Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Caen (Calvados). Place Saint-Sauveur

Responsable d’opération : Bénédicte Guillot
p. 188

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1La fouille s’est effectuée préalablement au projet de réaménagement du quartier Saint-Sauveur par la ville de Caen. Divisée en trois phases, de part et d’autre de la statue de Louis XIV et devant l’église Saint-Sauveur, elle a été l’occasion d’étudier les occupations de la place du Marché entre le xiiie et le xve s., ainsi qu’une partie du cimetière de l’ancienne église Saint-Sauveur.

2Au xiiie s., une grande campagne de travaux est effectuée sur la totalité de la place, qui est aplanie entre la place Fontette à l’ouest et l’église Saint-Sauveur à l’est, détruisant les occupations antérieures. De petits galets en silex et en calcaire sont soigneusement enfoncés dans le limon, donnant au sol un aspect de mosaïque. Le lieu s’envasant peu à peu, il est nécessaire de surélever les passages piétons et d’installer de nouvelles chaussées. Au moins cinq aménagements de places successives, entre le xiiie et le xve s., ont été étudiés. Les principaux vestiges témoignant de l’existence d’un marché sur la place à cette époque sont des ornières formées par le passage des chariots. Elles permettent de préciser le sens de circulation des véhicules : le principal axe allait d’est en ouest jusqu’au croisement avec les rues aux Fromages au sud et Pémagnie au nord. L’absence de restes de structures maçonnées invite à penser que les étals du marché étaient de facture légère, sans doute en bois, et facilement transportables.

3Lors de la fouille, ont été mis au jour de nombreux ossements animaux et des fragments de céramique provenant surtout de pichets à vin glaçurés, décorés d’écailles, de bandes verticales ou de fleurs. Une tête, recouverte de glaçure verte et représentant probablement un moine avec sa tonsure, a également été exhumée. La bouche ne sourit que d’un côté si bien qu’en fonction du profil que l’on regarde, il affiche ou non un air joyeux. Cette pièce devait faire partie d’un pot plus important, peut-être un aquamanile, vase à eau en forme d’animal ou de personnage. Une vingtaine de billes en terre cuite vernissées en vert ont également été retrouvées. Enfin, les animaux (cheval, âne, mule, etc.) qui traversaient la place ont perdu de nombreux fers qui se sont enfoncés dans le sol.

4Un cimetière s’implante sur la place à la période moderne. Le parvis de l’église, d’une superficie de 300 m², est alors séparé du reste de la place par un mur en demi-cercle. Dans cet espace sépulcral se trouvait également un calvaire ; un second calvaire était situé à l’extérieur, probablement aux abords de la voirie reliant la rue aux Fromages au sud et la rue Pémagnie au nord. L’espace fouillé comporte deux phases d’inhumations. La plus ancienne, constituée d’adultes, a été mise en évidence lors du diagnostic de 2010 et n’était pas comprise dans la prescription de fouille de 2011. La seconde, datée des xvie-xviie s., est quasi exclusivement constituée d’enfants dont la plupart avaient moins de trois ans à leur décès. Ils sont enterrés sur le dos, enveloppés dans des linceuls et couchés dans un cercueil en bois. On a retrouvé des fragments de tissus, des épingles en bronze, utilisées pour fixer les linceuls, ainsi que des clous en fer et des restes de bois témoignant de la forme rectangulaire ou trapézoïdale des cercueils. Les résultats préliminaires de l’étude anthropologique de la centaine de sépultures fouillées indiquent que plus d’un tiers des jeunes défunts présentent des lésions osseuses marquées (rachitisme, scorbut probable…), témoignant de conditions sanitaires très défavorables et/ou d’une certaine forme de résistance face aux crises paléoépidémiologiques et sanitaires répétées. Ceci pose la question de l’origine sociale des inhumés et d’éventuels soins dont ils auraient pu bénéficier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Guillot, « Caen (Calvados). Place Saint-Sauveur », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 188.

Référence électronique

Bénédicte Guillot, « Caen (Calvados). Place Saint-Sauveur » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10786

Haut de page

Auteur

Bénédicte Guillot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bénédicte Guillot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals