Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Bayonne (Pyrénées-Atlantiques). Rue des Gouverneurs

Responsable d’opération : Pierre Martin
p. 181-182

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1L’étude archéologique d’une cave médiévale de Bayonne a été motivée par plusieurs objectifs : apporter des éléments de connaissance sur le bâti permettant de compléter les recherches historiques sur ce type de construction ; établir la relation chronologique entre les deux parties de la cave et avec l’ancien Hôtel des Gouverneurs (daté de l’époque moderne) ; vérifier la chronologie des accès à la cave; comprendre sa disposition par rapport au parcellaire ancien et à son évolution; permettre un calage chronologique du mobilier, en particulier pour la céramique.

2Bien que recensées pour une large part, les caves médiévales de Bayonne demeurent assez mal connues en raison de l’absence d’études récentes et de leur état de conservation : celle de la rue des Gouverneurs présentait une stratigraphie peu puissante et avait été curée dans son ensemble. Toutefois, cinq états ont été distingués dans les élévations.

3Appartiennent à un premier état une série de maçonneries détectées à l’ouest et dans la partie orientale de la construction. Un mur N-S, qui constitue la limite occidentale actuelle de la cave, pourrait être en relation avec le Château Vieux, situé immédiatement au NO. À l’est, en revanche, les aménagements sont plus complexes. Distants d’environ 7 m du mur occidental, deux murs parallèles (distants de 4,80 m), grossièrement orientés O-E (6,30 m de longueur), forment une sorte d’étranglement sans trace de mur transversal. Ils aboutissent, à l’est, vers un réduit d’environ 2,20 m de largeur, conservé sur environ 2,50 m de longueur. L’interprétation demeure difficile à établir compte-tenu de l’absence de toute stratigraphie et de la faible hauteur des élévations conservées (inférieure à 2 m). Toutefois, rien n’exclut un espace ouvert, voire de circulation, en bordure immédiate du pôle castral.

4Dans un second état, les maçonneries orientales sont reprises. On y insère des arcs doubleaux chanfreinés destinés à soutenir un berceau en plein-cintre. À l’est, le réduit est voûté et fermé par un mur transversal. Il reste toutefois accessible depuis la nouvelle salle par l’intermédiaire d’une arcade en tiers-point. On ignore l’articulation occidentale de cet espace bâti mais des vestiges ténus pourraient plaider en faveur d’un mur le refermant. Le type de doubleaux et la coexistence des profils plein-cintre et brisé permettent de proposer une attribution au xiiie s. au plus tard. Plus à l’ouest, la maçonnerie N-S semble avoir été renforcée par une série de murets parallèles formant des piles ou des contreforts massifs d’environ 2 m x 1,50 m.

5Dans un troisième état, l’espace peut-être resté ouvert jusqu’alors entre le mur occidental N-S et la salle orientale de la cave est aménagé. Probablement s’agit-il là d’une importante refonte dans le parcellaire, voire le réseau viaire. Une vaste salle de 8 m x 7,50 m est alors construite. Voûtée par de puissantes ogives chanfreinées, elle peut être attribuée au xive s. À l’ouest, le mur est accolé sur les piles destinées à raidir la maçonnerie appartenant au premier état. Le mur occidental devait originellement posséder un soupirail central, ce qui semble exclure la possibilité d’un accès à la cave par l’ouest. Le mur méridional paraît homogène, sans le moindre indice d’ouverture. Le mur oriental ouvre par une grande arcade en plein-cintre vers la salle orientale de la cave (second état), ce qui semble exclure une nouvelle fois la possibilité d’accès par l’est. Le mur nord, en revanche, montre une vaste perturbation dans sa partie centrale, sur l’ensemble de sa hauteur (environ 4,50 m). Ainsi faut-il probablement envisager la présence d’une desserte de la cave par le nord, sans qu’il soit possible d’en définir ni la nature (espace ouvert ou bâti) ni l’organisation.

6Dans un quatrième état, la grande salle de la cave subit un réaménagement. Le soupirail situé dans le mur ouest est remplacé par une porte centrale donnant directement sur la rue. On installe alors un escalier sur arcade dont la fondation a été retrouvée en fouille. Cette importante reprise entraîne une réfection du voûtain occidental et probablement la fermeture du mur nord de la cave. Toutefois, il reste difficile de définir la chronologie absolue de ces transformations comme leur rapport avec la construction de l’Hôtel des Gouverneurs puis l’Hôtel de la Monnaie durant l’époque moderne.

7Dans un dernier état, la porte occidentale est condamnée et l’escalier sur arcade démoli. Une nouvelle fois, la question de la desserte de l’espace se pose : faut-il y voir une phase d’abandon tardif de la cave ? Après le percement d’une porte au nord lors de la construction d’un parking souterrain (années 1980), les niveaux de la cave ont été largement curés pour l’installation d’un épais remblai et d’un sol en dalles de pierre.

Bayonne, rue des Gouverneurs, coupe longitudinale et plan de la cave.

Bayonne, rue des Gouverneurs, coupe longitudinale et plan de la cave.

© Archeodunum

Haut de page

Table des illustrations

Titre Bayonne, rue des Gouverneurs, coupe longitudinale et plan de la cave.
Crédits © Archeodunum
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10762/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Martin, « Bayonne (Pyrénées-Atlantiques). Rue des Gouverneurs »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 181-182.

Référence électronique

Pierre Martin, « Bayonne (Pyrénées-Atlantiques). Rue des Gouverneurs » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10762

Haut de page

Auteur

Pierre Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre Martin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals