Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2011
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Colmar (Haut-Rhin). Place de la Montagne-Verte

Responsable d’opération : Maxime Werlé
p. 192

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011
Haut de page

Texte intégral

1Le diagnostic avait pour objectif de mesurer le potentiel archéologique d’un terrain d’une emprise de 1,6 ha, implanté au cœur de la ville de Colmar, et de reconnaître les modalités de la genèse et du développement urbain de ce secteur.

2Dans la première phase d’occupation, qui s’étire jusqu’au xiiie/xive s., le site relève d’un secteur périurbain, a priori faiblement occupé par le bâti et soumis aux débordements de l’Ill. Les données géoarchéologiques suggèrent en effet que le terrain, humide et potentiellement marécageux, était soumis à des épisodes d’inondation. Il apparaît cependant fortement structuré par des fossés, interprétés avec réserve comme des fossés de drainage de parcelles agricoles.

3Ce secteur, jusqu’alors extra-muros, est marqué, dans la seconde moitié du xiiie ou au début du xive s., par la construction de l’enceinte du faubourg de Deinheim. Le diagnostic a permis d’identifier le mur d’enceinte sur une longueur de 70 m et de proposer une reconstitution de son tracé. La construction de l’enceinte a eu pour conséquence de mettre un terme à l’influence des débordements de l’Ill et, certainement, d’initier un processus d’urbanisation du secteur, désormais implanté intra-muros. Cette phase, qui s’étend du xiiie/xive au milieu du xvie s., est caractérisée par une colonisation partielle du site par le bâti, semble-t-il dévolu à des activités agro-pastorales et, peut-être, artisanales (artisanat de l’os). Dans la phase suivante, entre le milieu du xvie et le xxe s., le site est marqué par une densification du bâti sur les parcelles d’habitation implantées en bordure des rues du Chasseur et de la Cigogne, par les modifications apportées aux installations et aux terrains dépendant de l’hôpital qui jouxte le site depuis le xvie s., ainsi que par l’établissement, après 1838/1840, du complexe immobilier de l’abattoir municipal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Werlé, « Colmar (Haut-Rhin). Place de la Montagne-Verte », Archéologie médiévale, 42 | 2012, 192.

Référence électronique

Maxime Werlé, « Colmar (Haut-Rhin). Place de la Montagne-Verte » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/10801

Haut de page

Auteur

Maxime Werlé

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Maxime Werlé

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals