décharge surmontant les grandes baies ; celles-ci sont réduites ou rebouchées complètement comme celle située au nord qui est transformée en four. Dans la partie sud, un cloisonnement décrit un espace réduit surmonté d’un faux-plafond ; une des portes mitoyennes est bouchée et transformée en placard, une autre est rétrécie.

145Des cloisonnements apparaissent sur l’ensemble du bâti et le renouvellement de la distribution se traduit par le rajout d’un palier et d’une volée en bois à l’escalier déjà en place, à l’angle nord-est du bâtiment initial, pour desservir l’étage.

Conclusion

146L’abbaye Saint-Michel de Cuxa constitue un des rares témoignages du passage de l’art préroman au roman méridional : le rayonnement de l’établissement au xie siècle se traduit par l’originalité des solutions architecturales mises en œuvre. Après plus d’un demi-siècle sans fouilles, cette opération archéologique sur le logis du Grand Sacristain permet de renouveler la compréhension d’un certain nombre d’éléments liés au fonctionnement général de l’abbaye.

147Ainsi, le bâti, conservé par séquences sur la quasi-totalité de son élévation, montre-t-il, après décroûtage, des évolutions techniques significatives. Aux moellons bruts largement jointoyés du xe siècle succède un petit appareil calibré relevé de joints au fer dessinant un faux-appareil au xie siècle, puis le recours au parement en arête-de-poisson au xve siècle, enfin des surcroîts de moellons et galets aux xviie et xviiie siècles. Aux ouvertures couvertes d’un arc outrepassé du xe siècle se substituent les portes à claveaux rayonnants en plein-cintre du xie siècle, puis les portes aux piédroits à joints vifs du xve-xvie siècle, elles-mêmes ultérieurement remplacées par les grandes baies rectangulaires néoclassiques de l’époque moderne. Trous de boulins, de poutres et de solives rythment ces parois et marquent les empreintes des niveaux d’occupation successifs, sols ou toitures.

148La découverte de niveaux de circulation, corrélée à l’étude fine des élévations, s’avère décisive en matière de restitution des volumes des quatre grandes phases observées (xe, xie, xve et xviie-xviiie siècle). Les options de restauration, quelles qu’elles soient, peuvent s’appuyer désormais sur des données de terrain précises.

149Le bâtiment initial a pu être restitué en hauteur et largeur mais, tronqué au sud, il ne révèle pas sa superficie totale ni sa fonction dans l’espace primitif de l’abbaye : on repère son installation dans la pente et sa fonction de mur-terrasse ainsi que son débouché, par trois arcs outrepassés, sur un espace extérieur partagé avec l’église Saint-Michel, celui de l’actuel cloître roman, peut-être cloître initial. Mais son orientation n’est pas associée à celle de l’église Saint-Michel et donne au cloître roman un angle fermé. Sonder la crypte et le cloître permettrait sans doute d’obtenir des éléments de réponse. Il reste également à étudier son installation dans l’ensemble de l’abbaye, ce qui relève du problème général de l’orientation des différents corps de bâtiments aux époques successives.

150Les différents indices observés autorisent une restitution précise de la grande phase de travaux du xie siècle : articulation des bâtiments entre eux, restitution des toitures, galeries et bas-côtés, probable voûtement en intérieur sur la partie orientale des galeries, l’opposé pouvant supporter une tribune de part et d’autre de la chapelle de la Trinité ou simplement dévolu à l’articulation de son couvrement. L’intégration originale au plan d’ensemble de deux chapelles circulaires superposées, encadrées par deux galeries parallèles, comme mode de rattachement à l’église Saint-Michel, mais aussi de tout un jeu d’espaces ouverts et fermés qui se répondent relève d’une conception monumentale nouvelle où une communication rationnelle s’établit entre les volumes hiérarchisés, préfiguration d’une spiritualité nouvelle, induite par la réforme grégorienne.

Haut de page

Bibliographie

Alessandri P., Huser A. et Molinier A.

1999, L’Abbaye de Saint-Michel de Cuxa, Prades (66), le logis du grand Sacristain à travers sondages, étude du bâti et des archives, DFS.

Barthélemy E.

s.d., Étude sur les établissements monastiques du Roussillon, xérographie, Perpignan.

Bernard J.-L.

1993, « Préparation d’une fouille à Cuxa. Étude de la construction », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, n° 24, p. 147-153.

Cervini J.-A.

1826-1830, Voyage pittoresque dans les Pyrénées françaises, Paris.

Delamont E.

1878, Histoire de la ville de Prades, Perpignan, p. 496-579.

Diskant E.

1992, « La fontaine du monastère de Saint-Michel de Cuxa », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, n° 23, p. 135-140.

Durliat M.

1964, Roussillon Roman, coll. Zodiaque, 2e édition.

1970, « La fin du cloître de Saint-Michel de Cuxa », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, juillet 1970, n° 2, p. 9-17.

Font F.

1881, Histoire de l’abbaye royale de Saint-Michel de Cuxa, Perpignan, imp. Comet.

Heitz C.

1980, L’architecture religieuse carolingienne, Picard.

Huser A.

2000, L’abbaye de Saint-Michel de Cuxa, Prades (66). L’église de la Trinité, étude des écoinçons, DFS.

Jalabert F.

1819, Géographie du département des Pyrénées-Orientales, Perpignan.

Junyent E.

1951, « Le sermon du moine Garsia… », Tramontane, 35e année, n° 340, p. 417-421.

Mallet G.

2003, Églises romanes oubliées du Roussillon, Presses du Languedoc.

Marez A.

1932, « La vie de Saint-Martin du Canigou et de Saint-Michel de Cuxa aux xviie et xviiie siècles », Cahiers d’histoire et d’archéologie, Revue méridionale, t. 4, p. 264-270.

Oleguer M., Bouille M. et Colomer C.

1978, Dispersion et reconstruction de l’abbaye de Saint-Michel-de-Cuxa, Terre Catalane, éd. Eole, p. 139-148.

Orseolo M.-P.

1952, L’abbaye de Saint-Michel de Cuxa, Perpignan, éd. Comet, 90 p.

Poisson O.

1995, « Cuixà als temps moderns », dans Catalunya Romanica : La Cerdanya, el Conflent, tome VII, Barcelone, p. 368-371.

Ponsich P.

1952, Études Roussillonnaises, n° 2.

1970, « Saint-Michel de Cuxa du ixe au xiie s. », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, avril 1970, n° 1, p. 19-26.

1980, « Saint-André d’Eixalada et la naissance de l’abbaye de Saint-Germain de Cuxa (840-879) », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, n° 11.

Puig i Cadafalch J.-P.

1938, « L’architecture mozarabe dans les Pyrénées méditerranéens : Saint-Michel de Cuxa », Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, t. 14, Paris.

Robert de Hesseln M.

1771, Dictionnaire universel de France, in-8°, t. V, Paris.

Stym-Popper S.

1955, « L’abbaye de Saint-Michel-de-Cuxa », Congrès archéologique de France, CXII Session, Le Roussillon, Paris.

Uhde-Stahl B.

1977, « La chapelle circulaire de Saint-Michel de Cuxa », Cahiers de civilisation médiévale, XX, 80, 1977, p. 339-351.

Viallet J.

1964, Le monastère de Saint-Michel de Cuxa, imprimerie Roca, Prades, 63 p.

Vidal P.

1891, « Notes sur l’abbaye St-Michel de Cuxa », Bulletin historique et philosophique du comité des travaux historiques et scientifiques, p. 110-127.

Haut de page

Notes

1 La synthèse historique a été rédigée par Aline Molinier, principalement à partir de publications sur Saint-Michel de Cuxa, notamment par Pierre Ponsich et Marcel Durliat. La synthèse archéologique a été rédigée par Astrid Huser à partir des résultats issus des sondages (P. Alessandri) et de l’étude des élévations (A. Huser) sur l’emprise du logis du Grand Sacristain (Alessandri, Huser et Molinier 1999).

2 Opération réalisée du 6 avril au 11 juin 1999 par P. Alessandri (fouilles, Inrap), A. Huser (étude de bâti, Inrap) et A. Molinier (études documentaires) avec la collaboration de S. Bonnaud (technicien Inrap), C. Bouttevin (anthropologue Inrap), X. Chadefaux (topographe Inrap) et A. Recolin (DAO Inrap).

3 Bernard 1993, p. 152.

4 À partir de cette date, « l’abbaye d’Exalada appartient au passé, la communauté change de nom et il ne sera plus question de Saint-André dans les textes », Ponsich 1952, p. 22.

5 Ibid., p. 18.

6 Ibid., p. 24.

7 Pierre de Maraca, qui a publié le texte, l’a identifié comme une lettre que le moine adressait à son abbé Oliba alors qu’il s’agissait d’un sermon de consécration comme l’a démontré Junyent 1951.

8 Durliat 1964, p. 40.

9 Ponsich 1952, p. 42 ; Durliat 1964, p. 41.

10 Poisson 1995, p. 368.

11 Le Dictionnaire universel de la France de 1771, dans un article consacré aux abbayes de l’ordre de Saint-Benoît en Roussillon, relève ainsi : «L’ordre de Saint-Benoît a des abbayes riches et célèbres dans la province du Roussillon. La principale est l’abbaye de Saint-Michel de Cuxa ; cette abbaye appartient à des bénédictins non réformés. Les religieux y vivent en leur particulier ; ils ont chacun leur maison [...] »  ; Robert de Hesseln 1771, p. 646.

12 AD Pyrénées-Orientales, 1 Qp 266, la description du monastère de Saint-Michel-de-Cuxa et de son enclos mentionne : une église, sacristie, clochers ; la maison abbatiale, le grand jardin, le petit jardin, le cloître, ainsi que quatorze autres maisons (dont celles du camérier, du prieur, de l’organiste, et la maison servant de cave), éventuellement dotées de grange et jardins.

13 Font 1881, p. 342.

14 Oleguer et al. 1978, p. 62.

15 Diskant 1992, p. 136.

16 Oleguer et al. 1978, p. 63.

17 Poisson 1995, p. 370.

18 Oleguer et al. 1978, p. 98.

19 Poisson 1995, p. 371.

20 Des nécropoles organisées du haut Moyen Âge sont connues dans ce secteur dans les communes d’Estagel, lieu-dit las Tumbas (fouille Lantier 1946-1949) et de Tautavel, lieux-dits lo Cimenteri (fouille Abélanet 1976) et lous Poujols (fouille Alessandri 1987).

21 L’équipe des fouilles (1952-1953) était constituée de l’architecte en chef des Monuments historiques S. Stym-Popper et des membres de la revue Études roussillonnaises – M. Durliat, P. Ponsich et A. de Pous ; Stym-Popper 1955.

22 Ponsich 1952 ; Id. 1970 ; Durliat 1964 ; Uhde-Stahl 1977 ; Heitz 1980.

23 Huser 2000.

24 Uhde-Stahl 1977.

25 Ponsich 1995.

26 G. Mallet, maître de conférences, université Paul Valéry, Montpellier, a consacré l’essentiel de ses recherches et de sa thèse de doctorat (1992) à l’art médiéval et notamment aux cloîtres démontés (Mallet 2003).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Reprise numérisée du plan de l’abbaye Saint-Michel de Cuxa (1779).
Crédits Archives de Saint-Michel de Cuxa, DAO A. Recolin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. 2 Vue aérienne des années 1960 de l’abbaye de Saint-Michel de Cuxa (carte postale).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Fig. 3 Emplacement de l’intervention archéologique de 1999, emprise du logis du Grand Sacristain sur fond du plan d’Argenteuil, 1992.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Fig. 4 Sépulture antérieure à la mise en place du bâtiment du xe siècle, jeune femme et périnatal.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 5 Phasage, état 1 (xe siècle), le bâtiment initial.
Crédits Réalisation A. Huser, DAO A. Recolin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Fig. 6 Mur est du bâtiment initial, côté cloître, avec trois arcs outrepassés, état du xe siècle.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 701k
Titre Fig. 7 Mur est du bâtiment initial côté cloître avec trois arcs outrepassés.
Crédits Relevé, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Fig. 8 Face interne du mur est du bâtiment initial, tronqué au sud par la crypte au xe siècle, et traces de l’arc outrepassé.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 9 Mur est du bâtiment initial, état 1.
Crédits Relevé, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin, 1999
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre Fig 10 Face interne du mur est du bâtiment initial, conservé sur sa hauteur initiale avec arc outrepassé médian, état du xe siècle.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 11 Détail de l’arc outrepassé médian avec enduit coloré.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 12 Mur ouest du bâtiment initial.
Crédits Relevé S. Bonnaud, A. Huser, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 13 Implantation des sondages.
Crédits DAO A. Recolin, P. Alessandri
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Fig. 14 Évaluation archéologique de 1999, sondage 8.
Crédits Relevé, mise au net et DAO P. Alessandri
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 15 Phasage, état 2 (xie siècle).
Crédits Réalisation A. Huser, DAO A. Recolin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 16 Mur de la crypte passant derrière le mur tronqué du bâtiment initial.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 958k
Titre Fig. 17 Mur nord de la crypte et galerie, état du xie siècle.
Crédits Relevé, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Fig. 18 Mur de la crypte et de la galerie nord, état 2 du xie siècle.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 967k
Titre Fig. 19A Mur de la crypte et de la galerie nord, état 2, détail des joints au fer.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Fig. 19B Détail de deux types de joints différents sans discontinuité dans la construction.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Fig. 20 Restitution de la configuration initiale possible de la chapelle de la Trinité, d’après les observations archéologiques, sur fond du plan d’Argenteuil (1992).
Crédits Réalisation A. Huser, DAO A. Recolin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 21 Vue générale de la chapelle de la Trinité à partir du chœur.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre Fig. 22 Vue de l’écoinçon sud-est, chapelle de la Trinité.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 23 Détail des joints au fer avec badigeon, chapelle de la Trinité.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Fig. 24 Mur nord de la galerie nord, élévation intérieure.
Crédits Relevé, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 25 Plan et coupes, sondage 1.
Crédits Relevé et DAO P. Alessandri
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Fig. 26 Vue du sondage 1.
Crédits Cl. P. Alessandri
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 27 Vue de l’extrémité ouest du mur nord à la jonction entre le mur initial et la reprise à la suite de l’effondrement partiel de la bâtisse (période intermédiaire xve-xviie siècle).
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Fig. 28 Plan du sondage 3, 2e travée, galerie nord, sol de circulation, emmarchement et palier initiaux, sépultures postérieures.
Crédits Réalisation P. Alessandri
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Fig. 29 Coupes avec sol de circulation initial, sondage 3, 2e travée, galerie nord.
Crédits Réalisation P. Alessandri
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Fig. 30 Coupe de l’emboitage de la crypte et de la galerie nord.
Crédits Réalisation P. Alessandri et X. Chadefaux
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Fig. 31 Vue de la porte initiale rebouchée donnant sur l’emplacement du cloître, 2e travée, galerie nord.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Fig. 32 Traces de l’arrachement de l’arc, 2e travée, galerie nord.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Fig. 33 a. Arc de la 4e travée, jonction de la galerie nord et des bas-côtés ; b. Vue générale et détail du pilier avec joints au fer.
Crédits a. Relevé, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin ; b. Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 34 Dernière travée de la galerie sud voûtée en plein-cintre.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Fig. 35 Galerie et bas-côtés, extérieur cloître.
Crédits Restitution A. Huser, topographie X. Chadefaux, DAO A. Recolin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Fig. 36 Fenêtre et traces d’arrachement de voûte, 4e travée, galerie nord.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 37 Vue du bas-côté nord de l’église Saint-Michel et cloître roman.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Fig. 38 Jonction extérieure des bas-côtés et de la dernière travée de la galerie nord.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Fig. 39 Vue extérieure de la galerie nord avec bandeau décoratif, cintre de la porte latérale de la galerie et reprise de l’élévation.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Fig. 40 Restitution altimétrique des bâtiments dans la pente et des toitures.
Crédits Réalisation A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Fig. 41 Ouverture aménagée pour accéder à l’extrados de la voûtede la crypte et clef trouvée dans le passage.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 42 État 3, xve-xviie siècle.
Crédits Réalisation A. Huser, DAO A. Recolin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Fig. 43 Cloisonnement du bâtiment xe siècle, côté sud. De droite à gauche : mur de refend, mur du bâtiment initial et prolongation du bâtiment vers l’ouest (appareil en arête-de-poisson).
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 44 Cloisonnement du bâtiment initial (xe siècle) ; côté sud.
Crédits Relevé, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre Fig. 45 Reprise de l’ancien mur est du bâtiment initial (xe s.).
Crédits Relevé, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Titre Fig. 46 Mur extérieur est du bâtiment initial avec porte cintrée rebouchée et porte monumentale moderne.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 793k
Titre Fig. 47 Mur extérieur nord de la crypte et galerie nord, états 3 et 4.
Crédits Relevé, phasage et mise au net A. Huser, DAO A. Recolin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Titre Fig. 48 État 4 (xviie-xviiie siècle).
Crédits Réalisation A. Huser, DAO A. Recolin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Fig. 49 Façade ouest du logis du Grand Sacristain.
Crédits Relevé S. Bonnaud, DAO S. Bonnaud
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Fig. 50 Vue extérieure de la façade ouest du logis du Grand Sacristain.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Titre Fig. 51 Vue intérieure de la façade ouest du logis du Grand Sacristain.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 52 Vue de l’aménagement de l’escalier, logis du Grand Sacristain.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 827k
Titre Fig. 53 Mur transversal, rez-de-chaussée du logis du Grand Sacristain.
Crédits Relevé et DAO S. Bonnaud
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Fig. 54 Différents aménagements modernes : four, pavage, fenêtre et faux-plafond stuqué.
Crédits Cl. A. Huser
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10392/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 735k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Alessandri, Astrid Huser et Aline Molinier, « Le logis du Grand Sacristain 
de l’abbaye Saint-Michel de Cuxa, Codalet (Pyrénées-Orientales) », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 43-84.

Référence électronique

Patrice Alessandri, Astrid Huser et Aline Molinier, « Le logis du Grand Sacristain 
de l’abbaye Saint-Michel de Cuxa, Codalet (Pyrénées-Orientales) », Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10392 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10392

Haut de page

Auteurs

Patrice Alessandri

Inrap

Astrid Huser

Inrap – UMR 5140

Articles du même auteur

Aline Molinier

Ex-Afan

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals