Navigation – Plan du site

Vestiges d’un habitat rural 
du xie siècle : 
le Nouzeau à Gurgy (Yonne)

An eleventh and twelfth century rural settlement : le Nouzeau at Gurgy (Yonne)
Eine ländliche Siedlung des 11. und 12. Jhs. in Le Nouzeau bei Gurgy (nördlich von Auxerre)
Virginie Jolly, Fabienne Ravoire, Vincent Legros, Olivier Putelat, Sylvain Aumard, Noëlle Deflou-Leca, Anne Bouquillon et Anne Bocquet-Liénard
p. 85-136

Résumés

Le site du Nouzeau à Gurgy (Yonne) est un habitat du Moyen Âge central, caractérisé par des structures fossoyées (cabanes excavées, fosses, silos) qui paraît assez isolé – mais la limite sud de son extension n’a pu être fouillée. Son statut a pu être appréhendé grâce à la découverte d’un outillage métallique abondant, varié et caractéristique. Un assemblage de restes fauniques témoigne des pratiques agro-pastorales spécifiques qui pourraient révéler un site d’élevage d’ovins, bien que des volailles, des porcs, des bovins et des équidés soient aussi présents. Des couteaux, une pointe de flèche et surtout des éléments de serrures, une coupelle et une clé de porte sont autant de témoins matériels singuliers dans un tel contexte. Le mobilier céramique, abondant, permet de dater le site et d’entrevoir ses réseaux d’approvisionnement en poterie de terre. Cette exploitation pourrait être liée à une dépendance monastique de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

La coordination scientifique du présent article a été réalisée par F. Ravoire. Remerciements à Benjamin Saint-Jean Vitus et Patrick Chopelain. L'infographie a été effectuée par Patrick Pihuit (Inrap).

1. Présentation du site
 (V. Jolly, F. Ravoire)

Fig. 1 Carte de localisation régionale du site.

Fig. 1 Carte de localisation régionale du site.

1L’extension d’une gravière a entraîné un diagnostic (2004) suivi d’une fouille (2005) au lieu-dit le Nouzeau, au nord du village de Gurgy (Yonne), à une dizaine de kilomètres au nord d’Auxerre (fig. 1). Sur le cadastre napoléonien, comme sur le cadastre actuel, le nom mentionné est la Nouzeau. Toutefois, actuellement, cartes, plans et habitants utilisent l’article masculin que nous conservons.

Fig. 2 Carte de localisation du site et de ses environs.

Fig. 2 Carte de localisation du site et de ses environs.
  • 1 Le diagnostic et la fouille ont été réalisés sous la direction de Katia Meunier (Meunier, Muller et (...)
  • 2 Meunier (dir.) 2007, p. 114-119.

2La fouille réalisée par l’Inrap, sous la direction de K. Meunier, a été justifiée par l’existence d’un vaste site du Néolithique1. Elle a aussi permis de révéler un habitat rural du Moyen Âge central (fig. 3). Le site médiéval n’a pu être fouillé dans son intégralité, car son secteur sud était en dehors de l’emprise prescrite. Toutefois, la zone découverte a été suffisante pour comprendre l’organisation des structures. Les vestiges médiévaux sont les dernières traces d’habitation. Quatre inhumations d’individus immatures, sans mobilier, situées dans l’angle nord-ouest du site, ont été fouillées. Elles ont été datées par 14C du viiie-ixe siècle2. L’étude de l’habitat daté du xie siècle par le mobilier céramique et métallique est le seul sujet de cet article.

Fig. 3 Carte de situation du site médiéval par rapport à la totalité du site fouillé en 2005.

Fig. 3 Carte de situation du site médiéval par rapport à la totalité du site fouillé en 2005.
  • 3 Saint-Jean-Vitus à paraître. Ce travail vient renouveler des travaux plus anciens sur le sujet (Bou (...)
  • 4 Prampart 1983, p. 2-3, pl. II-IV ; Ravoire 2009, p. 132-137.
  • 5 Violot 1994.
  • 6 Perrugot 1983.
  • 7 Lhomme et Muller 2000.
  • 8 Perrugot 1986 ; Chopelain 2009.

3L’habitat rural médiéval « sur poteaux de bois » est relativement bien connu en Bourgogne par des fouilles qui sont cependant encore peu publiées. Benjamin Saint-Jean-Vitus, dans une étude récente, a identifié une quinzaine de sites ruraux sur poteaux de bois relatifs au haut Moyen Âge et au Moyen Âge central dans l’Yonne3. Seuls cinq concernent la période xe-xie siècle. Quatre d’entre eux, Villemanoche4, Rozoy5, Béon6, et Monéteau7 (le plus proche de Gurgy) n’ont été fouillés que très partiellement, et le cinquième, Malay-le-Grand8, a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles mais pas encore d’une synthèse. Il paraît donc nécessaire de publier les données partielles qu’a apportées la fouille de Gurgy.

2. L’occupation du secteur d’après 
la documentation écrite du Moyen Âge 
(S. Aumard et N. Deflou-Leca)

  • 9 Les données présentées dans cette contribution ont été réunies dans un premier temps par les auteur (...)
  • 10 Les gestes des évêques d’Auxerre 2002, p. 172 : […] Chimiliacum villam cum ecclesia sancti Andree q (...)
  • 11 L’occupation altomédiévale de la plaine de Néron est connue depuis le xixe siècle par la découverte (...)

4Parmi les textes médiévaux évoquant l’occupation du secteur, aucun ne mentionne explicitement le toponyme le Nouzeau9. Toutefois, une dizaine d’entre eux font référence au cours du haut Moyen Âge à plusieurs autres localités, parmi lesquelles on compte les deux futurs centres paroissiaux les plus proches du site, attestés pour la première fois à la fin du ixe siècle et dans le courant du xe siècle : Chemilly serait le siège d’une villa dont dépend l’église Saint-André de Gurgy10. Ces sources, de nature diplomatique pour la plupart, concernent majoritairement le lieu-dit Néron situé à environ 500 m au nord de la zone fouillée. Proches du secteur étudié, ces mentions documentaires permettent d’éclairer les découvertes archéologiques11(fig. 2).

  • 12 Les gestes des évêques d’Auxerre 2002, p. 132.
  • 13 En 864, lors du concile de Pîtres (Courtois et al., 1989, p. 42, n° 7) ; le 20 juin 864, par Charle (...)
  • 14 … pro restauracione molendinorum … apud Neron… (Quantin 1860, n° 286, p. 306).
  • 15 Confirmation par le pape Clément III (Quantin 1860, n° 376, p. 386).
  • 16 Les gestes des abbés de Saint-Germain d’Auxerre 2011, p. 70-71.
  • 17 Les gestes des abbés de Saint-Germain d’Auxerre 2011, p. 128-129 (... Deinde non post magnum tempus (...)

5On voit apparaître la villa de Néron dans le courant du viiie siècle lorsqu’elle fait l’objet d’une donation de l’évêque d’Auxerre Haimar (siégeant de 720-735) aux moines de l’abbaye de Saint-Germain12. Ces derniers se voient ensuite confirmer ce bien à de multiples reprises pendant la période carolingienne13. En 1180, l’évêque donne à l’abbaye Saint-Germain une rente pour la réfection des moulins de Néron14. Néron est qualifié de grange (grangia) dans une confirmation pontificale de 118815. Lorsqu’à la fin du xiie siècle, l’abbé Raoul vend les droits de mainmorte, il exclut Néron des lieux touchés par cette décision16. Cette exception pourrait témoigner des relations que l’abbaye entend conserver avec certaines de ses exploitations agricoles et, ainsi, de la place relativement importante que ces dernières occupent dans le temporel. Au xive siècle, Gaucher, « administrateur » de Néron sous l’abbatiat de Gui de Munois (1285-1309), entreprend d’accroître les possessions du domaine et d’y réaliser des plantations17.

  • 18 Quantin 1860, n° 238, p. 382.
  • 19 Les gestes des abbés de Saint-Germain d’Auxerre 2011, p. 138-139.

6À partir du xiie siècle, une seigneurie dépendant de Saint-Germain d’Auxerre est attestée à Gurgy18. Sa dotation, sous l’abbatiat de Gaucher Dignon de Cheu (1309-1335)19, en plusieurs bâtiments – chapelle, pressoir et grange – paraît à la mesure du dynamisme économique impulsé par l’établissement monastique dans ce secteur géographique.

  • 20 Cette répartition de l’habitat caractérise encore de nos jours plusieurs communes de l’Auxerrois, t (...)

7Bien que mentionnée comme entité foncière, la villa de Néron revêt une certaine réalité en termes d’occupation du sol. L’habitat lié à cette occupation peut avoir été localisé à Néron même ou dans les environs immédiats, ou encore avoir été constitué de plusieurs hameaux isolés20 et répartis sur l’ensemble du territoire de la villa. On imagine les moulins mentionnés au xiie siècle localisés de préférence sur la rive droite de l’Yonne, près de la ferme actuelle, ou peut-être à la Meunière, toponyme évocateur situé dans un méandre, à environ 1 000 m au sud. La grangiam de Neiron mentionnée en 1188 peut, elle aussi, désigner une occupation localisée à Néron ou, à l’instar de la villa carolingienne, le point central d’un terroir auquel seraient rattachées des zones d’habitats et/ou d’activité, parmi lesquelles le Nouzeau et la Meunière.

  • 21 Zadora-Rio 2001 ; Vue 1997.

8Le secteur d’habitat identifié par les fouilles semble s’insérer dans ce territoire. La localisation des vestiges ainsi que la qualité du mobilier retrouvé engagent ainsi à envisager la possibilité que le site ait appartenu à l’abbaye Saint-Germain. Le fait que le toponyme le Nouzeau n’apparaisse pas dans la documentation médiévale traduit peut-être tout simplement son caractère tardif, à l’instar de ce que l’on sait maintenant de l’extraordinaire complexité de la genèse, de la transmission et du déplacement des noms de lieux21.

3. L’habitat : description des structures archéologiques (V. Jolly)

Fig. 4 Plan du site et des structures médiévales mises au jour.

Fig. 4 Plan du site et des structures médiévales mises au jour.

9Les structures médiévales, situées au sud-ouest de la fouille, couvrent une superficie d’environ 3 000 m2 (fig. 4). Ce sont principalement des fosses de type silo, des trous de poteau et des fonds de cabane. Ces structures semblent s’organiser le long d’un ancien chemin. La qualité du sédiment (gravier beige meuble et marbré de brun) et la forte densité des structures dans certaines zones ont pu empêcher une bonne lecture des vestiges : quelques structures n’ont peut-être pas été repérées. Le mobilier retrouvé dans trente-cinq structures permet de les dater du Moyen Âge.

3.1. Les structures médiévales

3.1.1. Les bâtiments sur poteaux (fig. 5)

Fig. 5 Plan des bâtiments 1 et 2.

Fig. 5 Plan des bâtiments 1 et 2.
  • 22 Saint-Jean-Vitus à paraître ; Gentili 2008a ; Id. 2008b, p. 271.
  • 23 Peytremann 2003.

10Deux bâtiments à six trous de poteau ont été repérés et fouillés, malheureusement sans aucun mobilier associé. De ce fait, on ne peut que supposer qu’ils appartiennent à cette période. Ces trous sont comblés par du limon argileux brun. Le bâtiment 1, orienté SO-NE, mesure 6,50 m de long par 4,90 m de large. Le bâtiment 2, axé nord-sud, mesure 7,60 m de long par 6,40 m de large. Leur superficie oscille entre 32 et 49 m2, module que l’on observe également dans des sites bourguignons et franciliens du xie siècle22. Ces bâtiments sont interprétés comme des greniers, ce qui est également suggéré par leur situation à l’écart de la zone de fonds de cabane et de fosses. La distance qui sépare ces bâtiments – moins de 120 m – peut évoquer, malgré les limites de l’emprise de la fouille, un habitat au plan lâche-resserré23.

11Par ailleurs, une dizaine de trous de poteau sont disséminés dans le secteur médiéval et leur état de conservation n’a pas permis de reconstituer quelque aménagement que ce soit.

3.1.2. Les fonds de « cabane » excavés

  • 24 Les structures 53, 55, 59, 66, 89, 90 et 126.

12La fouille de Gurgy a mis au jour sept structures de grandes dimensions24, présentant, sur les bords ou dans le fond de l’excavation, des creusements à intervalles réguliers. Dans les fonds de cabane, comme dans les fosses, le terrain en gravier meuble, favorisant l’effondrement des parois, a souvent rendu difficile la fouille ou le relevé de ces trous de poteau. Malgré tout, nous avons pu déterminer deux types de fonds de cabane, quatre quadrangulaires et trois subcirculaires. Les deux types de structures sont disséminés sur l’ensemble de la zone d’habitat.

Typologie de ces structures

Fig. 6 Plan et coupes du fond de cabane st. 55.

Fig. 6 Plan et coupes du fond de cabane st. 55.

13Les structures 55 (fig. 6), 59, 89 (fig. 7) et 90 (fig. 8) forment le premier groupe de fonds de cabane quadrangulaires. La plus grande, la structure 55, mesure 4,10 m de long par 3,12 m de large, et 1,20 m de profondeur (fig. 6), alors que la plus petite, la structure 59, ne fait que 1,90 m par 1,60 m et 0,95 m de profondeur (fig. 7). Les dimensions importantes de l’excavation 55 et le sédiment meuble dans lequel elle a été creusée impliquent que les parois de cette cabane devaient être renforcées de bois. Le profil du creusement est plus ou moins renflé et suggère la présence de troncs de petites sections ou de planches placés horizontalement. Cette structure recoupe une fosse circulaire (st. 56, fig. 6).

Fig. 7 Plans et coupes des fonds de cabane st. 59, st. 66, st. 89 et st. 126.

Fig. 7 Plans et coupes des fonds de cabane st. 59, st. 66, st. 89 et st. 126.

Fig. 8 Plans et coupes des fonds de cabane st. 53 et st. 90.

Fig. 8 Plans et coupes des fonds de cabane st. 53 et st. 90.

14Les structures 53 (fig. 8), 66 et 126 (fig. 7) sont des fonds de cabane de plan subcirculaire. D’un diamètre oscillant entre 1,70 m et 2,60 m pour une profondeur de 0,56 à 0,88 m, ils sont légèrement plus petits que les fonds de cabane quadrangulaires. Les excavations 66 et 126 présentent une similitude, une marche à mi-pente faisant tout le tour de la structure, probablement destinée à recevoir l’assemblage de bois soutenant la couverture (fig. 7). La présence de petits creusements (trous de poteau) au niveau de ce ressaut dans la structure 126 appuie cette hypothèse.

  • 25 L’étude réalisée dans le cadre du rapport de fouille par Sylvie Coubray (anthracologue à l’Inrap) s (...)

15Malgré les dimensions de ces structures, leur remplissage n’est constitué que de 3 à 8 couches différentes, ce qui est relativement peu, et implique un comblement relativement rapide. Ces couches sont constituées d’une alternance de limons dont certains étaient mêlés de charbons de bois. Dans les structures 55 et 89, des lentilles de charbon de bois ont été prélevées pour analyse. L’étude anthracologique d’un échantillon issu d’une couche profonde, charbonneuse et rubéfiée de la st. 55 (us 7), a permis de déterminer qu’il s’agissait probablement de bois d’œuvre25 utilisé dans un foyer ou provenant de l’incendie de la structure.

  • 26 Cf. étude archéozoologique de O. Putelat.

16La structure 53 présente une lentille de charbon de bois au centre, en fond de fosse. Toutefois l’absence de cendres ou de traces de rubéfaction ne permet pas d’identifier le type de feu ou la provenance de ces charbons. Le mobilier est identique à celui trouvé dans les fosses, tant pour les écofacts que pour les artefacts. Ainsi, la même sur-représentation de caprins est constatée, alors que le radius d’un équidé, issu de la structure 59, est l’un des seuls os longs de grand mammifère trouvé sur le site26. La céramique est présente dans la plupart des structures, les fonds de cabane 66 et 126 n’ont fourni que ce type de mobilier. Le mobilier métallique est composé entre autres par une pointe de flèche (fig. 23, n° 1) issue de la structure 53, d’une partie de forces à tondre et d’un hameçon entier (fig. 23, n° 2, 4, 8, fig. 25, n° 7 ; fig. 27, n° 1) découvert dans le fond de cabane 55 (us 7 à 13).

3.1.3. Les fosses

  • 27 Les fosses 15 à 18 semblent pouvoir être associées avec le fond de cabane 53 ; les fosses 40, 54, 9 (...)

17Vingt-sept fosses (silos ?) ont pu être dénombrées, treize ont été fouillées entièrement et d’autres partiellement. On distingue trois grands types de plans : polylobé, circulaire et quadrangulaire. Les creusements sont hémisphériques, en cuvette ou, plus rarement, en « V » (seulement trois exemples). Certaines de ces structures ont des excroissances latérales diamétralement opposées, vestiges de trous de poteau. En observant le plan général, on distingue deux groupes de quatre fosses disposées en losange et proches d’un ou deux fonds de cabane27. Toutefois, au vu de la densité des structures autour de l’un des groupes, il est difficile d’identifier un ensemble précis.

Typologie des fosses

  • 28 Les structures 15, 18, 39, 43, 54, 56, 58, 62, 63, 65, 68, 101, 111 et 117.
  • 29 Les structures 17, 40, 57, 62, 64, 70, 95 et 97.
  • 30 Les structures 16, 61, 75, 94, et 121.

18Quatorze de ces fosses sont de plan subcirculaire, avec un creusement en cuvette plus ou moins évasé28. En ce qui concerne les treize autres fosses, il est difficile de définir des ensembles cohérents de par leur forme et/ou leur remplissage. Neuf ont un plan polylobé29, et quatre sont subquadrangulaires30 en surface.

Fig. 9 Plans et coupes des fosses st. 17, st. 18, st. 54 et st. 94.

Fig. 9 Plans et coupes des fosses st. 17, st. 18, st. 54 et st. 94.

19Les structures subcirculaires ont leur creusement en « V » ou en cuvette. Le plan de certaines comme la st. 54 présente deux excroissances diamétralement opposées, vestiges de trous de poteau (fig. 9). Les fosses 15, 18 (fig. 9), 39, 54, 58 et 101 ont un diamètre qui oscille entre 1 m et 1,70 m pour une profondeur de 0,40 à 0,75 m. Le diamètre des structures 43, 56, 65, 68 et 111 varie entre 1,10 et 1,50 m pour une profondeur de 0,25 à 0,95 m. Celles-ci étaient comblées par un remplissage limoneux brun homogène, avec une densité variable de nodules de charbon. Le mobilier trouvé dans l’ensemble de ces fosses est sensiblement identique à celui découvert dans les autres.

  • 31 Seulement quatre fosses 16, 61, 75 et 94.

20Les structures quadrangulaires constituent le plus petit corpus de fosses31. Le profil des creusements est irrégulier (st. 94, fig. 9). Elles mesurent entre 1,50 et 1,70 m de long par 1,40 à 1,56 m de large pour une profondeur de 0,47 à 0,99 m. Toutes ont un comblement stratifié.

  • 32 Les fosses 17, 57, 62, 70 et 97.

21Les structures polylobées ont des profils variés : en « V », en cuvette, hémisphériques ou totalement irréguliers. D’une longueur comprise entre 1,30 et 2,35 m, elles sont larges de 0,78 à 1,75 m pour une profondeur de 0,30 à 0,96 m. Cinq d’entre elles32 ont un remplissage homogène (si l’on exclut les effondrements de parois), constitué de limon brun plus ou moins charbonneux, que l’on a pu rencontrer dans les fosses subcirculaires (st. 17, fig. 9). Les quatre autres ont fait l’objet de multiples comblements (st. 18, fig. 9).

  • 33 Les fosses 16, 18, 40, 54, 56, 57, 58, 61, 63, 64, 65, 68, 95 et 101.

22Enfin, sur les vingt-sept fosses repérées, au moins quatorze33 ont fait l’objet d’un ou plusieurs « recreusements ». Aucune corrélation n’est possible entre cette pratique et la typologie des fosses, leur emplacement ou le mobilier qu’elles contiennent : il s’agit vraisemblablement de réemployer des structures préexistantes, le comblement étant plus meuble que le sol.

  • 34 Nous remercions Stéphane Büttner du Centre d’Études Médiévales d’Auxerre pour nous avoir fourni dur (...)

23Un grand nombre de blocs et galets34 en grès ou en granite ont été extraits de plusieurs de ces structures, ainsi que quelques silices et conglomérats en grès ferrugineux. Dans la fosse 18, ont été découvertes deux dalles de calcaire à lumachelle (avec une grande concentration de fossiles) datées du Crétacé inférieur (Barrémien ou Hautérivien). On ne connaît pas aujourd’hui la provenance de ces blocs très utilisés dans la construction (notamment à Auxerre) au xive siècle. Si 95 % des blocs du site proviennent du système alluvionnaire, ces deux dalles ont été prélevées dans un gisement autre, car elles ne portent pas de traces d’érosion hydraulique. La plupart des galets de grès et de granite portent aussi les marques d’une exposition à de fortes chaleurs, et des éléments de parois de fours ont été découverts dans les fosses 16 et 64. Les fosses 15, 16, 17 et 18 (fig. 9), bien que n’ayant pas le même plan, ont une caractéristique commune : un lit de blocs de grès et granite ayant subi de fortes chaleurs, plus ou moins en contact avec des plaques d’argile. Dans la structure 15, ce phénomène recouvre quasiment tout le fond de la fosse, alors que dans la structure 17, les nodules d’argile sont presque inexistants. En l’absence de traces de végétaux et de mobilier, il est difficile d’émettre une hypothèse expliquant la présence de ces couches.

24Aucune des structures datées de la période médiévale ne porte de traces de rubéfaction, et peu d’entres elles contiennent des cendres. On peut dès lors supposer que la ou les structures de combustion étaient situées hors emprise.

  • 35 Les structures 16, 18, 40, 54, 56, 62, 64, 94, 101 et 117d.

25Sur les vingt-sept fosses, seulement dix35 contenaient les trois principaux types de mobilier (céramique, métallique et faunique) qui subsistent généralement dans ces structures liées à un contexte d’habitat, et quatre ne renfermaient que de la céramique. Bien que plusieurs structures aient fourni différents types de mobilier, aucun recoupement susceptible de nous indiquer leur fonction n’a pu être mis en évidence.

3.2. Les structures non datées

26Dans le secteur médiéval, en plus des deux bâtiments vus plus haut, quelques structures (surtout des trous de poteau) n’ayant pas fourni de matériel n’ont pu être datées. Toutefois, la correspondance de certaines formes et dimensions, la pertinence de certains emplacements tendent à nous faire supposer que ces structures sont liées à l’occupation médiévale.

3.2.1. Les fosses et trous de poteau

27La morphologie et les dimensions des fosses st. 8 et st. 116 sont assez proches de celles des structures médiévales. De plan subcirculaire, elles ont un creusement en cuvette semblable à la structure 111 et une excroissance (trou de poteau). Elles sont de petite taille : environ 1 m de diamètre pour une profondeur de 0,60 m.

28Le comblement unique de la partie supérieure évasée de la structure 8 rappelle celui de la structure 97. Elles sont situées à l’extrême sud-ouest du secteur médiéval fouillé, proches de structures datées. Étant données les similitudes avec les fosses médiévales, on peut supposer, malgré l’absence de mobilier, que ces deux structures appartiennent à la même période.

29Quatorze trous de poteau, dans lesquels aucun mobilier n’a été trouvé, devaient appartenir à des structures qui n’ont pu être identifiées.

3.2.2. La structure atypique st. 51 (fig. 10)

Fig. 10 Plan et coupes des structures st. 51, 52 et 25.

Fig. 10 Plan et coupes des structures st. 51, 52 et 25.

30Deux trous de poteau (st. 25 et st. 52), placés de part et d’autre d’une structure annulaire st. 51, paraissent liés à cette dernière. Leur creusement en cuvette a un diamètre de 0,75 m, pour une profondeur de 0,20 à 0,36 m. Leur comblement est quasiment identique aussi, si ce n’est que le trou de poteau 52 recoupe une structure de combustion néolithique, et que son remplissage est légèrement plus charbonneux. À mi-distance entre les deux trous de poteaux, le creusement annulaire présente un plan très irrégulier, son diamètre extérieur est de 3,20 m, pour un diamètre intérieur de 1,50 m. Le creusement, irrégulier lui aussi, oscille entre 0,06 et 0,18 m de profondeur. En l’absence d’autres structures, ou de mobilier, il est difficile d’émettre des hypothèses sur l’origine ou même l’utilisation de ce creusement. Pourtant, nous pouvons supposer que ces trois structures 25, 51 et 52 sont liées, et qu’elles témoignent d’une activité impliquant un mouvement rotatif répétitif ou une structure circulaire (meule, pressoir…). À ce jour, il ne semble pas que d’autres creusements de ce type aient été référencés dans cette région ou celles environnantes pour la période concernée.

4. Le mobilier céramique du xie siècle 
(F. Ravoire avec la collaboration d’A. Bouquillon 
et A. Bocquet-Liénard)

4.1. Distribution du mobilier par structures

  • 36 Les tessons résiduels sont très peu nombreux : 17 tessons gallo-romains et 5 protohistoriques. Ils (...)

31Sur les cinquante-cinq structures médiévales (ou supposées telles en l’absence de mobilier) que compte le site, trente-six ont livré du mobilier céramique (fig. 11 et 19). Son morcellement n’a pas permis la reconstitution de récipient. Seule la fosse st. 18, la plus riche du site en quantité de fragments, a permis de recoller deux vases, qui restent toutefois très incomplets. Pour l’essentiel, le mobilier est composé de fragments supérieurs de vases. Au total, ce sont 909 restes dont 22 sont résiduels qui ont été quantifiés et inventoriés36, représentant une masse de près de 11 kg de céramique.

Fig. 11 Tableau de distribution des céramiques par structures, en NR et en NMI.

Fig. 11 Tableau de distribution des céramiques par structures, en NR et en NMI.
  • 37 Lefèvre et Mahé 2004, p. 143.

32La reconnaissance du nombre de récipients s’est faite par les méthodes du NMI (nombre minimum d’individus qui est de 115) et du NTI (nombre d’individus typologiquement identifiables qui est de 67) (fig. 11). Comme plusieurs sites ruraux du xie siècle fouillés en Île-de-France, le site de Gurgy a livré peu de mobilier céramique au regard du nombre de structures, ce qui semble bien être une norme culturelle, sans doute liée au statut des sites de cette période37. Le nombre de récipients (en nombre minimum d’individus) par structure est très faible : entre 1 et 5. Seules les cabanes excavées st. 55, st. 53 et les fosses st. 16, st. 18 et st. 54 en ont livré 5 et plus. La répartition du nombre de restes par structures révèle que seules deux d’entre elles ont livré plus de 100 tessons (st. 18, st. 53), trois en ont livré entre 100 et 50 (st. 55, st. 16, st. 54), quatorze entre 50 et 10, enfin quinze moins de 10. Il s’avère donc que mis à part les structures st. 55 et st. 53, les cabanes excavées n’ont pas livré un mobilier céramique plus abondant que les fosses.

Fig. 12 Mobilier céramique du fond de cabane st. 53 et des fosses st. 16 et st. 15.

Fig. 12 Mobilier céramique du fond de cabane st. 53 et des fosses st. 16 et st. 15.

Fig. 13 Mobilier céramique de la fosse st. 18.

Fig. 13 Mobilier céramique de la fosse st. 18.

Fig. 14 Mobilier céramique du fond de cabane st. 55 et des fosses st. 56 et st. 57.

Fig. 14 Mobilier céramique du fond de cabane st. 55 et des fosses st. 56 et st. 57.

Fig. 15 Mobilier céramique du fond de cabane st. 66 et des fosses st. 54 et st. 94 et st. 40.

Fig. 15 Mobilier céramique du fond de cabane st. 66 et des fosses st. 54 et st. 94 et st. 40.

Fig. 16 Mobilier céramique du fond de cabane st. 89 et des fosses st. 75 et st. 101.

Fig. 16 Mobilier céramique du fond de cabane st. 89 et des fosses st. 75 et st. 101.

Fig. 17 Mobilier céramique des fosses st. 62, st. 68 et st. 63.

Fig. 17 Mobilier céramique des fosses st. 62, st. 68 et st. 63.

Fig. 18 Mobilier céramique du fond de cabane st. 59 et de la fosse st. 117d.

Fig. 18 Mobilier céramique du fond de cabane st. 59 et de la fosse st. 117d.

33Des hypothèses de regroupements du mobilier céramique peuvent être formulées en associant des structures en fonction de leur répartition spatiale. Quatre grands ensembles apparaissent, articulés autour des cabanes excavées. Le groupe le plus oriental comprend le fond de cabane st. 53 et les fosses 15, 16, 17 (fig. 12) et 18 (fig. 13) ; il est de loin le plus riche puisqu’il concentre près de la moitié du nombre des fragments de céramiques découverts sur le site (39,3 % du nombre total de tessons). Les ensembles formés du fond de cabane st. 55 et des fosses st. 56 et st. 57 (fig. 14), de la cabane st. 66 et des fosses st. 40, st. 54, st. 94 (fig. 15), du fond de cabane st. 89 et des fosses st. 75, st. 95, st. 101 (fig. 16), sont nettement plus pauvres. Par ailleurs, les fosses isolées telles que st. 62, st. 68, st. 63 (fig. 17) étaient, elles aussi, très pauvres en mobilier céramique, hormis les fosses st. 117d et st. 64 et le fond de cabane st. 59 (fig. 18).

4.2. Présentation du corpus

4.2.1. Les pâtes

  • 38 Lefèvre et Mahé 2004, p. 136.
  • 39 Lenoble 2000, p. 74.

34Les parois des céramiques sont assez épaisses, de l’ordre de 4 mm en moyenne. Les productions ont toutes été cuites en cuisson oxydante (type A réducteur-oxydant) : ce sont des pâtes claires (blanches ou crèmes) et des pâtes rougeâtres (beige rosé à rose saumoné, voire orangées à bistres). Parfois, notamment pour les pâtes saumonées à bistres, les cœurs peuvent être de couleur grise et les pâtes presque grésées. Ces dernières contiennent des nodules de chamotte, généralement fins, et/ou des inclusions éparses de grains de quartz de taille moyenne, visibles à l’œil nu. Ces pâtes sont fines et feuilletées, douces au toucher (groupe 1 voir 4.3.1). La part des céramiques qui présentent des inclusions moyennes visibles en surface, appelées pâtes « semi-fines » en Île-de-France38, où elles sont attestées sur la quasi-totalité des sites du xie siècle, est importante (groupe 2 voir 4.3.1). Il est en de même en Champagne où les céramiques trouvées sur les sites d’habitats de l’Aube datés entre le début du xe siècle et le début du xiie siècle présentent aussi des inclusions fines ou moyennes, souvent non visibles à l’œil nu39. Enfin, quelques céramiques à grosses inclusions dites « granuleuses », ne représentent que 0,4 % du mobilier de Gurgy et sont considérées comme résiduelles.

4.2.2. Les décors

  • 40 Delor 2009, p. 13.
  • 41 Poil 2000, p. 450.
  • 42 Lefèvre et Mahé 2004, p. 137-138.

35L’utilisation de la glaçure n’a pas été observée sur les céramiques de Gurgy. Les céramiques glaçurées, bien que rares à la période carolingienne et autour de l’an Mil, n’en sont pas moins présentes sur certains sites. Un fragment de céramique à glaçure jaune verdâtre a été découvert sur le site rural des Pâquis à Malay-le-Grand (Yonne)40. Les niveaux carolingiens du site abbatial de Saint-Germain d’Auxerre ont livré plusieurs bols ou écuelles à pâte blanche pourvus d’une telle glaçure41. En Île-de-France, les premières céramiques glaçurées, de teinte jaune verdâtre, apparaissent à la fin du ixe et au xe siècle, mais elles demeurent très rares en milieu rural42.

  • 43 Lenoble 2000, p. 77
  • 44 Lefèvre et Mahé 2004, p. 136.
  • 45 Husi 2005.
  • 46 Devevey 2005, p. 17.
  • 47 Muller 2004, fig. 6.
  • 48 Delor 2009, p. 12.

36Le décor à la molette répandu sur les céramiques mérovingiennes et, dans une moindre proportion, sur les céramiques carolingiennes, que ce soit en Champagne43 ou en Île-de-France44, est presque absent du site. Un seul petit fragment de panse à pâte fine bistre, portant un décor de larges losanges, a été retrouvé dans la fosse st. 101 (fig. 16, n° 8). Ces molettes larges avec estampe losangique se retrouvent assez couramment sur des productions du xie ou du xiie siècle que ce soit en Île-de-France ou dans plusieurs villes du centre-ouest de la France45. Sur le site auxerrois des Brichères, un tesson à pâte beige portant une molette assez semblable a été découvert en association avec des tessons datés des xe-xie siècles46. Sur le site du Petit Coignot à Monéteau (Yonne), une panse d’oule, à pâte sableuse beige orangé, portait un décor estampé à la molette47, aux Pâquis à Malay-le-Grand, ce type de décor a été identifié sur un tesson48.

37Une très petite partie des céramiques de Gurgy est peinte. Ce décor a été observé sur 10 % des tessons à pâte blanche, 13 % des pâtes claires et seulement 4,5 % des pâtes plus sombres (beige rosé, beige orangé, bistre). Un fragment en pâte orangée présente peut-être des traces de peinture. Sur tous les récipients ou fragments où il a pu être observé, ce décor peint semble, de par la finesse et la régularité des traits et des espacements obtenus, avoir été effectué à l’aide d’un peigne à plusieurs branches (décor de « flammules ») sauf pour une panse de pichet (?) de la structure 16 (fig. 12, n° 6), et ce, quel que soit le type de récipient (oule, cruche, écuelle) ou la pâte utilisée. On relève une cruche à bec pincé à pâte fine légèrement rosée (st. 53, fig. 12, n° 1) ; une oule à pâte « semi-fine » blanche avec surface orangée (st. 117d, fig. 18, n° 7) ; une oule à pâte « semi-fine » rose (st. 66, fig. 15, n° 1) ; une écuelle à pâte « semi-fine » crème et rose (st. 54, fig. 15, n° 4). Des décors peints sont également visibles sur une anse de cruche à pâte fine blanche (st. 89, fig. 16, n° 2) ; un bord d’oule à pâte fine crème à cœur rose (fig. 16, n° 7) et un goulot de bouteille à pâte « semi-fine » blanche (st. 59, fig. 18, n° 2).

4.2.3. Le répertoire des formes (fig. 19)

  • 49 Simonin et Delor-Ahu 2007 ; Renimel 1974.
  • 50 Husi 2005, p. 10-20.

38Typologiquement, les céramiques médiévales bourguignonnes de Gurgy se rattachent aux faciès francilien et champenois. En effet, les céramiques du nord de la Bourgogne se distinguent – à la fois par la pâte et par la forme – des productions du sud de la région, en particulier de celles des ateliers de Sevrey (Saône-et-Loire)49. Les productions du Centre de la France, notamment celles du département voisin de la Nièvre, dont les fouilles du site de la rue Saint-Genest à Nevers constituent l’actuelle référence pour ces périodes (xe-xie siècle), sont également très différentes. De fait, les comparaisons avec la typologie mise en œuvre dans le second volet du PCR sur les céramiques de la moyenne vallée de la Loire50, auxquelles se rattachent les céramiques nivernaises, restent ponctuelles par rapport à ce site icaunais.

  • 51 Le site de la rue Bourneil à Auxerre daté du bas Moyen Âge a livré cependant des niveaux des xie-xi (...)
  • 52 C’est le cas de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre (Poil 2000, p. 450-454), de Béon (Perrugot 1983), (...)
  • 53 Lenoble 2000.
  • 54 Gentili 1988 ; Lefèvre et Mahé 2004 ; Guadagnin 2007, p. 66-122 ; Mahé 2002 ; Lefèvre 2009.

39Dans l’Yonne, aucune chronotypologie n’existe actuellement pour la céramique médiévale. Les comparaisons avec des sites du plein xie siècle sont exceptionnelles51, la plupart des sites de la transition haut Moyen Âge – Moyen Âge central sont datés par le mobilier associé du xe siècle ou début du xie siècle52. Les exemples champenois53 et surtout franciliens54 permettent de disposer de données chronotypologiques comparables.

4.2.3.1. Les formes fermées

40Le corpus attesté sur le site de Gurgy est assez restreint, comme c’est souvent le cas sur les sites du Moyen Âge central. Il est constitué presque exclusivement de formes fermées. Malgré la rareté des formes complètes, trois grands types de récipients ont pu être identifiés : les pots sans anse, autrement dénommés oules (oule 1, 2.0, 2.1a, 2.1b et 2.2) ; les pots avec une ou deux anses et un bec verseur dénommés cruches (cru 1, cru 2) ; les pots avec goulots qui peuvent appartenir soit à des bouteilles, soit à de grosses gourdes (fig. 19).

Fig. 19 Tableau de répartition du répertoire des formes (sur la base du nombre typologique d’individus [NTI] par structures.

Fig. 19 Tableau de répartition du répertoire des formes (sur la base du nombre typologique d’individus [NTI] par structures.
Oule à bord en bandeau
  • 55 Lefèvre et Mahé 2004, p. 140.
  • 56 Lenoble 2000, p. 75, fig. 2, n° 11-12, p. 76.
  • 57 Poil 2000, p. 453, fig. 471.
  • 58 Chopelain et al. 2005, fig. 54.
  • 59 Husi 2005.
  • 60 Jesset 2005, p. 104.

41Les oules à bord en bandeau constituent la forme la mieux représentée sur le site (23 NTI). La plupart des structures ayant des formes identifiables (NTI) contenaient des bords d’oules en bandeau (oule 2). Les bords en bandeau sont courts et divergents. Peu d’exemplaires d’oules en bandeau massif ou « proto-bandeau » (oule 2.0) ont été trouvés sur le site. Ils sont à pâte blanche (st. 55, fig. 14, n° 4 ; st. 75, fig. 16, n° 5 et 6) ou beige rosé (st. 94, fig. 15, n° 5). Les bords à proto-bandeau sont parmi les tessons médiévaux les plus anciens du site. En Île-de-France, ils apparaissent au cours du xe siècle55, tout comme en Champagne56. Cependant, les exemplaires de Gurgy, dont le bandeau présente des arêtes saillantes, nous semblent plus récents (première moitié ou milieu du xie siècle). Dans les fouilles de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre, parmi les céramiques à pâte blanche datées des xe-xie siècles, se trouvait un bord d’oule 2.057. Un autre exemplaire de proto-bandeau très similaire (mais à pâte orange) à celui des structures 75 et 94 a été trouvé à Auxerre (rue Bourneil)58. Dans les villes de la moyenne vallée de la Loire59 (Tours, Poitiers, Blois, Orléans), les oules à bord en bandeau (pot 2b) apparaissent au cours du xe siècle. À Orléans, ce type de céramique émerge dans la deuxième moitié du xe siècle, mais il faut attendre le xie siècle pour qu’il se diffuse60.

  • 61 Elles étaient datées du xive siècle dans Perrugot 1990, p. 257.
  • 62 Poil 2000, p. 453, fig. 471.
  • 63 Chopelain et al. 2005, fig. 54. Ont été datées du xiiie siècle (!) celles, à pâte blanche, découver (...)

42Les oules à bord en bandeau à face interne concave (oule 2.1) sont les plus répandues sur le site (16 NTI). Elles sont à pâte blanche sauf les exemplaires de la structure 66 qui sont à pâte rose. Le bord épaissi peut avoir une face externe « en crochet » sous le bandeau (2.1a) ou un bord légèrement plus haut avec une face interne concave adoucie (2.1b). Les premières ne sont attestées que dans quatre structures : st. 55 (fig. 14, n° 7), st. 59 (fig. 18, n° 5), st. 75 (fig. 16, n° 6) et st. 89 (fig. 16, n° 4). Les secondes (2.1b) sont présentes dans plusieurs structures : st. 15 (fig. 12, n° 8), st. 18 (fig. 13, n° 3, 5, 7), st. 56 (fig. 14, n° 10), st. 58, st. 59 (fig. 18, n° 6), st. 66 (fig. 15, n° 1, fig. 26), st. 68 (fig. 17, n° 3), st. 101 (fig. 16, n° 7). Un exemplaire archéologiquement complet provient de la st. 18 : sa pâte est blanche, la paroi épaisse, la surface a été tournassée, le fond épais et lenticulaire a été aminci (fig. 13, n° 7). Il présente de nombreuses traces de feu. L’exemplaire incomplet de la st. 66 est à pâte rose peinte de flammules (fig. 15, n° 1). La panse a un aspect cannelé. Elle porte aussi des traces de feu importantes sur le bas de panse. Des oules à bord en bandeau développé, à fond légèrement lenticulaire, ont été produites à Saint-Julien-du-Sault (Yonne)61. À Auxerre, on a trouvé des oules à pâte blanche similaires62 sur le site de l’abbaye Saint-Germain, et d’autres, à pâte orange, lors des fouilles de la rue Bourneil63.

  • 64 Lefèvre et Mahé, 2004, p. 140, pl. 26 n° 7.
  • 65 Poil 2000, p. 453, fig. 471.
  • 66 Chopelain et al. 2005, fig. 47, US 137, n° 1 ; fig. 48, US 212, n° 1 et 2.
  • 67 Perrugot 1987, p. 233, fig. 329.

43Les bandeaux peuvent aussi être à face interne rectiligne ou légèrement convexe et/ou avec une très légère gorge (oule 2.2). Ils sont assez bien représentés sur le site (9 NTI). Un fragment d’oule a été trouvé dans la structure 117d. Il est à pâte blanche « semi-fine » avec une surface légèrement orangée et porte un décor de flammules peintes au peigne à 5 dents (fig. 18, n° 7). La panse, très globulaire, est cannelée dans sa partie supérieure. Une autre oule, entière, est à panse ovoïde, tournassée près de la base, et à fond légèrement lenticulaire (st. 18, fig. 13, n° 6). Sa pâte blanche porte de fortes traces de feu. Les autres exemplaires sont uniquement représentés par des fragments de bords à pâte blanche (st. 18, fig. 13, n° 4 ; st. 53, fig. 19, n° 4 ; st. 57, fig. 14, n° 12 ; st. 59, fig. 18, n° 4), à pâte fine crème (st. 54, fig. 15, n° 2-3), à pâte bistre (st. 55, fig. 14, n° 8 ; st. 56, fig. 14, n° 11). Ce type de bord en bandeau n’est pas très répandu hors de la région. On en relève un exemplaire assez comparable sur une oule à pâte fine et blanche trouvée à Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne) dans un contexte du xie siècle64. À Auxerre65, dans le lot de l’abbaye Saint-Germain et sur le site de la rue Bourneil, des bords d’oule en bandeau à pâte blanche ou orangée comparables à ceux de Gurgy ont été trouvés66. À Champlay, hameau du Grand-Longueron, dans un contexte de découverte certes plus ancien (viie-viiie siècle), a été découvert un bord de céramique présentant une morphologie assez proche bien qu’il soit nettement plus éversé67.

Oule à bord horizontal

44En l’absence de forme complète, seul le diamètre du bord, en général supérieur à 10 cm, permet de distinguer les oules des cruches à bord de section rectangulaire avec une gorge sur la face supérieure. Les bords provenant des st. 53 (fig. 12, n° 3) et st. 63 (fig. 17, n° 5) appartiennent sans doute à des oules. Il en va de même de ceux découverts dans les st. 18 (fig. 13, n° 2) et st. 40 (fig. 15, n° 6), bien qu’il s’agisse là d’une variante de cette forme munie d’un dispositif verseur. Au total, on estime à 6 NTI le nombre d’oules de ce type (oule 1).

Cruches
  • 68 Chopelain et al. 2005, fig. 47, US 137, n° 1 et 2 ; fig. 55.
  • 69 Poil 2000, p. 453, fig. 469.
  • 70 Augereau et Meunier 2005, p. 31, fig. 21.
  • 71 Poterie 6d. Ils ont été interprétés comme des bords d’oules. Les comparaisons établies par l’auteur (...)
  • 72 Perrugot 1990, p. 257.

45Deux types de cruches ont été recensés sur le site : celles pourvues d’un bord horizontal à gorge supérieure et d’un bec verseur pincé étiré (cruche 1) ; celles pourvues d’un bord horizontal à gorge supérieure et d’un bec tubulaire tangent à la lèvre (cruche 2). Leurs cols sont resserrés. Plusieurs bords de type horizontal à gorge supérieure ont été retrouvés dans les st. 18, 53, 54, 55, 62, 63, 89, 94 et 121. Ils appartiennent, compte tenu de leur morphologie, à des cruches mais il n’est pas possible de savoir si ce sont des cruches à bec pincé ou à bec tubulaire. Les anses des cruches sont courtes, plates avec d’un côté un épaississement et de l’autre un repli latéral. Elles sont posées sur la face latérale du bord. Une seule anse présentant un décor estampé digité a été retrouvée dans la structure 59 (fig. 18, n° 3). Les décors estampés à motif de losanges sont répandus sur les productions des xie-xiie siècles. À Auxerre, les fouilles de la rue Bourneil ont livré une partie supérieure de gourde ou de bouteille (datée des xie-xiie siècles) présentant un décor festonné sur les anses et les rebords. Ce récipient était associé à un bord d’oule 2.168. Les cruches avec un bec verseur pincé et étiré sont peu nombreuses : st. 16 (fig. 12, n° 5-6), st. 53 (fig. 12, n° 1), st. 55 (fig. 14, n° 1). Les cruches avec bec tubulaire court posé sous le bord et qui vient s’accrocher sur le rebord (bec tubulaire tangent) ont été identifiées dans quelques structures. Toutes sauf une ont un bec à extrémité circulaire : st. 40 (fig. 15, n° 8), st. 56 (fig. 14, n° 9). Un seul est légèrement trilobé (st. 101, fig. 16, n° 9). Il paraît donc plus ancien que les autres. Dans la fosse carolingienne datée du xe-début xie siècle des fouilles de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre, ont été trouvées deux parties supérieures à pâte beige de cruches dont le bec tubulaire est légèrement resserré près du bord69. À Monéteau, deux cruches à pâte claire ont été retrouvées : l’une est représentée par un bord muni d’un bec tubulaire court ; la seconde l’est par une partie supérieure incomplète (il n’est pas possible de savoir s’il y avait un bec pincé ou un bec verseur tubulaire). Le col de ces cruches est court. L’anse courte s’accroche sur la lèvre et sur la partie supérieure de la panse qui est très globulaire70. Ces formes sont comparables à celles de Gurgy. À Auxerre, sur le site des Brichères (phase II), ont été mis au jour trois bords rectangulaires de cruche à pâte blanche ou à pâte rosâtre provenant d’une même structure71. Des cruches à bec tubulaire ont été produites plus tardivement à Saint-Julien-du-Sault72.

Bouteille
  • 73 Chopelain et al. 2005, fig. 55.
  • 74 Husi 2005.
  • 75 Lacroix 1997, p. 150, fig. 17, n° 4.

46Seuls deux goulots cannelés, très semblables, pouvant appartenir à une bouteille, ont été découverts sur le site : st. 55 (fig. 14, n° 6) et st. 59 (fig. 18, n° 2). La comparaison avec un goulot assez proche trouvé sur le site de la rue Bourneil73 indique que les récipients de Gurgy sont probablement de taille supérieure. Le goulot moins rétréci des exemplaires de Gurgy évoque plus la forme bouteille que la gourde. Que ce soit en Île-de-France ou dans les villes de la moyenne vallée de la Loire (Tours, Poitiers, Blois, Orléans)74, les formes fermées de type gourde ou bouteille semblent extrêmement rares entre le xe et le xiie siècle. Il en va de même sur les sites du nord du Bassin parisien. Sur les fouilles de la place du marché à Compiègne, par exemple, une bouteille de petite taille a été mise au jour dans un contexte daté des ixe-xe siècles. C’est le seul récipient de ce type a avoir été découvert sur un site dont l’occupation s’échelonne du ixe au xvie siècle75.

4.2.3.2. Les formes ouvertes

  • 76 Gentili 1988 ; Mahé 2002, p. 67.
  • 77 Ravoire 2006a.

47Trois formes ouvertes seulement ont été retrouvées sur le site : deux bols ou écuelles et une jatte (?). Pour cette dernière, il pourrait s’agir tout autant d’un couvre-feu. Signalons qu’aucune écuelle retaillée dans des cruches ou des oules n’a été retrouvée à Gurgy, alors que ces récipients sont répandus sur de nombreux sites ruraux du Nord de la France autour de l’an Mil76 et parfois beaucoup plus tard dans le Moyen Âge (par exemple dans la basse cour du château de Roissy au xiiie siècle77).

Bol ou écuelle
  • 78 Poil 2000, p. 450.
  • 79 Guyot 2006, p. 143.
  • 80 Augereau et Meunier 2005, p. 31, fig. 21.
  • 81 Ravoire 2007, pl. N.

48Ce sont des formes tronconiques, à panse légèrement convexe. Le bord est débordant. Le fragment le plus complet provient de la structure 54 (fig. 15, n° 4). La pâte est de couleur crème et rose intérieurement. Il porte un décor peint. Un autre fragment, assez semblable, en pâte crème, provient de la structure 40 (fig. 15, n° 7). Un exceptionnel ensemble de céramiques datées de la fin de la période carolingienne (courant xe-début xie siècle) a été mis au jour dans une fosse découverte lors des fouilles de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre. Il est composé majoritairement de formes ouvertes (des bols et des poêlons) en pâte « d’aspect orange ou beige et de pâte orange, beige ou grise »78. Comparés aux exemplaires d’Auxerre, nos deux fragments présentent des caractéristiques qui permettent de les dater d’une phase d’occupation bien plus récente. Ils se distinguent en effet par des parois plus épaisses, un bord beaucoup plus développé et débordant et sur l’un des exemplaires, d’un décor peint en flammules (fin du xie-début du xiie siècle). Aux Brichères (phase II), dans le comblement d’un fossé (st. 2.96), a été découverte une partie supérieure d’écuelle morphologiquement assez proche de celle de Gurgy, bien que le bord soit plus nettement débordant. Son diamètre est comparable (16 cm). La pâte de couleur grisâtre (cuisson réductrice) est légèrement micacée79. À Monéteau, un fragment d’écuelle à pâte claire, à bord débordant, a été mis au jour dans un contexte datable du xie-xiie siècle80. À Nevers, des exemplaires assez semblables, l’un pourvu d’une anse et le second de deux anses, ont été retrouvés dans la phase d’occupation du site datée du xie-xiie siècle81.

Jatte (?)
  • 82 Aubourg et Josset 2005, planche typochronologique des céramiques de Blois.
  • 83 Information de Nadine Mahé (Inrap) que nous remercions.

49La forme ouverte de grand diamètre n’est attestée que par un fragment de panse dans la structure 55 (fig. 14, n° 5). Les formes ouvertes de grand diamètre semblent assez rares aux xie et xiie siècles, que ce soit en Île-de-France ou en région Centre. Une seule comparaison a pu être faite avec ce fragment. C’est celle d’une coupe assez curieuse puisqu’elle possède un bec tubulaire mais à profil caréné comme notre exemplaire (coupe 6d). Ce récipient, unique à Blois, a été daté des ixe-xe siècles82. Des grands récipients carénés ont également été mis au jour dans l’ouest de la Champagne, non loin de Nogent-sur-Seine, dans des contextes ruraux datés des xie-xiie siècles83.

4.2.4. Analyse et datation du mobilier

Fig. 20 Histogramme de distribution des principales formes (en pourcentage sur le NTI).

Fig. 20 Histogramme de distribution des principales formes (en pourcentage sur le NTI).
  • 84 Faure-Boucharlat et Maccari-Poisson 1993, p. 191.
  • 85 Boüard 1976, p. 264-265.
  • 86 Ravoire 2002, p. 168. Sur 357 NTI, les oules comptent pour 60 % du corpus, contre seulement 21 % de (...)
  • 87 Faure-Boucharlat et Maccari-Poisson 1993, p. 191.
  • 88 Ravoire 2002, p. 168.

50Le vaisselier est composé d’un nombre d’oules légèrement supérieur à celui des cruches (51 % contre 42 % en pourcentage sur le NTI) (fig. 20). Ce résultat est particulièrement intéressant si on le compare à ceux obtenus sur d’autres sites des xe-xiie siècles, puisque, en général, les pots à cuire sont nettement prédominants. Par exemple, sur le site de Charavines-Colletière, daté des xe-xie siècles et qui a livré une quantité extrêmement importante de céramiques, les cruches et les gourdes sont peu nombreuses au regard des pots à cuire84. De la même façon, l’étude du mobilier céramique de la motte de Doué-la-Fontaine (Maine-et-Loire) a montré une très nette diminution de l’usage des récipients à liquide à partir du xie siècle (entre 950 et 1025)85. Autre comparaison, bien que légèrement postérieure à celle de Gurgy, l’occupation du xiie siècle du site rural de Roissy-en-France met en évidence une part également très importante des oules par rapport aux cruches86. Les formes ouvertes sont, on l’a vu, peu nombreuses. Cet aspect est inhérent aux sites de ces époques au cours desquelles les bols et les plats étaient très largement fabriqués en bois, comme l’ont montré les fouilles de Charavines-
Colletière87. À Roissy, sur l’important mobilier relatif aux occupations du xiie siècle, seules cinq tasses très incomplètes ont été dénombrées88. Il n’est pas possible de savoir si ces récipients possédaient une anse, voire deux anses.

51Enfin, les lampes à huile ne sont pas connues à Gurgy. Pourtant, cet objet est fréquent sur les sites ruraux, à partir du xie siècle, qu’il ait été fabriqué en terre cuite ou en pierre.

52Quel que soit le groupe technique, les récipients retrouvés dans les structures de Gurgy présentent, peu ou prou, les mêmes caractéristiques. Ils ont des parois épaisses. Les formes fermées, qu’ils s’agissent d’oules ou de cruches, ont une morphologie assez similaire, à savoir une panse globulaire, parfois ovoïde, un col très court surmonté d’un bord soit rectangulaire assez allongé, soit en bandeau, et un fond large, le plus souvent légèrement lenticulaire. Les fonds sont systématiquement repris et amincis après tournage, ce qui leur confère un plan de pose soit plat, soit légèrement convexe. Certains fonds portent des traces de l’enlèvement à la ficelle mais ils ont été amincis pour obtenir un profil légèrement concave. Les bas de panse et les fonds sont le plus souvent tournassés. Les hauts de panse présentent de larges cannelures.

  • 89 Boüard 1976, p. 265.
  • 90 Observations réalisées toutefois après lavage des tessons.

53Les traces d’usages importantes (surface noircie jusqu’à mi-panse) sont visibles sur toutes les oules à bord en bandeau, ce qui confirme leur fonction de pots à cuire. Le bord des oules est dans la plupart des cas noirci extérieurement mais pas intérieurement, ce qui suggère l’existence de couvercles, comme à Doué-la-Fontaine par exemple89. On peut supposer que ces couvercles étaient en matière périssable car aucun fragment de couvercle en céramique n’a été retrouvé sur le site. Par ailleurs, aucun dépôt de calcite qui suggérerait un usage de pot à bouillir les liquides, ou de dépôt organique, n’a été observé90.

  • 91 Lenoble 2000, p. 74.
  • 92 Lefèvre et Mahé 2004, p. 142.
  • 93 Fouilles de Vincent Goustard (Inrap). Voir Lefèvre et Mahé 2004, p. 142.
  • 94 Ravoire 2002, p. 172.
  • 95 Des analyses par ICP-AES ont été réalisées sur des oules à bord en bandeau mises au jour sur le sit (...)
  • 96 Voir les productions de l’atelier 10.21 et particulièrement la tessonnière G dans laquelle les oule (...)
  • 97 Lefèvre 2009, p. 221-234 ; Mahé 2002, p. 55-68.
  • 98 Fichet de Clairfontaine 1996, fig. XV, n° 2-4.

54Les céramiques de Gurgy présentent des pâtes claires, blanches à beige orangé, peu décorées, comparables à celles des sites champenois de la période fin du xe siècle-début du xiie siècle91. Des comparaisons avec l’Île-de-France voisine permettent d’étayer cette datation92. Sur le site potier de Saint-Maurice-Montcouronne (Essonne), la production d’un four, bien datée de la fin du xie siècle-début du xiie siècle par archéomagnétisme et par une monnaie de Philippe Ier, a livré un mobilier semble-t-il très comparable à celui que l’on retrouve à Gurgy : des productions à pâte claire, sableuse et relativement fine, composées d’oules à bord en bandeau, d’oules verseuses, de bouteilles et de cruches à bec tubulaire à deux anses93. À Roissy-en-France (Val-d’Oise), la phase la plus ancienne, datée de la fin du xie-première moitié du xiie siècle, a livré des céramiques à pâte blanche, peintes, dont près d’un tiers présentait des inclusions visibles en surface. Les formes étaient comparables à celles de Gurgy : des oules à bords en bandeau avec des fonds lenticulaires tournassés et des cruches à bec pincé94. La céramique de ce site de Roissy provient des ateliers de la vallée de l’Ysieux, comme l’ont confirmé plusieurs analyses chimiques95. La comparaison du mobilier céramique de Gurgy avec les productions de Fosses suggère une datation dans la seconde moitié du xie siècle96. La principale différence réside dans le décor peint qui, dans les productions de Fosses, a été réalisé en coulure et non au peigne. Trois sites de consommation franciliens du xie siècle ont livré des formes assez comparables (Serris, Bullion, Sonchamp), en particulier celui de Sonchamp (Yvelines) daté de la fin du xie-début du xiie siècle, bien que les décors peints y soient encore exécutés en virgule97. Enfin, la céramique de Gurgy peut être comparée aux productions de la fin du xie siècle d’un des ateliers de Chartres-de-Bretagne, qui présentaient, entre autres, des oules à bords en bandeau court développé, des cruches à bord horizontal et bec tubulaire, des oules verseuses et des formes ouvertes telles que jattes et cuviers98.

  • 99 Lacroix 2004, p. 100-101, fig. 22-23.

55La datation de ce mobilier nous paraît se situer dans les dernières décennies du xie siècle. Techniquement, notre propos est fondé sur la présence de pâtes « semi-fines », typiques du xie siècle, de vases à panse cannelée, à paroi épaisse et à fond lenticulaire aminci, et de décor peint avec un pinceau à branches, procédé décoratif dont l’usage est certes répandu à partir du xiie siècle mais qui est parfois attesté dès le xie siècle. C’est le cas dans l’officine de Goincourt (Oise), datée par archéomagnétisme du début du xie siècle, où ce décor est présent sur une petite partie de la production, au côté de décor peint en virgule99. Typologiquement, si des éléments morphologiques plus anciens comme le bec de cruche à embouchure resserrée ou les « proto-bandeaux » de certaines oules sont attestés, la grande majorité du mobilier et notamment les oules à bord en bandeau à parement développé et gorge interne marquée sont attribuables à la fin du xie siècle ou au début du xiie siècle.

4.3. La question de l’origine des céramiques (F. Ravoire, A. Bouquillon, A. Bocquet-Liénard)

  • 100 Perrugot 1987.
  • 101 Une officine de la fin du Moyen Âge, située en périphérie du castrum de la ville, place des Véens, (...)
  • 102 Jacob 1987. Non loin de là, à Ligny-le-Châtel, les sources textuelles attestent la présence d’une f (...)
  • 103 De Vinck 1991.
  • 104 Deborde 1996, p. 32, fig. 1 et p. 51-53.
  • 105 Dufournier 2000, p. 100.
  • 106 Les données publiées par D. Dufournier sur ces ateliers montrent des valeurs proches mais non conve (...)

56Dans l’Yonne, les gisements d’argiles affleurant sont nombreux. En dehors de l’artisanat de la tuile, les officines de poterie de terre médiévales connues par les textes sont rarissimes. En revanche, plusieurs ont fait l’objet de fouille : au nord du département, à Sens (rue de la Juiverie), et plus au sud, autour de Joigny (Saint-Julien-du-Sault et Dixmont)100 et d’Auxerre (Auxerre101, Montigny-la-Resle102 et Treigny103). L’hypothèse d’un approvisionnement à longue distance a également été envisagée. En effet, au nord-est de Gurgy, plusieurs ateliers situés dans l’Aube104, dans la région de Troyes (Villadin, Rumilly-les-Vaudes), et plus à l’ouest, dans celle de Nogent-sur-Seine et Montpothier, ont produit des céramiques à pâte kaolinitique105. Les analyses de pâtes réalisées pour Gurgy excluent cependant cette possibilité de provenance106.

  • 107 Jacob et Leredde 1974.
  • 108 Jacob 1987, p. 219-221 ; Jacob et Leredde 1978, p. 245-258.
  • 109 Perrugot 1987 ; Id. 1990, p. 257. Remerciements à M. de Cargouët du musée de Sens.
  • 110 Voir infra.
  • 111 Alix 2008.

57La situation de Gurgy, à mi-distance entre Joigny et Auxerre, encourage à se tourner dans un premier temps vers les ateliers de la partie méridionale de l’Yonne pour espérer trouver des comparaisons utiles à la détermination de l’origine des productions mises au jour sur le site. Au nord-est d’Auxerre, l’exploitation d’argile et la fabrication de céramique sont attestées par les sources archéologiques, dès la période antique à Jaulges et à Villiers-Vineux107. Dans la commune de Montigny-la-Resle, au lieu-dit Conneau, près de Saint-Florentin, une zone de dépôt de céramiques carolingiennes, très homogènes par leurs formes et surtout leurs pâtes, de couleur rose orangée claire a été mise au jour108. Les ateliers de Saint-Julien-du-Sault (xiiie siècle) et de Dixmont (xive siècle), connus pour la découverte de tessonnières109, ont produit des céramiques à pâte blanche pour les premières, crème et, dans une faible part, rouge pour les secondes110. Les pâtes des céramiques produites à Auxerre sont claires et rouge-orangé111.

4.3.1. L’apport des données chimiques (A. Bouquillon et A. Bocquet-Liénard)

  • 112 Des analyses en ICP-AES ont été réalisées par le laboratoire du CRPG de Nancy (analyses majeurs et (...)
  • 113 Échantillon 1 : panse de pot à pâte blanche (US 56) ; Échantillon 7 : cruche à pâte blanche (st. 53 (...)
  • 114 Échantillon 2 : oule à pâte blanche avec peinture (st. 117d inv. 1) ; Échantillon 5 : oule à pâte r (...)
  • 115 Échantillon 10 : Saint-Julien-du-Sault, pâte blanche.
  • 116 Échantillon 8 : Dixmont, pâte blanche; Échantillon 9 : Dixmont, pâte rouge.

58Une sélection de sept tessons destinée à un premier programme d’analyses chimiques112, correspondant à des céramiques à pâtes fines (groupe 1)113 et « semi-fines » (groupe 2)114, présentant des couleurs de pâte variant du blanc au beige rosé, beige orangé à bistre a été réalisée. Trois fragments de céramiques trouvés en contexte de production à Saint-Julien-du-Sault115 et Dixmont116 (Yonne) ont été associés à ce programme d’analyses. Le tesson de Saint-Julien-du-Sault est à pâte blanche comme l’ensemble des céramiques retrouvées dans les tessonnières de ce site. À Dixmont, si la majorité des céramiques recueillies est à pâte blanche, de très nombreux exemplaires à pâte rouge se trouvaient dans la même tessonnière, ce qui a justifié l’analyse d’un tesson à pâte blanche et d’un autre à pâte rouge.

  • 117 Ces céramiques proviennent des structures mises au jour lors du diagnostic réalisé par Stéphane Ali (...)

59Une seconde série d’analyses portant sur une vingtaine d’échantillons prélevés sur des ratés de fabrication de la fin du Moyen Âge découverts récemment à Auxerre117 a été réalisée afin d’apporter un éclairage complémentaire à la problématique de l’approvisionnement du site.

Les analyses des céramiques de Gurgy et des sites 
de productions situés aux nord de Gurgy

60L’analyse des tessons de Gurgy et de quelques échantillons de Dixmont et de Saint-Julien-du-Sault montre dans un premier temps des caractéristiques générales comparables : toutes les argiles sont riches en silice et en alumine (en général SiO2+Al2O3 > 90 %), légèrement ferrifères et peu calciques. Cette observation confirme l’impression d’homogénéité d’ensemble des deux groupes dominants, celui des pâtes « fines feuilletées » du groupe 1, avec ou sans inclusions visibles à l’œil nu et celui des pâtes « semi-fines » du groupe 2 qui se différencie du premier par une plus grande abondance de dégraissant quartzeux. Les variations à l’intérieur de chaque groupe reposent essentiellement sur des changements généraux de couleur de pâte, de blanche à rosée. Il est intéressant de mentionner qu’on ne retrouve pas cette coupure entre les deux types de pâte (groupes 1 et 2) dans les teneurs en silice à peu près comparables; on ne remarque donc aucune relation entre l’abondance visible du dégraissant quartzeux et la teneur en silice globale. Autrement dit, les plus fortes teneurs en silice ne correspondent pas aux tessons des pâtes « semi-fines » (groupe 2). L’analyse détaillée des données va néanmoins mettre en évidence des changements subtils illustrant peut-être des lieux de production différents au sein d’une même région.

61Les tessons de Gurgy se répartissent en deux sous-groupes principaux équilibrés (trois échantillons dans chaque). Ce qui fait la différence entre les deux, ce sont le potassium et le fer, deux fois plus abondants dans le sous-groupe B que dans le premier (fig. 21). Ces différences se retrouvent dans les éléments traces. Il pourrait s’agir d’une argile un peu plus riche en illite, minéral argileux potassique. Un des échantillons (éch. 5, pâte « semi-fine » rose) semble se démarquer par la présence de plus de calcium dans la pâte. On pourrait être tenté d’en faire un nouveau groupe, mais l’augmentation de CaO, couplée à un enrichissement en phosphore et en baryum et à une diminution systématique des terres rares par rapport au premier des sous-groupes doit plutôt suggérer une pollution liée à une utilisation particulière de la céramique ou à des conditions d’enfouissement différentes. Nous rattacherons donc ce tesson au sous-groupe A dans l’état actuel de l’étude.

62Les tessons de Dixmont peuvent être distingués par leur teneur en oxyde de fer. On notera néanmoins entre eux des similitudes dans les teneurs en alumine (plus de 22 % dans les deux cas). Ils ont été indiscutablement réalisés dans deux argiles différentes comme le montrait déjà la couleur des pâtes. Le tesson de Saint-Julien-du-Sault présente toutes les caractéristiques générales des tessons de Gurgy, il est en fait intermédiaire entre les sous-groupes A et B, proche du A par ses teneurs en fer par exemple, il s’en éloigne par le potassium, plus compatible avec le sous-groupe B.

63L’apport des analyses de céramiques produites au sud de Gurgy, à Auxerre (place des Véens)

64Vingt échantillons de ratés de fabrication de céramiques de la fin du Moyen Âge ont été analysés par spectrométrie d’émission atomique. D’un point de vue macroscopique, les pâtes varient du blanc à l’orangé rouge en passant par le beige et le gris. Elles sont en général fines; les inclusions siliceuses sont de petites tailles (< 0,25 mm). D’un point de vue chimique, ces céramiques se caractérisent par une pâte riche en silice et en alumine (près de 90 % SiO2+Al2O3). Les différences reposent essentiellement sur les teneurs en oxydes de fer. Elles se répartissent en trois groupes distincts (fig. 21).

Fig. 21 Tableaux de résultat des tessons analysés.

Fig. 21 Tableaux de résultat des tessons analysés.

Tableau 1 : Résultats des analyses chimiques de sept échantillons de Gurgy et des céramiques produites à Saint-Julien-du-Sault et Dixmont. Tableau 2 : Résultats des analyses chimiques des céramiques produites place des Véens à Auxerre. Les données sont présentées pour une perte au feu et le phosphore nuls dans le tableau inférieur.

65Le groupe A rassemble 7 céramiques (pot, coquemar, cruche et bol) riches en silice et contenant un taux d’oxyde de fer inférieur à 3 %. L’oxyde de potassium est également présent en faible quantité. La pâte de ces céramiques est plutôt claire à beige rosé. Un échantillon (4002-15) se démarque par un taux plus élevé en oxyde de silicium et plus faible en oxyde d’aluminium. Pour le moment, ce tesson est rattaché au groupe A. Le groupe B est constitué de six céramiques (pot et coquemar) dont la pâte est plutôt beige à grise. Les céramiques contiennent légèrement moins de silicium et un peu plus de fer, de potassium et de rubidium que les céramiques classées dans le groupe A. Le troisième groupe est composé uniquement de fragments de pichet à pâte orangé-rouge et d’une jatte dont la pâte est également de couleur foncée. Les taux en fer avoisinent les 6,5 % en moyenne, ce qui les différencie des céramiques des groupes A et B. Un pichet (2013-18) présente une composition en alumine, baryum et strontium qui le marginalise par rapport aux trois groupes constitués. Ces analyses montrent une diversité des ressources argileuses à Auxerre aux xiiie-xive siècles pour le façonnage des céramiques comme le laissait prévoir les observations macroscopiques des pâtes (pâte claire et rouge-orangée).

66Quelle hypothèse pour l’approvisionnement du site de Gurgy à la fin du xie-xiie siècle ? Il semble, d’après l’échantillonnage restreint qui a été analysé, que l’on ait une répartition assez équilibrée entre deux types d’argiles. Dixmont est à première vue exclu, aucun des deux tessons, trop ferrifères ou trop alumineux et alcalins, ne s’apparente réellement avec ceux trouvés à Gurgy. C’est beaucoup moins net pour Saint-Julien-du-Sault et les groupes A et B d’Auxerre. Si l’on considère uniquement les éléments majeurs et mineurs, le sous-groupe A de Gurgy est proche du témoin de Saint-Julien-du-Sault ; en revanche, les éléments traces présentent des variations qui ne permettent pas de conclure avec certitude et remettraient même en cause cette origine. Le groupe A d’Auxerre possède des caractéristiques proches du sous-groupe A de Gurgy. Les échantillons du sous-groupe B de Gurgy ont des similitudes avec le groupe B d’Auxerre.

67Les similitudes de la plupart des éléments chimiques des sous-groupes de Gurgy et ceux d’Auxerre nous conduisent à envisager préférentiellement cette zone de production plutôt que celle du nord de Gurgy, Saint-Julien-du-Sault ou ses environs. Cependant, les ressemblances de compositions entre le sous-groupe A de Gurgy et Saint-Julien-du-Sault nécessitent des analyses sur un corpus plus important.

4.3.2. Conclusions

  • 118 Le groupe des céramiques à grosses inclusions noyées « pâte granuleuse » n’est pas représentatif ic (...)

68Au vu des premiers résultats établis par ces analyses chimiques, qui demanderaient à être étoffés, les données de granulométrie et la densité des inclusions dans la pâte ne constituent pas un marqueur de différenciation du point de vue des analyses chimiques quant à l’origine des productions. En revanche, les différences perçues au niveau de la couleur de la pâte entre des pâtes blanches ou claires et des pâtes beige rosé, beige orangé ou bistre sont confirmées puisque les premières correspondent au sous-groupe A et les secondes au sous-groupe B établi précédemment. Le groupe des céramiques à pâte rose se distingue très légèrement du sous-groupe A sans pour autant pouvoir être totalement différencié. N’étant représenté que par deux individus (un fragment supérieur d’oule et une jatte), il n’apparaît quasiment pas dans la figure 22118. Que les pâtes soient peintes ou non, aucune distinction ne peut être opérée entre ces deux groupes. La part de la céramique peinte, qu’elle soit à pâte blanche ou rose (sous-groupe A) ou à pâte beige rosé/beige orangé/bistre (sous-groupe B) est faible (de 2 à 5 % sur le NR). Sur l’ensemble du corpus, quantifié en nombre de restes, les pâtes blanches dominent légèrement les pâtes beige rosé/beige orangé mais de peu : 54 % contre 46 %. Appliquée sur la base du nombre minimum d’individus, la légère supériorité des premières se transforme en une nette domination : 62 % contre 38 %.

Fig. 22 Histogramme de distribution des groupes techniques en pourcentage sur le nombre de restes NR et le nombre minimum d’individus (NMI).

Fig. 22 Histogramme de distribution des groupes techniques en pourcentage sur le nombre de restes NR et le nombre minimum d’individus (NMI).
  • 119 Poil 2000, p. 453, fig. 471 et p. 454 ; Chopelain et al. 2005, fig. 55.
  • 120 Muller 2004, fig. 6 ; Augereau et Meunier 2005, p. 31.
  • 121 Devevey 1995, p. 14.
  • 122 Bodechon 1983, p. 3 et pl. 3-4 ; Merlange 1986, p. 2-3 ; Perrugot 1987, p. 233.

69Un rapide tour d’horizon régional atteste la présence des deux groupes de pâtes blanches ou claires et beige rosé, beige orangé à bistre sur les sites de consommation environnant Gurgy au cours du Moyen Âge central et du bas Moyen Âge (Auxerre119, Monéteau120, Joigny121, Champlay122). On l’a vu plus haut, ces pâtes, bien que très proches du point de vue de leur composition, se distinguent néanmoins et apparaissent comme des productions différentes, ce que les analyses d’Auxerre permettent d’affirmer. Il est vraisemblable que parmi l’ensemble des céramiques retrouvées sur le site de Gurgy, certaines proviennent de la zone auxerroise, et du nord, de la zone de Saint-Julien-du-Sault, la proximité de l’Yonne favorisant sans doute la circulation des céramiques mais également de l’argile.

70Bien que limité par le nombre de structures qu’il a livré et la quantité de mobilier mise au jour, le site médiéval de Gurgy constitue, pour la Bourgogne septentrionale, un site de référence pour cette période. Un travail important de caractérisation des centres potiers et de leurs aires de diffusion reste à faire dans cette région.

5. Le mobilier métallique (V. Legros)

71Les fouilles de Gurgy ont permis d’exhumer 51 éléments métalliques issus de structures du xie et du début du xiie siècle. La masse totale du corpus affiche 912 g et la part des objets en alliage cuivreux est de 5,9 % (3 objets).

72La ventilation fonctionnelle des objets et fragments permet de caractériser 20 éléments liés aux activités économiques (39,2 %), 12 pour le domaine domestique (23,5 %), 6 à la construction (11,8 %) et 3 individus se rapportant au domaine personnel (5,9 %) regroupant ainsi l’ensemble des objets en alliage cuivreux. La part du mobilier non identifié est de 19,6 %, dont 9 fragments de tôle et une tige.

73Ce corpus reflète parfaitement le panel du mobilier généralement observé pour ces brèves occupations des xie et xiie siècles. L’analyse du mobilier métallique permet de confirmer plusieurs données morpho-chronologiques en comparaison avec d’autres corpus. Elle offre également une lecture assez précise de l’évolution physique de certains outils pour lesquels on détecte des formes héritées de la fin du haut Moyen Âge et, pour d’autres, quelques caractéristiques qui annoncent déjà des aspects techniques repérés dans les corpus plus tardifs.

  • 123 Zimmermann 2000.
  • 124 Serdon 2005, p. 117.
  • 125 Legros 2012.
  • 126 Serdon étude en cours.
  • 127 Legros 2001b, pl. 1, t. IV.
  • 128 Bourgogne médiévale, la mémoire du sol 1987, n° 245, p. 140.

74Les occupations médiévales à vocation agro-pastorale offrent rarement du mobilier lié au registre guerrier. L’unique pointe de flèche (fig. 23, n° 1) retrouvée à Gurgy est loin d’être un cas exceptionnel. Les activités cynégétiques sont parfois sous-estimées dans le cadre d’analyses de certains corpus. Néanmoins, la distinction entre les deux usages n’est pas aisée. C’est principalement la nature du site qui nous oriente pour associer un objet à un registre d’utilisation. D’après B. Zimmermann123, ces pointes à feuille triangulaire, en usage aux xie et xiie siècles, semblent destinées à la chasse. Cette supposition est relayée par V. Serdon124 et correspond au type C dans sa typologie. La présence d’une douille ouverte confère à notre exemplaire un caractère tardif. Ce critère est fréquemment remarqué sur les nombreux exemplaires datés du xe siècle comme à Distré (Maine-et-Loire)125. La disparition des douilles ouvertes au profit des douilles parfaitement tronconiques ou cylindriques est variable selon les régions. Sur 21 exemplaires issus des collections du château de Mayenne (Mayenne) pour la période xe-xiie siècle, la grande majorité des douilles était ouverte126. Ailleurs, dans le corpus du mobilier métallique de la motte castrale de Boves (Somme), les pointes de flèche à douille fermée sont majoritaires au xiie siècle127. Non loin de Gurgy, une pointe de flèche retrouvée sur le site d’habitat de Villemanoche (Yonne) daté des xe-xie siècles présentait une forme triangulaire similaire et des dimensions assez proches (8,6 x 2,95)128.

Fig. 23 Les objets en métal : l’homme et l’animal.

Fig. 23 Les objets en métal : l’homme et l’animal.

1. Pointe de flèche apenne en fer. Lame triangulaire de section plate. Douille tronconique ouverte confectionnée par repli en arc autour d’un gabarit d’une lamelle trapézoïdale. Pds. 12 g ; L. 8 cm ; l. 1,8 cm ; Diam. 0,9 cm. Fond de cabane (st. 53), n° d’inv. : 23. — 2. Hameçon en fer. Tige de section carrée comportant une extrémité effilée et repliée en boucle. Hampe longue prolongée d’un repli en forme de U asymétrique. Pointe effilée à ardillon manquant. Pds. 5 g ; L. 9,95 cm ; l. 2,1 cm ; Ép. 0,2 cm. Fond de cabane (st. 55), n° d’inv. : 21. — 3. Fragment probable d’un hameçon en fer. Hampe brisée, section subcarrée. Extrémité supérieure repliée en boucle. Pds. 1 g ; L. 2,9 cm ; l. 0,65 cm. Fosse indéterminée (st. 75), n° d’inv. : 26. — 4. Idem. Hampe brisée de section circulaire. Extrémité supérieure repliée en boucle. Pds. 1 g ; L. 3,7 cm ; Ép. 0,8 cm ; Diam. 0,2 cm. Fond de cabane (st. 55), n° d’inv. : 51. — 5. Fer à cheval. Branche externe de fer avant droit. Étampure de forme oblongue à contre-perçure circulaire. Éponge à crampon. Quartier légèrement polylobé. Rive interne rectiligne. Couverture moyennement large. Clou de ferrage usé à tête plate, collet semi-confondu et lame de section carrée. Pds. 42 g ; L. 8,1 cm ; l. 2,45 cm. Fosse indéterminée (st. 94), n° d’inv. : 13. — 6. Fer à mulet ou à âne en forme de U. Branche interne de fer arrière gauche. Présence de deux étampures à maigre de forme oblongue par branche à contre-perçures circulaires. Couverture réduite à rive interne quasi rectiligne. Rive externe à quartier polylobé. Éponge effilée marquée d’un crampon. Mamelle en angle droit. Pds. 22 g ; L. 8,7 cm ; l. 3,6 cm ; Ép. 0,3 cm. Fosse indéterminée (st. 17), n° d’inv. : 24. — 7. Extrémité d’une lame de clou de section rectangulaire. Il s’agit probablement d’un clou de ferrage. Pds. 2 g ; L. 1,4 cm ; l. 1,1 cm ; Ép. 0,35 cm. Trou de poteau (st. 93), n° d’inv. : 36. — 8. Lame en fer d’une paire de forces. Lame triangulaire à dos et à tranchant rectilignes. Pointe brisée. Liaison lame-ressort réalisée par une grande tige de section rectangulaire forgée dans le prolongement du dos de la lame. Amorce du ressort formant un profil en S dont l’orientation de la section se modifie orthogonalement. Pds. 44 g ; L. 22,05 cm ; l. 2,8 cm. Fond de cabane (st. 55), n° d’inv. : 08. — 9. Support de peigne à carder. Fragments de tôle en fer ayant subi plusieurs percements ovales. Pds. 4 g. Fosse indéterminée (st. 101.1), n° d’inv. : 29. — 10. Dent de peigne à carder en fer. Tige de section ronde courbée aux deux tiers de sa longueur. Pds. 11 g ; L. 8,7 cm ; l. 0,4 cm ; Ép. 0,3 cm. Fosse indéterminée (st. 70), n° d’inv. : 27. — 11. Dent de peigne à carder en fer de section subcarrée s’effilant vers la pointe. Pds. 13 g ; L. 9,45 cm ; l. 0,65 cm ; Ép. 0,6 cm. Fosse indéterminée (st. 101.1), n° d’inv. : 28.

  • 129 Ottaway 1992, n° 2993, fig. 248, p. 601.
  • 130 Ibid. 1992, p. 600.
  • 131 Steane et Foreman 1988, type 3, fig. 12-2 p. 90.

75Contrairement à la chasse, l’activité de pêche est bien attestée à Gurgy. Elle est illustrée par la découverte de trois hameçons (fig. 23, n° 2-4). L’exemplaire n° 2, intégralement conservé, présente des dimensions nettement supérieures (9,95 cm) à la taille des hameçons généralement recensés pour la période de la fin du haut Moyen Âge jusqu’au début du xiie siècle. Un type similaire figure dans le catalogue de Coppergate129 et l’auteur indique que les hameçons sont généralement peu courants dans les corpus pour la période couvrant le milieu du ixe au xie siècle. Ils sont principalement repérés dans les zones septentrionales de l’Europe130. L’exemplaire de Coppergate dispose d’un anneau replié latéralement, d’une hampe beaucoup plus courte et d’un ardillon. Notre exemplaire ne semble pas avoir possédé d’ardillon et la zone concernée par sa mise en œuvre n’a pas laissé de traces probantes. L’hameçon n° 3 est fragmentaire, mais il présente le même type de fixation remarquée sur l’exemplaire complet. L’hameçon n° 4, également partiellement conservé, est en revanche confectionné à partir d’une tige de section ronde, ce qui est techniquement plus complexe à réaliser. La taille de l’objet et sa configuration permettent toutefois de l’associer à cet usage. D’autres hameçons en fer découverts outre-Manche131 sont typologiquement analogues mais légèrement plus petits (entre 5,4 et 7,5 cm) et comportent une palette au lieu d’un anneau. Ils proviennent de contextes datant des xie et xiie siècles.

  • 132 Rey-Delquié 1990.
  • 133 Rieb et Salch 1973, n° 94-96, fig. XIII.
  • 134 Beck 1989, n° 60, fig. 74, p. 108.

76À partir du xiiie siècle, les hameçons sont plus fréquents comme à Montségur (Ariège), mais ils sont munis d’une hampe bien plus courte (4,3 cm) et d’une palette132. Au Château d’Ortenbourg (Bas-Rhin), il est fait mention de trois hameçons en fer133 qui présentent une taille réduite et datent du xe siècle. Dans certains cas, ils sont fabriqués à partir d’objets qui n’étaient pas destinés à l’origine à cet usage. Cela est illustré par un hameçon retrouvé lors des fouilles de la Grange du Mont134 et qui semble avoir été confectionné à partir d’une lame de clou repliée. La fabrication d’hameçons en alliage cuivreux est assez rare pour les périodes médiévales anciennes et ce type de métal semble plutôt réservé au registre de la parure et aux accessoires vestimentaires, ce qui est le cas à Gurgy.

  • 135 Medieval Catalogue 1954, n° 1, fig. 24, p. 113.
  • 136 Legros 2012, fig. n° 43.
  • 137 Querrien 2004, n° 10, fig. 14, p. 111.
  • 138 Ibid., n° 1-3, fig. 14, p. 111.
  • 139 Legros 2001b, n° 95-98 et 101, pl. 20, t. IV.
  • 140 Ibid., n° 85-91, pl. 19, t. ive-xie siècle.
  • 141 Bourgogne médiévale, la mémoire du sol 1987, n° 250, p. 140.
  • 142 Colardelle et Verdel 1993, n° 4-7, fig. 24, p. 241.
  • 143 Bouvier, Faure-Boucharlat et Monier, 1992 fig. 35, p. 305.
  • 144 Fouillet 1999, n° l.16, fig. 11, p. 192.

77La présence du cheval est révélée par la découverte d’un unique fer à cheval (fig. 23, n° 5) dont la forme générale correspond à la typologie des fers du xie siècle. De nombreux exemples illustrent les caractéristiques morphologiques de ce type, principalement fondées sur l’aménagement d’un talon rectangulaire et d’étampures plutôt ovales qu’oblongues. Le Medieval Catalogue demeure sur ce point une excellente référence en matière de typochronologie, mais souvent dénigré en raison de son caractère suranné. La typologie anglaise caractérise ainsi l’usage de notre fer aux xe et xie siècles135. Cette analyse est confirmée par les fers retrouvés sur les sites de cette période, comme à Distré pour la phase précoce du xe siècle136 et Montbaron137. Ce dernier site a d’ailleurs fourni des fers à talon effilé pour sa phase chronologique xie-xiie siècle138. Ce critère permettrait plutôt de les dater du xiie siècle vu le nombre d’occurrences périodisées pour les talons quadrangulaires. La transition vers le fer du type « Crécy » semble intervenir vers le milieu du xiie siècle139. Ce constat est formellement établi à Boves pour la fin de la phase 2b et le début de la phase 3140. Les fers de Villemanoche dans l’Yonne141, de Colletière en Isère142, de Décines-Charpieu dans le Rhône143 et de Déols dans l’Indre144 sont aménagés d’étampures identiques, peu dessinées, et offrent également un talon bien large de forme rectangulaire.

  • 145 Rey-Delquié 1990, n° 532 et 532, p. 254.
  • 146 Querrien 2004, n° 11, fig. 14 p. 111.
  • 147 Legros 2002, n° 12 et 13.
  • 148 Legros 2001b, Neuilly-en-Thelle et Moreaucourt, n° 116 et 117, pl. 22, t. IV.

78La présence d’ânes est suggérée par un type de fer spécifique (fig. 23, n° 6). La voûte est bien marquée, les branches sont effilées et étroites et comportent deux étampures. Des exemplaires similaires ont été recensés dans les corpus de l’Isle-Bouzon dans le Gers145 et de Montbaron146. Les fouilles de la motte de Loisy147 ont également livré un fer de ce type présentant une voûte bien marquée et aménagée d’une rive externe offrant la même courbure. En revanche, les branches comportent trois étampures. Au xive siècle, les étampures sont principalement rectangulaires et la couverture des branches est plus large148.

  • 149 Ottaway 1992, n° 2290, fig. 219, p. 549.
  • 150 Medieval Catalogue 1954, n° 2, fig. 48, p. 156.
  • 151 Cowgill, Neergaard et Grew 1987, fig. 70, p. 107.
  • 152 Ibid., n° 313, fig. 70, p. 107.
  • 153 Böhme 1991, fig. 20, p. 254 ; Id. 1992, n° 36, vitrine 3, p. 36, 21,1 cm, 1 264 g.
  • 154 Colardelle et Verdel 1993, n° 1 et 2, fig. 35, p. 240.
  • 155 Chaplain 1991-1993, n° 1, fig. 2, p. 213.

79L’élevage des ovins est illustré par une paire de forces (fig. 23, n° 8). Elle présente une lame très étroite, une longue soie supérieure à la taille de la lame et un ressort marqué par un segment nettement oblique. Il semble que cette description résume les caractéristiques morpho­logiques des paires de forces datant du xie siècle tant les corrélations sont nombreuses. Une paire de forces semblable a été découverte à Coppergate149. Elle provient d’une phase datée entre 975 et le milieu du xie siècle. La typologie des forces à tondre du Medieval Catalogue150 donne une datation pour cette forme précise autour de 1100. Ce type présente également un ressort au profil identique et une soie légèrement plus longue que la lame. Les paires de forces issues des fouilles de Londres provenant des niveaux datant du xiie siècle et principalement du xiiie siècle disposent toutes d’un ressort formant un anneau distinct de forme ovale ou circulaire, témoin d’une évolution morphologique. La base de la lame est en effet marquée par un quart de cercle régulier151. Toutefois, on notera qu’un unique exemplaire datant de la première moitié du xiiie siècle présente encore un ressort au profil angulaire152. Les paires de forces de cette période dans l’est de la France semblent également offrir ces caractéristiques illustrées par un exemplaire provenant de Sugny dans les Ardennes et datant de la première moitié du xie siècle153. Enfin, les deux paires de forces découvertes à Colletière154 et celles de Poigny en Seine-et-Marne datant du xe siècle155 présentent précisément la même morphologie et des dimensions équivalentes (22 cm) à l’exemplaire n° 8 (fig. 23), le second mesurant autour de 27 cm.

  • 156 Ottaway 1992, n° 2272 et 2273, fig. 212, p. 539.
  • 157 Crépin-Leblond et al. 2000, n° 194, p. 106.
  • 158 Crossley et Goodall 1981, n° 2, fig. 53, p. 54.
  • 159 Nicolardot et Guigon 1991, n° 1-3, fig. 14, p. 139.
  • 160 Crossley et Goodall 1981, p. 54.
  • 161 Ottaway 1992, n° 2419, 2420 et 2442, fig. 213, p. 541.
  • 162 Ibid., n° 2323, fig. 213, p. 541.
  • 163 Legros en préparation, n° 85-95, pl. 2
  • 164 Gardel 2004, n° 1-8, fig. 7, p. 850.
  • 165 Blois 2000, p. 108.
  • 166 Masquilier 1994, n° 17, fig. 18.

80Les fragments de tôle percée de trous circulaires (fig. 23, n° 9) ont dans un premier temps été classés dans la catégorie du mobilier sans attribution fonctionnelle. Les deux peignes à carder de Coppergate ont attiré notre attention156 et plus particulièrement le fragment de peigne n° 2272. Il s’agit d’une tôle découpée, épaisse d’environ 0,15 cm et percée régulièrement de plusieurs trous mesurant en moyenne 0,4 cm. La forme de ces percements est variable entre l’ajour sub-carré et le cercle plus ou moins ovale. La section de cette tôle est marquée par un profil sinueux. Le peigne à carder complet n° 2273 est confectionné à partir d’une tôle rectangulaire percée de deux rangées d’une quinzaine de trous environ au travers desquels sont enchâssées des tiges effilées de section sub-carrée et mesurant en moyenne 10 cm. La tôle servant de support aux dents du peigne est encastrée dans un boîtier de forme rectangulaire permettant de solidariser l’ensemble et d’offrir un espace de préhension adapté. D’autres peignes sont confectionnés à partir d’une âme en bois recevant la base des dents. Cette âme était ensuite recouverte d’une tôle en fer. Une seconde tôle rectangulaire de même gabarit venait se superposer à quelques centimètres au-dessus de la partie en bois. Les dents étaient ainsi maintenues et solidarisées sur deux niveaux. Les tôles percées retrouvées à Gurgy offrent manifestement toutes les caractéristiques de ce type d’outil, du moins dans ses composantes structurelles. Il faut toutefois préciser que l’exemplaire de Coppergate date du viiie siècle. Néanmoins, un peigne à carder du même type avec deux rangées de dents est daté à Blois du xe siècle157. Un peigne plus tardif provenant de Thetford158 présente le même rythme d’espacement entre les dents, elles-mêmes disposées sur une tôle rectangulaire en deux rangés de seize dents. Les fouilles du camp de Péran à Plédran (Côtes-d’Armor), site daté du xe siècle, ont également été l’occasion d’identifier quatre peignes à carder du même type, munis de deux rangées de seize dents159. Après disparition d’une âme en bois, il ne reste que des tiges160. Dans notre cas, cette attribution fonctionnelle est confortée par la présence de deux dents de peigne (fig. 23, n° 10 et 11) provenant de la même fosse (n° 11, st. 101, couche 1) et d’une structure à proximité immédiate (n° 10, st. 64, couche 1). Elles sont constituées d’une tige effilée de section ronde ou quadrangulaire et présentent une extrémité supérieure à peine évasée (n° 11). Cette disposition technique permet le blocage de la base de la dent lorsqu’elle est enchâssée à travers le support. Elles mesurent respectivement 8,7 cm et 9,4 cm. À Coppergate, elles présentent des dimensions comprises entre 9 et 11 cm et des sections principalement quadrangulaires d’environ 0,4 cm161. Un exemplaire seulement comporte une section circulaire162. Le mobilier associé au ixe-début du xie siècle de Fontaine-Notre-Dame (Nord) comporte des tiges en fer semblables163. Leur usage comme dents de peigne à carder est conforté par la présence sur le site de trois lames de forces à tondre. Le format de ces dents ne semble pas évoluer jusqu’au xive siècle. À Lastour dans l’Aude, les fouilles du castrum de Cabaret ont permis d’identifier 67 dents de peigne qui mesuraient entre 8 et 12 cm et comportaient toujours la même section164. Leur extrémité légèrement émoussée permet d’attribuer leur usage au cardage de la laine. Pour le lin et le chanvre, elles présentent généralement une extrémité plus aiguë165. La forme générale des peignes peut varier et être parfois circulaire comme le peigne du château de Fréteval (Loir-et-Cher) retrouvé dans les niveaux de la seconde moitié du xive siècle166.

Fig. 24 Les objets en métal : agriculture et artisanats.

Fig. 24 Les objets en métal : agriculture et artisanats.

1. Faucille en fer. Soie effilée de section plate légèrement courbe et forgée dans l’axe. Lame en fer à tranchant incurvé et à dos curviligne bombé. Lame s’évasant vers une extrémité supérieure brisée. Pds. 23 g ; L. 13,2 cm ; l. 2,7 cm. Fosse indéterminée (st. 117d), n° d’inventaire : 09. — 2. Faucille en fer. Soie de section carrée forgée dans le prolongement d’une lame courbe s’évasant avec régularité. Extrémité supérieure brisée probablement à mi-longueur. Pds. 20 g ; L. 11,8 cm ; l. 2,3 cm. Fosse indéterminée (st. 17), n° d’inventaire : 22. — 3. Lame de faucille en fer à tranchant incurvé et érodé à sa base. Dos curviligne. Largeur homogène à l’origine. Présence d’un trou de fixation centrée à la base de la lame. Extrémité supérieure brisée. Pds. 21 g ; L. 13,4 cm ; l. 2,25 cm. Fosse indéterminée (st. 64.1), n° d’inventaire : 05. — 4. Extrémité supérieure d’une lame de faucille. Lame à tranchant rectiligne à base érodé. Dos courbe, pointe symétrique. Pds. 45 g ; L. 15,1 cm ; l. 2,35 cm. Fosse indéterminée (st. 18), n° d’inventaire : 01. — 5. Serpette en fer à douille. Lame courte et large de section plate formant un demi-cercle s’effilant vers une pointe brisée, pointue à l’origine. Douille tronconique ouverte confectionnée à partir d’une tôle triangulaire repliée. Pds. 38 g ; L. 10,6 cm ; l. 4,95 cm ; Diam. 2,2 cm. Fosse indéterminée (st. 117d), n° d’inventaire : 25. — 6. Lame en fer à tranchant concave et à dos bombé. Il peut s’agir d’un scalpel. Pds. 4 g ; L. 3,8 cm ; l. 0,9 cm. Trou de poteau (st. 93), n° d’inventaire : 38. — 7. Poinçon en fer. Tige de section subcirculaire, effilée en pointe. Tête bombée marquée à sa base par une déformation légèrement visible. Pds. 54 g ; L. 12,1 cm ; l. 1,35 cm. Fosse indéterminée (st. 64.1), n° d’inventaire : 04. — 8. Aiguille en fer à chas ovale. Pds. 1 g ; L. 5,1 cm ; Ép. 0,15 cm. Fosse indéterminée (st. 94 C1), n° d’inventaire : 16.

  • 167 Bourgogne médiévale, la mémoire du sol 1987, Villemanoche, n° 253, p. 140 et Colardelle et Verdel 1 (...)
  • 168 Colardelle et Verdel 1993, n° 4, fig. 236, p. 318 et Halbout, Pilet et Vaudour 1986, n° 829, p. 209 (...)
  • 169 Querrien 2004, T3 et Z4P4, fig. 25, p. 121.
  • 170 Bourgogne médiévale, la mémoire du sol 1987, n° 297 et 298, p. 152.
  • 171 Peytremann 2006, fig. 30, p. 93, xiiie-xive siècles.
  • 172 Legros 2001a, n° 12-14, fig. 4, p. 43.

81La céréaliculture comme une activité économique pratiquée sur le site de Gurgy est suggérée par quatre faucilles. Elles présentent une morphologie peu commune, dotées d’une soie forgée dans l’axe d’une lame assez large qui amorce une légère courbure (fig. 24, n° 12 et 13). Au xie siècle, les faucilles offrent généralement une lame à la courbe bien marquée167 ou très ouverte168. Seuls deux fragments de lame de faucille provenant de Montbaron (Indre)169 présentent une extrémité de lame dont la morphologie se rapproche des formes observées à Gurgy. En règle générale, les faucilles offrent invariablement une liaison lame-soie de configuration semblable, au moins jusqu’à la fin de l’époque moderne. On note toutefois quelques variations sur des faucilles datant du xive siècle. La base de la lame est parfois angulaire comme à Dracy170 ou dans le corpus du site de Gungling en Moselle171. Des cas plus rares ont été observés sur trois faucilles provenant du site de Neuilly-en-Thelle (Oise). Leur lame très fine, de section triangulaire épaisse, est forgée dans l’axe de la soie172. À la différence des faucilles de Gurgy, les exemplaires de Neuilly-en-Thelle ne présentent pas de soies distinctes. Dans ces deux cas, cette forme particulière est probablement le reflet d’une céréaliculture spécifique requérant ce type de configuration, ou bien il peut s’agir d’une mode locale.

  • 173 Crépin-Leblond et al. 2000, p. 129.
  • 174 Crépin-Leblond et al. 2000, n° 43 et 44, p. 129.
  • 175 Ibid., 10,2 cm, p. 129.
  • 176 Beck 1989, n° 37, fig. 71, p. 105, Démians d’Archimbaud 1980, n° 6, fig. 435, p. 435 et Querrien 20 (...)

82La serpette (fig. 24, n° 5) est vraisemblablement associée aux activités liées à l’arboriculture, la vigne et le verger. Cet outil, parfois dénommé émondoir173, dispose d’une lame en forme de crochet qui se développe en demi-cercle et dont l’extrémité se termine en vis-à-vis de la liaison lame-douille. Cette morphologie est largement héritée des serpettes utilisées aux ixe et xe siècles et illustrée par deux exemplaires provenant des environs de Blois174. Leur lame présente un profil semblable, mais leur portion médiane est deux fois plus large et le pourtour externe est marqué par deux angles. La serpette de Gurgy comporte, quant à elle, une douille semi-ouverte. Sa dimension (10,6 cm) est assez proche de la longueur mesurée sur l’exemplaire n° 43 du catalogue de Blois175. L’évolution morphologique des serpettes se traduit dès la fin du xiie siècle par le forgeage d’une lame très ouverte offrant un angle droit et une extrémité légèrement incurvée sur une faible longueur. Ce profil se généralise aux xiiie et xive siècles176 avec la confection d’une douille fermée parfaitement tronconique et fixée par un clou situé à sa base.

  • 177 Colardelle et Verdel 1993, p. 208.
  • 178 Ibid., n° 6 et 9, fig. 144, p. 208.
  • 179 Ottaway 1992, n° 2217, fig. 197, p. 516.

83Le travail du cuir, en parallèle des activités liées à la laine, constitue, semble-t-il, un artisanat pratiqué à Gurgy. Il est illustré par quelques outils, comme le poinçon (fig. 24, n° 7), la petite lame (fig. 24, n° 3) et l’aiguille en fer (fig. 24, n° 8). Ces objets sont utilisés dans le cadre d’activités diverses. Le poinçon peut être employé pour le travail du bois et la vannerie177. La forme du poinçon de Gurgy est assez proche de la morphologie de ceux découverts à Colletière178. Ils présentent une section sub-carrée, une forme générale qui s’effile régulièrement vers une pointe émoussée dont la section devient circulaire. La tête de l’outil dispose d’une extrémité légèrement renflée et convexe, ainsi que des traces de martelage. Des poinçons de ce type aux dimensions semblables ont également été identifiés à Coppergate179.

  • 180 Ibid., n° 2466, fig. 215, p. 542.

84Les aiguilles, généralement liées à la confection des textiles, peuvent aussi participer à la couture des pièces de cuir entre elles. Les aiguilles en fer sont très rarement identifiées en raison de leur petite taille lors d’opérations de fouilles. D’autre part, l’usage du fer pour la fabrication de ces objets est souvent substitué par des alliages cuivreux offrant une plus grande souplesse mécanique et une fabrication aisée, plus particulièrement pour la mise en œuvre du chas. La découverte de 150 aiguilles en fer, dans le cadre des fouilles de Coppergate, demeure exceptionnelle. La ventilation chronologique de cet ensemble révèle une forte représentation autour de 45 % pour la phase 4B (930-975). Notre exemplaire se rapproche plus particulièrement de la typologie des aiguilles de cette phase et de la suivante datée de la fin du xe siècle180.

  • 181 Legros 2001a, n° 32, fig. 5, p. 45.

85L’objet en fer n° 6 (fig. 24) dispose d’une forme qui évoque celle des scalpels. Toutefois, cette petite lame en croissant présente un tranchant aménagé sur la partie convexe contrairement aux scalpels. Ce petit outil peut éventuellement convenir au travail du cuir dans le cadre de mises en œuvre particulières requérant une certaine finesse dans l’exécution de tâches précises. En marge de l’environnement matériel, lié à la médecine et à la chirurgie, un outil en alliage cuivreux du type scalpel a été identifié dans le corpus du mobilier métallique de Neuilly-en-Thelle181. Sa présence au sein d’un site du bas Moyen Âge, principalement orienté vers les activités agro-pastorales, n’a pas non plus permis de lui attribuer un usage quelconque.

Fig. 25 Les objets en métal : l’environnement domestique (1/2).

Fig. 25 Les objets en métal : l’environnement domestique (1/2).
  • 182 Legros, à paraître.
  • 183 Querrien 2004, fig. 20, n° 4.
  • 184 Legros, étude en cours, château de Mayenne, n° 194.

86Le mobilier domestique de Gurgy se réduit essentiellement à la découverte de couteaux (fig. 25) et d’une petite écuelle en fer. Les couteaux n° 1 et 2 (fig. 25) présentent les caractéristiques morphologiques classiques des nombreuses références recensées pour ce type d’instrument. Ils sont généralement de grande taille (entre 16 et 22 cm) et s’apparentent au type III de Distré182. La soie est plus courte proportionnellement à la lame, ce qui est généralement compensé par un manche qui couvre une partie de la base de la lame. Cet aménagement est parfois attesté par la présence de traces de bois pris dans la corrosion sur cette zone183 ou par l’existence d’un rivet184. Ces couteaux sont dotés d’une lame assez large qui se réduit vers une pointe marquée. Le dos est le plus souvent rectiligne et le tranchant offre un profil à peine convexe. On notera toutefois que nos deux exemplaires sont nettement érodés. Le couteau n° 5 (fig. 25), de petite taille (env. 7 cm), témoigne des prémices de la diversification en matière de coutellerie constatée dans les corpus à partir du xiie siècle. L’absence d’extrémité supérieure n’a pas permis de caractériser l’usage de l’objet, qui, en raison de ses faibles dimensions, paraît inadapté dans le cadre des activités culinaires.

Fig. 26 Les objets en métal : l’environnement domestique (2/2).

Fig. 26 Les objets en métal : l’environnement domestique (2/2).

1. Coupelle ou écuelle en fer. Forme circulaire à profil évasé. Fond sublenticulaire. Tôle épaisse et présence d’une excroissance sur la face externe, du type rivet, supposant l’existence à l’origine d’un élément de préhension. Pds. 79 g ; H. 2,75 cm ; Diam. 9,6 cm. Fosse indéterminée (st. 64), n° d’inventaire : 10. — 2. Anneau en fer de section subcirculaire monté sur crampon formant une tige de section rectangulaire pliée en vis-à-vis. Extrémités enchâssées orthogonalement dans une tôle en fer. Pds. 28 g ; L. 9,4 cm ; l. 5,6 cm ; Diam. 4,5 (int.) cm. Fossé (st. 289), n° d’inventaire : 02. — 3. Clou en fer à tête rectangulaire. Collet confondu, lame brisée de section carrée. Pds. 26 g ; L. 3,8 cm ; l. 2,4 cm. Fosse indéterminée (st. 18), n° d’inventaire : 15. — 4. Lame de clou en fer de section carrée. Pointe effilée. Pds. 4 g ; L. 4,95 cm ; l. 0,5 cm ; Ép. 0,5 cm. Fosse indéterminée (st. 40), n° d’inventaire : 31. — 5. Clou en fer à tête carrée. Collet distinct. Lame de section quadrangulaire. Pds. 5 g ; L. 4,05 cm ; l. 0,7 cm ; Ép. 0,5 cm. Fosse indéterminée (st. 117d), n° d’inventaire : 32.

  • 185 Ottaway 1992, n° 3005, fig. 250, p. 605.

87Le récipient en fer (fig. 26, n° 1), caractérisé comme petite écuelle ou coupelle, présente des dimensions relativement réduites, ce qui peut limiter son utilisation dans le cadre de la préparation et du service de la table. Une écuelle similaire, offrant un profil et un rapport hauteur-diamètre identiques, a été recensée dans le corpus de Coppergate185. Celle-ci est néanmoins datée de la fin du ixe siècle et dispose d’un diamètre supérieur de 4,4 cm par rapport à notre exemplaire qui ne mesure que 9,6 cm. L’existence d’un rivet latéral supposant l’adjonction d’un manche peut évoquer plusieurs hypothèses d’usage, comme louche par exemple ou bien en tant que lampe à suif.

  • 186 Egan 1998, n° 78, fig. 27, p. 58.
  • 187 Colardelle et Verdel 1993, n° 15-18, fig. 142, p. 206.

88Les objets n° 9 et 10 (fig. 25) posent plus d’interrogations quant à leur fonction réelle. La boucle asymétrique au profil courbe, confectionnée en fer, peut correspondre à un anneau de suspension planté dans une menuiserie par l’intermédiaire de son extrémité la plus effilée (n° 10). Cette éventualité peut être validée par l’aménagement d’un amincissement visible sur la partie distale de l’anneau. Ce type de configuration est semblable à certaines extrémités de chaînes découvertes lors de fouilles réalisées à Londres186. L’objet n° 9, plus énigmatique, suggère un usage comme outil permettant d’avoyer les dents des scies, mais l’avoyeur moderne ressemble à une lame rectangulaire munie d’encoches latérales et, de nos jours, il s’agit plutôt d’une sorte de pince. Une seconde hypothèse – inspirée par la forme de plusieurs clés découvertes à Colletière187 dont la forme du panneton n’est pas sans rappeler celle des clés laconiennes du haut Moyen Âge – évoque un panneton de clé. Toutefois, la section relativement plate de la tige de notre exemplaire paraît trop fragile pour faire jouer les serrures de ce type.

Fig. 27 Les objets en métal : la serrurerie et quelques objets personnels.

Fig. 27 Les objets en métal : la serrurerie et quelques objets personnels.
  • 188 Querrien 2004, n° 3-Z5M et n° 4-Z4P7.
  • 189 Legros, à paraître.
  • 190 Medieval Catalogue 1967, n° 53-58, p. 140.

89La serrurerie est représentée par plusieurs objets, dont un palâtre avec accueillage (fig. 27, n° 1), le fragment d’une petite vertevelle (n° 27, n° 2), un ressort de serrure (fig. 27, n° 3) et une clé (fig. 27, n° 4). Cette dernière, de grande dimension (21,25 x 5,85 cm), devait être associée à la fermeture d’un vantail par l’intermédiaire d’une serrure dont le principe mécanique le plus courant au xie siècle est décrit ci-après. La symétrie du panneton et la présence d’une butée aménagée dans l’axe sur le plat supérieur de la tige indique que la clé pouvait faire jouer la serrure des deux côtés. Cette butée place en vis-à-vis le pertuis avec les gardes de la serrure dont le niveau de complexité garantit d’autant plus son inviolabilité. La petite lamelle rectangulaire, également forgée dans l’axe à la base du panneton, déclenche par l’intermédiaire des barbes la translation du pêne hors de la gâche aménagée dans le dormant ou sur le second vantail. Dans le même temps, le museau du panneton, situé de part et d’autre de l’unique dent, soulève un ressort métallique en forme de lamelle qui immobilisait jusqu’alors le pêne en position fermée. Les clés à pertuis fermé ne font jouer que des serrures à demi-tour et restent obligatoirement ouvertes lorsque la clé est encore en butée contre les barbes du pêne. En retirant la clé, ce type de serrure était automatiquement refermé. Ces clés à pertuis fermé sont courantes au xie siècle, mais disposent de découpes nettement moins complexes pouvant se résumer à de simples ajours quadrangulaires et, plus rarement, circulaires. Ces clés à pertuis fermé sont bien représentées dans le corpus de Montbaron188 et de Distré189. On notera toutefois que la forme du panneton de la clé de Gurgy est peu courante. Les seules analogies morphologiques sont repérées sur plusieurs clés figurant dans le Medieval Catalogue190. Néanmoins, ces clés comportent un anneau de préhension en forme de « C », ce qui constitue une caractéristique morphologique qui n’apparaît qu’au bas Moyen Âge. La présence de cette clé au sein du corpus soulève plusieurs interrogations en raison de la qualité de sa réalisation, de sa taille et de la complexité de la serrure qu’elle pouvait faire jouer. On admettra simplement que la présence de cet objet insolite, typique des milieux favorisés, sur un site qui paraît modeste, pose bien des questions.

  • 191 Legros 2001b, n° 647, pl. 99, t. IV et Couanon et Forfait 1991, n° 10, fig. 7.
  • 192 Legros 2001b, 661-667, pl. 99.

90Le domaine personnel est uniquement représenté par trois épingles en bronze utilisées dans le cadre vestimentaire (fig. 27, n° 5, 6, 7). Elles sont constituées d’une fine tige de section circulaire et présentent pour deux d’entre elles deux cônes en tôle associés par leur base, aménagés sur l’extrémité de l’épingle. Les têtes de ces épingles peuvent admettre une grande variété de formes191. Elles sont en usage de la fin de la période mérovingienne jusqu’au début du xie siècle. Elles permettaient également de maintenir des fibules le plus souvent discoïdes dépourvues de charnières et par conséquent sans ardillon192. L’épingle était enchâssée dans l’ajour d’une petite patte située au dos, piquait ensuite le tissu et venait enfin se loger dans le porte-ardillon. L’ensemble était maintenu grâce à la tension latérale du fût de l’épingle exercée par l’épaisseur du tissu plaqué contre le dos de la fibule.

Fig. 28 Les objets en métal : les fragments indéterminés.

Fig. 28 Les objets en métal : les fragments indéterminés.

91De cette étude, il apparaît très clairement que le corpus du mobilier métallique de Gurgy est en tout point comparable aux mobiliers mis au jour sur de très nombreux sites contemporains d’Europe de l’Ouest et cette homogénéité tant typologique que morphologique est tout à fait remarquable. Le mobilier métallique de Gurgy nous livre des datations techniques principalement centrées sur la seconde moitié du xie siècle. Les caractéristiques morphologiques sont le plus souvent héritées des formes typologiques qui apparaissent entre la fin du xe et le début du xie siècle. En revanche, les indices annonçant les modifications typologiques recensées au xiie siècle se font rares.

92L’analyse de la répartition spatiale des objets livre peu d’informations fonctionnelles en relation avec les structures archéologiques fouillées. On remarque simplement que les outils agricoles sont principalement localisés sur le secteur est de l’occupation et que les objets liés plus ou moins directement à l’animal sont concentrés dans le secteur ouest. Ce type de répartition semble s’organiser et s’orienter en fonction des lieux de production.

93Le corpus du mobilier métallique du site de Gurgy reflète assez précisément les différentes activités économiques liées à cette occupation médiévale. Le panel est probablement loin d’être complet pour plusieurs raisons. La proportion d’objets brisés représente plus des deux tiers des objets métalliques. En raison de leur état fragmentaire, nous pouvons considérer qu’ils ont été sciemment abandonnés sur place et rejetés dans les structures fossoyées. D’autre part, le site semble avoir été déserté par ses habitants vers le début du xiie siècle, phénomène souvent observé pour les petites occupations de ce type situées à proximité d’un chef-lieu. Les occupants auraient alors quitté le site en emportant prioritairement l’outillage, puis l’équipement domestique. Enfin, en raison de la position du site en fond de vallée et de possibles phénomènes post-dépositionnels liés au contexte alluvial, on peut s’interroger sur les conditions de préservation de l’occupation dont la fouille n’a probablement permis de ne livrer qu’un état partiel des informations.

6. Le matériel faunique 
(Olivier Putelat)

  • 193 Remerciements à Jacqueline Studer, Conservatrice du département d’archéozoologie du Muséum d’Histoi (...)

94Les ossements animaux de Gurgy proviennent pour l’essentiel des rejets alimentaires des habitants de cet établissement rural. Vingt-trois structures livrent l’essentiel des 194 restes animaux mis au jour. Le matériel faunique, déterminé spécifiquement et anatomiquement à 88,7 %, provient presque exclusivement d’espèces domestiques193.

95La présentation de nos résultats s’articule en trois parties. La première, après une description rapide du corpus, prend en compte les caractères extrinsèques des ossements animaux, afin d’estimer l’impact des destructions ante et post dépositionnelles. La seconde partie présente le spectre de faune de l’ensemble de l’échantillon, les déterminations anatomiques ainsi qu’une description succincte des assemblages fauniques livrés par chaque structure, lorsqu’ils le justifient. La troisième partie nous permet de confronter les acquis archéozoologiques de Gurgy avec un état « régional » de la question.

6.1. Le matériel osseux : caractères extrinsèques et conservation

  • 194 Voir note 219.

96Les ossements animaux médiévaux exhumés au Nouzeau sont des dépôts secondaires, provenant de rejets effectués dans des structures non dévolues à l’habitat (fonds de cabane, fosses). Il existe une forte possibilité de dispersion des ossements par des phénomènes hydrauliques liés à des inondations ou des crues de l’Yonne très proche. Le matériel osseux a été mis au jour le plus souvent manuellement. Cette fouille manuelle a parfois été précédée d’une fouille « par moitié » des structures à la pelle mécanique. Il a été procédé à un test de tamisage sur les sédiments disponibles194 (7,5 kg).

  • 195 Studer 1998, p. 95 et 96.

97Les 194 restes osseux, d’un poids moyen de 8,2 g, sont relativement bien conservés et peu fragmentés (313 fragments), en raison de leur mode d’enfouissement qui semble rapide. Dans l’ensemble, le matériel osseux n’a pas subi d’altérations climatiques et n’a été que très peu piétiné. Les restes dentaires isolés de leur support alvéolaire sont souvent les ultimes vestiges présents dans les corpus fauniques dégradés et leur quantification participe à l’estimation de l’impact des destructions195. Pour les deux paramètres utilisés pour le décompte des ossements, nombre de restes (NR) et poids des restes (PR), il apparaît que l’échantillon médiéval de Gurgy n’est pas affecté par la surreprésentation dentaire (fig. 29). Ce constat conforte l’impression favorable quant à l’état de conservation induite par la présence de nombreux restes fragiles d’avifaune et de jeunes caprinés. Les surfaces osseuses sont généralement de couleur beige clair à brun gris. Leur état de conservation est majoritairement satisfaisant, mais elles sont très souvent marquées de nombreuses traces de radicelles qui nuisent à l’observation des traces de découpe, effectuées ici le plus souvent à partir d’outils à lames fines. Seize traces affectent les taxons les plus légers (suinés, caprinés et volailles) et sont l’œuvre du couteau. L’usage du tranchet n’a été observé que deux fois chez le bœuf. Deux os, seulement, sont brûlés (carbonisés) parmi l’ensemble de l’échantillon. Seize restes présentent des traces de morsures dues essentiellement à la dent canine. Des enfoncements punctiformes de petit diamètre nous semblent pouvoir être imputés au chat. Enfin, il n’est pas exclu que quelques « mâchouillages humains » soient enregistrés sur les surfaces des ossements de jeunes caprinés mais il reste difficile de conclure à ce sujet, au vu du brouillage effectué par les traces de radicelles.

Fig. 29 Proportion des restes non strictement dentaires dans la composition des échantillons fauniques.

Fig. 29 Proportion des restes non strictement dentaires dans la composition des échantillons fauniques.

6.2. Le matériel osseux : espèces déterminées 
et représentations anatomiques

Fig. 30 Répartition et décompte des taxons par structures.

Fig. 30 Répartition et décompte des taxons par structures.

98La répartition spatiale du matériel osseux concerne la majorité des structures creuses du gisement médiéval (fig. 30). Les ostéorestes s’inscrivent dans une phase de fonctionnement commune à l’ensemble des structures dont ils proviennent. Leur spectre de faune est présenté globalement dans la figure 31. Les caprinés prévalent fortement selon les critères du nombre de restes (NR), du nombre minimum d’individus (NMI), du nombre d’occurrences par structures (fig. 30). Le bœuf prévaut cependant sur le plan du poids des restes (PR), en raison de la masse importante des segments anatomiques de cette espèce. Les différents taxons déterminés sont présentés ci-après.

Fig. 31 Spectre faunique de l’assemblage osseux.

Fig. 31 Spectre faunique de l’assemblage osseux.

6.2.1. Le bœuf : Bos taurus L.

99Parmi les vingt-trois structures de provenance des restes fauniques, sept ont livré dix restes de bœufs. Ceux-ci attestent la présence d’au moins deux individus différents, mis en évidence par des restes crâniens et cingulaires. À l’exception de la fosse 94, où se trouve la représentation anatomique la plus variée (illustrée par des fragments de crâne, de côte, de scapula et d’humérus), c’est au plus un reste du taxon qui a été mis au jour par structure.

  • 196 Barone 1986.
  • 197 Ibid.
  • 198 Voir données brutes en annexe. Matolcsi 1970.

100La fosse 121 a livré une tête de bovin très fragmentée (89 fragments). Le crâne est représenté partiellement par ses parties frontales, temporales et occipitales. La protubérance intercornuale est présente mais les chevilles osseuses sont absentes. De la face proviennent des fragments palatins et des alvéoles jugales intégralement vides. En l’absence des dents, l’âge du bovin a été estimé, grâce à l’étude des centres d’ossification, à un peu moins de deux ans196. Cette tête de bovin, incomplète, où les absences les plus visibles concernent les chevilles osseuses, les os incisifs, les mandibules et les dents, témoigne d’un rejet ultime, après probable prélèvement des cornes et des parties comestibles : cervelle, langue, palais. La structure 94 a livré un fragment de condyle occipital (très détérioré par les morsures animales) qui indique la présence d’un second bovin. Deux scapulas droites (st. 55 et st. 94) confirment l’estimation du NMI donnée par les restes crâniens. Dans la structure 111, un tibia est intégralement conservé. Son épiphyse proximale est soudée à la diaphyse et caractérise un adulte âgé de plus de quatre ans197. La grande longueur de ce reste permet d’évaluer la stature de ce petit bovin à 108 cm198.

  • 199 .Bartosiewicz et al. 1997.

101Le bœuf est donc faiblement représenté au vu du nombre de restes, mais sa représentation pondérale prévaut cependant dans le spectre de faune. Ce corpus montre la prévalence des déchets primaires, crânes et phalanges (541 g), liés à la préparation des carcasses, par rapport aux résidus de la consommation (ou du désossement) des viandes, épaules, avant-bras et jambe (387 g). La section du col d’une des deux scapulas (st. 94) est la seule trace de boucherie clairement mise en évidence. Les surfaces articulaires de la phalange distale (st. 16) montrent un début de remaniement de stade 2199 dont la portée réelle sur la santé de l’animal n’est pas établie.

6.2.2. Les caprinés

  • 200 Fernandez 2001.
  • 201 Payne 1985.
  • 202 Les âges des caprinés au moment de leurs décès ont été calculés à partir des stades d’éruption et d (...)

102Toutes classes d’âge confondues, les caprinés dominent le spectre faunique. Ils sont présents dans dix-neuf des vingt-trois structures ayant livré des restes animaux. Parmi la triade domestique, ils représentent plus des trois quarts du nombre de restes et plus de la moitié des individus. La masse de leurs ossements est cependant inférieure à celle du bœuf. Lorsque les vestiges se prêtent à une détermination plus affinée, le mouton (Ovis aries L.) est mis en évidence grâce aux combinaisons de critères ostéologiques de Fernandez200 et à l’utilisation de matériel anatomique de comparaison. Parmi les « subadultes et adultes », huit restes (scapula, humérus, radius-ulna et talus) ont été attribués au mouton. Parmi les « néonataux et très jeunes », aucune dent déciduale n’a montré les caractères « caprins » décrits par Payne201. La chèvre n’ayant jamais été décelée, il est ainsi très probable que la majorité du troupeau de caprinés ait été composée de moutons202.

Les subadultes et les adultes

  • 203 Payne 1973.
  • 204 Ibid.
  • 205 Teichert 1975.

103Aucun reste crânien n’a été mis au jour. Les restes mandibulaires ont servi à l’évaluation des âges des animaux présents. Une dent de sagesse M3 droite (st. 54) indique la présence d’un individu âgé de un à deux ans203. Une rangée jugale complète droite (st. 94) est attribuée à un adulte âgé de quatre à six ans204. Les données dentaires confirment l’observation de la fusion des épiphyses. La mesure d’un talus ovin (fosse 94) permet d’estimer la stature de cet animal aux environs de 57  cm205.

  • Dans le fond de cabane 55, plusieurs ossements (une scapula, un humérus, un radius et un proximum de métacarpe) proviennent très probablement d’un même membre antérieur gauche d’ovin adulte. Il n’a pas été observé de traces de boucherie. Cette apparente absence de traces n’implique cependant pas la non-consommation de la pièce de viande. Les séquelles de la découpe sur les surfaces osseuses peuvent en effet être masquées par des traces de radicelles ou par des cassures récentes.
  • Dans la fosse 16, plusieurs ossements intacts (scapula, humérus, radius et ulna) ont permis le remontage d’un membre antérieur gauche d’ovin. Ce dernier présente de très nettes traces anthropiques, consistant en de fines incisions, localisées sur les faces médiale et dorsale de la diaphyse et de l’épiphyse distale de l’humérus, ainsi que sur la face latéro-palmaire de l’épiphyse proximale du radius. Ces marques s’inscrivent dans un processus de désarticulation et de désossement du membre. Les stades de soudure des différentes épiphyses indiquent un individu âgé de 10 à 40 mois206. Des traces de désossement ont été relevées sur la face dorsale d’une vertèbre cervicale issue de la même fosse. Des tronçons de côtes, longs de 5 à 8 cm, présentent des entailles sécantes sur leurs extrémités (fosses 16 et 117). Un métacarpe montre une fine incision localisée sur la face dorsale du tiers distal de la diaphyse (fond de cabane 89). Nous l’interprétons comme un indice du prélèvement de la peau de l’animal (écorchement).

104Enfin, on remarquera une bonne correspondance dans la représentation du NMI, indiqué à la fois par les mandibules droites et les antérieurs gauches. Les membres postérieurs sont moins bien mis en évidence, mais semblent ici souffrir d’un problème de conservation différentielle, révélé par de nombreux fragments de tibias non latéralisés. Malgré la prise en compte de ce phénomène, le déficit de représentation de la ceinture et des membres pelviens reste cependant avéré.

Les jeunes et très jeunes caprinés (1 à 90 jours)

  • 207 Voir supra.

105Les restes des très jeunes caprinés proviennent vraisemblablement d’ovins et non de chèvres207. Un fragment d’os frontal porteur d’un rudiment de cornillon vient appuyer cette hypothèse (fond de cabane 90). La répartition spatiale des rejets s’organise en deux pôles séparés, aux extrémités ouest et est du site.

  • 208 Codés d’après Grant 1982 et estimés d’après Payne 1973.

106L’estimation des âges des individus mis au jour ne peut s’effectuer ici de façon précise qu’à partir de l’étude des dents jugales, les épiphyses n’étant jamais soudées aux diaphyses dans cet échantillon. Les âges dentaires des mandibules exhumées208 et les répartitions anatomiques des restes de ces jeunes et très jeunes caprinés sont présentés dans la figure 32.

Fig. 32 Répartition par structure des principaux restes de caprinés.

Fig. 32 Répartition par structure des principaux restes de caprinés.
  • 209 Habermehl 1975.
  • 210 Yvinec communication orale.
  • 211 Putelat travaux en cours.

107Les ossements du squelette appendiculaire de ces très jeunes caprinés sont inférieurs en taille à ceux des périnataux actuels issus des collections de référence. Parfois même, selon les estimations habituelles, réalisées à partir d’animaux de races encore existantes209, les ossements de Gurgy (voir données brutes en annexe) pourraient provenir de fœtus. Par exemple, les humérus des structures 15 et 18, le radius de la structure 55, le tibia de la structure 54, les métacarpes des structures 54 et 94, seraient tous issus de fœtus âgés de 120 à 145 jours lunaires (pour une durée moyenne de gestation de 145 jours). Il n’en est rien : la coexistence dans les mêmes structures des deux types d’ostéorestes (mandibules et os longs) montre la fiabilité des estimations effectuées à partir des dents jugales mandibulaires. Les « très jeunes » caprinés présents ne sont pas des fœtus mais bien de jeunes animaux morts en bas âge. Le décalage de taille qui existe entre les ossements archéologiques et les fœtus actuels a déjà été constaté dans d’autres occasions210. Il est à mettre au compte de différences zootechniques, liées à la sélection des races et à l’alimentation du bétail, qui peuvent entraîner des variations allant du simple au triple selon les races considérées211.

108La représentation anatomique des restes de très jeunes caprinés n’est pas homogène d’une structure à l’autre : les structures 16, 18 et 54 sont à cet égard les plus riches. Ces « agneaux » paraissent avoir été consommés pour la plupart. Dans la structure 15, un humérus porte des traces de désarticulation sur la partie distale de sa diaphyse. Dans la structure 16, un métatarse montre des traces d’écorchement, matérialisées par une incision fine sur la partie médiane de sa diaphyse (face médiale), ainsi que par une trace de désarticulation, plus fugace, localisée sur la surface articulaire proximale. Les structures 18 et 101 livrent chacune un radius marqué de traces de désarticulation localisées sur les faces palmaires des extrémités distales, matérialisant ainsi la séparation d’avec le métacarpe. La structure 94 livre une côte qui porte deux fines incisions localisées sur sa face médiale. Enfin, dans la structure 54, les parties médianes des diaphyses d’un métacarpe et d’un métatarse portent toutes deux une série d’incisions fines dues à l’écorchement. Les peaux ainsi récoltées sont de grandes qualités et peuvent être traitées et utilisés dans différents buts (ganterie, parchemin, par exemple).

6.2.3. Les suinés (porcs)

  • 212 Putelat 2001.

109Les onze restes de suinés mis au jour proviennent de huit structures et relèvent tous de la forme domestique : le porc, Sus domesticus E. Trois individus sont mis en évidence. Le plus jeune, âgé de moins d’un an, est décelé au vu d’un humérus, aux épiphyses non soudées (fosse st. 16). Les âges des deux autres porcs, estimés au vu des stades d’usure et d’attrition de leurs dents jugales mandibulaires, sont plus avancés : 18 à 24 mois pour l’un (fosse st. 18), 24 mois pour l’autre (fosse st. 94). La M3 de la structure 94 a livré des mesures qui s’insèrent tout à fait dans l’éventail des données connues pour le porc médiéval du proche Sénonais212. La répartition anatomique des restes exhumés est irrégulière. Les régions de la tête et du thorax sont les mieux représentées, au détriment des jambons et des épaules. Les traces de boucherie avérées sont rares. Elles sont localisées sur les mandibules qu’elles sectionnent à l’aplomb des molaires (fosses st. 18 et st. 94). Elles affectent également un fragment de fibula (fosse 54) sous forme de stries de désossement.

6.2.4. L’équidé du fond de cabane 59

  • 213 Kiesewalter 1888.
  • 214 Cependant, deux fers montrant la présence de deux individus de types différents ont été mis en évid (...)
  • 215 Arloing 1882.
  • 216 Ibid.
  • 217 Forest 1999.
  • 218 Arloing 1882.

110Cette structure a livré un seul reste animal, intégralement conservé, aux surfaces articulaires soudées. Ce radius-ulna provient d’un équidé adulte de très petite taille dont la stature a été évaluée à 105 cm213. C’est le seul reste d’équidé reconnu dans l’assemblage faunique214. Outre l’indice que constitue le petit gabarit de l’animal, les caractères osseux discriminants pris en compte montrent la présence de l’âne, ou de l’hybride « asinien » le plus proche de l’âne, c’est-à-dire le bardot. Nous citerons, par exemple, la présence de la « double inflexion (du radius) plus prononcée dans l’âne que dans le cheval »215 et « l’étroite coulisse »216 qui traverse la Crista transversa217. Il faut noter également la présence de l’extrémité distale de l’ulna, considérée comme étant un critère asinien218. Les données ostéométriques brutes de ce radius relevées selon les préconisations de V. Eisenmann et S. Beckouche figurent en annexe. Aucune trace de boucherie n’est visible sur les surfaces osseuses.

6.2.5. La volaille et les oiseaux

  • 219 Les sédiments disponibles (7,5 kg) ont été intégralement tamisés à l’eau jusqu’à une maille de 1 mm (...)

111Les restes de volailles sont remarquablement conservés219 eu égard à la fragilité des ossements de ce taxon. Ils proviennent de neuf structures différentes et la poule, Gallus domesticus, y est décelée dans chacune. Elle est majoritaire (en nombre et en poids de restes) mais l’oie, Anser cf domesticus, est également bien représentée. Parmi les poules, deux individus sont mis en évidence par des ossements provenant de l’ensemble du squelette (sternum, humérus, ulna, tibiotarse). Il n’a pas été possible d’évaluer la sex-ratio. Lorsque plusieurs restes de poules sont présents dans une même structure, ils proviennent en général d’une même région du squelette : par exemple l’aile dans les structures 16 (ulna et carpométacarpe) et 53 (clavicule et humérus), la carcasse et la patte dans la structure 18 (sacrum, fémur, tibiotarse et tarsométatarse). Quelques fines incisions de désossement et de désarticulation affectent une patte et une aile. L’oie est représentée par deux humérus et une clavicule (fosse 16) ainsi que par une phalange (fond de cabane st. 55). Des coquilles d’œufs ont été mises en évidence lors du tamisage des sédiments. Deux oiseaux juvéniles, un corvidé et un anatidé, sont représentés chacun par un tarsométatarse aux extrémités articulaires non soudées aux diaphyses (fosse st. 16). Un fragment de fémur, provenant d’un volatile plus petit, n’a pas été déterminé spécifiquement (fond de cabane st. 53). On remarquera que les restes avifauniques (oie, anatidé, corvidé) sont systématiquement associés spatialement à la découverte d’ossements de poule.

6.3. Conclusion

Fig. 33 Comparaison des représentations anatomiques de la triade domestique en fonction du nombre de restes.

Fig. 33 Comparaison des représentations anatomiques de la triade domestique en fonction du nombre de restes.
  • 220 Les ceintures appartiennent au squelette cingulaire, représenté, chez les mammifères de la triade d (...)

112Le spectre faunique de Gurgy est caractérisé par une prédominance des caprinés, où les très jeunes sont fortement représentés. Ces ossements de caprinés proviennent de parties charnues du squelette axial et appendiculaire. La bonne représentation des rejets primaires fait envisager l’abattage in situ des caprinés. Les deux autres taxons de la triade domestique, bœuf et porc, ne diffèrent pas de manière significative du point de vue du nombre de restes. Bien qu’exprimé en poids des restes, le bœuf soit encore majoritaire, il faut remarquer qu’une part importante des ossements bovins est issue des parties les moins charnues du squelette220 (fig. 33 et 34). Soulignons également les absences des équidés « caballins » (qui accompagnent généralement les « asiniens ») et de la faune sauvage, constatons enfin la bonne fréquence de l’avifaune domestique (plus de dix pour cent des restes déterminés).

Fig. 34 Comparaison des représentations anatomiques de la triade domestique en fonction du poids des restes.

Fig. 34 Comparaison des représentations anatomiques de la triade domestique en fonction du poids des restes.
  • 221 Boucharlat et al. 2001.
  • 222 Yvinec 1997a.

113Le corpus de Gurgy présente une réelle spécificité par rapport à ceux connus à ce jour, pour la même période, en Bourgogne et en Franche-Comté, mais également dans un rayon plus éloigné. Le nombre d’ossements retrouvés est certes faible et laisse place à une incertitude liée à l’exploration partielle de cet établissement rural. Il n’en reste pas moins que l’importance du nombre de restes de caprinés fait que nous nous écartons ici de la vision habituelle que nous avons des spectres fauniques et de l’alimentation pour le xe-xiisiècle. Parmi les synthèses existantes, en région Rhône-Alpes, Bresse-Lyonnais-Dauphiné221, aucun des sites présentés (ruraux et autres) ne conjugue à la fois un nombre de restes de bovins aussi bas et un taux de caprinés aussi haut. De même, dans la présentation des « témoignages archéozoologiques en France du nord et de l’est », 
J.-H. Yvinec souligne, pour la France du nord carolingienne, la généralisation de la présence majoritaire des restes de bœuf dans les assemblages osseux222.

  • 223 Putelat 2006.
  • 224 Id. 2007.
  • 225 Yvinec et Baudry 2002.
  • 226 Châtelet 2006.
  • 227 Forest 2001.

114La mise en perspective des proportions réciproques des ostéorestes de la triade domestique de Gurgy, au sein d’un échantillon régional (lato sensu) non exhaustif (fig. 35), illustre la spécificité «ovine» de ce site icaunais par rapport aux assemblages synchroniques franc-comtois de Bourogne223 et Courchapon224, alsaciens de Marlenheim225 et Nordhouse226, rhônalpin de Château-Gaillard227.

Fig. 35 Diagramme ternaire de répartition des taxons de la triade domestique, exprimés en nombre de restes. Mise en perspective du corpus de Gurgy avec différents spectres fauniques médiévaux (les échantillons dont le NRD est inférieur à 100 sont signalés [entre crochets]).

Fig. 35 Diagramme ternaire de répartition des taxons de la triade domestique, exprimés en nombre de restes. Mise en perspective du corpus de Gurgy avec différents spectres fauniques médiévaux (les échantillons dont le NRD est inférieur à 100 sont signalés [entre crochets]).
  • 228 Yvinec 1997b.

115En conclusion, la confrontation de la quantité de rejets osseux exhumés avec le volume excavé par structure (fig. 30) peut contribuer à l’estimation de l’importance de la ressource carnée. Dans l’état actuel de la recherche, au vu de la surface décapée, la quantité de matériel osseux ne donne pas une impression d’abondance quant à la consommation des viandes. Deux nuances importantes doivent cependant tempérer ce constat. D’une part, la totalité de l’emprise de l’établissement n’est pas connue. D’autre part, il est établi que les phénomènes de tri, effectués lors de nettoyages épisodiques, concernent en priorité les ostéorestes les plus volumineux et peuvent entraîner des modifications importantes dans la composition des gisements fauniques228. À cet égard, l’emplacement de l’occupation médiévale, située à une centaine de mètres de l’Yonne, laisse place à toutes les hypothèses en ce qui concerne les rejets dans la rivière des déchets les plus encombrants, livrés plus particulièrement par les taxons les plus corpulents, bovins et équidés.

116Les répartitions anatomiques observées chez le bœuf et le porc sont très en deçà de celles qui seraient attendues au vu du nombre d’individus en présence. Elles posent ainsi le problème du devenir des restes absents. Ont-ils été rejetés ailleurs ? Ont-ils été exportés ?

  • 229 Voir supra la contribution de V. Legros.

117La grande proximité de la rivière et la découverte d’hameçons lors de l’étude du mobilier métallique229, induisent l’hypothèse de la pratique de la pêche. Les résultats positifs du test de tamisage effectué dans la st. 16 laissent penser que la rareté de l’ichtyofaune dans le corpus faunique est liée à la maille de prélèvement. En effet, eu égard à la très petite taille de ce type de vestiges osseux, la mise en évidence des espèces dulçaquicoles ne peut se faire avec fiabilité que par le biais du tamisage et du tri des sédiments.

  • 230 Delort 1993.

118Le corpus des caprinés nous semble révélateur d’un certain modèle de production animale. On proposera ici l’identification d’un établissement rural tourné vers l’élevage ovin, la production laitière et probablement fromagère. Le spectre faunique et les âges à l’abattage observés correspondent bien à des schémas encore en vigueur actuellement. Chez les caprinés, le cycle de la reproduction est lié aux saisons. Les chaleurs se déclarent à l’automne et les mises bas se déclenchent environ cinq mois plus tard, au début du printemps. Après les mises bas, l’éleveur procède à l’élimination assez rapide de quelques-uns des premiers agneaux, avec lesquels il se trouve en concurrence quant à l’utilisation du lait. Dans un délai qui est de l’ordre de quelques semaines, ces jeunes animaux sont abattus précocement et éventuellement consommés sur place. Quelques individus, principalement de futurs reproducteurs, sont conservés au sein du troupeau, sans être sevrés à ce stade. Ils « écrêtent » les éventuels surplus laitiers occasionnés par le « pic de production », lié aux premiers mois de lactation et à la qualité de l’herbe printanière. Puis, au fur et à mesure de la baisse de lactation, qui résulte de réalités physiologiques et de la richesse décroissante de l’herbe, quelques agneaux plus âgés sont abattus pour libérer de nouvelles disponibilités en lait. En complément des ressources lait et viande, il faut rappeler la grande qualité des peaux de très jeunes caprinés230, dont le prélèvement est ici attesté, ainsi que la ressource lainière renouvelable que constitue le troupeau ovin.

  • 231 Riera-Melis 1996, p. 408-410.

119Le rapprochement entre le site médiéval de Gurgy et une dépendance monastique a déjà été évoqué plus haut. à Gurgy, l’hypothèse d’une production laitière et/ou fromagère, l’importance de la basse-cour, la présence attestée de vestiges d’œufs et de poissons, renforcent l’image d’un établissement rural, situé dans l’orbite monastique. On rapprochera par exemple nos données archéozoologiques des connaissances du régime alimentaire des clunisiens durant le premier tiers du xiie siècle, où, selon les coutumes qui codifient les us communautaires, la viande est réservée aux jours de fête et les plats non végétaux « général » ou « pitance » consistent en œufs ou/et fromage cru, ou cuit, parfois remplacés par du poisson231.

Conclusions 
(Virginie Jolly, Fabienne Ravoire, 
Vincent Legros, Olivier Putelat)

  • 232 Saint-Jean-Vitus à paraître.
  • 233 Saint-Jean-Vitus à paraître et pour l’Île-de-France, les exemples du Mesnil-Aubry, de Baillet-en-Fr (...)

120Le site de Gurgy, dont on peut regretter de ne pas avoir pu fouiller l’entièreté de l’implantation, s’apparente bien aux sites d’habitats des xie-xiiie siècles déjà fouillés en Bourgogne. En particulier, les fonds de cabane, d’environ 3 à 4 m de côté et qui sont assez fortement excavés par rapport au niveau d’arasement actuel, se retrouvent sur plusieurs sites de cette période232. Les seuls bâtiments du site sont de petite taille, à six poteaux porteurs et sont sans doute des greniers. Il existait peut-être des bâtiments de plus grande dimension et des fours domestiques, comme le suggèrent d’autres sites contemporains icaunais ou franciliens, mais rien ne permet de l’affirmer233.

121La forme et l’emplacement des structures mises au jour ne suffisent pas à déterminer leurs fonctions mais les études du mobilier permettent de les dater et de mieux les comprendre.

  • 234 Ravoire 2006b ; Normand et Treffort (dir.) 2005.

122Malgré l’absence de monnaies, les textes suggèrent un établissement inséré dans le tissu économique, ce dont les mobiliers céramique et métallique témoignent. Le mobilier céramique, s’il est courant pour l’époque avec ces nombreux pots à cuire dépourvus d’anse, présente cependant des aspects plus singuliers. En effet, la grande quantité de cruches et surtout la présence de formes ouvertes sont à souligner. Elles peuvent suggérer un milieu monastique dont on sait que la consommation de vin est importante et que les portions alimentaires sont consommées dans des écuelles en terre234.

123La plupart des pièces métalliques renvoient au milieu rural : forces à tondre, faucilles, serpettes, fers à âne ou à cheval, hameçons, alènes… D’autres sont plus répandues : couteaux, pointe de flèche, anneaux; mais certaines sont assez exceptionnelles : des éléments de serrure, une coupelle et une clé de porte. Cette clé est particulière car elle est trop grosse pour être utilisée sur de simples structures en bois, elle correspond plus à de grands bâtiments en dur (églises, enceintes, granges) et possède un mécanisme de pertuis fermé répandu au xie siècle. Bien que ce soit un objet égaré puisqu’il a été retrouvé dans le comblement d’une fosse (st. 54), sa présence sur le site n’est pas anodine, d’autant que les exemples auxquels on peut la comparer relèvent de sites au statut social élevé. L’absence d’objets en pierre, en os, en verre est cependant à souligner.

  • 235 Coubray 2007, p. 172-174.a

124L’analyse des objets métalliques est confortée par celle de la faune. Cette dernière est assez bien représentée et très diversifiée. Les plus gros éléments évoquent la présence de volatiles, de porcs, de bovins, d’équidés, mais surtout d’ovins de différents âges. La représentation de ces derniers est très supérieure à la moyenne pour cette période. Toutefois, la sous-représentation des os longs de grands mammifères soulève la question du tri des rejets ou du recreusement des structures. Grâce au tamisage de certains prélèvements, la présence de coquilles d’œufs, d’arêtes de poissons, de microfaune a pu être vérifiée. Les coquilles d’œufs sont en assez grande quantité par rapport à ce que l’on peut trouver habituellement. Malgré le peu d’os de faune, l’hypothèse d’un site d’élevage peut être évoquée. L’étude anthraco­logique réalisée par S. Coubray sur quelques charbons de bois provenant du fond de cabane st. 55 semble indiquer l’existence d’une formation forestière de type chênaie mixte ainsi qu’une lande235. Or, les landes sont particulièrement favorisées par la pratique intensive du brûlis ou le surpâturage ovin.

125Ce site a ceci d’intéressant qu’il atteste d’une présence humaine ponctuelle. Les restes archéologiques renvoient l’image d’une exploitation agro-pastorale (élevage ovin et production laitière) de taille sans doute modeste. L’hypothèse que le site serait lié à une dépendance monastique de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre est évidemment tentante. La présence de restes de caprinés, gallinacés et poissons, suggérant une nourriture assez maigre, ainsi qu’un mobilier métallique peu courant – dont la clé à pertuis fermé – appuient cette hypothèse.

Haut de page

Bibliographie

Alix S.
2008, Place des Véens, Auxerre (89), îlot 1, Rapport de diagnostic, Région Bourgogne, Dijon, Inrap, Direction interrégionale Grand-Est Sud, SRA Bourgogne, 90 p.

Arloing S.
1882, « Caractères ostéologiques différentiels de l’âne, du cheval et de leurs hybrides », dans Bulletin de la Société d’anthropologie de Lyon, p. 236-284.

Aubourg-Josset V. et Josset D.
2005, « Blois », dans Husi (dir.) 2005, p. 111-135.

Augereau A. et Meunier K.
2005, Monéteau « Sous Macherin » projet Upsilon : Néolithique, Gallo-romain, Médiéval, Interventions archéologiques dans l’Yonne, DFS de sauvetage d’urgence, Dijon, Inrap, Direction interrégionale Grand-Est Sud Passy, SRA Bourgogne, 40 p.

Aumard S.
1998, La topographie religieuse dans les campagnes médiévales de l’Auxerrois : la formation d’un réseau paroissial (ve-xiie siècles), Diplôme d’études approfondies sous la direction de A. Saint-Denis, Université de Bourgogne, Dijon, 1998, 2 vol.

2005, « Les premières églises rurales de l’Auxerrois : esquisse d’une synthèse », dans Delaplace C. (dir.), Aux origines de la paroisse en Gaule méridionale, ive-ixe s., Actes du colloque de Toulouse (21-23 Mars 2003), Paris, Errance, 2005, p. 42-58.

Barone R.
1986, Anatomie comparée des mammifères domestiques. Vol. 1, Ostéologie, Paris, Éditions Vigot, 761 p.

Bartosiewicz L., Lentacker A., Van Neer W. et al.
1997, Draught Cattle : their osteological identification and history, Tervuren, Musée Royal de l’Afrique Centrale, Annales Sciences zoologiques, 147 p.

Beck P. (dir.)
1989, Une ferme seigneuriale au xive siècle, la grange du Mont (Charny, Côte-d’Or), DAF n° 20, Paris, MSH, 143 p.

Bodechon C.
1983, Un silo médiéval au lieu-dit « les Vallées », hameau du Grand Longueron, commune de Champlay, Rapport de fouille, SRA Bourgogne, 5 p.

Bohme H.-G.
1991, « Bürgen der Salierzeit, Teil 2, in den Südlichen Landschaften des Reiches », dans Römisch-German-Zentralmuseum Museum, Sigmaringen (Mainz), Monographien 26.

1992, « Das Reich der Salier, 1024-1125 », Katalog zur Ausstellung des Landes Rheinland-Pfalz, Sigmaringen (Mainz), 503 p.

Boüard M. de
1976, « La céramique de Doué-la-Fontaine (ixe-xie siècle) (fouilles de la motte de La Chapelle) », Archéologie médiévale, t. VI, p. 247-286.

Bourgogne médiévale, la mémoire du sol : 20 ans de recherches archéologiques
1987, Catalogue d’exposition itinérante, 1987-1988, organisée à l’initiative de la Direction des antiquités historiques de Bourgogne, Section fédérée de l’Association générale des conservateurs des collections publiques de France pour la région Bourgogne, Dijon, Éditions de la Section fédérée de l’Association générale des conservateurs des collections publiques de France pour la région Bourgogne, 255 p.

Bouvier A., Faure-Boucharlat É. et Monier J.
1992, « La motte castrale de Décines-Charpieu (Rhône) », Archéologie médiévale, t. 22, p. 231-307.

Chaplain P.
1991-1993, « Les objets métalliques des sites du haut Moyen Âge de Poligny et de Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne) », Bulletin du Groupement Archéologiques de Seine-et-Marne, n° 32-34, p. 211-217.

Châtelet M.
2006, « Un habitat médiéval encore instable : l’exemple de Nordhouse “Oberfuert” en Alsace (ixe-xie siècle)  », Archéologie médiévale, t. 36, p. 1-56.

Chapelot J.
1980, « Le fond de cabane dans l’habitat rural Ouest-Européen : état des questions », Archéologie médiévale, t. 10, p. 29-49.

Chopelain P.
2004, « Le fond de cabane : permanence et mutation d’une structure annexe de l’habitat d’après des données archéo­logiques récentes (Dijonnais) », Mémoires de la Commission des antiquités du département de la Côte-d’Or, t. XXXIX, p 35-58.

2009, Malay-le-Grand (Yonne) « Les Pâquis », Rapport de fouille, Dijon, Inrap, Direction interrégionale Grand-Est Sud, SRA Bourgogne, 57 p.

Chopelain P., Humbert L. et Quenton P.
2005, Auxerre, « Rue Bourneil », Document final de synthèse, Dijon, Inrap, Direction interrégionale Grand-Est Sud, SRA Bourgogne, 49 p.

Colardelle M. et Verdel É. (dir.)
1993, Les habitats du lac Paladru (Isère) dans leur environnement. La formation d’un terroir au xie siècle, DAF n° 40, Paris, MSH, 416 p.

Concile de Pîtres
1989, éd. M. Courtois, M.-C. Duchenne, M. Parisse, Actes originaux conservés dans le département de l’Yonne (820-1120), Nancy, 1989.

Couanon P. et Forfait N.
1991, Le site des Gaudines à Vieux (Calvados), Fouilles de sauvetage programmées 1988-1990, synthèse provisoire, tapuscrit 56 p.

Coubray S.
2007, « Étude anthracologique de la structure 55 », dans Meunier (dir.) 2007, p. 172.

Cowgill J., Neergaard M. de et Grew F.
1987, Knives and Scabbards, Medieval finds from excavations in London n° 1, Londres, H.M.S.O., 169 p.

Crépin-Leblond T. et Forest M.-C. (dir)
2000, Blois, un château en l’an Mil, Catalogue de l’exposition présentée au château de Blois du 17 juin au 17 septembre 2000, Paris ; Château de Blois, Blois, Somogy, 167 p.

Crossley D.-W. et Goodall H.-I.
1981, « Medieval Industry », CBA Research Report, n° 40, 156 p.

Deborde J., Deborde G., Lenoble M. avec Dufournier D.
1996, « Céramiques très décorées des xiiie et xive siècles et leurs antécédents dans le sud-ouest de la Champagne », dans Piton D. (textes réunis par), La céramique très décorées dans l’Europe du Nord-Ouest (xe-xve siècles), Actes du colloque de Douai (7-8 avril 1995), Nord-Ouest Archéologie n° 7, p. 31-59.

Deflou-Leca N.
2010, Saint-Germain d’Auxerre et ses dépendances (ve-xiiie siècles). Un monastère bénédictin dans la société du haut Moyen Âge, Coll. Congrégations, ordres religieux et sociétés, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 773 p.

Degois É.
1985, Le Livre du Bon Moutonnier - Guide des bergers et des propriétaires de moutons (9e édition revue et mise à jour), La Maison Rustique, Paris, Flammarion, 343 p.

Delor A.
2009, « Le mobilier céramique », dans Chopelain (dir.) 2009, p. 8-13.

Delort R.
1993, Les animaux ont une histoire, Paris, Éditions du Seuil, 507 p.

Delor-Ahü A., Simonin O. et Legros A.
2005, « Sevrey “Les tupiniers” (Saône-et-Loire). Données nouvelles sur les ateliers de potiers médiévaux », Revue archéologie de l’Est, t. 54, p. 249-298.

Démians d’Archimbaud G.
1980, Les fouilles de Rougiers (Var). Contribution à l’archéologie de l’habitat rural médiéval en pays méditerranéen, Archéologie médiévale méditerranéenne. Mémoires n° 2, CNRS, Paris ; Valbonne, Centre régional de publications de Sophia Antipolis, 724 p.

Devals C.
2001, « Un site du haut Moyen Âge en Vexin français : Marines “les Carreaux” (Val-d’Oise) », Actes des journées archéologiques d’Île-de-France, p. 46-55.

Devevey F.
2005, Auxerre (89), “Les Brichères” phase II, Rapport de diagnostic archéologique 2004, Inrap, Direction interrégionale Grand-Est Sud, SRA Bourgogne, Dijon, 20 p.

2005, Joigny (89), « Château des Gondi », Document final de synthèse, Diagnostic archéologique, Dijon, Inrap, Direction interrégionale Grand-Est Sud, SRA Bourgogne, 15 p.

De Vinck A.
1991, Fouilles de sauvetage des Poteries-d’en-bas, Treigny, Yonne, (céramique et four xiiie-xive s.), rapport de fouilles, SRA Dijon.

Driesch A. von den
1976, A guide to the Measurement of Animal Bones from archeological Sites, Coll. Peabody Museum 1, Harvard University Peabody Museum of Archaeology and Ethnology, [S.I.], 137 p.

Dufournier D.
2000, « Analyse chimique de céramiques recueillies sur les ateliers de la Saulsotte (site de l’“Étang”) et de Montpothier (site des “Grands-Jardins”) », dans Lenoble 2000, p. 100.

Egan G.
1998, The Medieval Household, Daily Living c. 1150-c. 1450, Medieval finds from excavations in London / Museum of  6, Londres, Museum of London, Stationery Office, 342 p.

Eisenmann V. et Bekouche S.
1986, « Comparative osteology of modern and fossil horses, half-asses, and asses », dans Meadow R.H. et Uerpmann H.-P. (éd.), Equids In The Ancient World, L. Reichert, Wiesbaden, p. 67-116 (Beihette zum Tübinger Atlas des vorderen Orients. Reihe A (Naturwissenschaften) ; 19/1).

Faure-Boucharlat É., Forest V., Olive C. et Lalaï D.
2001, « Vivre et travailler à la campagne », dans Faure-Boucharlat É. (dir.), Vivre à la campagne au Moyen Âge. L’habitat rural du ve au xiie s. (Bresse, Lyonnais, Dauphiné) d’après les données archéologiques, Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne n° 21, Lyon, Association lyonnaise pour la promotion de l’archéologie en Rhône-Alpes, p. 93-126.

Faure-Boucharlat É. et Maccari-Poisson B.
1993, « Le mobilier céramique », dans Colardelle et Verdel (dir.) 1993, p. 189-203.

Fernandez H.
2001, Ostéologie comparée des petits ruminants eurasiatiques sauvages et domestiques (genres Rupricapra, Ovis, Capra et Capreolus) : diagnose ­différentielle du squelette appendiculaire, Thèse présentée à la Faculté des sciences de l’Université de Genève pour obtenir le grade de docteur ès sciences, mention biologique, Genève, Muséum d’histoire naturelle, 2 vol., 465 p.

Fichet de Clairfontaine F. (dir.)
1996, Ateliers de potiers médiévaux en Bretagne, DAF n° 55, Paris, MSH, 165 p.

Forest V.
1999, Identification des équidés domestiques des périodes historiques en France à partir du squelette post-céphalique : propositions méthodologiques. Atelier d’Archéozoologie du 2 décembre 1999. Thème 15 : « Archéologie de l’animal ». UMR 154 – CNRS, Lattes, 4 p. (non publié).

Fouillet N.
1999, « Un habitat rural du haut Moyen Âge à Déols (Indre) », Revue archéo­logique du Centre, t. 38, p. 169-194.

Gardel M.-É.
2004, Vie et mort d’un castrum : Cabaret, archéologie d’un village médiéval en Languedoc (xie-xiiie siècles), Coll. Domaine historique, Cahors, L’hydre éditions, 122 p.

Gentili F.
1988, « La céramique des habitats ruraux du Parisis du viie à l’an Mil », dans Un village au temps de Charlemagne, moines et paysans de l’abbaye de Saint-Denis du viie siècle à l’an Mil, Catalogue de l’exposition du musée des Arts et Traditions populaires, 29 novembre 1988 – 30 avril 1989, Paris, Réunion des musées nationaux, p. 318-331.

2008a, « L’habitat du haut Moyen Âge de “La Chapelle, La Croix Verte” au Mesnil-Aubry (Val-d’Oise) », Revue archéologique d’Île-de-France, t. 1, p. 265-308.

2008b, « Typologie et analyse spatiale des fonds de cabanes du haut Moyen Âge en Pays de France : l’exemple de Villiers-le-Sec et des sites environnants : Baillet-en-France, Le Mesnil-Aubry, Louvres et Villiers-le-Bel », dans L’habitat rural du haut Moyen Âge en Île-de-France, 2e supplément au Bulletin du Vexin Français, p. 33-125.

Guadagnin R.
2007, Fosses - Vallée de l’Ysieux, Mille ans de production céramique en Île-de-France. Volume 2, Catalogue typochronologique des productions, Caen, Publications du CRAHM, 735 p.

Guyot S.
2006, « Étude céramologique du mobilier médiéval », dans Meloche et Maire 2006, p. 120-149.

Grant A.
1982, « The use of tooth wear as a guide to the age of domestic ungulates », dans Wilson B., Grigson C. et Payne S. (éd.), Ageing and Sexing Animal Bones from archaeological sites, Oxford, BAR British Series n° 109, p. 91-108.

Gruet Y.
2004, Rapport « Sur une coquille d’œuf gallo-romaine » d’une coupelle gallo-romaine du Musée des Antiquités Nationales et confiée par Arc’Antique, inédit, 5 p.

Habermehl K.-H.
1975, Die Alterbestimmung bei Haus - und Labortieren, Berlin Hamburg, Paul Parey Verlag, 216 p.

Halbout P., Pilet C. et Vaudour C. (dir.)
1986, « Corpus des objets domestiques et des armes en fer de Normandie du ier au xve siècle », Annales de Normandie n° 20, Caen, Centre archéologique de Normandie, 255 p.

Husi P. (dir.)
2005, La céramique du haut Moyen Âge de la vallée de la Loire Moyenne (Centre-Ouest de la France), Rapport d’activité 2005 du PCR, 182 p.

Jacob J.-P.
1987, « Une production céramique carolingienne dans l’Yonne : Montigny-
la-Resme, site de Conneau»  (notices 618 et 619), dans Bourgogne médiévale, la Mémoire du Sol, 20 ans de recherches archéologiques, Catalogue de l’exposition itinérante, Dijon, p.  219-222.

Jacob J.-P. et Leredde H.
1978, « La terre cuite médiévale à Jaulges et Villiers-Vineux (Yonne) : le point sur la question », Archéologie médiévale, t. VIII, p. 245-258.

1985, « Les potiers de Jaulges, Villiers-Vineux (Yonne) : étude d’un centre de production gallo-romain », Gallia, t. 43, fasc. 1, p. 180-181.

Jesset S.
2005, « Saran et l’Orléanais », dans Husi 2005, p. 101-105.

Keepax C.
1981, « Avian Egg-shell from Archaeological Sites », Journal of Archaeological Science, 8, p. 315-335.

Kiesewalter I.
1888, Skelettmessungen an Pferden als Beitrag zur theoretischen Grundlage der Beurteilungslehre des Pferdes, Inaugural Dissertation, Leipzig, Philosophischen Facultät, 39 p.

Lacroix M.-C.
1997, « La céramique médiévale du site des “Halettes” à Compiègne (Oise) », Revue archéologique de Picardie, n° spécial 13, p. 135-168.

1998, « La production céramique du four de Pont-l’Évêque (Oise) », Revue archéologique de Picardie, n° 3 / 4, p. 207-214.

2004, « Un four de potier à Gaincourt (Oise). Structure et production céramique », dans Racinet P. (dir), Céramiques domestiques et terres cuites architecturales au Moyen Âge, Actes des journées d’étude d’Amiens (2001-2002-2003), Revue archéologique de Picardie, n° 3/4, p. 89-103.

Lefèvre A.
2009, « La céramique du début du Moyen Âge (xie-xiie s.) du sud des Yvelines : les sites de Bullion (rue de Noncienne) et Sonchamp (déviation de la route nationale 10) », Revue archéologique d’Île-de-France, n° 2, p. 221-234.

Lefèvre A. et Mahé N.
2004, « La céramique du haut Moyen Âge en Île-de-France à travers la fouille des habitats ruraux (vie-xie siècles). État de la question et perspectives de recherches », dans Racinet P. (dir.), Céramiques domestiques et terres cuites architecturales au Moyen Âge, Actes des journées d’étude d’Amiens (2001-2002-2003), Revue archéologique de Picardie, n° 3/4, p. 105-149.

Legros V.
2001a, « Étude du mobilier métallique des fermes médiévales du Bellé à Neuilly-en-Thelle (approches technique et fonctionnelle) », Revue archéologique de Picardie, n° 1/2, p. 39-72.

2001b, Archéologie de l’objet métallique aux époques médiévale et moderne entre Somme et Oise : approches typologique et fonctionnelle, Thèse de Doctorat, Amiens, Université de Picardie Jules Verne, 4 vol., 987 p.

En préparation, « Étude du mobilier métallique médiéval », dans Marcy T. (dir.), Fontaine-Notre-Dame, Rapport final d’opération, Amiens, Inrap, Direction interrégionale Picardie Nord-Pas-de-Calais.

2012, « Le mobilier métallique des habitats ruraux de la fin du haut Moyen Âge, l’exemple de Distré “Les Murailles” », dans Valais A. (dir.), L’habitat rural du haut Moyen Âge dans le Nord-Ouest de la France, t. 1. Les synthèses, Rennes, Presses universitaire de Rennes, p. 131-175.

Lenoble M.
2000, « Approche typologique de la céramique des sites d’habitas médiévaux de l’Aube. L’apport des fouilles archéologiques de l’autoroute A5 entre Sens et Troyes », Bulletin de la Société archéologique champenoise, t. 93, n° 2, p. 69-100.

Les gestes des abbés de Saint-Germain d’Auxerre
2011, édition et traduction de N. Deflou-Leca, Y. Sassier, Les Belles Lettres, Paris, 178 p. (Les Classiques de l’histoire au Moyen Âge ; 50).

Les gestes des évêques d’Auxerre
2002, vol. 1, édition et traduction M. Sot (dir.), Les Belles Lettres, Paris, 336 p. (Les Classiques de l’histoire de France au Moyen Âge ; 42).

Lhomme V. et Muller F.
2000, Diagnostic archéologique sur les parcelles de « Sous Macherin », commune de Monéteau (Yonne), Dijon, AFAN Grand-Est, SRA de Bourgogne, 15 p.

Mahé N.
2002, « Un ensemble céramique du xie siècle provenant du village des Ruelles à Serris (Seine-et-Marne) », Archéologie médiévale, t. XXXII, p. 55-68.

Masquilier A.
1994, Le château de Fréteval (Loir-et-Cher) : vie quotidienne et mutations fonctionnelles (1300-1450), Mémoire de DEA, Tours, Université de Tours, 1994, 173 p.

Matolcsi J.
1970, « Historische Erforschung der Körpergrösse des Rindes auf Grund von ungarischem Knochenmaterial », Zeitschrift für Tierzüchtung und Züchtungsbiologie, 87, p. 89-137.

Medieval Catalogue
1967 (1re édition 1954), Medieval Catalogue, Londres, London Museum, 319 p.

Meloche C. et Maire E.
2006, Auxerre (89) “Les Brichères” phase II, Rapport final d’opération (2005-2006), Dijon, Inrap, Direction interrégionale Grand-Est Sud, SRA Bourgogne, 169 p.

Merlange A.
1986, Rapport de sauvetage de silos d’époque médiévale effectué en mars 1986 au lieu dit “La Croix Sainte”, hameau du Grand Longueron sur la commune de Champlay, Rapport de fouille, SRA Bourgogne, 6 p.

Meunier K. (dir.)
2007, Gurgy « Le Nouzeau » (89 – Bourgogne), Rapport final d’opération, Dijon, Inrap, Direction interrégionale Grand-Est Sud, SRA Bourgogne, 196 p.

Meunier K., Muller F. et Humbert L.
2004, Gurgy “Le Nouzeau” (89 – Bourgogne), Occupations néolithique, protohistorique et médiévale, Rapport de diagnostic, Dijon, Inrap, Direction interrégionale Grand-Est Sud, SRA Bourgogne, 14 p.

Muller F.
2004, Diagnostic rue de Madrid au lieu-dit « le Petit Coignot » sur la commune de Monéteau (Yonne), Rapport de diagnostic, Dijon, Inrap, Direction interrégionale Grand-Est Sud, SRA Bourgogne, 8 p.

Nicolardot J.-P. et Guigon P.
1991, « Une forteresse du xe siècle : le Camp Péran à Plédran (Côtes-d’Armor) », Revue archéologique de l’Ouest, n° 8, p. 123-157.

Normand E. et Treffort C. (dir.)
2005, À la table des moines charentais, archéologie de l’alimentation monastique en Charente et Charente-Maritime au Moyen Âge, Geste éditions, 95 p.

Ottaway P.
1992, « Anglo-Scandinavian ironwork from Coppergate, the small finds », The Archaeology of York, vol. 6/17, 751 p.

Payne S.
1973, « Kill-off patterns in sheep and goats : the mandible from Asvan Kale », Anatolian Studies, n° 23, p. 281-303.

1985, « Morphological distinction between the mandibular teeth of young sheep, Ovis, and goats, Capra », Journal of Archaeological Science, n° 12, p. 139-147.

Pellet C.
1989, « La faïence populaire dans l’Yonne », dans L’Yonne et son passé, 30 ans d’archéologie, Catalogue de l’exposition [décembre 1989-juillet 1990] organisée par le Comité départemental de la recherche archéologique de l’Yonne, Auxerre, CDRA / CRRAB, p. 271-276.

Perrugot D.
1982, Thèmes, Rapport de fouille, Dijon, SRA Bourgogne.

1983, Béon, Rapport de fouille, Dijon, SRA Bourgogne,

1984, « Aspects de l’habitat de l’époque romaine au Moyen Âge dans la moitié nord du département de l’Yonne », dans Actes du 109e Congrès des Sociétés savantes, Dijon, p. 29-46.

1986, Habitat mérovingien à Malay-le-Grand, Rapport de sondages, n° 74, Dijon, SRA Bourgogne.

1987, « L’atelier de céramique médiévale de Saint-Julien-du-Sault (Yonne) (xiie-xive siècles) », dans Bourgogne médiévale, la Mémoire du Sol, 20 ans de recherches archéologiques, Catalogue de l’exposition itinérante, Dijon, p. 220-225.

1989a, « Sens, îlot Gennetier, fosses médiévales », dans L’Yonne et son passé, 30 ans d’archéologie, Catalogue de l’exposition [décembre 1989-juillet 1990] organisée par le Comité départemental de la recherche archéologique de l’Yonne, Auxerre, CDRA / CRRAB, p. 256.

1989b, « Sens, îlot Gennetier, fragments de verrerie », dans L’Yonne et son passé, 30 ans d’archéologie, Catalogue de l’exposition [décembre 1989-juillet 1990] organisée par le Comité départemental de la recherche archéologique de l’Yonne, Auxerre, CDRA / CRRAB, p. 256.

1989c, « Sens, îlot Gennetier, céramique », dans L’Yonne et son passé, 30 ans d’archéologie, Catalogue de l’exposition [décembre 1989-juillet 1990] organisée par le Comité départemental de la recherche archéologique de l’Yonne, Auxerre, CDRA / CRRAB, p. 256.

1989d, « Saint-Julien-du-Sault, atelier de céramique médiéval », dans L’Yonne et son passé, 30 ans d’archéologie, Catalogue de l’exposition [décembre 1989-juillet 1990] organisée par le Comité départemental de la recherche archéologique de l’Yonne, Auxerre, CDRA / CRRAB, p. 257.

1989e, « Saint-Julien-du-Sault, céramique », dans L’Yonne et son passé, 30 ans d’archéologie, Catalogue de l’exposition [décembre 1989-juillet 1990] organisée par le Comité départemental de la recherche archéologique de l’Yonne, Auxerre, CDRA / CRRAB, p. 257.

1989f, «Sens, atelier de céramique médiéval : four», dans L’Yonne et son passé, 30 ans d’archéologie, Catalogue de l’exposition [décembre 1989-juillet 1990] organisée par le Comité départemental de la recherche archéologique de l’Yonne, Auxerre, CDRA / CRRAB, p. 258.

1991, « Les ateliers de céramiques dans l’Yonne », dans La Bourgogne médiévale, des mérovingiens aux grands ducs, Coll. Les dossiers d’Archéologie n° 157, Archéologia, p. 49.

Peytremann É.
2003, Archéologie de l’habitat rural dans le nord de la France du ive au xiie siècle, Mémoires publiés par l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne n° 13, Saint-Germain-en-Laye, Association Française d’Archéologie Mérovingienne, 2 vol., 453 et 442 p.

Peytremann É. avec la collaboration de Frauciel M.
2006, « L’habitat déserté de Gungling à Grosbliederstroff (Moselle) (ixe-xve siècles) », Archéologie médiévale, t. 36, p. 57-113.

Poil E.
2000, « Principaux aspects de la céramique médiévale », dans Sapin C. (dir.), Archéologie et architecture d’un site monastique (ve-xxe siècles). 10 ans de recherche à l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre, Auxerre, Éditions du CTHS, Paris / Centre d’études médiévales, p. 450-454.

Prampart J.-Y.
1981, « Rapport de sauvetage au lieu-dit “Le Vieux-cimetière” à Villemanoche. Nécropole médiévale – Découverte de 1981 », Bulletin de la Société archéo­logique et culturelle de Pont-sur-Yonne, 4, 4, p. 1-12, pl. 1-XI.

1983, « Villemanoche “Le Vieux Cime­tière” », dans Bulletin de la Société archéologique et culturelle de Pont-sur-Yonne, 6, 1, p. 2-3, pl. II-IV.

Putelat O.
2001, Le mobilier ostéologique des vallées de la Mardelle et de la Vanne (Yonne), du ier au viiie siècle après J.-C., Mémoire pour l’obtention du diplôme de l’École Pratique des Hautes Études, Université de Bourgogne – Sciences de la Vie et de la Terre – Laboratoire de Paléobiodiversité et Préhistoire – EPHE Dijon, 295 p.

2006, « Le matériel osseux (xe-xiie s.) de Bourogne “Le Cimetière” France, (90140), fouilles 2004. Rapport d’analyses », dans Billoin D. (dir.), Bourogne (90) « Cimetière Communal » - Rapport de fouille archéologique préventive, Dijon, Inrap, Direction Interrégionale Grand-Est-Sud, SRA Bourgogne, p. 33-48.

2007, « Le matériel osseux (viiie-xie s.) de Courchapon “Sur le Moulinet” (France, 25). Rapport d’analyses », dans Billoin D. (dir.)., Courchapon « Sur le Moulinet » (France, 25) - Rapport de fouille archéologique préventive, Dijon, Inrap, Direction Interrégionale Grand-Est-Sud, SRA Bourgogne, p. 63-78.

Quantin M.
1854, Cartulaire général de l’Yonne. Recueil de documents authentiques pour servir à l’histoire des pays qui forment ce département, t. 1 (519-1156), Auxerre, Perriquet et Rouillé, 630 p.

1860, Cartulaire général de l’Yonne. Recueil de documents authentiques pour servir à l’histoire des pays qui forment ce département, t. 2 (721-1199), Auxerre, Perriquet et Rouillé, 586 p.

1862, Dictionnaire topographique du département de l’Yonne, comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Coll. Dictionnaire topographique de la France ; [89], Paris, Imprimerie Impériale, 167 p.

1868, Répertoire archéologique du département de l’Yonne, Imprimerie Impériale, Paris, 290 col. (Coll. Répertoire archéologique de la France ; [89]).

Querrien A. (dir.)
2004, «La résidence aristocratique rurale de Montbaron (Levroux, Indre), fin xie siècle-début xiiie siècle», Archéologie médiévale, t. 34, p. 66-174.

Quittet E. (dir.)
1975, La Chèvre - Guide de l’éleveur, Paris, La Maison Rustique, 288 p.

Ravoire F.
2002, « Étude du mobilier céramique en terre cuite et de la vaisselle », dans Dufour J.-Y. (dir.), Roissy-en-France, le Château, Document final de synthèse de sauvetage urgent, vol. II. Études spécialisées, Paris, Inrap, Direction interrégionale Centre Île-de-France, SRA Île-de-France, p. 117-239.

2006a, « Étude de la céramique de la basse-cour du château de Roissy-en-France (Val-d’Oise) », dans Dufour J.-Y. (dir.), Roissy-en-France, la basse-cour, Document final de synthèse de sauvetage urgent, vol. II, Paris, Inrap, Direction interrégionale Centre Île-de-France, SRA Île-de-France, p. 83-143.

2006b, « Approvisionnement céramique et mode d’alimentation dans les communautés religieuses sous l’Ancien régime. L’exemple de l’abbaye de Chelles (Seine-et-Marne) et du couvent des Feuillantines à Paris (VIe arr.) », dans Clavel B. (dir.), Actes du colloque de Lille (16, 17, 18, 19 octobre 2003), Production alimentaire et lieux de consommation dans les établissements religieux au Moyen Âge et à l’époque moderne, CAHMER (Université de Picardie) et CREDHIR (Université catholique de Lille), Histoire médiévale et archéologie, n° 19, p. 301-325.

2007a, « La céramique », dans Meunier (dir.) 2007, p. 129-143.

2007b, « Étude de la céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne », dans Saint-Jean-Vitus B. (dir.), Le site du 12 rue Saint-Genest à Nevers (ancienne abbaye Notre-Dame), Dijon, Inrap, Direction interrégionale Grand-Est Sud, SRA Bourgogne, vol. 3, 120 p.

2009, « L’apport de Jean-Yves Prampart à l’archéologie médiévale du nord de la Bourgogne (xe-xvie s.) », dans Hommage à l’archéologue Jean-Yves Prampart, Catalogue de l’exposition des musées de Sens, 25 octobre 2009 au 21 février 2011, Sens, Musées de Sens, p. 131-143.

Renimel S.
1974, L’atelier céramique de Sevrey,
ixe-xixe siècles : un millénaire de tradition céramique en Chalonnais (Mémoire de la Société Historique et Archéologique de Chalon-sur-Saône), 68 p.

Rey-Delquié M. (dir.)
1990, Archéologie et vie quotidienne aux xiiie et xive siècles en Midi-Pyrénées, Catalogue de l’exposition du Musée des Augustins de Toulouse, 7 mars-31 mai 1990, Toulouse, Association pour la promotion de l’archéologie et des musées archéologiques en Midi-Pyrénées, 347 p.

Rieb J.-P. et Salch C.-L.
1973, Aspects de la vie au Moyen Âge et à la Renaissance, dix ans de fouilles en Alsace, Strasbourg, Centre d’Archéologie médiévale de Strasbourg, 131 p.

Riera-Melis A.
1996, « Société féodale et alimentation (xiie-xiiie siècles) » dans Flandrin J.-L. et Montanari M. (dir.), Histoire de l’alimentation, Paris, Fayard, p. 397-418.

Saint-Jean Vitus B.
À paraître, « Habitat et processus d’agglomération en Bourgogne au cours du Moyen Âge (ve-xvie siècles). L’apport des travaux archéologiques des années 1995-2005, contribution au bilan scientifique régional », Revue archéologique de l’Est.

Serdon V.
2005, Armes du Diable : arcs et arbalètes au Moyen Âge, Coll. Archéologie et culture, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 335 p.

Steane, J.-M. et Foreman M.
1991, « The archaeology of medieval fishing tackle », dans Waterfront Archaeology - Proceeding of the 3rd International Conference, Bristol, 1988, CBA Research Report n° 74, p. 88-101.

Studer J.
1998, « Restes fauniques de Marin NE-Le Chalvaire couches 4 et 5», dans Rouvinez F. (dir.), « Marin NE-Le Chalvaire : Habitat de l’âge du bronze moyen », Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, n° 81, p. 95-97.

Taverdet G.
1983, Les noms de lieux de Bourgogne. L’Yonne, Dijon, Centre Régional de Documentation Pédagogique de l’Académie de Dijon, t. 4, 64 p.

Teichert M.
1975, « Osteometrische Untersuchungen zur Berechnung der Widerristhöhe bei Schafen », dans Clason A. T. (éd.), Archaeozoological studies. Papers of the Archaeozoological conference 1974, held at the Biologisch – Archaeologisch Instituut of the State University of Groningen, North Holland Publishing Company, Amsterdam / American Elzevier published company, New York, p. 51-69.

Vinck de A. et Vinck de A.
1989, Fouilles de sondage des « Poteries-d’en-Bas », Treigny, canton de Saint-Sauveur-
en-Puisaye, Rapport dactylographié, SRPM, 17 p.

Violot J.-M.
1994, Rapport de fouilles sur le gisement gallo-romain et médiéval au lieu-dit « La Plaine de Nange » à Rozoy (89), Gravières de la basse vallée de l’Yonne. Fouilles archéologiques, Dijon : Service régional de l’archéologie de Bourgogne, Afan, 36 p.

Vue B.
1997, Microtoponymie et archéologie des paysages à Neuilly-l’Évêque (Haute-Marne) du xiiie au xxe siècle, Thèse de doctorat de l’Université de Nancy II, Nancy, 3 vol., 638 p.

Yvinec J.-H.
1997a, « L’élevage au haut Moyen Âge en France du nord et de l’est. Témoignages archéozoologiques », Ethnozootechnie, 59, p. 79-86.

1997b, « Étude archéozoologique du site de la place des Hallettes à Compiègne (Oise) du haut Moyen Âge au xiie siècle », Revue archéologique de Picardie, n° spécial 13, p. 171-210.

Yvinec J.-H. et Baudry A.
2002, « Étude archéozoologique du site de Marlenheim », dans Châtelet M. (dir.), Marlenheim « La Peupleraie 2 » - Sur les marges d’une villa romaine et d’un habitat du haut Moyen Âge (vie-xiie siècles), DFS de sauvetage urgent, Strasbourg, Inrap, Sous-Direction Grand-Est, SRA Alsace, p. 2-19.

Zadora-Rio E.
2001, « Archéologie et toponymie : le divorce », Les petits cahiers d’Anatole, n° 8, 05/12/2001, http://citeres.univ-tours.fr/doc/lat/pecada/F2_8.pdf

Zimmermann B.
2000, « Mitteralterliche Geschossspitzen. Kulturhistorische, archäologische und archäometallurgische Untersuchungen », Schweizer Beiträge zur Kulturgeschichte und Archäologie des Mittelalters, 26, p. 188-195.

Haut de page

Annexe

Annexe : Faune médiévale : données ostéométriques (d'après Von Den Driesch 1976).

Liste des abréviations :
A. D. : Anno Domini (après Jésus-Christ) ; Bd : plus grande largeur de l’extrémité distale (greatest breadth of the distal end) ; BFcd : plus grande largeur de la face articulaire caudale (Greatest breadth of the Facies articularis caudalis) ; BFcr : plus grande largeur de la face articulaire crâniale (Greatest breadth of the Facies articularis cranialis) ; BG : largeur de la cavité glénoïde ; Bp : plus grande largeur de l’extrémité proximale (greatest breadth of the proximal end) ; BPC : plus grande largeur de la surface articulaire proximale ; BT : largeur de la trochlée  ; Chev. oss. : cheville osseuse ; DC : profondeur de la tête du fémur ; Dd : plus grande profondeur de l’épiphyse distale ; Dl : profondeur de la moitié latérale (talus) ; DLS : longueur diagonale de la face palmaire ; Dm : profondeur de la moitié médiale (talus) ; DPA : profondeur au processus anconé ; FdC : fond de cabane ; Fgts : fragments ; Fig. : figure ; GB : plus grande largeur (greatest breadth) ; GL : plus grande longueur  (greatest length) ; GLC : grande longueur depuis la tête  ; GLF : grande longueur de la face articulaire crâniale à la face articulaire caudale ; GLl : grande longueur latérale  ; GLm : grande longueur de la moitié médiale  ; GLP : grande longueur du processus articulaire de la scapula ; Grds mamm. : grands mammifères ; HFcr : plus grande hauteur de la face articulaire crâniale (Greatest height of the Facies terminalis cranialis) ; HS : hauteur de la scapula mesurée le long de l’épine scapulaire ; h : hauteur ; Indét. : indéterminé. ; Inv. Inventaire ; LA : longueur de l’acétabulum incluant la lèvre ; LAR : longueur de l’acétabulum mesurée au bord ; LCDe : plus grande longueur du corps de l’axis (comprenant la dent) ; Ld : longueur de la surface dorsale ; LG : longueur de la cavité glénoïde de la scapula ; Ll : longueur latérale ; M : mâle ; M(1, 2, 3) : molaires (1, 2, 3) ; Mandib. : mandibulaire ; MBS : largeur au milieu de la face palmaire ; Mes. : mesures (renvoient à von den Driesch 1976) ; MTC : métacarpe ; MTP : métapode ; MWS : stade d’usure de la mandibule ; NME : nombre minimum d’éléments ; NR : nombre de restes ; NMI : nombre minimum d’individus  ; NRD : nombre de restes déterminés ; PR : poids des restes ; PRD : poids des restes déterminés ; SB : plus petite largeur de l’os ilium ; SD : plus petite largeur de la diaphyse (smallest breadth of diaphysis) ; sp : espèce ; SLC : plus petite longueur du col de la scapula ; TWS : stade d’usure de la dent.

Haut de page

Notes

1 Le diagnostic et la fouille ont été réalisés sous la direction de Katia Meunier (Meunier, Muller et Humbert 2004). Le diagnostic avait révélé un site Néolithique d’importance, quelques structures protohistoriques et une occupation médiévale, fouillée sous la conduite de V. Jolly (dans Meunier 2007). La surface totale fouillée était de 7,5 ha, sur laquelle le site médiéval s’étendait sur environ 3 000 m². La côte NGF moyenne du site est à 88 m mais l’altitude d’apparition des structures médiévales est comprise entre 87,30 et 88,30 m NGF.

2 Meunier (dir.) 2007, p. 114-119.

3 Saint-Jean-Vitus à paraître. Ce travail vient renouveler des travaux plus anciens sur le sujet (Bourgogne médiévale, la mémoire du sol 1987 ; Chopelain 2004) et également l’approche qui a été faite par E. Peytremann dans sa thèse (Peytremann 2003).

4 Prampart 1983, p. 2-3, pl. II-IV ; Ravoire 2009, p. 132-137.

5 Violot 1994.

6 Perrugot 1983.

7 Lhomme et Muller 2000.

8 Perrugot 1986 ; Chopelain 2009.

9 Les données présentées dans cette contribution ont été réunies dans un premier temps par les auteurs dans leurs mémoires de travaux universitaires respectifs, puis publiées dans un second temps de manière partielle ou exhaustive (Aumard 1998 ; Id. 2005 ; Deflou-Leca 2010). Sur la toponymie régionale voir Quantin 1862, et, en dernier lieu, Tardevet 1983, t. 4, p. 30.

10 Les gestes des évêques d’Auxerre 2002, p. 172 : […] Chimiliacum villam cum ecclesia sancti Andree que est in Gurgiaco attribuit […]. Autres mentions de Gurgy p. 178 et p. 240.

11 L’occupation altomédiévale de la plaine de Néron est connue depuis le xixe siècle par la découverte de sarcophages décrits comme des « cercueils en pierre », Quantin 1868, p. 64.

12 Les gestes des évêques d’Auxerre 2002, p. 132.

13 En 864, lors du concile de Pîtres (Courtois et al., 1989, p. 42, n° 7) ; le 20 juin 864, par Charles le Chauve (Quantin 1854, n° 46, p.92) ; le 11 juin 884, par Carloman (Ibid., n° 57, p. 111) et le 28 octobre 886, par Charles le Gros (Ibid., n° 59, p. 116).

14 … pro restauracione molendinorum … apud Neron… (Quantin 1860, n° 286, p. 306).

15 Confirmation par le pape Clément III (Quantin 1860, n° 376, p. 386).

16 Les gestes des abbés de Saint-Germain d’Auxerre 2011, p. 70-71.

17 Les gestes des abbés de Saint-Germain d’Auxerre 2011, p. 128-129 (... Deinde non post magnum tempus commissum fuit regimen domus, seu grangie, de Nerone...), p. 136-137, p. 140-141.

18 Quantin 1860, n° 238, p. 382.

19 Les gestes des abbés de Saint-Germain d’Auxerre 2011, p. 138-139.

20 Cette répartition de l’habitat caractérise encore de nos jours plusieurs communes de l’Auxerrois, telles que Charbuy, Hauterive ou Lindry.

21 Zadora-Rio 2001 ; Vue 1997.

22 Saint-Jean-Vitus à paraître ; Gentili 2008a ; Id. 2008b, p. 271.

23 Peytremann 2003.

24 Les structures 53, 55, 59, 66, 89, 90 et 126.

25 L’étude réalisée dans le cadre du rapport de fouille par Sylvie Coubray (anthracologue à l’Inrap) sur cet échantillon de la st. 55 a permis d’identifier 4 taxons : érable, charme, genêt à balai et chêne à feuillage caduc. Coubray 2007, p. 172-174.

26 Cf. étude archéozoologique de O. Putelat.

27 Les fosses 15 à 18 semblent pouvoir être associées avec le fond de cabane 53 ; les fosses 40, 54, 94 et 101, avec les fonds de cabane 89 et 66.

28 Les structures 15, 18, 39, 43, 54, 56, 58, 62, 63, 65, 68, 101, 111 et 117.

29 Les structures 17, 40, 57, 62, 64, 70, 95 et 97.

30 Les structures 16, 61, 75, 94, et 121.

31 Seulement quatre fosses 16, 61, 75 et 94.

32 Les fosses 17, 57, 62, 70 et 97.

33 Les fosses 16, 18, 40, 54, 56, 57, 58, 61, 63, 64, 65, 68, 95 et 101.

34 Nous remercions Stéphane Büttner du Centre d’Études Médiévales d’Auxerre pour nous avoir fourni durant la phase de terrain quelques indications sur les blocs de pierres présents sur le site.

35 Les structures 16, 18, 40, 54, 56, 62, 64, 94, 101 et 117d.

36 Les tessons résiduels sont très peu nombreux : 17 tessons gallo-romains et 5 protohistoriques. Ils proviennent des fonds de cabane st. 53, 55, 66 et des fosses st. 15, 16, 17, 43, 57, 63, 94 et 121.

37 Lefèvre et Mahé 2004, p. 143.

38 Lefèvre et Mahé 2004, p. 136.

39 Lenoble 2000, p. 74.

40 Delor 2009, p. 13.

41 Poil 2000, p. 450.

42 Lefèvre et Mahé 2004, p. 137-138.

43 Lenoble 2000, p. 77

44 Lefèvre et Mahé 2004, p. 136.

45 Husi 2005.

46 Devevey 2005, p. 17.

47 Muller 2004, fig. 6.

48 Delor 2009, p. 12.

49 Simonin et Delor-Ahu 2007 ; Renimel 1974.

50 Husi 2005, p. 10-20.

51 Le site de la rue Bourneil à Auxerre daté du bas Moyen Âge a livré cependant des niveaux des xie-xiie siècles qui ont offerts de nombreuses comparaisons pour le mobilier de Gurgy (Chopelain et al. 2005).

52 C’est le cas de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre (Poil 2000, p. 450-454), de Béon (Perrugot 1983), des Pâquis à Malay-le-Grand (Delor 2009), du Vieux Cimetière à Villemanoche (Ravoire 2009), de la plaine de Nange à Rozoy (Violot 1994). Le site de Sous Macherin à Monéteau a également révélé une petite occupation des xe-xie siècles. En ce qui concerne le site des Brichères à Auxerre, seul le mobilier de la seconde phase de fouilles (Meloche et Maire 2006) a été étudié. Les conclusions de l’étude mettent en évidence la part prépondérante des céramiques datables entre le viie et le xe siècle, voire le xie siècle (Guyot 2006, p. 147).

53 Lenoble 2000.

54 Gentili 1988 ; Lefèvre et Mahé 2004 ; Guadagnin 2007, p. 66-122 ; Mahé 2002 ; Lefèvre 2009.

55 Lefèvre et Mahé 2004, p. 140.

56 Lenoble 2000, p. 75, fig. 2, n° 11-12, p. 76.

57 Poil 2000, p. 453, fig. 471.

58 Chopelain et al. 2005, fig. 54.

59 Husi 2005.

60 Jesset 2005, p. 104.

61 Elles étaient datées du xive siècle dans Perrugot 1990, p. 257.

62 Poil 2000, p. 453, fig. 471.

63 Chopelain et al. 2005, fig. 54. Ont été datées du xiiie siècle (!) celles, à pâte blanche, découvertes dans les trois silos de Champlay, hameau du Grand-Longueron, Bodechon 1983, p. 3 et pl. 3-4 ; Merlange 1986, p. 2-3.

64 Lefèvre et Mahé, 2004, p. 140, pl. 26 n° 7.

65 Poil 2000, p. 453, fig. 471.

66 Chopelain et al. 2005, fig. 47, US 137, n° 1 ; fig. 48, US 212, n° 1 et 2.

67 Perrugot 1987, p. 233, fig. 329.

68 Chopelain et al. 2005, fig. 47, US 137, n° 1 et 2 ; fig. 55.

69 Poil 2000, p. 453, fig. 469.

70 Augereau et Meunier 2005, p. 31, fig. 21.

71 Poterie 6d. Ils ont été interprétés comme des bords d’oules. Les comparaisons établies par l’auteur offrent une fourchette de datation qui va du viie au xiie siècle. Guyot 2006, p. 139-140.

72 Perrugot 1990, p. 257.

73 Chopelain et al. 2005, fig. 55.

74 Husi 2005.

75 Lacroix 1997, p. 150, fig. 17, n° 4.

76 Gentili 1988 ; Mahé 2002, p. 67.

77 Ravoire 2006a.

78 Poil 2000, p. 450.

79 Guyot 2006, p. 143.

80 Augereau et Meunier 2005, p. 31, fig. 21.

81 Ravoire 2007, pl. N.

82 Aubourg et Josset 2005, planche typochronologique des céramiques de Blois.

83 Information de Nadine Mahé (Inrap) que nous remercions.

84 Faure-Boucharlat et Maccari-Poisson 1993, p. 191.

85 Boüard 1976, p. 264-265.

86 Ravoire 2002, p. 168. Sur 357 NTI, les oules comptent pour 60 % du corpus, contre seulement 21 % de cruche.

87 Faure-Boucharlat et Maccari-Poisson 1993, p. 191.

88 Ravoire 2002, p. 168.

89 Boüard 1976, p. 265.

90 Observations réalisées toutefois après lavage des tessons.

91 Lenoble 2000, p. 74.

92 Lefèvre et Mahé 2004, p. 142.

93 Fouilles de Vincent Goustard (Inrap). Voir Lefèvre et Mahé 2004, p. 142.

94 Ravoire 2002, p. 172.

95 Des analyses par ICP-AES ont été réalisées sur des oules à bord en bandeau mises au jour sur le site de Roissy-en-France. Leur composition très siliceuse s’apparente à celles des céramiques des fours de Fosses (rapport inédit A. Bocquet-Liénard).

96 Voir les productions de l’atelier 10.21 et particulièrement la tessonnière G dans laquelle les oules sont proches des nôtres, Guadagnin 2007, p. 70, fig. 24.

97 Lefèvre 2009, p. 221-234 ; Mahé 2002, p. 55-68.

98 Fichet de Clairfontaine 1996, fig. XV, n° 2-4.

99 Lacroix 2004, p. 100-101, fig. 22-23.

100 Perrugot 1987.

101 Une officine de la fin du Moyen Âge, située en périphérie du castrum de la ville, place des Véens, a été reconnue en diagnostic par l’Inrap (Alix 2009). Elle a fait l’objet d’une fouille par le Centre d’Études Médiévales d’Auxerre en 2010.

102 Jacob 1987. Non loin de là, à Ligny-le-Châtel, les sources textuelles attestent la présence d’une faïencerie, qui n’a cependant connu qu’une existence éphémère au début du xixe siècle. Pellet 1989, p. 272, fig. 270.

103 De Vinck 1991.

104 Deborde 1996, p. 32, fig. 1 et p. 51-53.

105 Dufournier 2000, p. 100.

106 Les données publiées par D. Dufournier sur ces ateliers montrent des valeurs proches mais non convergentes avec celles réalisées sur du mobilier de Gurgy. Dufournier 2000, p. 100 et Deborde et al. 1996, p. 56, tableau 6.

107 Jacob et Leredde 1974.

108 Jacob 1987, p. 219-221 ; Jacob et Leredde 1978, p. 245-258.

109 Perrugot 1987 ; Id. 1990, p. 257. Remerciements à M. de Cargouët du musée de Sens.

110 Voir infra.

111 Alix 2008.

112 Des analyses en ICP-AES ont été réalisées par le laboratoire du CRPG de Nancy (analyses majeurs et mineurs et traces). L’étude de ces analyses a été réalisée par Anne Bouquillon du C2RMF.

113 Échantillon 1 : panse de pot à pâte blanche (US 56) ; Échantillon 7 : cruche à pâte blanche (st. 53 inv. 1.1); Échantillon 3 : oule (?) à pâte bistre (st. 117d inv. 2) ; Échantillon 6 : panse de jatte à pâte beige orangé (st. 55 inv. 10) ; Échantillon 4 : panse de forme fermée à pâte orangée à cœur gris (st. 117d inv. 4).

114 Échantillon 2 : oule à pâte blanche avec peinture (st. 117d inv. 1) ; Échantillon 5 : oule à pâte rose avec peinture (st. 66 inv. 1).

115 Échantillon 10 : Saint-Julien-du-Sault, pâte blanche.

116 Échantillon 8 : Dixmont, pâte blanche; Échantillon 9 : Dixmont, pâte rouge.

117 Ces céramiques proviennent des structures mises au jour lors du diagnostic réalisé par Stéphane Alix de l’Inrap en 2008 sur le site de la place des Véens (US 2013 : xiiie-xive s. ; US 4002 : xve-xvie s.). Les analyses ont été réalisées par ICP-AES au laboratoire de céramologie du CRAHAM par Laëtitia Birée.

118 Le groupe des céramiques à grosses inclusions noyées « pâte granuleuse » n’est pas représentatif ici car inférieur à 1 % des effectifs.

119 Poil 2000, p. 453, fig. 471 et p. 454 ; Chopelain et al. 2005, fig. 55.

120 Muller 2004, fig. 6 ; Augereau et Meunier 2005, p. 31.

121 Devevey 1995, p. 14.

122 Bodechon 1983, p. 3 et pl. 3-4 ; Merlange 1986, p. 2-3 ; Perrugot 1987, p. 233.

123 Zimmermann 2000.

124 Serdon 2005, p. 117.

125 Legros 2012.

126 Serdon étude en cours.

127 Legros 2001b, pl. 1, t. IV.

128 Bourgogne médiévale, la mémoire du sol 1987, n° 245, p. 140.

129 Ottaway 1992, n° 2993, fig. 248, p. 601.

130 Ibid. 1992, p. 600.

131 Steane et Foreman 1988, type 3, fig. 12-2 p. 90.

132 Rey-Delquié 1990.

133 Rieb et Salch 1973, n° 94-96, fig. XIII.

134 Beck 1989, n° 60, fig. 74, p. 108.

135 Medieval Catalogue 1954, n° 1, fig. 24, p. 113.

136 Legros 2012, fig. n° 43.

137 Querrien 2004, n° 10, fig. 14, p. 111.

138 Ibid., n° 1-3, fig. 14, p. 111.

139 Legros 2001b, n° 95-98 et 101, pl. 20, t. IV.

140 Ibid., n° 85-91, pl. 19, t. ive-xie siècle.

141 Bourgogne médiévale, la mémoire du sol 1987, n° 250, p. 140.

142 Colardelle et Verdel 1993, n° 4-7, fig. 24, p. 241.

143 Bouvier, Faure-Boucharlat et Monier, 1992 fig. 35, p. 305.

144 Fouillet 1999, n° l.16, fig. 11, p. 192.

145 Rey-Delquié 1990, n° 532 et 532, p. 254.

146 Querrien 2004, n° 11, fig. 14 p. 111.

147 Legros 2002, n° 12 et 13.

148 Legros 2001b, Neuilly-en-Thelle et Moreaucourt, n° 116 et 117, pl. 22, t. IV.

149 Ottaway 1992, n° 2290, fig. 219, p. 549.

150 Medieval Catalogue 1954, n° 2, fig. 48, p. 156.

151 Cowgill, Neergaard et Grew 1987, fig. 70, p. 107.

152 Ibid., n° 313, fig. 70, p. 107.

153 Böhme 1991, fig. 20, p. 254 ; Id. 1992, n° 36, vitrine 3, p. 36, 21,1 cm, 1 264 g.

154 Colardelle et Verdel 1993, n° 1 et 2, fig. 35, p. 240.

155 Chaplain 1991-1993, n° 1, fig. 2, p. 213.

156 Ottaway 1992, n° 2272 et 2273, fig. 212, p. 539.

157 Crépin-Leblond et al. 2000, n° 194, p. 106.

158 Crossley et Goodall 1981, n° 2, fig. 53, p. 54.

159 Nicolardot et Guigon 1991, n° 1-3, fig. 14, p. 139.

160 Crossley et Goodall 1981, p. 54.

161 Ottaway 1992, n° 2419, 2420 et 2442, fig. 213, p. 541.

162 Ibid., n° 2323, fig. 213, p. 541.

163 Legros en préparation, n° 85-95, pl. 2

164 Gardel 2004, n° 1-8, fig. 7, p. 850.

165 Blois 2000, p. 108.

166 Masquilier 1994, n° 17, fig. 18.

167 Bourgogne médiévale, la mémoire du sol 1987, Villemanoche, n° 253, p. 140 et Colardelle et Verdel 1993, n° 4, fig. 145, p. 209.

168 Colardelle et Verdel 1993, n° 4, fig. 236, p. 318 et Halbout, Pilet et Vaudour 1986, n° 829, p. 209 (Grimbosq, Calvados, 1re moitié du xie siècle).

169 Querrien 2004, T3 et Z4P4, fig. 25, p. 121.

170 Bourgogne médiévale, la mémoire du sol 1987, n° 297 et 298, p. 152.

171 Peytremann 2006, fig. 30, p. 93, xiiie-xive siècles.

172 Legros 2001a, n° 12-14, fig. 4, p. 43.

173 Crépin-Leblond et al. 2000, p. 129.

174 Crépin-Leblond et al. 2000, n° 43 et 44, p. 129.

175 Ibid., 10,2 cm, p. 129.

176 Beck 1989, n° 37, fig. 71, p. 105, Démians d’Archimbaud 1980, n° 6, fig. 435, p. 435 et Querrien 2004, n° T3 et Z4P4, fig 25, p. 121.

177 Colardelle et Verdel 1993, p. 208.

178 Ibid., n° 6 et 9, fig. 144, p. 208.

179 Ottaway 1992, n° 2217, fig. 197, p. 516.

180 Ibid., n° 2466, fig. 215, p. 542.

181 Legros 2001a, n° 32, fig. 5, p. 45.

182 Legros, à paraître.

183 Querrien 2004, fig. 20, n° 4.

184 Legros, étude en cours, château de Mayenne, n° 194.

185 Ottaway 1992, n° 3005, fig. 250, p. 605.

186 Egan 1998, n° 78, fig. 27, p. 58.

187 Colardelle et Verdel 1993, n° 15-18, fig. 142, p. 206.

188 Querrien 2004, n° 3-Z5M et n° 4-Z4P7.

189 Legros, à paraître.

190 Medieval Catalogue 1967, n° 53-58, p. 140.

191 Legros 2001b, n° 647, pl. 99, t. IV et Couanon et Forfait 1991, n° 10, fig. 7.

192 Legros 2001b, 661-667, pl. 99.

193 Remerciements à Jacqueline Studer, Conservatrice du département d’archéozoologie du Muséum d’Histoire naturelle de Genève.

194 Voir note 219.

195 Studer 1998, p. 95 et 96.

196 Barone 1986.

197 Ibid.

198 Voir données brutes en annexe. Matolcsi 1970.

199 .Bartosiewicz et al. 1997.

200 Fernandez 2001.

201 Payne 1985.

202 Les âges des caprinés au moment de leurs décès ont été calculés à partir des stades d’éruption et d’attrition des dents jugales. Ils sont en accord avec les observations effectuées sur les stades de soudure des épiphyses osseuses. Trois individus sont âgés de 1 à 60 jours, un jeune est âgé de 2 à 6 mois, un jeune adulte de 1 à 2 ans, un adulte de 4 à 6 ans. Le fait que les restes de très jeunes caprinés constituent un peu plus du tiers du corpus osseux de ce taxon nécessite de présenter distinctement adultes et très jeunes.

203 Payne 1973.

204 Ibid.

205 Teichert 1975.

206 Barone 1986.

207 Voir supra.

208 Codés d’après Grant 1982 et estimés d’après Payne 1973.

209 Habermehl 1975.

210 Yvinec communication orale.

211 Putelat travaux en cours.

212 Putelat 2001.

213 Kiesewalter 1888.

214 Cependant, deux fers montrant la présence de deux individus de types différents ont été mis en évidence parmi le mobilier métallique (Legros supra).

215 Arloing 1882.

216 Ibid.

217 Forest 1999.

218 Arloing 1882.

219 Les sédiments disponibles (7,5 kg) ont été intégralement tamisés à l’eau jusqu’à une maille de 1 mm. Les résultats de ce tri limité correspondent bien aux observations réalisées à partir des assemblages fauniques des deux structures testées : pauvreté du fond de cabane 53, relative densité des vestiges de la fosse 16. Dans cette structure, les restes de poissons consistent en sept fragments de côtes (arêtes), provenant d’une espèce non déterminée. Une centaine de fragments de coquilles d’œufs ont été extraits des sédiments (poids total 0,6 g). Ces fragments, mis bord-à-bord, ne couvrent pas une surface supérieure à 9 cm². Une première approche de leur détermination a consisté à mesurer l’épaisseur des fragments de coquilles, à l’aide d’un micromètre numérique à affichage digital, précis à 0,001 mm près. C’est ainsi que dix mesures ont été relevées, étagées de 0,239 à 0,348 mm (moyenne 0,298 mm, écart-type 0,036). Elles s’inscrivent bien dans le référentiel des œufs de poules, qui varie de 0,2 à 0,5 mm (Keepax 1981, p. 322), mais la présence de quelques œufs de cane ne saurait cependant être totalement exclue, puisqu’il existe des plages de mesures communes aux deux espèces (Keepax 1981, p. 322 ; Gruet 2004, p. 3 et 4).

220 Les ceintures appartiennent au squelette cingulaire, représenté, chez les mammifères de la triade domestique, par la scapula pour la ceinture thoracique et par l’os coxal, pour la ceinture pelvienne. Le stylopode correspond au segment proximal de chaque membre : bras (humérus) au membre thoracique, cuisse (fémur) au membre pelvien. Le zeugopode correspond au segment médian : avant-bras (radius et ulna), jambe (tibia et fibula). L’autopode correspond au segment distal du membre (main au membre thoracique et pied au membre pelvien). Il est subdivisé en trois étages : le carpe/ou tarse, le métapode, les doigts (Barone 1986, p. 39 et 41).

221 Boucharlat et al. 2001.

222 Yvinec 1997a.

223 Putelat 2006.

224 Id. 2007.

225 Yvinec et Baudry 2002.

226 Châtelet 2006.

227 Forest 2001.

228 Yvinec 1997b.

229 Voir supra la contribution de V. Legros.

230 Delort 1993.

231 Riera-Melis 1996, p. 408-410.

232 Saint-Jean-Vitus à paraître.

233 Saint-Jean-Vitus à paraître et pour l’Île-de-France, les exemples du Mesnil-Aubry, de Baillet-en-France ou de Villiers-le-Sec (Gentili 2008a ; Gentili 2008b, p. 54, 60).

234 Ravoire 2006b ; Normand et Treffort (dir.) 2005.

235 Coubray 2007, p. 172-174.a

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Carte de localisation régionale du site.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre Fig. 2 Carte de localisation du site et de ses environs.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fig. 3 Carte de situation du site médiéval par rapport à la totalité du site fouillé en 2005.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Fig. 4 Plan du site et des structures médiévales mises au jour.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Fig. 5 Plan des bâtiments 1 et 2.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Fig. 6 Plan et coupes du fond de cabane st. 55.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 7 Plans et coupes des fonds de cabane st. 59, st. 66, st. 89 et st. 126.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Titre Fig. 8 Plans et coupes des fonds de cabane st. 53 et st. 90.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 9 Plans et coupes des fosses st. 17, st. 18, st. 54 et st. 94.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Titre Fig. 10 Plan et coupes des structures st. 51, 52 et 25.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 11 Tableau de distribution des céramiques par structures, en NR et en NMI.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Fig. 12 Mobilier céramique du fond de cabane st. 53 et des fosses st. 16 et st. 15.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Fig. 13 Mobilier céramique de la fosse st. 18.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Fig. 14 Mobilier céramique du fond de cabane st. 55 et des fosses st. 56 et st. 57.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Fig. 15 Mobilier céramique du fond de cabane st. 66 et des fosses st. 54 et st. 94 et st. 40.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Fig. 16 Mobilier céramique du fond de cabane st. 89 et des fosses st. 75 et st. 101.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Fig. 17 Mobilier céramique des fosses st. 62, st. 68 et st. 63.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Fig. 18 Mobilier céramique du fond de cabane st. 59 et de la fosse st. 117d.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Fig. 19 Tableau de répartition du répertoire des formes (sur la base du nombre typologique d’individus [NTI] par structures.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 20 Histogramme de distribution des principales formes (en pourcentage sur le NTI).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 21 Tableaux de résultat des tessons analysés.
Légende Tableau 1 : Résultats des analyses chimiques de sept échantillons de Gurgy et des céramiques produites à Saint-Julien-du-Sault et Dixmont. Tableau 2 : Résultats des analyses chimiques des céramiques produites place des Véens à Auxerre. Les données sont présentées pour une perte au feu et le phosphore nuls dans le tableau inférieur.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Fig. 22 Histogramme de distribution des groupes techniques en pourcentage sur le nombre de restes NR et le nombre minimum d’individus (NMI).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Fig. 23 Les objets en métal : l’homme et l’animal.
Légende 1. Pointe de flèche apenne en fer. Lame triangulaire de section plate. Douille tronconique ouverte confectionnée par repli en arc autour d’un gabarit d’une lamelle trapézoïdale. Pds. 12 g ; L. 8 cm ; l. 1,8 cm ; Diam. 0,9 cm. Fond de cabane (st. 53), n° d’inv. : 23. — 2. Hameçon en fer. Tige de section carrée comportant une extrémité effilée et repliée en boucle. Hampe longue prolongée d’un repli en forme de U asymétrique. Pointe effilée à ardillon manquant. Pds. 5 g ; L. 9,95 cm ; l. 2,1 cm ; Ép. 0,2 cm. Fond de cabane (st. 55), n° d’inv. : 21. — 3. Fragment probable d’un hameçon en fer. Hampe brisée, section subcarrée. Extrémité supérieure repliée en boucle. Pds. 1 g ; L. 2,9 cm ; l. 0,65 cm. Fosse indéterminée (st. 75), n° d’inv. : 26. — 4. Idem. Hampe brisée de section circulaire. Extrémité supérieure repliée en boucle. Pds. 1 g ; L. 3,7 cm ; Ép. 0,8 cm ; Diam. 0,2 cm. Fond de cabane (st. 55), n° d’inv. : 51. — 5. Fer à cheval. Branche externe de fer avant droit. Étampure de forme oblongue à contre-perçure circulaire. Éponge à crampon. Quartier légèrement polylobé. Rive interne rectiligne. Couverture moyennement large. Clou de ferrage usé à tête plate, collet semi-confondu et lame de section carrée. Pds. 42 g ; L. 8,1 cm ; l. 2,45 cm. Fosse indéterminée (st. 94), n° d’inv. : 13. — 6. Fer à mulet ou à âne en forme de U. Branche interne de fer arrière gauche. Présence de deux étampures à maigre de forme oblongue par branche à contre-perçures circulaires. Couverture réduite à rive interne quasi rectiligne. Rive externe à quartier polylobé. Éponge effilée marquée d’un crampon. Mamelle en angle droit. Pds. 22 g ; L. 8,7 cm ; l. 3,6 cm ; Ép. 0,3 cm. Fosse indéterminée (st. 17), n° d’inv. : 24. — 7. Extrémité d’une lame de clou de section rectangulaire. Il s’agit probablement d’un clou de ferrage. Pds. 2 g ; L. 1,4 cm ; l. 1,1 cm ; Ép. 0,35 cm. Trou de poteau (st. 93), n° d’inv. : 36. — 8. Lame en fer d’une paire de forces. Lame triangulaire à dos et à tranchant rectilignes. Pointe brisée. Liaison lame-ressort réalisée par une grande tige de section rectangulaire forgée dans le prolongement du dos de la lame. Amorce du ressort formant un profil en S dont l’orientation de la section se modifie orthogonalement. Pds. 44 g ; L. 22,05 cm ; l. 2,8 cm. Fond de cabane (st. 55), n° d’inv. : 08. — 9. Support de peigne à carder. Fragments de tôle en fer ayant subi plusieurs percements ovales. Pds. 4 g. Fosse indéterminée (st. 101.1), n° d’inv. : 29. — 10. Dent de peigne à carder en fer. Tige de section ronde courbée aux deux tiers de sa longueur. Pds. 11 g ; L. 8,7 cm ; l. 0,4 cm ; Ép. 0,3 cm. Fosse indéterminée (st. 70), n° d’inv. : 27. — 11. Dent de peigne à carder en fer de section subcarrée s’effilant vers la pointe. Pds. 13 g ; L. 9,45 cm ; l. 0,65 cm ; Ép. 0,6 cm. Fosse indéterminée (st. 101.1), n° d’inv. : 28.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Titre Fig. 24 Les objets en métal : agriculture et artisanats.
Légende 1. Faucille en fer. Soie effilée de section plate légèrement courbe et forgée dans l’axe. Lame en fer à tranchant incurvé et à dos curviligne bombé. Lame s’évasant vers une extrémité supérieure brisée. Pds. 23 g ; L. 13,2 cm ; l. 2,7 cm. Fosse indéterminée (st. 117d), n° d’inventaire : 09. — 2. Faucille en fer. Soie de section carrée forgée dans le prolongement d’une lame courbe s’évasant avec régularité. Extrémité supérieure brisée probablement à mi-longueur. Pds. 20 g ; L. 11,8 cm ; l. 2,3 cm. Fosse indéterminée (st. 17), n° d’inventaire : 22. — 3. Lame de faucille en fer à tranchant incurvé et érodé à sa base. Dos curviligne. Largeur homogène à l’origine. Présence d’un trou de fixation centrée à la base de la lame. Extrémité supérieure brisée. Pds. 21 g ; L. 13,4 cm ; l. 2,25 cm. Fosse indéterminée (st. 64.1), n° d’inventaire : 05. — 4. Extrémité supérieure d’une lame de faucille. Lame à tranchant rectiligne à base érodé. Dos courbe, pointe symétrique. Pds. 45 g ; L. 15,1 cm ; l. 2,35 cm. Fosse indéterminée (st. 18), n° d’inventaire : 01. — 5. Serpette en fer à douille. Lame courte et large de section plate formant un demi-cercle s’effilant vers une pointe brisée, pointue à l’origine. Douille tronconique ouverte confectionnée à partir d’une tôle triangulaire repliée. Pds. 38 g ; L. 10,6 cm ; l. 4,95 cm ; Diam. 2,2 cm. Fosse indéterminée (st. 117d), n° d’inventaire : 25. — 6. Lame en fer à tranchant concave et à dos bombé. Il peut s’agir d’un scalpel. Pds. 4 g ; L. 3,8 cm ; l. 0,9 cm. Trou de poteau (st. 93), n° d’inventaire : 38. — 7. Poinçon en fer. Tige de section subcirculaire, effilée en pointe. Tête bombée marquée à sa base par une déformation légèrement visible. Pds. 54 g ; L. 12,1 cm ; l. 1,35 cm. Fosse indéterminée (st. 64.1), n° d’inventaire : 04. — 8. Aiguille en fer à chas ovale. Pds. 1 g ; L. 5,1 cm ; Ép. 0,15 cm. Fosse indéterminée (st. 94 C1), n° d’inventaire : 16.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Fig. 25 Les objets en métal : l’environnement domestique (1/2).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig. 26 Les objets en métal : l’environnement domestique (2/2).
Légende 1. Coupelle ou écuelle en fer. Forme circulaire à profil évasé. Fond sublenticulaire. Tôle épaisse et présence d’une excroissance sur la face externe, du type rivet, supposant l’existence à l’origine d’un élément de préhension. Pds. 79 g ; H. 2,75 cm ; Diam. 9,6 cm. Fosse indéterminée (st. 64), n° d’inventaire : 10. — 2. Anneau en fer de section subcirculaire monté sur crampon formant une tige de section rectangulaire pliée en vis-à-vis. Extrémités enchâssées orthogonalement dans une tôle en fer. Pds. 28 g ; L. 9,4 cm ; l. 5,6 cm ; Diam. 4,5 (int.) cm. Fossé (st. 289), n° d’inventaire : 02. — 3. Clou en fer à tête rectangulaire. Collet confondu, lame brisée de section carrée. Pds. 26 g ; L. 3,8 cm ; l. 2,4 cm. Fosse indéterminée (st. 18), n° d’inventaire : 15. — 4. Lame de clou en fer de section carrée. Pointe effilée. Pds. 4 g ; L. 4,95 cm ; l. 0,5 cm ; Ép. 0,5 cm. Fosse indéterminée (st. 40), n° d’inventaire : 31. — 5. Clou en fer à tête carrée. Collet distinct. Lame de section quadrangulaire. Pds. 5 g ; L. 4,05 cm ; l. 0,7 cm ; Ép. 0,5 cm. Fosse indéterminée (st. 117d), n° d’inventaire : 32.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 27 Les objets en métal : la serrurerie et quelques objets personnels.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Titre Fig. 28 Les objets en métal : les fragments indéterminés.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 29 Proportion des restes non strictement dentaires dans la composition des échantillons fauniques.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 30 Répartition et décompte des taxons par structures.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Titre Fig. 31 Spectre faunique de l’assemblage osseux.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre Fig. 32 Répartition par structure des principaux restes de caprinés.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Fig. 33 Comparaison des représentations anatomiques de la triade domestique en fonction du nombre de restes.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Fig. 34 Comparaison des représentations anatomiques de la triade domestique en fonction du poids des restes.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Fig. 35 Diagramme ternaire de répartition des taxons de la triade domestique, exprimés en nombre de restes. Mise en perspective du corpus de Gurgy avec différents spectres fauniques médiévaux (les échantillons dont le NRD est inférieur à 100 sont signalés [entre crochets]).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Liste des abréviations : A. D. : Anno Domini (après Jésus-Christ) ; Bd : plus grande largeur de l’extrémité distale (greatest breadth of the distal end) ; BFcd : plus grande largeur de la face articulaire caudale (Greatest breadth of the Facies articularis caudalis) ; BFcr : plus grande largeur de la face articulaire crâniale (Greatest breadth of the Facies articularis cranialis) ; BG : largeur de la cavité glénoïde ; Bp : plus grande largeur de l’extrémité proximale (greatest breadth of the proximal end) ; BPC : plus grande largeur de la surface articulaire proximale ; BT : largeur de la trochlée  ; Chev. oss. : cheville osseuse ; DC : profondeur de la tête du fémur ; Dd : plus grande profondeur de l’épiphyse distale ; Dl : profondeur de la moitié latérale (talus) ; DLS : longueur diagonale de la face palmaire ; Dm : profondeur de la moitié médiale (talus) ; DPA : profondeur au processus anconé ; FdC : fond de cabane ; Fgts : fragments ; Fig. : figure ; GB : plus grande largeur (greatest breadth) ; GL : plus grande longueur  (greatest length) ; GLC : grande longueur depuis la tête  ; GLF : grande longueur de la face articulaire crâniale à la face articulaire caudale ; GLl : grande longueur latérale  ; GLm : grande longueur de la moitié médiale  ; GLP : grande longueur du processus articulaire de la scapula ; Grds mamm. : grands mammifères ; HFcr : plus grande hauteur de la face articulaire crâniale (Greatest height of the Facies terminalis cranialis) ; HS : hauteur de la scapula mesurée le long de l’épine scapulaire ; h : hauteur ; Indét. : indéterminé. ; Inv. Inventaire ; LA : longueur de l’acétabulum incluant la lèvre ; LAR : longueur de l’acétabulum mesurée au bord ; LCDe : plus grande longueur du corps de l’axis (comprenant la dent) ; Ld : longueur de la surface dorsale ; LG : longueur de la cavité glénoïde de la scapula ; Ll : longueur latérale ; M : mâle ; M(1, 2, 3) : molaires (1, 2, 3) ; Mandib. : mandibulaire ; MBS : largeur au milieu de la face palmaire ; Mes. : mesures (renvoient à von den Driesch 1976) ; MTC : métacarpe ; MTP : métapode ; MWS : stade d’usure de la mandibule ; NME : nombre minimum d’éléments ; NR : nombre de restes ; NMI : nombre minimum d’individus  ; NRD : nombre de restes déterminés ; PR : poids des restes ; PRD : poids des restes déterminés ; SB : plus petite largeur de l’os ilium ; SD : plus petite largeur de la diaphyse (smallest breadth of diaphysis) ; sp : espèce ; SLC : plus petite longueur du col de la scapula ; TWS : stade d’usure de la dent.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10432/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Jolly, Fabienne Ravoire, Vincent Legros, Olivier Putelat, Sylvain Aumard, Noëlle Deflou-Leca, Anne Bouquillon et Anne Bocquet-Liénard, « Vestiges d’un habitat rural 
du xie siècle : 
le Nouzeau à Gurgy (Yonne) », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 85-136.

Référence électronique

Virginie Jolly, Fabienne Ravoire, Vincent Legros, Olivier Putelat, Sylvain Aumard, Noëlle Deflou-Leca, Anne Bouquillon et Anne Bocquet-Liénard, « Vestiges d’un habitat rural 
du xie siècle : 
le Nouzeau à Gurgy (Yonne) », Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10432 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.10432

Haut de page

Auteurs

Virginie Jolly

Archéologue (CDD Inrap au moment de la fouille, actuellement chez Archéodunum).

Fabienne Ravoire

Archéologue, Ingénieure de recherche, Inrap Centre Île-de-France, CRAHAM, UMR 6273, Caen.

Vincent Legros

Archéologue, Ingénieur de recherche, Service régional de l’Archéologie de Picardie.

Olivier Putelat

Archéozoologue, UMR 7041 - Archéologies environnementales (CDD au moment de la fouille, actuellement au Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan. Sélestat).

Articles du même auteur

Sylvain Aumard

Archéologue, Centre d’études médiévales d’Auxerre, UMR 6298 ARTeHis, Dijon.

Articles du même auteur

Noëlle Deflou-Leca

Maître de Conférences, Université Pierre Mendès France – Grenoble 2.

Anne Bouquillon

Ingénieure de recherche, responsable du pôle Pierre - Arts du feu - Datation C2RMF, UMR 171, Paris.

Anne Bocquet-Liénard

Ingénieure de recherche, responsable du laboratoire de céramologie, CRAHAM, UMR 6273, Caen.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals