Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Besançon (Doubs). ZAC Pasteur. Étude de bâti dans l’hôtel Chapuis de Rosières

Responsable d’opération : Valérie Viscusi Simonin
p. 182-183

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011
Haut de page

Texte intégral

1Un projet d’aménagement urbain situé au cœur de la capitale comtoise a donné lieu à une fouille préventive associée, pour la première fois à Besançon, à une étude d’archéologie du bâti. La fouille précède l’implantation d’un parking souterrain en cœur d’îlot et l’étude concerne l’ancien hôtel Chapuis de Rosières.

2Celui-ci se compose de plusieurs corps de bâtiment répartis autour d’une cour, implantés sur une parcelle irrégulière à l’angle de la rue Pasteur et de la rue du Loup. Si la construction de l’hôtel est traditionnellement attribuée au xviiie s., la chronologie des bâtiments s’est révélée beaucoup plus complexe : elle englobe des élévations médiévales. Une façade (fig.) de l’aile sud, en particulier, a retenu l’attention en raison de la présence de trois baies en tiers-point. Le relevé et l’analyse de cette élévation ont conduit à identifier les vestiges d’un bâtiment médiéval presque entièrement conservé.

3Actuellement, l’élévation comporte quatre niveaux d’ouvertures avec, au rez-de-chaussée, deux jours rectangulaires, au premier étage trois baies en tiers-point murées, surmontées de deux grandes fenêtres modernes superposées. Du point de vue de l’analyse des formes, les baies rectangulaires du premier niveau ne constituent pas un marqueur chronologique fort; en revanche, l’arc brisé des trois baies du second niveau se rencontre couramment à l’époque gothique. Une baie du même type est observable dans le mur de chevet de la chapelle de l’hôpital du Saint-Esprit de Besançon, construit dans la seconde moitié du xiiie s. La datation par dendrochronologie de bois abattus en 1333, en remploi dans les plafonds du xviiie  s., permet de proposer une chronologie légèrement plus tardive, dans le premier tiers du xive s.

4L’analyse archéologique de la façade a mis en évidence le fait qu’une grande partie de l’élévation actuelle est contemporaine des baies. Cette maçonnerie primitive était couronnée d’un pignon largement fossilisé par les surélévations modernes. Sur les parements intérieurs et dans l’embrasure d’une des baies en tiers-point, des enduits peints ont été découverts, révélant un décor limité au premier étage. Les motifs de fleurs et de faux appareil en losange confirment la chronologie proposée pour la construction de l’édifice.

5L’analyse du bâti met en évidence la singularité de l’édifice qui constitue l’aile sud de l’hôtel particulier. L’ordonnance de la façade n’évoque pas les riches demeures urbaines mais plutôt, par son dépouillement, certains aspects de l’architecture religieuse. Si aucun établissement ecclésiastique n’est attesté dans ce secteur de la ville, les sources historiques y mentionnent en revanche la cour de l’officier archiépiscopal détenteur de la Vicomté, en charge d’une partie de la justice.

6Au xviie s., l’édifice médiéval est rehaussé, le pignon intégré dans un mur gouttereau. À cette phase appartient la charpente dont les bois ont été abattus en 1685. Un fragment de décor est conservé : des tracés noirs sur l’enduit de chaux blanc dessinent les contours d’une licorne dressée. Ce motif évoque les armoiries de la famille Chapuis, anoblie en 1655, à la licorne saillante d’argent.

7L’aile ouest conserve les vestiges de deux bâtiments accolés en L, édifiés sans doute au xve s. Trois portes en plein-cintre, partiellement démolies, subsistent dans les élévations du xviiie  s. Deux sondages conduits dans le sous-sol d’un des bâtiments ont mis au jour le piédroit d’une cheminée ornée de moulures prismatiques et les traces d’un plancher de bois. Les remblais de démolition postérieurs à cette occupation ont livré des fragments de carreaux de poêle à décor de remplage gothique.

8La découverte par l’archéologie du bâti d’un édifice civil du xiiie ou du xive s. est exceptionnelle pour la ville de Besançon. Elle démontre que le patrimoine bâti médiéval est encore conservé dans un centre historique qui, de prime abord, paraît largement hérité de la période moderne.

Besançon, rue du Loup, façade extérieur, relevé pierre à pierre.

Besançon, rue du Loup, façade extérieur, relevé pierre à pierre.

© M.-L. Bassi (SMAP)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Besançon, rue du Loup, façade extérieur, relevé pierre à pierre.
Crédits © M.-L. Bassi (SMAP)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/10766/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Viscusi Simonin, « Besançon (Doubs). ZAC Pasteur. Étude de bâti dans l’hôtel Chapuis de Rosières »Archéologie médiévale, 42 | 2012, 182-183.

Référence électronique

Valérie Viscusi Simonin, « Besançon (Doubs). ZAC Pasteur. Étude de bâti dans l’hôtel Chapuis de Rosières » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 06 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10766

Haut de page

Auteur

Valérie Viscusi Simonin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Valérie Viscusi Simonin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals